Histoires d'inceste Histoires de sexe arabes Histoires érotiques au travail

C'est avec ma tante Eva que l'inceste n'est plus un problème pour moi – Chapitre 3

C'est avec ma tante Eva que l'inceste n'est plus un problème pour moi - Chapitre 3



Dans les jours qui suivirent, la complicité avec ma sur Lola était assez évidente : on discutait beaucoup, on se chatouillait, on riait ensemble pour rien, … Tout ceci mettait un peu Agnès dans l’embarra qui ne comprenait pas cette étrange et nouvelle complicité. Elle se sentait exclue, jalouse peut-être mais cela je pourrais m’en servir plus tard.

Les examens approchaient à grand pas maintenant et c’est Lola qui allait commencer en première. Elle en avait moins mais commençait plus tôt. Le premier jour où je pouvais être avec Agnès, tante Eva est venue à la maison pour faire un coucou. Enfin, elle voulait surtout me faire un coucou à moi. Elle n’avait pas comprit que mes deux surs n’avaient pas leurs examens en même temps alors elle était un peu déçue de voir Agnès mais ne me le montrait pas. Quand ma sur se rendit à l’étage, Eva se jeta sur moi pour m’embrasser.

— Ta queux me manque de trop, me dit-elle.

— Toi tu me manque tout court, dis-je. J’ai beau avoir une relation avec Lola, elle n’est pas toi.

— C’est trop gentil…David, je…

Eva s’interrompit et se séparait de moi quand elle entendit ma sur descendre les escaliers mais Agnès n’était pas bête et sentait qu’elle venait d’interrompre quelque-chose de suspect. Eva lui sourit avant de dire qu’il était temps pour elle de s’en aller. Je la raccompagnais au cas où j’aurais pu l’embrasser une dernière fois mais ce n’était pas possible.

Je fermais la porte et fit demi-tour avant de me retrouver nez-à-nez avec Agnès.

— Oh…

— Tu me prends vraiment pour une conne ou quoi?

— Pardon?

— Tu as encore un peu de rouge à lèvre sur ta bouche.

— Je…

J’effaçais le rouge mais c’était trop tard, le mal était fait et Agnès l’avait vu. La discrétion n’aura durée que quelques semaines.

— Tu te rends compte que c’est notre tante?!

— Sur un plan technique, c’est notre demi-tante.

— Ne te moque pas de moi! C’est quoi votre petit jeu?!

— Il n’y a pas de jeu, assurais-je, on s’est embrasser pour rigoler en vacance et on a voulu juste rire un peu.

— Rire un peu? Et avec Lola, tu veux rire un peu? Je vous vois et je sens votre tension sexuelle! Je vais aller le dire à notre mère!

— Tu vas rapporter à maman comme une gentille fifille?

— Exactement.

— Il n’y a aucune tension sexuelle entre Lola et moi.

Il était temps d’utiliser mon argument. Je voulais le faire plus tard mais je suis coincé:

— Je suis super proche de Lola parce que je veux m’éloigner de toi. C’est le seul moyen que j’ai pour ne pas fantasmer sur toi!

Agnès était surprise, vraiment surprise. Elle était la bouche ouverte détonnement. Elle avait la même bouche que mon autre sur, elle était blonde coupé au carré, les yeux comme Eva. Elle était plus grande que moi de un ou deux centimètres seulement. Sa poitrine était dans le bonnet C, 90C pour être précis, le même bonnet que notre mère dailleurs. Je prends la décision de m’avancer et de tenter le tout pour le tout en posant mes lèvres sur celles de ma sur. Elle échangea l’embrassade durant une ou deux secondes avant qu’elle se recule. Elle était sans doute choquée mais ne disait rien.

Ma mère nous servait notre repas avec un certain enthousiasme ce soir la car elle venait de recevoir un appel de notre père. Malgré le divorce, elle restait bonne copine avec lui et sympathique avec sa nouvelle compagne.

— Et que leur arrive-t-il? demanda Agnès.

— Et bien ils vont se marier. Ils ont gardé tout cela secret. Ce sera dans une semaine.

Je me fichais complètement de cette nouvelle pour ma part, je regardais mes surs alternativement. Lola me faisait des clins d’il et l’autre m’évitait du regard mais je ne baiserais aucune des deux ce soir. Cette nuit, je ferais ceinture et c’est bien dommage car j’avais vraiment envie de baiser.

La nuit fut longue et le matin j’avais un pénis si dur que cela me faisant mal et Lola était déjà partie en cours. Même pas possible de me faire masturber par ses mains de plus en plus expertes. Je descendis donc les marches pour me rendre dans ma cuisine quand j’entendis ma mère dans le salon. J’avais oublié que c’était son jour de congé! Je l’observais en train de faire sa gymnastique du matin dans sa tenue de sport qui se limitait à un short court et moulant et un soutien-gorge sportif. Elle avait ses cheveux blonds attachés. Elle avait passé 40 ans mais elle était ce qu’on appelait une MILF. Elle ne faisait pas 10 ans de moins comme sa sur Eva mais, dans ses positions de sport très suggestives, l’éjaculation n’était pas loin.

— Oh bonjour mon chéri, me dit-elle en me voyant.

— Bonjour…

— Tu me sembles étrange. Tout va bien?

— Oui…je viens juste de me rendre compte que tu es une femme très belle. Très très belle.

— C’est gentil ce que tu me dis.

— Je peux t’aider à faire tes étirements?

— Bien sur mon chéri.

J’aidais ma mère a bien tendre ses jambes, les bras, …je touchais son ventre, j’effleurais la poitrine puis le me plaçait en face d’elle et fit semblant de perdre l’équilibre pour tomber sur elle. Nos bouches étaient si près l’une de l’autre…

— Pardon, dis-je.

— Ce n’est pas grave…

Mis ainsi, elle ne pouvait rien faire d’autre que sentir mon pénis dur à proximité de sa chatte. Il n’y avait que nos vêtements qui empêchaient la pénétration.

— Je te trouve vraiment parfaite, assurais-je. Si tu n’étais pas ma mère, je te jure que je te fais l’amour maintenant, tout de suite.

— David…

Je fais tout de même un bisou dans le cou de ma mère en espérant que cela allait lui faire quelque-chose. Je la regarde de nouveau en espérant que quelque-chose se soit déclenché et oui!

Elle me regardait avec différence maintenant, elle ressentait quelque-chose. Oserais-je? Je pose mes lèvres sur celles de ma mère et je mets ma langue dans sa bouche et elle accepte la chose. Je l’embrasse aussi bien et aussi longuement que possible en me disant que ce serait la dernière fois. Je retire une bride de son soutien-gorge et suit la seconde rapidement pour qu’elle soit dénudée au-dessus et je quitte enfin sa bouche pour embrasser le corps et descendre jusqu’à sa poitrine et jouer avec ses seins fermes. Je sentais ses mains à elle près de mon pantalon pour me le retirer. Une fois enlevé, elle se redresse et reprend une position au-dessus.

— Je vais te montrer comment on fait plaisir à un homme.

Elle commença à me masturber avec efficacité, jamais je ne l’ai été comme cela et je ne vous parle pas du moment de la fellation qui fut plus que parfaite. Je n’avais jamais ressenti cela, elle était une experte. J’éjaculais dans sa bouche et…mon Dieu! Elle a tout avalé!

— Maman…professionnelle.

— Je faisais déjà des fellations alors que tu n’étais pas encore dans mon ventre alors, oui je suis une pro.

Elle se redressa pour faire pénétrer par mon membre et je n’attendais que cela avec plaisir. Notre connexion fut parfaite, elle avait tout prit en main et mes mains touchaient son corps sous toutes les coutures.

— Vas-y, dit-elle, vas-y! Oui! Vas-y!

Je sentais qu’elle montait dans le plaisir jusquà ce que je sente son liquide vaginal sur moi…beaucoup de liquide. Elle était fontaine!

— Tu es la femme parfaite Maman !

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire