Histoires de sexe à l'école Histoires érotiques au travail

La famille de ma copine – Chapitre 3

La famille de ma copine - Chapitre 3



Merci à tous pour vos mails d’encouragements. Etant donné la recrudescence de demande pour connaître mes histoires avec Patricia, je reprends la plume avec plaisir.

Avec Patricia on peut se voir que pendant la semaine d’une part pour éviter que je croise Sophie mon ex et de deux pour profiter de l’absence de son mari Laurent.

Il y a une histoire toute particulière que je tiens à vous raconter, c’est quand on est allé à la salle de sport avec Patou. Durant la séance, rien de particulier à dire hormis quelques attouchements ou autres bisous. Le mieux reste à venir. ?a a commencé en retournant aux vestiaires quand on s’est changé pour aller se prélasser dans le jacuzzi. Elle s’est mise à me chauffer dans la cabine mais alors royal, elle a commencé une fellation digne de ce nom me mettant une trique pas possible. Sentant mon éjaculation arrivée, je la préviens et du coup elle s’arrêta en me disant allons à l’eau. Je ne vous explique pas, j’étais, comment dire, un petit peu beaucoup à l’étroit dans mon boxer de bain et il fallait que je sorte comme ça. Je file vite sous la douche avant d’entrer dans le jacuzzi pensant que ça allait me calmer mais ça n’a rien fait. Bon bah on va essayer de cacher mon problème avec la serviette et par chance il n’y avait personne au jacuzzi. On allait pouvoir en profiter. La température de l’eau et les ? câlins ? que je pratiquais sur la chatte imberbe de Patou nous ont mis dans un tel état qu’il fallait que l’on conclut notre affaire rapidement. Toujours personne aux alentours, on file directement dans le hammam où la j’ai sorti ma bite pour que mon ex belle mère finisse ce qu’elle avait commencé dans les vestiaires. Mais ce n’est pas ce qu’elle avait prévu. Elle poussa légèrement de coté le bas de son maillot de bain, me tourna le dos et est venue s’empaler d’un coup sur mon chibre, c’est rentré tout seul. Pour ce coup, je n’ai rien eu à faire, elle à trémousser son petit cul sur ma bite et elle s’est masturbée en même temps. Il fallait faire vite, des fois que quelqu’un arriverait. On s’est alors levés, elle me tournait toujours le dos, je l’ai faite se pencher en avant et je l’ai pénétrée comme ça. J’y suis allé comme un malade et c’est naturellement que la sauce est vite montée. Je lui ai tout lâché bien ancrée en elle. Une fois les outils ramassés nous voulions avoir un peu d’intimité après un tel rapport. On est donc allés s’enfermer dans une cabine de douche. On a enlevé le si peu d’affaires que l’on avait sur nous puis nous nous sommes enlacés sous l’eau chaude qui coulait sur nos corps. Après 5 minutes de ce bonheur, la coquine de Patricia est lentement descendue pour finir la tête à hauteur de mon pubis. Et devinez pour quoi faire……

Elle commença par embrasser le bas de mon ventre puis se dirigea tout doucement vers mon sexe. Elle sait y faire ma Patou. Elle te fait languir jusqu’au point ou tu la supplie de te prendre en bouche et c’est à ce moment là qu’elle commence à me lécher le gland puis s’enfonce ma bite d’un coup jusqu’à la garde. J’ai cru jouir directement tellement c’est bon mais non car elle me sert la base de ma bite assez fort pour ne pas que je crache. Et après elle alterne succions sensuelles et succions rapides. Entre deux coups de langue elle me murmure que je peux tout lui donner et sans attendre je lui verse tout sur la langue. Quel pied !!! Une fois mes saccades terminées, Patou lève la tête vers moi me montrant la quantité de plaisir qu’elle ma tiré puis elle avala tout d’une manière extrêmement sensuelle. Ou la la, j’ai les jambes qui tremblent, il faut que je m’assoie. Et c’est entre ses jambes par terre toujours sous l’eau que je trouve mon repos.

Mais bon ce n’est pas tout, on ne va pas rester indéfiniment ici, on n’est pas chez nous quand même. On se savonne en vitesse et on se retrouve dans le vestiaire pour se rhabiller. Et c’est là que Patricia me montre bien qu’elle ne remet pas de culotte sous sa jupe, il faut toujours qu’elle ait la chatte à l’air. Vu l’heure qu’il est, Sophie doit déjà être rentrée donc c’est au coin de sa rue que je dépose ma douce Patou sans oublier de l’embrasser pour tout le bien qu’elle m’a fait cet après midi et avant qu’elle ne sorte de la voiture, je passe une main furtive sur sa chatte toute lisse pour la remercier elle aussi.

Je recherche activement des témoignages donc si des femmes ont vécu ou vivent des histoires similaires, merci de m’en faire part à jeprofitedelavie@hotmail.fr

Et à vous lecteurs, j’attends vos mails pour savoir si je vous raconte la suite ou si je la garde uniquement pour moi!!!

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire