Histoires de sexe en groupe Histoires de sexe viol

Double mixte – Chapitre 1

Double mixte - Chapitre 1



Il y a quelques semaines, j’ai publié dans un hebdomadaire bien connu des libertins, une annonce par laquelle je recherchais une aventure d’un soir avec un couple pour une nuit de triolisme. J’en avais un peu assez des boîtes échangistes. Depuis quelques années, ces dernières s’étaient multipliées. Si certaines avaient pu conserver un standing appréciable avec des installations au TOP et des personnes qui ne rechignaient pas devant le prix d’entrée, beaucoup d’autres ne me convenaient pas ou plus… Il y régnait un laisser-aller certain, les filles parfois vulgaires au possible, étaient là pour se faire baiser à la chaîne et les mecs pour baiser autant de filles que possible. Triste constat !

A 35 ans, après un mariage raté, je mène une vie tranquille, entre un boulot prenant dans une multinationale, mais bien payé et un bel appartement dont j’ai fait l’acquisition il y a un peu plus d’un an. Contrairement à ce qui se dit, la banlieue est de Paris n’est pas si désagréable à vivre, il suffit d’être dans le bon quartier’ ou la bonne ville’. Autre avantage, on est rapidement à la campagne et les bords de Marne sont bien agréables en été !

Quelque temps plus tard, après avoir fait une première sélection des réponses sur le site dédié, j’ai reçu une enveloppe en réponse à mon annonce… Elle comprenait une dizaine de photos montrant une bien jolie fille aux cheveux mi longs et une poitrine bien galbée. Je lui donnais environ 30 ans, et j’avoue que je la trouvais très à mon goût ! Du mec, il n’y avait que deux photos de son membre au repos et en érection sur un pubis glabre… Bref, je sentais que nous allions bien nous amuser… Si je suis fan des filles, il m’arrive cependant rarement de me laisser sodomiser, ou alors la fille avait envie de se faire prendre en double… D’ailleurs, c’est mon ex qui m’a fait aimer cela le jour où elle m’a pris la pastille avec un gode ceinture qu’une amie lui avait prêté ! Je ne suis qu’un bisexuel relativement passif !

Le soir même, j’ai téléphoné au numéro indiqué et c’est la femme qui m’a répondu. Une voix chaude et grave qui m’a fait frissonner… Rendez-vous fut pris pour le samedi suivant à mon domicile… Du mardi au vendredi soir, j’ai résisté tant bien que mal à l’envie de me branler en regardant les photos, mais si je voulais être performant, il fallait que je garde mes réserves intactes pour la nuit de samedi.

Samedi soir… 21 heures, le champagne est au frais, quelques petits en-cas reconstituants sont disposés sur la table de salon quand on sonne à l’entrée de l’immeuble…

Lorsque j’ouvre ma porte, je suis surpris, car la fille est seule. Waouh qu’elle est jolie et sexy !

Seule ?

Oui, mais je pense que cela ne te dérange pas ?

Non bien sûr ! Entre !

Elle porte un chemisier en soie de couleur beige qui fait ressortir le bronzage de son visage et elle a bien du mal à dissimuler cette paire de seins qui m’a fait fantasmer toute la semaine. J’ai toujours été un fan des seins avec une nette préférence pour les poitrines opulentes et bien galbées… La tenue est complétée par une jupe en cuir souple qui arrive à mi-cuisse et une paire de bottines à hauts talons qui montent à la moitié du mollet. Elle porte aussi des bas à couture. J’adore !

En buvant une première coupe de champagne, nous faisons connaissance jusqu’au moment où la fille s’agenouille entre mes cuisses et va chercher ma bite dans mon pantalon. J’avais pris soin de ne rien porter en dessous… Pour lui faciliter les choses, je fais descendre mon pantalon sur mes chevilles et elle l’ôte prestement… Quelques manipulations de mon « service trois pièces » et quelques caresses buccales plus tard, mon sexe est au mieux de sa forme, et jai envie de me branler entre les seins de la fille ! La paire de seins qu’elle cache encore dans son chemisier me fait fantasmer de plus en plus, et je ne tarde pas à retirer le chemisier de soie qui rejoint mon pantalon sur le sol… Waouh ! Quelle paire ! Bien ronde et encore emprisonnée dans un soutif couleur chair qui la remonte légèrement. Bombant le torse pour dégrafer son soutien-gorge, la fille me provoque du regard et dit :

Je sais ce que tu veux ! Tous les hommes veulent passer entre mes seins. Mais je ne te laisserai pas aller jusqu’au bout. J’ai trop envie de te sentir gicler en moi !

OK, serre tes seins contre mon vit que je me branle bien entre !

La fente entre les seins est chaude, les globes sont fermes, les tétons bien sortis comme si une bouche les avait sucés ou mordillés peu de temps avant ! J’étais bien tombé avec mon annonce, je m’en foutais que la fille soit arrivée seule, et je savais qu’on allait passer une nuit d’enfer. J’ai manqué de décharger au moins deux fois, d’autant que chaque fois que mon gland arrivait à portée de sa bouche, elle me gratifiait d’un coup de langue sur le méat qui suintait déjà depuis quelque temps… Elle était vraiment douée, mais elle n’en avait pas assez :

À toi maintenant, descends ma jupe !

Oui, j’ai envie de te bouffer comme tu l’as fait !

La jupe enlevée, je découvrais que la fille ne portait rien sous son collant, qui curieusement était opaque au niveau du sexe qui était proéminent… Curieux, je n’avais jamais vu un pubis de femme aussi bombé ! C’est lorsque j’ai descendu le collant sur les hanches que j’ai compris. La fille avait un sexe d’homme aux dimensions respectables même au repos…

Eh oui. Je suis les deux à la fois !

Superbe. Je n’ai rien contre. Je vais te sucer comme tu l’as si bien fait avec moi !

OK, après tu me prendras le cul, c’est ce que tu voulais, je crois, quand tu as publié l’annonce ?

Oui. Enfin, je ne sais plus trop si c’était le mec ou la fille…

Et bien là, tu as les deux, la fille en haut et le mec en bas ! Quant à la sodomie, une fille vaut bien un mec !

Oh oui, je pense que ma bite passera facilement dans ton cul. Elle ne te fait pas peur ?

NON, j’en ai déjà pris des plus grosses, mais j’ai du gel dans mon sac si on en a besoin !

Pendant ces quelques minutes, j’avais ôté le collant et les bottines, la fille/homme était désormais entièrement nue. J’ai embouché son sexe qui se dressait à moitié sur un pubis glabre, et quelle bite quand elle s’est déployée entre mes lèvres, quasiment aussi grosse et longue que la mienne, et la nature m’a bien servi !

Pendant que je faisais aller et venir ce sexe entre mes lèvres, l’enfonçant au plus profond de ma bouche, je triturais doucement les bourses pour faire rouler les testicules l’un contre l’autre. Je retrouvais les sensations de mon adolescence quand avec un copain de lycée nous avions découvert que le sexe entre hommes était aussi excitant que de baiser une fille.

Depuis, je n’avais plus renouvelé l’expérience même si j’avais des allusions non masquées dans les clubs. Quand j’y allais, c’était pour baiser une ou plusieurs femmes et non pour me faire sucer la bite par des mecs !

En même temps que je faisais cette fellation, je maintenais ma bandaison avec une main. Je voulais être prêt quand ma compagne de jeu se mettrait en levrette pour que je lui prenne la pastille !

Bon, je vois que tu sais sucer un mec, je ne suis certainement pas le premier !

NON, t’as raison, mais c’est loin, je n’avais que 17 ans !

Allez, couvre-toi, j’ai envie que tu me défonces le cul !

OK, mets-toi en position pendant que j’enfile la capote ! Je vais t’injecter du gel et après tu vas me sentir passer !

Ooouiii ! Dès que j’ai découvert ta queue, elle m’a fait envie !

Elle a pris position, les mains en appui sur le pied de lit face aux portes de placards en glace. J’allais pouvoir la baiser et voir la montée du plaisir sur son visage… D’instinct, elle savait ce qui devait me plaire… Je me délectais de voir ses fesses s’ouvrir et dévoiler son sphincter qui palpitait doucement quand j’ai injecté le gel. Sa taille s’évasait vers ses hanches et dans la glace, je voyais sa jolie poitrine qui se balançait doucement… Bigre, qu’est-ce que c’était érotique et excitant ! D’une main, j’ai écarté encore plus ses fesses et de l’autre, j’ai positionné ma queue en face de sa pastille pleine de gel. Une légère poussée et l’anneau s’est ouvert et a emprisonné mon gland… Je suis resté quelques instants dans cette position puis lentement, j’ai fait glisser ma bite dans le sphincter de la fille… Bigre, qu’elle était ouverte. J’étais entré dans son cul comme si j’étais entré dans le sexe d’une femme…

Vas-y. Qu’est-ce que t’attends pour me bourrer le fion ? Baise-moi comme une salope !

Il ne m’en fallait pas plus pour m’encourager, j’ai pris ses hanches entre mes mains et j’ai commencé les va-et-vient dans son cul comme elle m’y invitait. J’allais tantôt lentement pour qu’elle sente bien la progression de ma bite dans son cul, tantôt j’allais plus vite pour faire monter notre jouissance que je laissais retomber ensuite… Cette salope avait déjà joui du cul une première fois, ruant comme une cavale en furie pour me faire venir, mais j’ai réussi à me maîtriser, si bien que j’ai repris ma copulation rectale jusqu’à ce que je ne puise plus de me retenir. Quand elle a senti les giclées de sperme frapper le fond de la capote, elle s’est lâchée une seconde fois dans un rugissement qui s’est mêlé au mien !

Ça avait été chaud ! Si bien que nous nous sommes écroulés l’un sur l’autre au milieu du lit, ma queue nichée entre ses fesses !

De « bi passif », j’étais devenu « bi-actif » avec cet être « mi femme mi homme » ! Et j’avais pris un pied d’enfer !

Quelques instants plus tard, elle se dégagea et me fit basculer sur le côté… J’attendais ses initiatives… Elles ne tardèrent pas… Je sentis qu’elle écartait mes fesses puis son souffle dans ma raie, et une langue pointue venir titiller ma rondelle. Dans un soupir, j’avouai :

Hummm. Ouuiiii ! C’est bon !

Et je me laissais faire, jusqu’à ce que je sente sa bite s’insinuer dans ma raie et le gland chercher à pénétrer ma pastille.

Oui. Vas-y… ça va me rappeler ma jeunesse !

J’avoue que cette pénétration m’a provoqué quelques douleurs, mon cul n’était plus habitué, mais quand j’ai senti la bite de la fille au fond de mon boyau, je n’ai pas pu m’empêcher de lui dire :

Oh oui, c’est bon, bourre-moi le cul comme je l’ai fait avec toi !

Sois tranquille. Tu vas me sentir !

Je retrouvais les sensations connues avec mon pote d’internat, qu’en fait lorsque mon ex-femme m’avait pris le cul avec son gode ceinture je n’avais pas ressenties… Une fois qu’elle a été en place, la fille a passé une main sous mon aisselle et elle est venue triturer mes tétons que j’ai très sensibles… Comment avait-elle deviné ? Certainement parce qu’elle les avait découverts très érectiles… Le mouvement de sa queue dans mon cul avait commencé… Je sentais le plaisir monter dans mes reins, je bandais à nouveau comme un cerf en rut et lorsque j’ai porté une main pour me branler, la fille m’a dit de cesser, qu’elle s’occuperait de ma bite plus tard !

Elle savait y faire. Des mouvements lents et profonds succédaient à des va-et-vient rapides, jusqu’à ce que je jouisse dans un grand rugissement pendant que je sentais son sperme frapper le fond de la capote…

Waouh. Si j’avais su. Je suis sûr que j’aurais trouvé des mecs en club pour me sauter comme cette fille qui avait si bien su s’occuper de mon cul !

Nous en avions assez pour le moment… Nous sommes repassés dans le séjour où nous avons bu plusieurs coupes de champagne et mangé quelques petits en-cas préparés à cette fin… Cela me faisait tout drôle de voir cette fille avec une poitrine de folie et la bite négligemment érigée entre ses cuisses… J’avais encore envie d’elle ou de lui, je ne sais plus…

Dis donc, tu n’en as pas eu assez ?

NON. C’est une première pour moi, un être qui en fait sont deux, une femme magnifique et un homme avec une bite qui m’a envoyé en l’air comme jamais !

Sérieux ? Je parie que tu as encore envie de mon cul ?

OUI. Tu as la pastille aussi souple que le vagin d’une femme !

MERCI, quel compliment ! Viens, on va se bouffer mutuellement la bite ! Un 69 ça te dit ?

Oh oui !

Allonge-toi sur le tapis, je vais me mettre au-dessus !

Imaginez la scène… Couché à plat, dos sur le tapis, les jambes à demi pliées, j’avais un début d’érection quand la fille m’a enjambé et présenté sa bite à sucer pendant qu’elle se penchait sur la mienne. Je voyais ses beaux seins de femme balancer doucement, les tétons érigés…

Waouh. Rien que d’y repenser quelques jours après, j’en bande à nouveau ! Mais cette nuit là, qu’est-ce que c’était bon de se faire sucer ainsi tout en avalant une autre bite au plus profond de ma gorge… Nous étions à égalité. Un sexe bien bandé qui n’attendait qu’un orifice à combler… Et ce serait celui de la fille… Elle a cessé de me sucer et s’est retournée pour placer une nouvelle capote sur ma queue… A cheval au-dessus de mon bassin, elle est descendue doucement jusqu’à ce que je sois bien ancrée en elle qui me faisait face… Sa poitrine aux tétons de plus en plus érigés semblait me narguer et je repensais qu’en début de soirée, je m’étais branlé entre ses deux jolis seins… Elle montait et descendait sur ma queue qui disparaissait au plus profond de son cul et d’une main, elle branlait sa bite érigée sur son pubis… Elle m’avait bien eu en sélectionnant les deux photos. Je n’aurais jamais imaginé en les voyant que j’aurais à faire à un être mi femme/mi homme quelques jours plus tard… Je sentais mon plaisir monter, elle crispait les muscles intimes de son sphincter pour augmenter mes sensations. Que c’était bon. Pendant ce temps, elle continuait à masturber sa queue et, quand j’ai joui au fond de la capote, elle a accéléré les mouvements et a déchargé quelques belles giclées de sperme sur mon ventre !

Quelle soirée !

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire