Histoires de sexe fétiche Histoires de sexe viol Histoires érotiques au travail

Chron'X – Chapitre 2

Chron'X - Chapitre 2



Bon avant toute chose je tiens à le dire je suis pas raciste. Le sexe interraciale ne me dérangeait pas à l’époque ni aujourd’hui d’ailleurs. C’était à peu près deux semaines après le début de mon aventure avec ma prof du vendredi matin. Nos échanges en dehors des cours était devenus plus chaud nous allons dire et tous les samedis matin mon appartement entier devenait un terrain de jeu. Mais bref je m’égare. C’était un samedi soir dans notre bar préféré pour rigoler le week-end. Natascha amena un sujet marrant sur la table.

"Les gars le répétez à personne mais je crois que Maeva est une chaudasse.

-Pourquoi? Renchérissais Deuce.

— Hier sa douche est tombé en panne. Elle est venu en face utilisé ma douche. J’ai vu dans le creux de ses reins un tatouage étrange un Q dans un pique comme sur un jeu de cartes. Expliquas-t-elle.

— Donc Maeva miss 19/20, la coincé par excellence de la fac ferais partis d’une sorte de gang. Demandais-je.

— Non. Vous savez qu’elle a passez un semestre aux états unis. Là bas c’est un signe pour reconnaitre les filles qui aiment se taper des blacks. Mais uniquement des blacks. C’est très étrange.

— Non attends. T’as vu Maeva? Elle est super fluette une bite de black la déchirerait en deux.

— Elle aime donc se taper des blacks très bien membrés d’après toi.

— Je pense.

— On est samedi. Elle doit être chez elle. Tous à la Zachary mobile.

— C’est juste une vieille dodge, Deuce arrête d’appeler ma voiture comme ça.

C’est ainsi qu’on rentras chez Natascha pour un samedis soir des plus étranges. Ils n’étaient que 21 heures moins dix quand nous avons tapé chez la meilleur élève. Maeva ouvris dans une tenue qu’aucun de nous ne lui aurait imaginer. Elle portait un short qui dévoilait entièrement ses jambes et une chemise sans manche qui était attachée juste au dessus de sa petite poitrine pour exhiber un diamant sur son nombril. Un rouge à lèvre digne de la scène d’ouverture du Rocky horror Picture show, un fond de teint qui faisait paraître sa peau encore plus blanche que ce qu’elle n’était en réalité, on aurait dit de la farine. Deuce me chuchotas non sans humour

"à tous les coup elle as un string fendu.

— Vous voulez quoi?

— On aurait besoin de

— Sucre". Disais-je pour sauver Natascha d’une hésitation très longue.

Maeva nous donna un kilo de sucre de sa cuisine. Quand elle se retournas on put admirer son tatouage. On la fixait tous sans dire un mot. Elle avait l’air gêné et refermas la porte. Zachary et Deuce étaient bouche-bès, Natascha eu un sourire satisfait. Moi je n’était plus trop étonné depuis ce qui était arrivé il y a de cela deux semaines. En rentrant dans l’appartement de Natascha on osait rien dire de peur que sa voisine fan des blacks ne nous entendent. Une fois la porte fermé Deuce collé à la porte la vit partir et entendit du coin de l’oreille un appel de téléphone, elle disait qu’elle arrivait au club dans pas longtemps. Lorsqu’il eut l’info de la part de notre ami, Zachary lâcha son téléphone qu’il avait depuis que Maeva avait refermé la porte.

"Bon les gars j’ai une bonne nouvelle.

— Elle as tourné un porno. Imaginas Deuce.

— Non mais pas loin. Dites merci à mon Iphone. Il y a dix boîtes libertines en ville. Parmi-elle deux sont spécialisé dans le SM. Donc il nous en reste huit à vérifier on est d’accord.

— Vous allez pas la suivre. Exhaussait Natascha comme blasé par la situation alors que Zachary repris son téléphone pour continuer sa recherche.

— Mais non. Nous allons arriver par hasard dans le même club qu’elle.

— Donc on as huit club et on est quatre. On fait quoi? Deux chacun.

— Bande d’idiot on vous as rien appris quand vous avez appris à vous branlez. Il faut affiner les recherches. Vous cherchez une boîtes libertines qui organisent des évènements. Ensuite la boîte ouvre à 21 heures puisqu’il était déjà là bas vu qu’elle parlé assez fort pour que Deuce puisse entendre.

— Il en reste deux le tournedos et le cadran démonté. Affirma Zachary en levant le visage de son Iphone.

— Bon qui veut allez où? Demanda Deuce.

— Moi je vais au Tournedos avec Tristan. Affirma Natascha

— Qu’est ce que j’ai fait pour mériter ça?

— Ta gueule. Viens".

Honnêtement j’en avais rien à faire de savoir qui se tapait Maeva. Au-delà de l’intérêt de savoir si elle était bien autre chose que l’apparence qu’elle donnait dans la fac. Je ne sais pas si la relation avec la professeur m’avait changé. Mais je pense que ça devait avoir un lien. La moto de Natascha avait ce look américain des années 70, les vieux modèles qui parcouraient le bitume de la route 66. Elle était usée, le cuir commençait à partir de la selle et certaine partie était moins brillante que du chrome pourrait laisser imaginer. Mon amie me tendit un casque et m’aida à monter sur sa bête. Elle la surnommait Duncan. Le trajet fut rapide mes bras encerclaient le ventre de Natascha, mon bassin collait au sien. Ma bite et son cul n’était qu’à quelques fin centimètres, dieu merci pour notre amitié aucune érection n’eut lieu. Une fois arrivé à notre destination nous avons compris que nous étions au bon endroit. Le club avait ouvert mais une petite dizaine d’homme à la peau très foncé restait devant le club à regarder leur téléphone comme si ces messieurs attendaient quelqu’un.

"Pourquoi on fait ça?

— Honnêtement Le dis pas au garçon mais j’ai autant envie qu’eux de voir Maeva dans une position aussi pornographique.

— T’es comme nous en fait.

— à ton avis pourquoi je traîne avec vous. C’est pas pour vos beau yeux."

Le vigile à l’entré nous fait comprendre qu’on doit laisser nos téléphones à sa collègue pour éviter les gens malintentionnés. On envoie un message à Zachary et Deuce les informant de notre découverte, puis déposons nos téléphones à l’entré qui nous as couté 25 euros, tarif couple. ça déchire un peu. La femme à l’entrée, une blonde pulpeuse petite et fine, avec une poitrine assez bien définie nous informe qu’à 22 heures le spectacle allait commencer. Une femme connue sous le nom de Sister M allait arriver faire son show avec les hommes que nous avions vu devant.

Une fois dans la salle éclairée d’une lumière bleu et rouge tamisé offrait une vue magnifique. Une jeune rouquine au cheveux extrêmement court était en train de se frotter à une homme un peu plus âgé alors qu’à côté d’eux une femme blonde assez âgé échangeait des baisers passionnés avec un homme typée méditerranéen bien plus jeune. Les deux jeunes se tenaient la main alors qu’ils jouaient avec les deux personnes plus âgés.

"écoute on est ici en couverture.

— Quoi?

-Maeva risque d’arriver avant les deux abrutis qui nous servent d’amis. Donc elle va nous remarquer dans la salle si on reste aussi stoïque et droit comme des i. Faut faire des trucs genre qui conviendrait à faire dans ce genre d’endroit. Suggéras Natascha.

— Mais ça veut dire quoi?

— Tu vois les deux couples en train de flirter là bas?

— Ouais la rouquine est pas mal.

— On doit faire pareil c’est un club libertin. Si on reste immobile ça se verra."

Nous nous sommes donc installés sur une banquette près des deux autres couples. Le vieux bedonnant semblait mal à l’aise comme si les frottements frénétiques feintant leur fricotage ne faisaient finalement fantasmer que l’esprit frivole de la femme. Il n’en fallait pas moins pour que je me retienne de rire pouffant parfois légèrement. Deux minutes plus tard. L’homme âgé se leva et demanda à sa femme de partir lui avouant n’y prendre aucun plaisir et trouvant cela dégoutant. Il partit comme une furie vers la sortie, sa femme lâchant les lèvres de son amant à la peau mâte le suivit, s’excusant auprès du pauvre couple laissé en plan. Natascha entama la conversation avec eux. Ils étaient un couple assez atypique elle était écossaise et avait immigré en France pour ses études et lui était portugais et était venu en France trouvait un travail d’ingénieur. Elle se nommait Karen et lui Rodrigue comme le héros de la pièce de Corneille. L’écossaise commença à me caressait la jambe alors que son mari n’avait d’yeux que pour le décoté plongeant de Natascha. C’est vrai qu’avec sa poitrine assez bien formé et ses long cheveux blonds ondulés elle avait de quoi donner envie à tous les hommes. Je comprenais bien ce type. Il devait aimer le style encore plus nordique de Natascha, sa femme avait peu de poitrine et semblait assez fine mais avait un visage assez rond qui la rendait très jolie, elle avait des yeux noisettes et des petites lèvres très fines, pas très pulpeuse, une pâleur de roux pour décolorer sa peau et lui faire haïr le soleil comme moi. Notre discussion avançait bien et on sentait qu’ils pourraient avoir envie surtout l’homme qui devait juste attendre une sorte de signal, quand tout d’un coup les lumières certes tamisées se mirent à clignoter trois fois. Comme les trois coups au théâtre c’était pour lancer le début du spectacle.

Les dix hommes rentrèrent suivit par un petit groupe d’homme plus âgé et ayant tous un air libidineux. Les dix hommes étaient au centre du club, il y avait une sorte de petite scène surélevé sur laquelle une femme assez âgé donnait une capote à chacun des hommes. Puis une voix annonça l’arrivé de Sister M. Plus un doute possible c’était le même haut attaché sous la poitrine, le même short couvrant à peine ses fesses, le même rouge à lèvres qui ferait pâlir les putes de l’ancienne Egypte, le même diamant sur le nombril. Une voix au micro l’interpellait.

"Sister M. Tu es prête pour ta surprise? J’espère car elle t’attends sur la scène."

Elle sauta sur la scène et se mit autour des hommes. La plupart avaient déjà déboutonné leur pantalon. Elle se mit à genoux et sortit au début deux bites qu’elle branla avec ses petites mains squelettiques, c’était deux membres assez imposant, à moins que ce soit le côté rachitique de Maeva qui donnait cette idée. Les deux hommes semblaient y prendre du plaisir et on voyait que la voisine de mon amie ne demandait pas son reste. Un troisième arrivât devant elle et lui tirât les jambes pour pouvoir atteindre son short en jean qu’il lui retira en un claquement de doigt. La salle entière a eu les yeux rivés sur la jeune femme avec un string rose-bonbon fendu en deux au niveau de sa chatte laissant voir un clito sortis et apparemment très gonflé ainsi qu’une chatte déjà dégoulinante de mouille et ce n’était que le début. Les sept autres mecs retirèrent leur pantalon, ils avaient tous des membres assez gros et massif. La rouquine à côté semblait ne plus tenir elle se frottait sur son siège, la lèvre inférieur mordu au possible, à ce rythme du sang allait gicler avant autre chose. Les hommes autour commencent à se branler en regardant le spectacle.

Maeva se relevas pour enlever son haut et dévoiler son absence de soutien gorge, des petits seins, très petits. C’est à se demander s’ils étaient là ou si tels le soutien-gorge ils avaient été oublier

"Messieurs je suis toute à vous. Faites vous plaisir."

Il n’en fallut pas plus un des hommes la tira par les cheveux et la ’força’ à se mettre à quatre pattes et commença à lui ramoner la chatte, les gémissements de qu’elle lâchait témoignait de son excitation croissante. La bite noire disparaissait à l’intérieur de Maeva

"On dirait une chocolatine." Murmuras Natascha à mon oreille, je le reconnais j’ai pouffé de rire en entendant cette blague.

Un autre mec est venu se branler dans sa bouche, il utilisait plus ses lèvres comme une poupée gonflable, alors que l’autre mec celui derrière était un peu violent mais ça allait celui qui était devant il y allait à fond, malgré ça elle continuait à encaisser un second mec était venu remplacer le premier et un troisième attendait déjà. Les autres essayait de garder leur bites bien dures en se touchant au travers de la capote. ça devait pas être facile pour eux. Ils devaient regarder leurs potes se tapaient la fille comme des bêtes et eux regarder attendant leur tour. Les gémissement de Maeva c’était transformer en cri étouffés par la bite dans sa bouche. Le mec qui lui défonçait la bouche sortit de son orifice et partis chercher quelque chose dans le fond. Une grosse coupelle en cristal très brillante et ayant l’air propre, le jeune homme retira sa capote et lâcha sa semence dans la coupelle en cristal et descendit de la petite scène. Un de ses potes se moquent de lui en lui envoyant un petit "L’homme le plus rapide du monde mesdames et monsieur." Toute la salle a rigolé même ma voisine écossaise. Ils n’étaient plus que 9 et quelqu’un avait déjà remplacé le pauvre premier éjaculateur. Il avait une bite plus fine mais plus longue que les autres. On voyait la langue de Maeva rentrer et sortir de la bouche pour entourer le chibre de son partenaire buccal alors que l’homme à l’arrière la défonçait sans ménagement maintenant tout en lui titillant avec l’index son petit trou, l’index rentrait jusqu’à la première phalange puis ressortais alors qu’au niveau du bassin il secouait dans tous les sens son index semblait rester droit comme un i dans le cul de Maeva. Tout d’un coup Il s’arrêta en plein mouvement puis envoya un énorme coup de pelvis tout en rentrant son index jusqu’au bout. Maeva lâcha un orgasme très puissant, elle se mit à hurler et ne semblait plus se retenir, l’homme ne bougeait plus il la faisait venir et repartir avec l’index qu’il devait tenir en forme de crochet dans le cul de la pauvre fan de black.

"J’aime être défoncé! Oh oui! ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii!"

Ces cris à réveiller les morts ne faisaient qu’exciter plus l’assistance des couples étaient déjà entrain de s’envoyer en l’air dans d’autre coins de la boîte. Karen semblait être à la limite du soutenable et Natascha avait disparue. Karen commença à me caresser la jambe, alors que le tout premier mec qui avait sauter Maeva fit un grand râle en se lâchant dans la coupelle. Et de deux. Je la voyait Maeva elle s’éclatait. Karen elle semblait vouloir la remplacer. Je commençait à toucher sa culotte sous sa jupe très courte, elle est trempe, même plus que trempe , elle en pouvait plus et je dois le reconnaître moi aussi.

Je lui ai sortis ma bite de sa cage synthétique aussi appelé caleçon après avoir déboutonné mon jean. Quand elle vît ma bite elle retira sa culotte sans même toucher à sa petite jupe en simili cuir ni à son haut jaune et blanc sans manche. Elle vînt s’empaler sur mon membre sans même hésiter, elle ne regarda même pas son mari qui avait disparut lui aussi.

Son souffle chaud dans mon oreille, la chaleur de son corps, ses douces mains parcourant mon torse sous mon T-shirt, son ticket de métro qui chatouillait la queue à chaque va et vient. Puis vînt quelque

chose que même aujourd’hui je n’arrive pas à expliquer. Nos lèvres se sont croisés, nos langues dans la bouche de l’autre. Les feux d’artifices résonnèrent dans ma tête, des paillettes dans les yeux et mon cur qui s’emballaient plus que de raison. Quelques secondes je la fait sortir de ma bite et avant que j’ai le temps de dire quoique ce soit elle m’as pompé pour tout aspirer.

Je ne sais pas combien de temps notre petite sauterie à durer mais quand on s’est mis à regarder de nouveau il ne restait qu’un homme avec Maeva et il se vidait de son sperme dans la coupelle maintenant pleine. Elle prit la coupelle entre ses mains, enfin on la lui as donné puisqu’elle n’arrivait plus à se lever, elle se mit à boire toutes la semence des dix hommes et finit la coupelle sans en laisser une goutte. C’est à cet instant que Maeva me vît et me fît le pire regard que j’ai reçu de ma vie

Plus tard chez Natascha en buvant des bières de son frigo Maeva nous expliquas comment tout avait commencé pour elle. Une amie qu’elle s’était faites durant son semestre aux USA l’avait initié au sexe interraciale et depuis elle ne pouvait plus s’en passer et qu’elle préférait que sa reste un secret car les gens même à la fac ne pourrait comprendre son engouement ou pourrait s’en moquait.

"Au fait vous étiez où débile 1 et 2? Demanda Natascha à Zachary et Deuce

— C’est assez spéciale." Répondit Deuce en amenant de la glace pour l’il de Zachary.

UN PEU PLUS TÔT

"Non hors de question que je laisse mon téléphone à l’entré.

— Mec on peut voir un gang bang si on pose ce portable. Pose le sinon je te frappe.

— Essaye."

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire