Histoires de sexe en groupe Histoires de sexe hétéro Histoires de sexe viol

Franc, Aline et Sylvie – Chapitre 1

Franc, Aline et Sylvie - Chapitre 1



Franc, Aline et Sylvie

Cette histoire et les personnages sont pure invention.

Franc est un ado très gentil, intelligent et travailleur à 18 ans il vient davoir son bac, ses parents en son fiers et pour le récompenser, il part en vacances en Espagne avec sa maman Aline, 37 ans, très belle brune au yeux verts et au corps très bien entretenu, petite poitrine mais un cul denfer, et sa sur jumelle Sylvie, qui est le portrait cracher de sa maman.

Son papa Roger ne peut pas venir son travail ne le lui permet pas.

Ils ont loué une petite villa, en bord de mer et quand ils arrivent, ils sont reçus par la propriétaire Carmen 50 ans, belle femme plantureuse.

Après la visite de la villa, où ils prennent tous possession de leurs chambres, direction la plage.

Franc est heureux et ne remarque même pas, que sa sur et sa mère ont quitté leurs hauts de maillot pour bronzer. Il est dans leau et samuse comme un petit fou.

Il y fait la rencontre de Ludovic 16 ans et de sa sur Martine 18 ans et les trois ados sympathisent très vite et en une après-midi, Franc a même échangé quelques baisers sur la bouche avec Martine, ce sont des jeunes et à lheure actuelle, ils ne leurs faut pas longtemps pour lier des amitiés.

Il présente sa sur à Ludovic et le courant passe entre eux, jusque là rien de que de plus normal.

Le soir après le dîner, promenade sur le port de pèche et rentée vers minuit. Ils se couchent tous car la journée et les fatigues du voyage ont bien entamé leurs forces.

Le lendemain matin, cest Aline qui la première monopolise la salle de bain, mais comme à son habitude laisse la porte ouverte, et quand Sylvie veut à son tour en prendre possession, entre et dit bonjour à sa mère qui est nue et finit de se coiffer. La jeune fille prend sa douche et comme à son habitude sa maman la rejoint sous leau et les deux filles se lavent lune lautre.

Pas comme une maman et sa fille, mais comme deux amantes. Elles savent être tranquilles car Franc se réveille toujours très tard et en principe la porte est fermée, sitôt les deux femmes ensemble dans la salle de bain.

Mais ce jour là, les vacances, la précipitation elles ont oublié de fermer et Franc qui doit retrouver sa copine est debout plus tôt que dhabitude.

Comme il entre dans la salle de bain, il a un ho ! De stupeur car les deux femmes sont sur le tapis en 69 et tout laisse à penser quelles y prennent un plaisir évident.

Sa mère le voit mais il est déjà parti et le temps quelle passe un vêtement, Franc est dans la cuisine, assis stupéfait le regard dans le vide.

Sa mère vient sasseoir aussi à la table en face de lui et ne sait pas trop comment en parler.

Cest Franc qui prend la parole le premier.

— Papa sait que tu es une pute et que tu te gouines avec ma sur ?

— Non, bien sûr que non, je ne sais pas comment texpliquer, sil y a quoi que ce soit à expliquer. Ce que tu as vu et naurais pas dû voir est condamnable mais ça existe et même si je nen suis pas fière, jaime faire lamour avec ta sur et elle avec moi et nest pas obligée de le faire mais le fait avec plaisir.

— Je veux rentrer à la maison, je ne veux pas rester avec vous deux ici, ce que tu fais est immonde.

Sylvie arrive, elle est rouge de honte et va derrière sa mère, elle voudrait parler mais ne trouve pas les mots.

— Franc il ne faut pas que tu en parle à papa, sil le savait, on ne reverrait plus maman, si tu pars maintenant il va se douter de quelques chose.

— A qui la faute si on est séparés delle et jen ai rien à fiche, ta mère te saute et tu en es contente et moi je passe ma vie à me branler tout seul, alors que vous, vous gouinez tous les jours, vous êtes deux salopes finies, pas plus.

Aline se lève et veut venir consoler son fils et le calmer car il hurle et elle voit bien, quil est malheureux et comprend, quil est vexé que les deux femmes fassent lamour et que lui naie rien, elle comprend que son fils doit fantasmer sur elle et sa sur, cest normal à 17 ans et voudrait lui faire comprendre que ce nest pas pareil. Quil ne peut pas lui, lui faire lamour ou à sa sur, elles ce ne sont que des caresses et des baisers avec juste quelques broutages de minou mais pas plus, les doigts ne vont jamais bien loin dans leurs vulves et sa sur est encore vierge.

Alors elle sapproche pour le prendre dans ses bras et le consoler.

Elle ne voit pas arriver la gifle qui latteint en pleine bouche et lui éclate la lèvre. Elle en tombe à genoux.

— Si tu mapproches sale pute je te tue, tu as compris, je taimais moi et toi tu me craches dessus.

— Tu es fou, tu viens de lui faire mal, regarde, elle saigne, tu nes quun con tiens.

— Hé bien ! Tu es la pour la consoler, tu nas quà lui bouffer sa moule à cette pute.

Franc regrette son geste mais ne veut rien en dire et part dans sa chambre et senferme à clé.

Toute la journée, les deux femmes viennent taper à la porte et lui demandent de les laisser, lui parler mais il veut être seul.

Il est 1 h du matin quand il quitte sa chambre et va à la cuisine car il a faim, sa mère est là, assise sur une chaise, sa bouche est enflée et la lèvre supérieure ouverte.

— Excuse-moi, ce nest pas ce que je voulais faire mais jétais en colère.

— Je le sais mon chéri, ce nest pas grave, demain ce sera passé, veux-tu que je texplique pour moi et ta sur.

— Non !

— Tu es en colère parce que nous le faisons ensemble et pas avec toi cest ça ? Tu dois savoir que ta sur est vierge Franc et que nos caresses et nos baisers nont rien à voir avec lamour au masculin, je ne veux pas faire lamour avec toi et ta sur, elle, fera un choix si un jour elle veut mais ny est pas obligée, tu comprends.

— Je sais maman, jai compris, je sais que ce nest pas pareil entre fille mais cest vrai que je suis vexé, jaurais tant aimé le faire avec toi mais je comprends que tu ne veuilles pas.

— Tu ne parleras pas de ce que tu as vu à ton père au moins ?

— Cest ça qui te fait peur en fait, avoue et pas le reste, tu n’en as rien à foutre que je sois malheureux et vexé ?

— Je ne veux pas que tu le dises à ton père, pour ne pas gâcher notre famille et si tu veux nous ne le ferons plus avec ta sur.

— Ça ne me fait rien, que vous le faisiez ou non et non je ne dirais rien à personne, cest votre problème à toutes les deux.

— Merci tu es gentil, tu veux manger, je tai gardé ton dîner.

— Non, je suis assez grand pour me servir, vas la rejoindre, elle doit languir que tu la fasses jouir.

— Ne soit pas vulgaire ni méchant sil te plait et nous ne le faisons que dans la salle de bain et pas si souvent que ce que tu penses.

— Hé! Bien moi je te baiserais 10 fois par jour si je pouvais et elle aussi et pas que dans la salle de bain; laisse-moi tranquille sil te plait.

— Je te laisse, je vois que tu men veux encore, bonne nuit mon chéri.

Le lendemain se passa comme le premier jour, le matin grâce matinée et laprès-midi la plage mais le cur de Franc ny était plus et il était triste et navait pas adressé la parole aux deux femmes et navait pas retrouvé ses deux amis car ils étaient en promenade en bateau.

Sa sur vint le rejoindre et mit sa serviette à coté de lui.

— Tu veux quon parle ?

— De quoi ?

— De ce que tu as vu et de moi et maman !

— Non, jen ai pas envi.

— Franc, je sais que tu es malheureux de ce que tu as vu, je te comprends et tu naurais jamais dû le voir, on a été des idiotes, tu ne veux pas nous pardonner ?

— Non, jamais, laisse-moi en paix.

— Franc attend, ne part pas comme ça attend.

Mais Franc est déjà loin et va senfermer dans sa chambre. Il pleure, il est malheureux et sa mère le comprend, cest un gamin de 18 ans qui est désorienté et ne comprend pas pourquoi pas lui.

Alors elle quitte la plage et va voir son fils pour le cajoler et apaiser sa peine. Elle arrive devant sa chambre et entend les pleurs de son fils, elle donne deux petits coups contre la porte mais na aucune réponse, alors elle tourne la poignée et la porte souvre.

Franc est à plat ventre sur son lit et pleure à gros sanglots.

— Laissez-moi seul, je n’ai pas envi de parler de ça, jai pas envi de vous parler.

— Franc mon chéri, je voudrais revenir en arrière mais je ne peux pas.

Elle sest avancée et sest assise sur le lit, elle lui caresse les cheveux et lui parle tendrement. Franc dans un gros sanglot se jette au cou de sa maman et pleure contre son épaule.

Elle lui fait un baiser sur la joue, elle voudrait savoir le calmer, mais elle ne peut pas il pleure vraiment, alors elle continue ses baisers sur la joue de son fils, sa main est dans son dos. Franc se tourne vars elle et elle voit ses yeux pleins de larmes et malheureux.

Sa bouche est sur sa joue, elle cherche sa bouche, elle laime et a tellement de peine pour lui, elle sait quelle doit se donner à lui, il a raison.

Pourquoi prend-elle le prétexte que ce nest pas pareil avec sa sur, pour se disculper mais en réalité cest bien pire.

Les bouches sunissent et le baiser est profond, sa langue est dans la bouche de Franc et cherche la sienne, elle semmêle, comme deux adolescents. Ils sembrassent longuement.

Les mains dAline caressent le jeune corps de son fils, le découvre, elle na plus 37 ans mais en a 18. Elle a peur comme une jeune pucelle, les mains de Franc sont sur sa poitrine et passent sous son soutien-gorge de maillot.

Elle ne peut retenir un gémissement, sa main est sur le boxer de son fils et le retire. Elle prend son sexe en main et – Mon dieu mon chéri que tu es gros, tu es plus gros que ton père mon amour, viens, laisse-toi faire, je vais tapprendre.

Aline a le sexe de Franc dans sa bouche et le lui suce de tout le long, elle voudrait le prendre en entier mais il est trop gros. Alors elle suce ce quelle peut mais veut le faire jouir, le boire même si elle ne la jamais fait avec son mari elle veut boire Franc. Ce nest plus le fils et la mère qui font lamour mais Alice et Franc.

Franc na pas mis longtemps pour venir mais il reste dur, il a longuement tété les seins dAline et est descendu vers son pubis, il sent les poils. Cette bonne odeur de femme, son nez est sur sa vulve et se délecte des odeurs féminines.

Il explore de sa langue la vulve dAline, celle-ci le guide du geste et de la parole, elle lui jouit dans la bouche dans un râle de bonheur.

Il est heureux il a fait jouir Aline.

— Viens mon amour, viens en moi, prends-moi, fais-moi tienne, je suis à toi, ton Aline, mon amour.

— Je taime Aline.

Lui dit Franc avant de lui prendre la bouche et de senfoncer en elle, contre toute attente, elle est étroite, elle na pas lhabitude dun si gros sexe dans sa vulve, son mari nest pas aussi bien monté que Franc et cela lui donne une sensation inconnue, comme si sa vulve se dilatait autour de la verge énorme.

Franc pour être jeune est un amant doué et lemmène à lorgasme dans un délire de sensations.

Elle explose, son ventre explose sous lénorme pieu fiché en elle, elle le sent si gros en elle quelle jouit comme jamais elle na joui, la vague part du plus profond de son être, pour venir se souder à son vagin et quand Franc explose au fond de son sexe elle sévanouit.

Longtemps après elle reprend ses sens, Franc est toujours fiché en elle et na pas débandé.

— Encore mon amour, encore, joui encore en moi…

Ils passent tout laprès-midi à faire lamour et ne sortent de la chambre que vers vingt heures.

— Mon amour, je navais jamais joui comme ça avant toi, je taime Franc.

— Je taime Aline.

Ils vont dans la cuisine et trouvent la table mise et le repas prêt. Sylvie les attend et leurs sourit.

— Tu sais Franc, je voulais te dire cet après- midi, un jour jai vu maman se masturber dans la salle de bain après que papa lui ai fait lamour, alors jai compris quil ne la faisait pas jouir et cest moi qui me suis mise entre ses jambes pour lui donner du plaisir, pas elle et depuis chaque fois quelle en a besoin nous faisons lamour. A partir daujourdhui elle taura toi aussi car tu viens de la faire jouir comme jamais elle na joui.

— Oui je viens de jouir pour la première fois de ma vie avec le sexe dun homme et crois moi mon amour, ce ne sera pas la dernière, ta queue est trop bonne.

— Ce ne sera pas facile à la maison Aline, il y aura papa et je ne vais pas te faire lamour devant lui quand même.

— Ne tinquiète pas mon chéri, il prend des somnifères et dort comme un bébé tous les soirs et ta chambre est de lautre côté de la maison, tu pourras me faire lamour tous les soirs si tu veux.

— Ha non, pas tous les soirs et moi alors car sil me fait jouir comme toi, je veux bien quil me dépucelle.

— Ma chérie Franc est monté comme un âne et la première fois, je pense quil faudra bien te préparer car même moi jai eu du mal, à peine entré, je jouissais déjà.

— On verra ça ce soir si tu es en forme mon chéri damour.

— Je veux bien oui mais je veux quil y est Aline avec nous, elle sera comment faire.

— Mangeons vite alors car jen ai mal au ventre moi et je suis toute mouillée.

Je vous raconte la suite si vous aimez.

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire