Histoires d'inceste Histoires de sexe Histoires de sexe gratuites

Branlette et exhib au boulot – Chapitre 1

Branlette et exhib au boulot - Chapitre 1



La semaine dernière j’ai été pris d’une énorme envie durant mes heures de travail.

Je travaille dans un bâtiment regroupant plusieurs boîtes, je suis châtain, un peu plus d’1m80 et assez taillé physiquement et l’exhib est quelque chose qui m’a toujours excité.

Ce jour-là j’étais habillé de façon décontractée, un jeans un peu trop large, un caleçon, une ceinture, un t-shirt et un gilet par-dessus.

Je travaillais tranquillement à mon bureau au milieu de mes collègues. On est une douzaine, j’ai une collègue qui est clairement au-dessus du lot. Elle a environ 28/29 ans, brune, environ 1m70, fine et une poitrine énorme, un bonnet D je dirais.

On était en milieu d’après-midi, pour mon plus grand bonheur et une productivité minime de mon côté, son bureau est collé en face du mien. Je passe donc mes journées en face d’elle et de sa poitrine qui a pour effet d’attirer mon regard toute la journée.

Ce jour-là elle portait un jeans moulant mettant en avant son cul tout aussi excitant et un gros pull. Comme à mon habitude je me fais plaisir et me rince l’il même si sa tenue n’est pas la plus extravagante, je me laisse descendre sur ma chaise, me mettant plus à l’aise et sens l’excitation venir doucement, mon jeans commence à se tendre sous mon bureau légèrement. A ce moment précis, coup de grâce, ma collègue décide de retirer son pull, elle l’enlève doucement le tenant par les deux côtés, le tire vers le haut dévoile sa poitrine et cache son visage, elle porte un débardeur blanc qui n’est pas bien en place dévoilant la dentelle de son soutif turquoise. Elle pose son pull et redresse son débardeur ce qui a pour effet de secouer sa poitrine, j’en rate pas une miette. S’en est trop mon jeans est à présent bien tendu, je tente de glisser ma main discrètement pour me caresser un peu, impossible mon jeans est trop serré.

Je décide de me mettre plus à l’aise, je me lève tout en faisant semblant de chercher mon portable dans ma poche pour cacher la bosse de mon jeans. Je vais dans un endroit du bureau pour les pauses avec canapés et autre au fond d’un petit couloir à l’angle. L’endroit est en libre accès n’importe qui peut débarquer à n’importe quel moment, que cela soit de ma boîte ou d’une autre. Mon excitation me fait passer au-dessus de ce détail, j’ouvre mon gilet je l’enlève, j’enlève mon t-shirt et remets mon gilet. J’ouvre ma ceinture, je la tiens par la boucle pour qu’elle ne fasse pas de bruit, je la retire d’un coup de mon jeans et la pose avec mon t-shirt sur le canapé, j’enlève mes chaussures, j’ouvre mon jeans et le descends en même temps que mon caleçon. En me baissant, ma queue rebondit hors de mon caleçon et claque légèrement sur mon bas-ventre, c’est très excitant. Je suis à présent vêtu uniquement d’un gilet et de chaussettes la queue raide au milieu de mon lieu de travail, je retire le caleçon de mon jeans et remets uniquement mon jeans et j’enchaîne avec mes chaussures.

Je suis à présent rhabillé mais uniquement de mon jeans et d’un gilet, cette sensation de nu sans réellement l’être est très excitante. Ma queue, coincée vers le bas, fait une très grosse bosse sur mon jeans, elle le tire en avant, ce jeans est trop large, il tombe et de face je vois que le haut de mon jeans n’est pas collé à mon bas-ventre, mon érection l’écarte et je vois à l’intérieur sans rien faire…

Je décide de retourner à mon poste, je mets les affaires que j’ai enlevées dans les poches de mon gilet et une main dans la poche de mon jeans pour essayer de cacher mon érection à travers la poche, je me dirige vers mon bureau, mon jeans trop large descend très rapidement je dois le remonter plusieurs fois, la fermeture éclair de mon gilet sur mon torse nu m’excite. J’arrive à la hauteur de ma collègue et là, le détail que j’adore, je la vois de dos et son débardeur ne descend pas jusqu’à son jeans et laisse apparaître son string turquoise assorti qui dépasse de son jeans, j’adore cette situation. Je me rassois tranquillement à mon bureau, mets rapidement mes affaires dans mon sac discrètement.

Mon jeans étant large je sens le haut de mes fesses légèrement a l’air libre je descends davantage mon jeans en veillant que mon gilet cache tout, je suis obligé de me laisser glisser un peu sur ma chaise.

Ma collègue a toujours la dentelle de son soutif dépassant de son débardeur, je décide de reprendre où j’en étais, je glisse discrètement ma main dans mon jeans en faisant semblant de travailler et s’assurant que personne ne me regarde, j’essaie de me caresser mais malgré la largeur de mon jeans je n’arrive toujours pas à faire des va-et-vient, je décide d’ouvrir et descendre davantage mon jeans.

Je me laisse descendre encore sur ma chaise, j’ouvre discrètement la braguette et place le haut de mon jeans sur le bord du coussin de ma chaise, le bloque et remonte doucement laissant mon jeans plus bas, pour rester discret je fais ça tout doucement, une fois le jeans au bas de mes fesses ma queue jaillit une fois de plus en dehors comme un ressort. Je suis dans un état d’excitation énorme. Je place mon ordinateur devant mon bras et commence à me faire plaisir sous la table, c’est tellement bon… je suis bien caché du regard des autres, la situation me rend fou.

En pleine séance intense, un collègue me pose une question, je sursaute légèrement, me redresse sur ma chaise d’un coup pour lui répondre l’air de rien… c’est passé mais me redresser n’a fait que descendre mon jeans davantage qui est maintenant à mes genoux. Je réalise le risque de la situation et décide de continuer ailleurs. Je me dépêche de remonter mon jeans, je bande trop pour la rentrer dans le jeans je la laisse donc dépasser vers le haut caché sous mon gilet et je prends en photo ma collègue discrètement pour pouvoir préserver ma source d’excitation…

Je prends en main des feuilles mon portable et ma tasse de café pour faire croire à un passage à la machine et le scanner… j’ai les mains prises, à peine levé je sens mon jeans descendre, j’ai la queue coincée devant vers le haut et le jeans vraiment bas, si je bouge un peu rapidement ma collègue aurait droit à un sacré spectacle, si je me redressais un peu ma queue glisserait sous mon jeans et irait simplement se poser sur la pile de dossiers sur mon bureau face à ma collègue. Cette possibilité m’excite davantage mais me fait tout autant peur, j’avance rapidement et je sens mon jeans descendre de plus en plus, je sens le haut de mes fesses frotter contre lui et le petit courant d’air qui veut dire qu’elles sont à la vue de tous. Dans la panique j’accélère d’un coup, grosse erreur je suis au milieu du couloir, je l’ai fait descendre davantage d’un coup il est au milieu de mes fesses, ma queue quitte mon gilet et se balade librement devant, raide, à l’air libre… La situation devient désespérée, excitante et ridicule à la fois, j’arrive au niveau des canapés dans la même pièce que tout à lheure. Par chance il n’y a personne, je pose ce que j’ai dans les mains et mon jeans tombe au sol.

Je le remonte, l’ouvre et m’installe sur le canapé, je suis discret pour entendre si quelqu’un arrive, j’ouvre mon gilet, je suis comme torse nu et le sexe a l’air. Je sors la photo de ma collègue et continue mon affaire. Je sens que ça vient, je n’ai pas de mouchoir, je vois l’évier à côté de moi et décide de terminer dedans pour ne laisser aucune trace… Je me place devant maintien mon gilet ouvert, mon jeans tombe à mes genoux, je lâche un râle de plaisir que j’essaie de contenir et termine dans l’évier…

Une branlette mémorable que je vais certainement réitérer ! Avec plus d’expérience pour éviter de me retrouver à poil dans le couloir…

Faites-moi savoir si vous souhaitez que je vous raconte la prochaine !

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire