Histoires de sexe lesbien Histoires de sexe noir Histoires de sexe travesti

Domination / jeux – Chapitre 1

Domination / jeux - Chapitre 1



Jeune homme physiquement très très efféminé !

Mais aussi, blonde, imberbe ! Salope, soumise, allumeuse et en manque !

Au collège, malgré la mode cheveux long, je portais une casquette. Mais trop se moquaient de moi. Mais je passerais cette période bien trop calme, seulement animé de lecture et de jeux vidéo ou de soirée jeux de rôle avec mes rares amis.

Mes parents tenant un bon restaurant, n’étaient pas souvent là le soir et jamais le samedi.

Celle qui compte ici, c’est ma troisième et dernière année de CAP. Électricité.

Ce lycée privé ne comptait que quatre cents élèves dont plus de trois cents garçons.

Bien sûr… au début avec tous ces garçons et peu de filles, je m’étais fait traiter de PD et autre joyeusetés.

Mais dès les premiers jours, mon grand frère, boxeur à ces heures avait mis un "ho là" définitif. Il avait choppé les trois mecs les plus virulents et les avait calmés définitivement !

Le seul truc qu’il avait fait de pas cool, c’était de m’appeler "popette" comme à la maison pour m’embêter ! Alors beaucoup m’ont surnommé comme ça.

Puis, le temps passant, je m’étais fait deux trois amis et on m’embattait moins de fait que je faisais rire tout le monde en faisant des blagues sur moi-même.

Je passais de classe ! Oui, je bossais bien et étais très bien noté, à la fin du deuxième trimestre c’était déjà joué.

De fait, j’avais décidé que le troisième trimestre serait une apothéose de jeux et de sexe !! Bien que n’ayant jamais encore pratiqué, l’âge et les envies venaient.

Dans cette école privée, j’avais deux cibles possibles. Le prof de Français et le prof de travaux pratiques. Parce que… ils étaient toujours entrain de rire ensemble et surtout… quau début de cette année là, je les avais surpris sans qu’ils le sachent, à nous mater sous la douche d’après le cours de sport.

C’était aussi, la dernière année pour le prof de EMT, la retraite l’appelait, ce gros vieux allait faire l’affaire de mes fantasmes.

Ainsi que son ami, plus maigre mais dégarni.

Première opération, les allumer tout les deux à mort car le temps était compté.

Plus de cheveux attachés et plus jamais de casquette.

En EMT, nous devions porter encore, des complets (comme des bleus de travail) en une seule pièce et gris clair.

Comme je me changeais dans un des vestiaires fermés, sous prétexte d’éviter les moqueries, à dater de ce jour, je ne portais plus rien sous mon "gris".

Bien entendu dès les premières minutes du cours un copain soupçonnait quelques chose, m’indiquant que mon bas me rentrait dans les fesses.

Je coupais court en lui demandant tout fort, s’il était PD pour mater mon cul.

Le prof était dans un bureau à côté et nous observait par une grande vitre. Avec la porte ouverte il entendait tout. Il fermait parfois pour être tranquille, la pièce étant insonorisée.

Ayant perçu les rires forts et me voyant faire le clown il m’appelait dans son bureau.

Je m’entortillais les doigts devant lui, baissant la tête. Il était assis et me regardait.

"Tu vas me dire ce qui se passe ?"

Je répondais de ma plus petite voix, bien que j’avais déjà la voix elle aussi efféminée, mais comme beaucoup de jeunes.

"Un gars a dit que j’étais nu sous mon gris"

"C’est vrai ou pas ?"

"Oui monsieur"

"Et pour quelle raison ?"

"J’ai trop chaud monsieur, vous savez chez moi, je suis toujours tout nu"

"Hein ? Et personne ne t’a vu ?"

"Si monsieur, les deux facteurs"

Il se levait.

"C’est tout, rien d’autre ?"

Je ne répondais pas, il répétait la question, plus fort.

"Non monsieur, des garçons m’ont demandé de passer sous l’établi, pour les sucer. Mais je ne veux pas dire qui"

Il demandait pourquoi je ne voulais pas.

"Il y a plein d’hommes qui voudraient sûrement que je leur fasse ça"

Surpris et embarrassé, il me renvoyait dans le cours.

Petit "B" du plan :

Le prof de français lui, nous donnait une fois par mois une rédaction en sujet libre. Le mardi de la semaine suivante donc, je choisissais mon sujet.

Rêves bizarres. Rêve inventé pour l’occasion bien sûr !

Je racontais que dans mon rêve j’étais soudain, nu dans une classe. Que trois garçons également nus appelaient le directeur.

Celui-ci, me donnait des coups de règles sur le cul, puis il mattachait les mains dans le dos et m’obligeait à sucer mes camarades.

Puis les trois m’emmenaient dans la classe d’EMT exigeaient que je lèche son sexe.

Dès le lendemain, je fus invité par le prof de français à rester après le court.

Il m’indiquait alors, que ne sachant quoi penser, il avait donné mon devoir au prof de EMT, il m’ordonnait d’aller voir celui-ci après les cours pour et punis selon besoin.

A seize heures, quasiment tous les autres élèves prenaient le bus pour rentrer chez eux. Mais habitant à dix minutes, je n’étais pas concerné.

Je trouvais le prof seul dans la classe d’EMT. Il m’attendait, ma copie posée sur un établi.

"Je vais peut être donner ça à tes parents !"

Je savais qu’il mentait ! Car caurait été avouer que le prof de français ne faisait pas son boulot.

Mais cela était parfait pour mes plans. J’implorais son pardon

"S’il vous plait non, je mérite une punition, mais pas ça ! Je ferais tout ce que vous voudrez, tout"

Là il jouait au maître, conscient de sa chance.

"Très bien, je vais te donner des punitions et tu devras accepter sans discuter"

"Je ferais tout ce que vous me direz de faire monsieur"

Il était placé devant moi, dominant.

"A partir de demain, tu viendras ici, quand je serais là bien entendu et tu feras le ménage des établis et puisque tu as chaud ici, tu le feras entièrement nu"

"Oui monsieur, merci monsieur"

Il me laissait partir et le soir, je payais un verre à deux amis, sans leur dire ce que je fêtais.

Dès le lendemain soir, je me présentais à la salle d’EMT. J’attendais que les bus soient partis et que les grilles soient fermées.

Puis j’allais au vestiaire me déshabiller et commençais le ménage nu, sous les yeux ravis du prof.

Cette fois là, il se contentait de me mater, mais j’étais sûr qu’il ne tiendrait pas longtemps.

Le lendemain matin à la récréation, je croisais le prof de la veille. Il me faisait signe de venir le voir.

"Alors, est-ce que tu penses que ta punition est méritée" ?"

Cette fois, je le regardais en face.

"Ho monsieur, vous n’êtes pas très sévère ! Vous pourriez me punir encore plus. Dans deux mois vous partez et moi aussi ! Vous pouvez me punir très sévèrement, je ferais tout ce que vous direz. Tout."

Je me tournais et croisais mes mains dans mon dos, puis m’éloignais.

Ce soir là, il n’avait pas pour lui la salle de cours. Le lendemain oui.

Mais en début daprès-midi, j’avais cours de français. Le prof demandait à ce que je reste entre deux cours.

Celui-ci fut très direct !

"Je sais ce que tu fais comme punition ! Fais attention, si un homme craque et exige plus tu seras bien pris"

"C’est ça les punitions monsieur, on doit obéir"

"ha oui ? Et si on t’obligeait à faire une pipe ?"

"Je n’ai jamais fait ça monsieur ! Mais si c’est une punition d’un prof, alors je serais bien obligé de le faire, même si je n’aime pas, je serais obligé !"

Le prof eut un sourire entendu, puis m’indiqua la porte. J’aurais misé gros sur le fait que cela soit répété !

Après les bus, je faisais le ménage punitif et le prof gros et vieux et vicieux, bien entendu trouvait un établi sale.

Le prof me fit venir dans son bureau.

"Là tu mérites une plus grosse punition"

"Oui monsieur pardon monsieur"

Son regard brillait.

"Bien… tu va te mettre à genoux et les mains derrière le dos et tu ne dois pas les retirer de derrière"

J’obéissais.

"Tu vas avoir deux punitions, bien méritées et tu dois les faire toutes les deux, sinon…"

Il ouvrait son pantalon et sortait une queue moyenne et pas très longue. Il s’avançait.

"Tien, tu vas la sucer"

Il introduisait son gland dans ma bouche.

"Oui, suce salope, tu aimes les punitions hein, je vais t’en donner moi, souvent. Suce oui c’est bien continue, suce, suce"

Longtemps après, je sentais ses contractions, je reculai jusque quand il jouissait, sur mon torse.

Il essorait son sexe, puis me giflait.

"Tu as triché salope ! Tu ne respectes pas ta punition"

"Quelle punition monsieur ? Jai obéis !"

"Non, la prochaine fois, tu dois avaler mon sperme, tout avaler."

"Pardon monsieur, je n’avais pas compris et peut être que je n’aime pas ça "

"Je m’en fou que tu aimes, c’est ta punition et si tu n’obéis pas c’est fini ! Dis moi comment te faire obéir ou j’envois le papier"

Je regardais le sol quelques secondes.

"Monsieur comme punition, je vous ferais ça encore et même à d’autres personnes si me donnez ça en punition et en plus, vous m’attacherez les mains dans le dos, comme ça… je ne pourrais pas me défendre"

Il avait souri et m’avait fait signe de partir.

Le lendemain après-midi, j’avais aussi cours de français avant la récréation. Le prof me fit rester après le cours et m’accueillait tout sourire.

"Tu as aimé ta punition d’hier ?"

"Non monsieur, mais je l’ai méritée"

"Oui et moi, vu ce que tu m’as fait, tu ne crois pas que je devrais te punir sévèrement ?"

"Si monsieur, quoi comme punition ?"

"Demain, j’ai cours de onze heure à midi ici, je vais faire une interro, comme ça on aura la paix"

"Pour quoi monsieur"

"Comme tu vois, mon bureau et bien grand et fixé au sol"

"Oui et quoi ?"

"Hé bien l’heure juste avant il y aura une pause, tu vas venir ici avec un morceau de fil électrique de cours d’EMT"

"Bien monsieur, pourquoi faire"

"Juste avant mon cours, te devras te mettre tout nu sous mon bureau et je t’attacherais les mains dans le dos"

"Je devrais faire quoi ?"

"Salope va ! Tu devras me la sucer et pendant tout le cours tu as compris ? Tout le cours !"

"Bien monsieur, je voudrais refuser ! Mais je dois accepter les punitions !"

Après seize heures je rejoignais le prof d’EMT.

Il était carrément nu cette fois. Je lui tendais un bout de fil électrique que j’avais trouvé dans un tiroir.

Il avait attaché mes mains derrière le dos et je le regardais en m’agenouillant.

"Petite salope allez suce et tu vas bouffer mon sperme"

Quand il a joui, il tenait ma tête, alors j’ai gémi en tortillant mes mains attachées, son sperme chaud coulait sur ma langue.

"Tien salope c’est ta punition, avale tout mon sperme, avale tout"

Il faisait bien chaud le lendemain. Dix minutes avant la sonnerie, je rejoignais l’autre prof dans la salle.

Il était assis dans son fauteuil. Devant lui je me déshabillais et lui présentais le même bout de câble.

Une fois attaché, il me fit descendre sous son bureau.

"Pas de bruit ! Quand je viendrais m’asseoir, tu me feras plaisir avec ta bouche, mais attention, très doucement, ça doit durer très longtemps. Salope"

Très vite il avait distribué un devoir et les élèves bûchaient en soufflant dans un bruit de règles et de crayons.

Comme à son habitude il posait un livre ouvert verticalement sur son bureau et faisait on ne savait quoi derrière.

Pour le moment, il m’avait présenté son sexe long et capuchonné. Sa main descendait avec son bloc note devant mes yeux.

"Lèche-la"

De ma position inconfortable j’obéissais.

Puis, je vis redescendre le bloc note.

"Suce salope, suce"

Par moment un élève posait une question ou venait poser sa copie. Mais je n’arrêtais pas, doucement.

Ce que ne savais pas ! Cest que le prof, fréquentait certains bars et connaissait bien certains élèves ! Dont certains m’avaient déjà plus ou moins faire du rentre dedans.

Fred, le genre de mec qu’on dit "costaud" pour ne pas dire gros de partout et carré. Je ne savais pas quelle affaire il y avait eu entre eux.

Mais à ce moment le prof l’appelait.

"Fred ! Toi qui as fini, tu ennuies tes copains ! Viens te mettre là."

Je voyais sa main indiquer une chaise contre le mur, juste derrière lui, à moins de deux mètres. Mise par calcul la vue de là, donnait pile sur le côté du bureau où les jambes ne cachaient rien.

Fred était assis, d’abord droit, puis la main du prof lui indiqua la vue. Pour mieux voir il s’appuyait sur ses genoux. Mine de rien. Pris à mon propre piège !!

J’entendais le prof écrire sur son bloc, puis il baissait la main et faisait lire à Fred, qui souriant.

Ensuite, il me laissait lire aussi.

"Il aime ça la salope"

Il me montra le mot suivant en premier, puis à Fred.

"Plus fort salope, suce mieux que ça"

Chaque fois qu’il faisait un petit mot il me le montrait, puis à l’autre derrière.

Puis le siège bougea et le bloc note apparut.

"Tu dois tout avaler et deux fois de suite !"

Ses mains se crispaient sur les accordoirs et de longs jets de sperme chauds remplissaient ma bouche, Fred souriait.

Un mot nous fut présenté encore, écrit en gros.

"Bois tout"

Après la deuxième tournée, il me repoussait un peu. Puis la sonnerie arrivait, très attendue par tous !

Le prof me fit sortir de sous son bureau. Je ne regardais ni lui, ni l’autre.

Il parlait à Fred.

"Tu vois en fait ! Il aime être puni. Je vais le punir souvent !" Il riait.

"Tu peux raconter ça, mais pas à tout le monde hein, ce serait dommage de ne pas en profiter ! Seulement aux amis de confiance."

Fred partait à son prochain cours. Je me rhabillais vite fait. En même temps le prof finissait ma mise à jour.

"ha oui, Maurice; ton autre prof favori. Tu sais qu’il ne mange pas à la cantine. Il mange dans la salle de théâtre et de rattrapage du sous-sol."

"Oui monsieur, je veux dire oui, je ferais tout ce que vous me direz de faire"

"Hé bien, à partir de demain, après la cantine, tu iras avec lui, prendre ton dessert, du bon sperme bien chaud à boire. Tous les midis."

La soirée de Fred avait dû être remplie, car dès le lendemain matin, il riait à mon passage avec ses copains.

Ils étaient dix en tout et pas les plus beaux !

Après manger, je rejoignais le prof au sous-sol. Il me fit entrer et verrouillait la porte.

"Déshabille toi et assis au premier rang"

Nu, je le regardais finir son repas et se servir un café. Il me faisait signe d’approcher.

"C’est l’heure de ta punition, allez à genoux et mains derrière le dos"

Il ouvrait son pantalon.

"Allez, ici c’est la salle de théâtre, tu sais que j’adore ça. Alors tu vas jouer ton rôle ! Tu vas me téter, mais en gémissant et tu dois t’acharner dessus"

En effet il y avait peu de temps avant la reprise des cours.

Il gémit sans retenu.

"Ha, tien, bois tout, bois mon sperme salope"

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire