Histoires d'inceste Histoires de sexe gratuites Histoires porno

Exhibition d'une poupée en latex – Chapitre 1

Exhibition d'une poupée en latex - Chapitre 1



Il m’avait donné rendez-vous dans un endroit abandonné de la ville, une usine désinfectée. Je relisais son SMS qu’il m’avait envoyé : « Tu te positionneras derrière le bâtiment, je veux te voir à genoux, les yeux bandés, portant ton collier et tes mains attachées dans le dos, tu garderas simplement une culotte. Bien entendu tu seras parfaitement épilée et tu porteras ta cage de chasteté et ton plug. »

Je suis parti de chez moi, il y a maintenant une heure en plaçant avant de partir mon plug et ma cage de chasteté avec le cadenas qu’il m’avait envoyé ouvert sans les clés. Pendant tout le trajet, chaque fois que je pense à ce qu’il va m’arriver, mon sexe gonfle dans sa petite cage ce qui m’empêche de bander. Arriver sur les lieux trente minutes avant le rendez-vous, je regarde partout pour voir s’il y a des personnes. Heureusement je ne vois personne. L’angoisse commence à monter.

Vingt minutes… Je me déshabille dans la voiture et je mets les derniers accessoires tout en surveillant autour de moi, si quelqu’un arrive. Je commence à avoir peur d’être découvert par des inconnus, nu et attaché.

Dix minutes… Vite, je ferme le cadenas sur mon collier et ceux sur les bracelets en cuirs. Je prends le dernier cadenas et regarde une dernière fois dehors si quelqu’un est là et je sors de la voiture.

Il doit rester cinq minutes… Je me dépêche pour me mettre à l’endroit prévu. Je me bande les yeux et fixe le cadenas reliant mes poignets derrière mon dos. Ça y est je ne peux plus faire marche arrière, l’excitation se mêle à la peur. Et s’il ne vient pas, si quelqu’un, un inconnu me découvre avant lui ?

Le temps s’éternise et quelques minutes plus tard, je ne sais dire combien, je sens une présence, il est là. Il me frôle les épaules, mon bassin, me caresse les cheveux. Je ne peux plus bouger comme pétrifié seule mon excitation monte toujours stoppée par la cage.

Il me présente une boule devant la bouche, je sais rapidement que c’est un bâillon assez complexe avec un harnais de tête. Il me dit « ouvre » seul mot que j’entends de lui. J’obéis tout de suite et il en profite pour pousser le bâillon dans la bouche. Il fixe les différentes lanières et termine par y mettre un cadenas. Je ne peux plus parler mais simplement gémir. Il continue à m’équiper en plaçant deux bracelets en cuir à mes chevilles tous les deux cadenassés et reliés par une courte chaîne. Enfin je sens qu’il fixe quelque chose à mon collier, une laisse qu’il tire dessus pour me lever.

Là, j’attends n’osant plus bouger, je n’irais pas bien loin avec la courte chaine reliant mes chevilles. Enfin, il tire sur la laisse m’obligeant à le suivre en réalisant des petits pas derrière lui. Je ne vois rien, incapable de m’enfuir, en équilibre toujours à la limite de la chute et surtout en ne sachant pas où il m’emmène…

Il attrape ma cage, s’amuse avec, ce qui a effet de faire gonfler mon sexe qui remplit immédiatement le peu d’espace dans la cage. Puis il joue avec mon plug, tirant doucement dessus puis le relâchant jusque ce que le plug reprenne sa place.

Il me demande de monter dans le coffre d’une voiture, m’allonge puis il fixe par une chaine mes poignets à mes chevilles. Je sens la voiture démarrer puis rouler. Je ne saurais dire combien de temps nous roulons, peut être une heure ou deux ? Je ne sais pas. Même si la position où je me trouve dans la voiture est très inconfortable, je commence à m’endormir.

D’un coup, il me réveille en me secouant. Il libère mes poignets de mes chevilles qui commencent à être douloureux. Puis il tire sur la laisse, pour me faire sortir de la voiture. Le sol est froid, nous montons des marches d’escalier avec lesquelles j’ai beaucoup de mal à les franchir à cause de la courte chaîne entre mes chevilles. Nous rentrons dans un bâtiment où l’air est plus chaud. Puis nous continuons à marcher. J’ai l’impression d’être dans un labyrinthe plongé dans le noir. Enfin il s’arrête.

Il accroche mon collier à une chaîne pendu au plafond ce qui m’oblige à me mettre sur la pointe des pieds pour éviter de m’étrangler. Enfin, il m’enlève le bâillon et me dit « Silence ! ». Je n’ose pas dire un seul mot. Il me fait boire un peu d’eau, j’en profite j’ai la bouche sèche depuis un moment. Une fois fini, il me remet le bâillon et replacer le cadenas de celui-ci.

Puis, il s’en va, je reste au milieu de la pièce toujours sur la pointe des pieds, luttant contre la fatigue et mon équilibre. Je commence à m’inquiéter, il ne va quand même pas me laisser pendu par mon collier…

Les forces sont sur le point de m’abandonner, je ne sais encore combien de temps je suis resté attaché, suspendu par le collier, lorsque, enfin, il me retire les bracelets de chevilles puis ceux de mes poignets. Je suis détaché mais toujours accroché par mon collier, je tente alors de rapprocher mes mains au collier mais il me claque aussitôt les fesses à l’aide d’une cravache. Je comprends immédiatement le message et laisse mes bras le long de mon corps.

Après quelque minute, il s’approche de moi et fait passer mes pieds l’un après l’autre dans un drôle de vêtement. Au contact de celui-ci, je comprends qu’il me met un catsuit en latex. Il a du mal à me le mettre en place s’y prenant à plusieurs fois, jambe après jambe en tirant la matière vers le haut puis le ventre et en terminant par les bras et les épaules. C’est une combinaison très moulante qui me fait une deuxième peau, seule ma tête n’est pas recouverte de latex.

A suivre…

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire