Histoires d'inceste Histoires de sexe gratuites

Jolie Maman – Chapitre 4

Jolie Maman - Chapitre 4



Je reprends la plume pour la suite de cette délicieuse histoire.

Ma belle-mère était bien une coquine très très bien cachée, pleine de frustrations et très novice dans tout ce qui touchait au sexe. A part une pipe de temps en temps et un petit coup en missionnaire, rien de transcendant comme elle me la avoué très vite.

Deux semaines plus tard, vendredi soir, la veille dun grand week-end où ma copine part dans un enterrement de vie de jeune fille en Normandie, mes beaux-parents nous téléphone et apprenant que je suis seul, minvite si je suis disponible à déjeuner demain. Je mempresse daccepter, mais sans être trop content non plus. Ça reste un déjeuner dans ma belle-famille. Sans ma compagne de plus.

Le lendemain, il fait beau. Le soleil brille et le ciel est dun bleu immaculé. Quand jarrive, Catherine prépare la table dans le jardin et Michel allume le barbecue de son côté. A peine arrivé, il moffre une bière que jaccepte. Voulant aider je me propose à Catherine pour mettre la table. En la regardant un peu mieux, elle me fait toujours aussi envie. La voir déambuler près de moi à quelques mètres réveille mes souvenirs récents.

C’est une magnifique femme de 50 ans, aux formes toujours encore cachées mais que je connais mieux désormais. Elle est habillée comme j’aime en épouse BCBG irréprochable, une jupe moulante noir, avec un chemisier blanc à fleurs, rien dextravagant. Fidèle à son image de femme parfaite.

Nous sommes dans la cuisine, on s’active tous les deux. Je la frôle plusieurs fois. Je profite de son parfum. Je lui dis que jai envie delle en souriant. Elle se retourne avec un air un peu contrarié en me demandant de rester sage. Je lui dis un peu sèchement quelle doit mobéir sinon tout sarrête et quelle doit me faire confiance. Je lis dans ses yeux quelle a compris.

Je propose de se rafraîchir un peu et devant lacception de tous, jouvre une bouteille de rosé qui était au frais.

On va pour sinstaller dans le jardin et avant de sortir je glisse à Catherine de se mettre face à moi et de se montrer un peu exhibe car elle ne le regrettera pas. Nous buvons tranquillement notre rosé en parlant de choses et dautres. Catherine en face essaie de jouer discrètement en écartant resserrant ses jambes pour me laisser admirer ses jambes et même sa petite culotte. Japprécie et je vois à son regard quelle se prend elle aussi beaucoup au jeu.

Je me dévoue durant lapéritif et le repas à servir en boisson mes hôtes, en particulier Michel qui na jamais son verre vide et qui boit ainsi beaucoup durant le repas en ségayant. Je ne laisse pas Catherine en reste bien que faisant attention car je la veux à peu près fraîche et disponible. Michel finit le repas endormi dans un fauteuil devant un match de rugby à la télévision, tandis que Catherine débarrasse puis commence à faire la vaisselle.

Je suis donc seul avec elle. Je passe derrière elle et sans autre forme de procès je prends en main sa poitrine que jai déjà pu apprécier. Elle doit sentir ma rigidité naissante que je plaque contre ses fesses. Oui, elle la sent car elle se met à onduler. Ma belle-mère métonne vraiment. Cest une excellente chose. Je lui susurre à loreille des choses cochonnes et voyant que loin de rechigner, elle apprécie même, quelques mots un peu grossiers pour tester. Lui dire que japprécie quelle soit ma petite salope et que jai adoré la sodomiser la ferait presque ronronner de désirs contre moi.

Elle garde les mains posées sur lévier tandis que ma main descend et se faufile devant pour défaire son pantalon et lui baisser.

Je passe ma main entre ses jambes et je sens de suite lhumidité qui y règne. Jaime. Sa culotte finit vite à ses pieds. Je la sens se retenant mais assez chaude. Je défais mon pantalon, baisse mon boxer et ajuste mon gland entre ses cuisses par derrière. Mon gland frotte et flirt avec ses lèvres intimes avant que, dune poussée il la pénètre dun long et lent coup profond.

Elle en hoquette de plaisir quand mon ventre touche ses fesses. La pénétrer, senfoncer en elle est divin car dans cette position, sa chatte est assez serrée et mouillée comme elle est, ça se fait tout seul.

Cest mouillé, humide, très accueillant. Je la pénètre sans protection. Jai pris bien soin de faire un test et de pouvoir lui montrer. Elle vu son activité pas de soucis mais je pense que dans le feu de laction cest un détail auquel elle ne pense pas du tout. Doucement, je me mets en mouvement en elle. Lentement et profondément, puis en accélérant progressivement. Les réactions de son corps ne trompent pas, elle apprécie beaucoup. Dautant plus que cest la première fois où je pénètre son intimité. De ma bite du moins. Elle a du mal à se tenir debout et à prendre appui sur lévier tellement elle apprécie mon sexe et subit ses assauts.

Mes mains sur ses hanches me permettent de donner le tempo et daccélérer quand je la sens monter. Je sens par les spasmes de son intimité quelle ne va pas tarder alors je donne du galop pour lestocade et lorsquun cri sort brutalement de sa bouche je lui plaque ma main quelle mordrait presque. A lintérieur, elle me compresse la verge par à coup et jexplose moi aussi de jouissance, au plus profond de sa chatte, enfoncé au maximum.

Délicieux moments.

Je me retire et dinstinct lui donne une petite fessée. Surprise elle se retourne vivement vers moi, puis me sourit en remontant ensuite sa culotte toujours trempée et son pantalon et se rhabillant.

Au loin, on entend toujours le match de rugby et les ronflements de mon beau-père.

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire