Histoires de sexe en groupe Histoires de sexe mobiles Histoires de sexe viol

Confessions d'une esclave sexuelle – Chapitre 2

Confessions d'une esclave sexuelle - Chapitre 2



Suite à mon départ, je suis allée m’installer quelque temps chez mes parents qui habitent à Dieppe. Là-bas, j’ai pu me reconstruire. Mes parents sont des personnes formidables. J’ai commencé par faire un régime drastique. Je ne supportais plus l’image que je renvoyais. Ensuite, j’ai trouvé un nouvel emploi en tant que secrétaire administrative pour une société de BTP. Cela m’a permis de pouvoir louer un appartement et de refaire ma vie. J’avais un nouveau cercle d’amis grâce à quelques collègues de travail et à mon activité associative dans le domaine de l’écologie. Régulièrement avec mon association, nous nous rendions dans des parcs, lieux publics ou autres pour enlever les ordures que les gens laissent sur place. Cela me permettait de rencontrer du monde et de me rendre utile pour la société.

Mon fils venait me rendre visite très rarement et comme je le disais précédemment, plus il grandissait, et plus la distance entre nous se creusait. Cependant, si je mets de côté cette relation compliquée avec mon fils, je peux dire que j’étais plutôt heureuse. Le seul bémol était à mettre au niveau de ma vie sentimentale. J’avais rencontré Sébastien avec qui je suis restée 3 ans, mais ce n’était pas l’amour fou, je crois que j’étais encore marquée par mon histoire avec Jérôme et je n’étais pas encore prête à faire confiance à un homme. Mis à part Sébastien, je n’avais donc rencontré que très peu de garçons et je me faisais souvent charrier par mes amis par rapport à cela, mais au début, la solitude ne me dérangeait pas.

Au fur et à mesure des années, l’amour et l’attention d’un homme commençaient tout de même à me manquer. Souhaitant prendre les choses en main, je décidais de m’inscrire sur la célèbre application de rencontre Love you. Très rapidement, j’ai reçu beaucoup de likes des hommes. Je n’en revenais pas. Cependant, parmi tous ceux-là, rien de très concret à retenir; cela en devenait désespérant. J’allais boire des verres avec eux, la plupart étaient inintéressants au possible et ne ressemblaient pas du tout à leur photo de profil. Bien sûr, il y eut quelques amourettes, quelques parties de jambes en l’air; mais rien qui ne vaudrait le temps de m’épancher sur le sujet ici.

Un jour, je tombais sur le profil d’un homme très intrigant. Son pseudo était Mat, il avait 30 ans. La photo principale représentait les mains d’une fille attachée par une corde. Comment pouvait-il mettre cela sur le site ? Intriguée, je décide tout de même de cliquer sur son compte pour en savoir plus. Il y avait deux photos supplémentaires. Sur l’une, on pouvait voir une fille allongée avec un collier autour du cou. Au-dessus d’elle, un homme très musclé attrapait et tenait fermement ce collier (qui en fait, était une laisse !). Sur le visage de la fille, on pouvait ressentir toute l’excitation que cela lui procurait. La dernière photo était une femme, les yeux bandés avec derrière l’homme qui allait s’occuper d’elle. Je ne saurai dire pourquoi, mais rien que la vision de ces trois photos m’excita immédiatement. La description du profil était simple, rapide et efficace : A la recherche d’une relation très particulière où la psychologie et la sexualité seront mises à rude épreuve. Si tu veux en savoir plus, n’hésite pas à venir me parler. Je crevais d’envie de savoir qui se cachait derrière ce profil mystérieux et quelle était la relation dont il parlait. Dans la foulée de mon excitation, je mis donc un like sur son profil, me disant que, de toute manière, il serait peu probable que nos deux profils matchs. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque quelques secondes plus tard je reçus un Salut Marine :-)!

Mon Dieu ! Nos profils avaient collé ! L’excitation ressentie précédemment avait laissé place à la panique ! Qui était cet homme ? Quelles étaient réellement ses intentions ? A quoi ressemble-t-il (il n’y avait aucune photo de lui) ? Comment puis-je parler à un homme qui ne recherche qu’un plan cul ? Je ne suis pas comme cela ! Moi qui n’ai eu que très peu d’expérience dans le domaine, je suis en train d’entamer la discussion avec une personne qui cherche à mettre à rude épreuve la sexualité et la psychologie…Qu’est-ce que cela voulait dire d’ailleurs ?!

Le deuxième message de Mat ne se fit pas attendre : tu es pratiquante ou juste curieuse ? Mon cur s’emballait. J’avais envie de couper net l’application, mais j’étais tellement tentée et excitée de répondre…Après quelques minutes d’hésitation, je décidais de me lancer :

– Salut Mat. Je viens juste discuter par simple curiosité. Je suis très loin de tout cela, mais j’avoue que tes photos et ta description m’ont intriguée…Pourquoi lies-tu sexualité et psychologie ?

— J’adore les filles curieuses. C’est déjà un très bon point. Pourquoi je lie sexualité et psychologie ? Je vais être très cash avec toi : je recherche une esclave sexuelle et domestique. Je veux une fille totalement soumise, qui soit toujours là lorsque je ferai appel à elle et qui devra obéir à toutes mes demandes sous peine d’être sévèrement punie.

Waouh ! Alors là, je m’attendais à tout sauf à cela ! C’était bien trop extrême ! Je suis tombé sur un psychopathe ! Quelle déception ! Quelle idiote de m’être emballée comme cela ! Forcément, pour avoir un profil comme cela, le type ne pouvait être que dérangé !

– Ah oui… répondis-je. Je ne m’attendais pas à cela. Merci d’avoir comblé ma curiosité, mais je ne suis pas du tout intéressée. Je te souhaite de trouver ton bonheur, mais je suppose que cela va être compliqué. Bonne continuation.

— Et à quoi t’attendais-tu ? Effectivement, ce n’est pas facile à trouver. C’est mon fantasme ultime, mais je ne suis pas sûr de réussir à trouver un jour. J’ai plein d’idées en tête, j’espère pouvoir les mettre en uvre. En attendant, je propose des séances SM pour débutantes ou expérimentées, peu importe, je m’adapte. Si tu n’as jamais pratiqué, je serai ravi de pouvoir t’apprendre les plaisirs de la soumission.

Ce message me laissait bouche bée, mais continuait à aiguiser ma curiosité.

– Ah oui, carrément une séance. Comment se déroulent tes séances ?

— C’est simple. Tu viens chez moi. On se pose tranquille pour boire un verre (de ce que tu voudras). On discute un peu et je te soumets un questionnaire sur tes pratiques sexuelles. Tu me dis ce que tu fais, ce que tu veux essayer et ce que tu ne veux surtout pas que je te fasse. Suite à cela, si tu as toujours envie, tu me laisses prendre les choses en main et tu suis ce que je demande.

Aller chez un mec sans le connaître; et puis quoi encore ?? Il veut une esclave sexuelle et il a cru que j’allais me pointer comme cela chez lui ? C’est vraiment dommage, car cette histoire de questionnaire me plaisait et j’étais curieuse de connaître ses questions. Je suis mitigée…La discussion reprend. Je lui dis que je trouve cela plutôt honnête, mais que j’ai besoin de voir son visage. Demande qu’il refusa. Mais pourquoi ?? Je vacille entre excitation et déception, je commence à être frustrée. Mais que m’arrive-t-il ?

Au bout de plusieurs échanges, il consent à se décrire physiquement. Mat dit mesurer 1m75 pour 80 kilos, être brun aux yeux marron et avoir une barbe de 3 jours. Il pourrait me dire n’importe quoi, n’ayant pas de photo, je ne peux pas savoir…En tout cas, au vu de sa description, il me plaît. Cependant, sans photo et sans le rencontrer au préalable à l’extérieur, il est inconcevable que je me rende ainsi chez lui. La conversation continua encore plusieurs minutes puis je suis allée me coucher.

Une fois au lit, impossible de ne pas repenser à cet échange. L’excitation était toujours là et la tentation de passer entre les mains de Mat augmentait finalement au fur et à mesure que le temps passait. Après plus d’une heure à chercher le sommeil, en vain, je décidai de glisser ma main dans ma culotte. Mon index commençait à frotter mon clitoris. Je m’imaginais entre les mains de cet inconnu, totalement offerte à lui. Il allait s’occuper de moi et cela faisait bien longtemps qu’un homme ne l’avait pas fait. Rien que cette pensée mettait le feu à ma culotte. Je mouillais rien qu’à cette pensée. Mon index tournait de plus en plus vite sur mon clito. Ma main gauche caressait mes seins et je commençais à me pincer les tétons. Je m’imaginais en levrette, prise par-derrière par ce beau mal dominant qui me tirait les cheveux pour me maintenir. Sans que je m’en rende compte, deux doigts glissèrent automatiquement dans ma chatte emportée par toute la cyprine qui coulait le long de mes lèvres. Ce soir-là, je me suis fait jouir 3 fois de suite. Il était 2h30. Je pris mon téléphone et envoyai ce message à Mat On se voit quand ?

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire