Histoires d'inceste Histoires de sexe lesbien

Carrie, Marijke et les étudiants – Chapitre 1

Carrie, Marijke et les étudiants - Chapitre 1



Carrie habitait depuis 10 mois déjà chez moi et notre vie sexuelle était super. Cette fille était tout ce que je pouvais désirer : un corps magnifique avec de gros nichons bien fermes et un beau cul dont le trou m’a souvent gâté, sans parler de ses talents de fellatrice.

C’était presque l’été et dans l’entreprise tout allait pour le mieux.

Les problèmes se résolvaient vite et j’avais eu une semaine chargée ; je consultai le calendrier du personnel pour les deux mois à venir.

Je n’avais refusé aucun congé au personnel et je constatais qu’il n’y aurait que trois personnes présentes au mois de juillet : c’était insuffisant, surtout pour le secrétariat où on met à jour habituellement les archives et les dossiers.

J’étais plongé dans mes pensées lorsque Carrie arriva. Elle a demandé ce qu’il y avait et je lui ai tout expliqué ; elle pensait avoir une solution.

J’ai une nièce de 22 ans qui cherche un job pour les vacances, et elle serait bien contente de travailler avec moi pendant deux mois. Elle fait des études de secrétariat et elle pourra nous aider.

Mais elle ne semblait pas convaincue ; elle devait se présenter cet après-midi.

Deux heures plus tard, après que tout le monde soit rentré à la maison à l’exception de Carrie et de moi-même, la sonnette du bureau se fit entendre. La nièce Marijke était là ; elle entra dans le bureau.

Elle avait une fière allure ; elle mesurait à mon avis 1,60 m, elle était mince, avec de beaux seins fermes et des cheveux blonds. Ses nichons n’étaient pas aussi gros que ceux de Carrie. Elle avait aussi de beaux yeux bleus pleins de malice.

Je pense que c’était une gentille fille, et l’entretien s’était bien passé. Nous sommes arrivés à un accord et Marijke commencera son travail dans une semaine.

Vendredi, je voulais mettre à jour des dossiers en cours. Marijke alla voir Carrie et lui proposa de commencer à mettre à jour les dossiers vendredi après-midi à 14 heures.

Pour vous, il n’y a pas de problème, je le sais. Mais si Marijke veut continuer à nous aider, je pourrais réserver un bon restaurant pour nous trois et elle pourra rester pour passer le week-end avec nous. Il fait beau et nous avons une belle piscine.

Carrie est allée demander à sa nièce si elle était d’accord pour travailler le vendredi, rester pour le week-end et aller au restaurant avec nous.

Je descendis les escaliers pour me rendre au secrétariat où normalement Marijke travaillait ; mais quand je suis arrivé en bas, je n’ai trouvé personne. Je suis allé à la cuisine, mais là aussi elle ne s’y trouvait pas.

Tout à coup, j’ai entendu des rires venant du garage et je suis allé à sa recherche. Marijke a dû penser que j’avais beaucoup de travail ou que personne nirait la chercher dans cet endroit. Maintenant que je savais qu’elle était une fille très chaude, je regardai à travers la porte vitrée, et bien qu’il n’y eût pas beaucoup de lumière, je vis la douce lueur du soleil éclairer la porte du garage. Je découvris alors une scène très "hard".

Marijke était assise et était occupée à sucer la bite du facteur (qui avait aussi un job dans l’entreprise pour les vacances) ; elle suçait et léchait ses couilles, et passait sa langue sur toute la longueur de sa jeune bite.

La bite du garçon n’était pas aussi grosse que la verge de mon copain qui est belle et bien grosse, mais elle la prenait dans sa bouche sensuelle tant qu’elle le put.

Elle gémit et j’ai vu qu’elle posait sa main sur sa chatte. Le jeune homme avait les yeux fermés et je suis certaine qu’il a pensé être au septième ciel : il était excité et soupirait bruyamment, démontrant qu’il était prêt à décharger.

Marijke saisit sa verge avec une main et commença à le traire en la maintenant profondément dans sa bonne bouche et de l’autre main, elle massa ses belles couilles pleines de foutre.

« Ah..!! gémissait le garçon, je vais juter maintenant » ; « Humm » gémissait bruyamment ma nièce ; et il enfonçait sa pine encore plus profondément dans sa gorge.

Je vis son corps se secouer : un, deux, trois jets puissants de foutre arrosèrent sa gorge.

Marijke avalait la liqueur d’amour brûlante. La verge du jeune homme était encore dure et elle le suça de nouveau ; elle savait que la quéquette du garçon était sensible, alors elle la léchait et la massait tendrement. Et incroyablement, le jeune homme saisit la tête de Marijke deux minutes plus tard et hurla qu’il allait de nouveau décharger.

Oui, asperge mon visage avec ton foutre gémit Marijke, très excitée en tenant la bite non loin de sa bouche qu’elle avait laissée ouverte.

Il pointa son gland sur la bouche de la jeune fille et déchargea de nouveau, déversant quatre salves de sperme épais dans sa bouche. Lorsque tout fut fait, la bite se ramollit, mais Marijke en voulait encore ; cependant, la verge était vide. Je rentrai dans le garage car je désirais féliciter le jeune homme pour ses prouesses sexuelles, ce que je fis en riant. Marijke me regarda, étonnée, mais aussi excitée.

Le jeune homme remit son pantalon et sortit du garage avec les joues toutes rouges.

J’ai tout réglé avec Marijke vendredi pour le travail en heures supplémentaires et elle me donna son accord. Il y avait encore un peu de foutre sur ses lèvres ; je le léchai goulument et je lui donnai un baiser avec la langue. Eh bien, mon amie ne sait pas encore tout de moi et de sa nièce

Vendredi a été une belle journée avec beaucoup de soleil et j’étais contrarié de n’avoir pas choisi ce jour. Maintenant, je préférais me baigner dans notre piscine et profiter de l’après-midi pour me faire câliner par Carrie. J’étais d’humeur à faire l’amour avec elle, et dans mon slip de bain une bosse laissait entrevoir que j’étais particulièrement excité. Je pensais malheureusement qu’il faudrait attendre ce soir, lorsque sa nièce irait se coucher. J’étais occupé à lire des dossiers et je me demandais où Carrie et Marijke en étaient avec les dossiers que je leur avais confiés. J’appelai Marijke mais elle n’a pas décroché.

J’ai décidé de descendre pour voir où se trouvait le duo de baiseuses.

Comme nous étions seuls dans le bureau, Carrie avait changé ses habits pour revêtir une mini jupe et un tee-shirt très décolleté (elle ne portait pas de soutien-gorge) qui mettait en valeur ses délicieux nichons.

Marijke avait troqué ses jeans pour un short et un tee-shirt qui faisait ressortir ses seins qui paraissaient bien plus gros que je pensais ; ses mamelons ressortaient dans toute leur splendeur.

Carrie et moi-même avons l’esprit large et nous aimons les jeux sexuels ; mais il m’était difficile de lui demander de m’aider à baiser sa nièce.

Tout à coup, j’entendis des voix douces et je décidai d’écouter attentivement. La porte était entrouverte et les deux amoureuses discutaient.

Carrie, vous avez de la chance avec ce mec stupide : vous avez maintenant trouvé un gentil garçon, fit remarquer Marijke.

Oui, chérie, a répondu Carrie doucement, j’ai en fait de la chance : il est gentil, attentionné, il s’occupe bien de moi et il est super au lit. Oui, je suis amoureuse.

Marijke la regardait avec de grands yeux.

Mes deux derniers petits amis étaient nuls au lit, et j’ai vraiment besoin d’un garçon sympa capable de bien me baiser, dit la blonde sexy, joyeusement. Sucer la verge du postier m’avait seulement excitée : ma chatte aspire à être remplie par une belle grosse bite que je pourrais "emprunter" pendant une heure, disait-elle sans aucune honte à mon amie.

L’emprunter, certainement pas ; mais il pourrait bien te baiser, si nous le faisons ensemble.

J’entendis Carrie dire avec une voix d’excitée :

Je voudrais encore une fois gâter ce corps ; tu es si belle et si féminine, depuis un an environ que nous avons été ensemble en vacances.

Les deux ont eu leur chatte câlinée avant que nous soyons ensemble. En pensant que ces deux délicieuses dames seraient bientôt dans mon lit pour réveiller ma pine.

Je vois Marijke montée sur Carrie lui donner un baiser avec la langue ; elle lui masse ses gros nichons. Carrie est en apparence sérieusement excitée ; qui sait ce que ces jeunes filles disaient avant que je les aie écoutées ? Elle tire le tee-shirt sans hésiter, mettant à nu deux magnifiques doudounes bien mûres. Ils sont beaucoup plus gros et féminins que je ne le pensais.

Pendant que Carrie suçait les lolos de Marijke et que Marijke gémissait et soupirait, j’ouvris la porte et je fis comme si je ne savais pas.

Chérie, où sont les dossiers ? demandai-je innocemment en faisant semblant d’être surpris et en colère. Que faites-vous ?

Nous jouons au jeu "être en colère" !

Vous êtes assises et vous vous léchez mutuellement pour vous exciter, pendant que je travaille en haut.

Marijke n’ose plus regarder ; Carrie me regarde en riant.

Montons, nous les amenons. Marijke est habituellement excitée et n’a pas reçu depuis longtemps une grosse bite dans son con, dit Carrie sensuellement en faisant un clin d’il que Marijke ne put pas voir.

Si tu joues avec elle, je ne la paye pas. Fais le nécessaire pour que les dossiers soient classés !

Je me retourne ; Carrie a déjà compris le message et ma bite commence à se réveiller : je sais ce qui va arriver

Oh ! Marijke, nous ne pouvons plus revenir ! dit Carrie (ma chère tigresse) innocemment.

Déshabille-toi ; nous allons venir toutes nues : c’est la seule possibilité de le mettre de bonne humeur. Tu veux quand même une belle bite ? Celle de mon chéri est maintenant bien longue, bien grosse et bien dure. Avec deux belles femmes excitées comme nous, il pourra baiser au moins deux ou trois fois.

Pour Marijke, cela sonnait comme une douce musique très sensuelle ; elle enleva ses vêtements, tout comme Carrie.

Avant d’aller à l’étage, je vais encore goûter à vos chattes, mes chéries.

La vue du pétard de Carrie l’a tellement excitée dit Carrie.

Elle s’agenouille devant sa nièce ; celle-ci met immédiatement une jambe sur l’épaule de Carrie qui commence à sucer le con de Marijke.

Après une minute ou deux, elle s’arrête et dit :

Nous allons passer à notre patron : c’est un beau morceau !

Dans l’escalier, Carrie court devant Marijke, toute nue, et la vue du pétard de Carrie l’excite tellement qu’elle larrête et spontanément commence à lécher sa chatte pendant quelques minutes.

Si elles marchent nues dans mon bureau sans dossier, elles sont déjà bien excitées.

La porte s’ouvre et Carrie dit d’une voix sensuelle :

Nous avons oublié les dossiers, mais je t’apporte deux cons bien excités à étudier. Le reste, nous le ferons demain ; maintenant, c’est l’heure de jouer. Nous voulons toutes les deux une belle queue épaisse.

Elles se lèvent pour venir dans ma direction. Vanessa enlève mon pantalon et ma cravate. Marijke, la petite pute excitée, se met à genoux et retire mon pantalon.

Lorsque mon pantalon et mon slip sont à terre, ma bite devint dure et se dressa comme une flèche ; je vois Marijke qui me regarde, surprise.

C’est la plus grosse pine que j’ai jamais vue ; vous vous en doutez, n’est-ce pas ?

Elle lèche tout le long de ma verge dure comme de l’acier et elle l’engoule dans sa bonne bouche. Je la pousse pour enfoncer cette quéquette plus profondément dans sa gorge.

Bientôt, tu vas me sucer, petite fille sensuelle ; mais avant, tu vas me dire ce que tu as prévu avec Carrie dans les archives.

Marijke est tellement excitée qu’elle ne peut pas répondre ; elle attire la tête de Carrie, les cheveux rejetés en arrière et enfonce sa langue dans sa bouche pour lui donner des baisers avec la langue.

Hum… Carrie, je vais jouir Je veux du sexe ; je veux du cul : oui, du cul, du cul, du cul, du cul, du cul, du cul ! Aide-moi, s’il te plaît, supplie Marijke.

Carrie n’a pas l’intention de se laisser faire ; elle saisit les beaux nichons de Marijke et commence à les lécher, à les sucer, à les pétrir de ses deux mains.

Pendant que mon amie s’occupe des seins de sa nièce, je pousse Marijke sur la table de conférence qui est dans mon bureau pour qu’elle puisse aisément reposer et jouir.

Carrie est toujours occupée avec les lolos de Marijke. Je donne de nouveaux ordres :

Donne tes seins à Marijke, et mets ton cul en arrière ! dis-je sévèrement à Carrie.

Je vais attaquer les jolis pare-chocs de Carrie et viens me positionner derrière son gros cul excitant.

Je lui donne quelques fortes claques sur son popotin, car elle ne m’a jamais dit qu’elle avait baisé sa nièce ; je lui donne encore quelques coups pour n’avoir jamais amené sa nièce pour qu’on baise tous ensemble.

Le cul ferme de Marijke est un peu rouge, et Carrie veut commencer à lécher la chatte de Marijke ; je lui interdis de le faire et je lui dis qu’elle doit rester tranquille.

Marijke continue de jouer avec ses seins et me fait comprendre que sa minette désire être remplie.

Je continue à la taquiner et je vais à sa rencontre ; je laisse mes doigts caresser son con qui dégouline de mouille. Je rentre même un doigt dans son vagin ; je le câline pendant quelques secondes pendant que Carrie regarde, toute excitée. Puis je retire mon doigt et je la laisse allongée sur la table, les jambes ouvertes.

Je laisse Carrie tendre son cul lorsqu’elle est dans mon bureau, pour que Marijke puisse bien voir. Avec des yeux pleins de luxure, elle regarde ma grosse bite que je plante brutalement dans le minou de Carrie. Carrie gémit et crie de plaisir ; je la laisse décrire sa jouissance à sa cousine qui ne peut pas encore se lever. Carrie s’occupe bien de Marijke qui caresse sa chatte.

Hum… Marijke, sa bite me remplit bien, complètement. Elle est grosse, longue et chaude ! Elle se trouve à l’aise dans mon con.

Carrie est heureuse, et pendant que ma bite est enfoncée encore plus profondément dans son vagin, complètement au fond de ce trou d’amour si bon, pour que Marijke puisse bien voir, Carrie dit à Marijke :

Marijke, tu ne dois pas te toucher ; j’arrive tout de suite et je vais m’occuper de ta minette.

Je continue de baiser et je décide que Marijke a attendu assez longtemps, allongée sur la table, son beau cul offert au bord de cette table de façon à ce que je puisse enfoncer ma bite entièrement dans ce gouffre serré.

Je laisse Marijke s’asseoir, avec sa chatte sur le visage de Carrie, de façon à ce qu’elle me regarde et que je puisse voir son con ouvert sur sa bouche.

Marijke commence immédiatement à lécher la foune de Carrie et je décide qu’il est temps de goûter au con de Marijke.

J’enfonce lentement mon gland épais dans son vaginet ; j’attends qu’elle bouge son bassin et j’introduis ma grosse et longue bite dans son trou à bébé. Elle halète et s’arrête de gémir et de lécher. Immédiatement, je retire ma verge de son vagin et je dis :

Si tu cesses de lécher le minou de Carry, je sors ma bite.

Marijke me regarde et dit, toute excitée :

Alors, je lèche et je suce la chatte pour qu’elle soit bien propre, et tu me baises.

Aussitôt sa langue lèche le clitoris de Carrie, qui gémit bruyamment et dit :

Baise-la pour moi ; enfonce ta belle verge au fond de son vagin et baise-la amoureusement.

Je la prends au mot et je commence à la baiser bien profond et violemment.

Marijke n’en peut plus et jouit pour la première fois ; mais aussi incroyable que cela puisse paraître, elle continue de lécher et de sucer tout en jouissant.

Je continue de la baiser et je sens son vagin se serrer autour de ma grosse pine.

C’est toujours une sensation délicieuse de sentir jouir une femme grâce à ma bite.

Mes couilles commencent cependant à me démanger et je baise plus rapidement. Marijke crie maintenant et continue de lécher ; des sons incohérents sortent de sa gorge alors que la chatte de Carrie est sur sa bouche.

Carrie commence aussi à gémir, et des soupirs sensuels se font entendre. Elle jouit un peu plus tard que Marijke. Les deux femmes crient et je sens que je vais décharger.

Je sors ma pine du vagin de Marijke ; Carrie baisse la tête et prend ma verge dans sa bouche, et je décharge tout mon foutre dans sa gorge ; elle avale goulûment.

Elle garde un peu de sperme, se penche sur le visage de Marijke et laisse quelques gouttes de foutre dégouliner dans sa bouche. Elle est si excitée que ma bite se dresse comme un I. Carrie maintenant décide de lécher Marijke et j’enfonce immédiatement ma verge dans la chatte de Carrie ; j’en désire davantage et elle est si excitée que nous ne pouvons plus reculer. Elle me dit :

Allez, il ne faut pas que tu recules car je veux que tu m’encules…

Pendant que je baise Carrie, elle et Marijke se doigtent et se lèchent.

Je laisse tomber un peu de salive sur le trou du cul de Carrie et j’y enfonce mon doigt. Carrie me demande immédiatement si je veux introduire ma bite dans son cul. Comment pourrais-je refuser cette invitation ?

J’enfonce prudemment ma grosse bite dure dans le trou du cul de Carrie ; je commence à le forer et Marijke jouit dans la bouche de Carrie. Carrie ne peut plus se retenir, et lorsque Marijke touche avec son pied le clito de Carrie, elle jouit à son tour ; moi pas encore, et j’enfonce ma bite le plus loin possible dans son trou du cul.

Marijke dit :

Je n’ai encore jamais reçu une verge dans mon trou du cul ; Carrie, aide-moi : je veux que Chris m’encule.

Carrie touche le trou du cul de Marijke et sent qu’il est déjà bien humidifié par la mouille ; elle y enfile un doigt. Marijke gémit et trouve cela magnifique. Un deuxième doigt, puis une minute plus tard, un troisième doigt s’enfonce dans son trou.

Carrie enfonce ma bite profondément dans sa bouche et suce comme une reine, puis met ma quéquette à la place qu’elle mérite : j’enfonce mon pénis dans le puits d’amour vierge de Marijke.

Elle doit s’habituer à la grosseur de ma pine, puis je commence lentement à bourrer ce paf pendant que Carrie doigte tendrement son clito.

Marijke est au septième ciel ; elle gémit et hurle de plaisir lorsque je commence à la bourrer sauvagement. Carrie a mis trois doigts dans sa foune et la doigte tout en regardant la scène d’amour.

Marijke, qui va jouir, commence à frotter son clito ; soudain, tout son corps tremble et elle jouit, prête à crier, alors que quelques jets de mouille s’échappent de son amoureux.

C’en est trop pour moi et je sens ma bite qui se gonfle : je suis prêt à décharger. Carrie se retourne et baise ma bite de toutes ses forces, puis met ma bite dans la bouche de Marijke qui commence avec Carrie à me lécher et à me sucer à tour de rôle.

Lorsque Marijke prend ma pine dans sa bouche et que Carrie me lèche les couilles, je n’en peux plus et je commence à jouir.

Après avoir envoyé deux puissants jets de foutre dans la gorge de Marijke, elle se retire rapidement pendant que je gicle encore quatre fois mon foutre brûlant sur son corps nu.

Épuisés, nous nous écroulons ensemble sur le plancher, le sourire aux lèvres. Les filles lèchent ma queue pour la rendre bien propre.

Nous allons prendre une douche, et ma bite commence à "revivre". Je décide d’aller dîner avec ces deux femelles, dîner accompagné d’un grand vin. Puis nous rentrons à la maison.

Nous avons passé le reste du week-end ensemble, loin des autres, et nous nous sommes amusés tout nus au soleil.

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire