Histoires d'inceste Histoires de sexe français Histoires gays

Aurélie la campagnarde – Chapitre 1

Aurélie la campagnarde - Chapitre 1



Tout le monde la connaissait bien, dans ce petit village du bord du Loir. Elle était la femme de Bernard, le jardinier qui entretenait le parc et le potager de la propriété familiale des parents de Vincent! Elle avait un amant en la personne de Fernand, le facteur du village, qui adorait la retrouver au cours de ses tournées de l’après-midi, quand Bernard était en plein travail, penché sur ses plans de radis ou sur les massifs de roses du parc.

Il adorait Aurélie parce qu’elle était plus "qu’enveloppée". Et qu’il adorait venir fourrer sa grosse pine noueuse antre ses énormes cuisses, qui se touchaient en marchant. Et qu’il avait du mal à écarter, pour venir insinuer son visage à la petite moustache jaunie par la nicotine, et ses doigts tachés , eux aussi, dans la cramouille béante dont les effluves de crevette se mêlaient à son odeur naturelle de femme et à celle de ses grands et larges pieds toujours moîtes! Et celà avant d’y loger sa verge longue et massive, au gland protubérant et luisant qui nageait dans les coulées de cyprine, provoquées par les léchouilles des préliminaires, rendus plus excitant encore par les frottements de sa petite moustache en balais brosse et par les coups de langue entre les larges orteils orteils humides et mis en éventail par les prémices du désir.

-"Oh ! Oui! Lèche-les moi Tu me fais mouiller comme une dingue!" disait-elle en agitant son bassin et en écartant les cuisses. Pour bien préparer la venue des doigts et des lèvres, puis de la grosse pine de Fernand, fouineuse et vagabonde jusqu’au fond de sa cramouille.

De deux doigts, elle décollait les lèvres de sa moniche dans un bruit de succion et un léger clapotis, tout en disant:-" Retourne-toi Fernand pour me filer ta grosse pine dans la main et dans la bouche, pendant que tu me manges le clito! Tu vois comme il bande pour toi, et en le suçant, tu vas me faire mouiller rncore plus ! Mais si je te bouffe la queue, ne jute pas tout de suite! Je préfère tes giclées de foutre au fond de ma gorge!

Et Fernand l’écoutait et lui obéissait, tout en attendant le moment de se redresser et de lui planter sa queue jusqu’au fond du vagin, pour la ramoner en la faisant crier, avant de laisser son foutre fuser en grosses giclées dans son vagin en la faisant crier ,à nouveau:-" Oh Oui! mon Fernand, c’est bon.Tu me baises bien, vas-y jusqu’au fond ! Encore, encore ! Et……. çà y est, je te sens juter en moi et ton foutre me fouette le vagin! Oh Oui!!!! Cà y est, je viens, je jouis! Oh encore, encore, tu me rends dingue avec ta pine du diable!" Le ventre et sa broussaile tendus vers le ciel, elle jouissait, elle jutait sur la bite de Fernand secouée elle aussi de spasmes qui le faisait tressauter également, alors que les dernières coulées de son sperme se repandaient dans les draps, déjà raides de toutes les baises vécues sur eux avec son mari, dont le sexe était encore plus gros et juteux que celui de Fernand!

Mais, tout celà n’était rien, à côté des après-midi de folie qu’elle vivait avec Honorine, la cuisinière du "château!" qui venait la rejoindre, une fois son service terminé. Honorine était, au moins, aussi grosse qu’Aurélie, et toutes les deux, encore plus gouines qu’hétéros, mêlaient leurs bourrelets tout poisseux de la cyprine de leur jouissance, avec une volupté réservée aux "grosses:" et provoquée par la baise de leurs connasses en béance, avec leurs orteils ronds et moites, qu’elle se fourraient réciproquement dans leurs cramouilles clapotantes. Quand elles ne se baisaient pas avec un double gode, dont elle se fourraient chacune une extrêmité dans la cramouille et se faisaient l’amour à grands coups de reins, jusqu’à faire sortir le gode de leurs deux béances, tellement il était englué de leur cyprine!

C’était un délire réciproque, lorsqu’elles parvenaient à se chevaucher, "tête-bêche" en agrippant leurs bourrelets et en écartant, à deux mains, les lèvres épaisses de leurs sexes, elle plongeaient ,alors, leurs grosses bouches dans leurs broussailes pour atteindre les deux clitos bandés qu’elles mordillaient, suçaient et léchaient jusqu’à se faire jouir toutes les deux en criant:-" Oh Oui! Tu me suces bien! Mords-moi le bourgeon! Lèche le bien et mets moi un doigt dans le con et un dans le cul! Cà va me faire partir comme une dingue! Baise-moi bien, ma chérie! Encore, encore !Oh oui! Cà vient! Je pars! viens avec moi! Et elles jouissaient comme deux folles! Inondées de cyprine dont l’odeur, mêlée à celle de leurs sexes en folie, rendait fou Dick, le berger allemand d’Aurélie qui tournait dans la chambre en essayant de grimper sur le lit pour lécher et baiser les cramouilles pantelantes, avec sa longue lance rouge et palpitante, sortie de son fourreau velu, et dont Aurélie aimait sentir les jaillissements en elle, lorsqu’elle était seule et en manque, ce qui était plutôt rare!

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire