Histoires de sexe fétiche Histoires de sexe hétéro Histoires de sexe travesti

Le Bénéfice du doute – Chapitre 1

Le Bénéfice du doute - Chapitre 1



Extrait : Osez… 20 histoires de punitions sexuelles

Auteur : Sidonie Mangin

Editeur : La Musardine

Elle glisse la cl dans la serrure, tourne dans le vide. Constate que la porte nest pas ferme. Un petit coup dpaule suffit. Elle pntre dans la cuisine, pose ses deux sacs de courses dans un bruit de plastique chiffonn, retourne dans lentre, dfait ses talons. Ses pas laissent de petites empreintes de bue humide sur le parquet sombre quand elle retourne la cuisine.

Nous sommes en mai. La chaleur est inhabituelle et Katia est puise.

Elle sort ple-mle citrons bios, yaourts nature, tampons hyginiques, crme raser, mas en bote, pommes, steaks, jus de pamplemousse rose, vin blanc, pte feuillete, savon sans savon, mi-bas, cotons-tiges, huile de ssame toast, vernis ongles vermillon, tapenade verte, pain de mie sans crote, lait entier, sirop dorgeat, dodorant en stick.

 Salut chrie, tu rentres dj ?

Katia sursaute. Elle pensait que Pierre dormait. Elle esprait rester un peu dans la cuisine sans lavoir dans les pattes si vite. Katia est un peu lasse. Elle dlaisse un instant limage mentale du verre de vin blanc glac et minral qui lui a donn lnergie daller au supermarch avec un relatif entrain.

 Comme tu vois, Columbo jai fini un peu en avance. Javais envie de souffler.

Sa rponse pose une nappe dennui navr au milieu de la pice.

 Super, je vois que tu es ravie de me retrouver. Cest agrable.

Katia lve les yeux vers Pierre comme on chercherait do vient le son dune radio gare. Elle le voit l, debout dans lentre de la cuisine, dbardeur un peu grand et caleon motifs. Pierre travaille de nuit lhpital de la Piti-Salptrire. Leurs horaires sont dcals depuis longtemps. Et leur couple, Katia ne sait plus tellement quoi en penser depuis un certain temps. Elle ne trouve rien y redire. Rien en dire non plus. Est-ce quelle sennuie ? Pas vraiment. Sont-ils heureux, cest probable. Katia sen fout. Elle se sent dserte. Se demande si cest a lennui.

Pierre sourit, sapproche avec tendresse de la chaise sur laquelle Katia sest assise. Il passe ses bras autour de ses paules elle, pose un baiser la naissance de son cou. Il sent un amour pur et infini lenvahir. Cest presque douloureux. Il est mu.

Elle lui rend un baiser, dpos avec une grce diabolique la commissure des lvres.

Elle tend le bras, pose la main sur sa nuque pour approcher loreille de Pierre de sa bouche. a fait comme un petit tango des visages. Ils ne le voient pas, mais cest assez beau. Elle respire fort.

 Ne te fche pas, mon amour, dit-elle, jai pass une heure me faire enculer comme une pute par un serveur trop mimi, ce midi alors, jai juste besoin dun bain et dune sieste, tu veux bien ?

Pierre reste sans voix. Il a brutalement cess de sourire. Il vient de prendre un direct du gauche dans le cur. Il se fend en deux, trois, quatre il ne compte pas les morceaux. Il se brise.

Katia lobserve. Elle ne sait pas pourquoi elle a dit a. Cest sorti tout seul. Peut-tre que cest cause de ce verre de vin frais et minral qui nest toujours pas l. Ce moment quelle attendait et dont Pierre la prive en se rveillant trop tt. a la contrarie. Cest a, ou cest autre chose. Mais quelque chose ou quelquun devait tre puni, un peu. Sans doute. Et maintenant cest plutt amuse quelle attend de voir comment Pierre va ragir. Elle se sait cruelle, a ne fait pas de doute. Mais voir Pierre ainsi dcompos par une simple phrase la met dhumeur joyeuse, lectrique mme. Mieux, a lamuse. Il a bien sr relch son treinte immdiatement, titubant deux pas en arrire. Il sest adoss lvier. La tension est peine perceptible. Katia entortille ngligemment une boucle de ses cheveux, les yeux dans le vague. Elle sourit.

 Merde. Comment Comment peux-tu me dire a ? Putain ! Katia, quest-ce quil se passe, bordel ?

Katia sourit encore plus largement. Les mots grossiers, ce nest pas le genre de Pierre. Cest un gars doux, attentif, poli, attentionn. Vulgaire ? Jamais. Elle hsite. Doit-elle arrter le jeu maintenant ? Il a lair si boulevers De fait, elle sait dj quelle ne sarrtera pas. Elle vient de dcouvrir un jeu certes stupide, peut-tre dangereux, potentiellement irrversible, mais elle se sent soudain tellement anime. a na pas de prix. a ne rclame aucune mise en balance. Elle se sent vivante. Elle se tourne vers Pierre avec juste ce quil faut de lenteur. Elle plante son regard dans le sien. Tout bien considr, finalement, elle dit la vrit. Elle dit :

 Pierre, ce type ma baise, vraiment. Totalement. Tu vois ? Non ? OK. Ne dis rien. Cest mieux. Mais coute. Parce que tu dois savoir,mon chri.

Elle prononce ces derniers mots avec une distance exquise, qui laisse Pierre au-del de la souffrance. Il respire peine. Il est livide. Exsangue. Ses mains poses en contrepoids sur le bord de lvier lui permettent de tenir debout. Mais ses paules tombent. Il ne sait mme pas quil bande. Il tremble un peu. Cest incertain. Est-il dsespr ? Est-il excit ? Cest difficile dire. Il ne sait pas. Il est soudain ce putain doiseau sans pattes. Il filait le parfait amour, saccordait merveilleusement cette dfinition de lamour. Celle quon ne remet pas en question. Une personne en aime une autre. Cest magnifique. Ils veulent vieillir ensemble, djeuner ensemble chaque jour, faire des enfants ensemble, sennuyer ensemble, jouer aux cartes ensemble, se promener ensemble, recevoir des amis ensemble, avoir un avis commun sur ces amis, avoir un empreint bancaire ensemble, etc. ensemble. Ensemble. Vous voyez ? Elle voit. Lui, peroit peine. Elle a une longueur davance. Elle laime bien plus quil ne limagine maintenant.

Elle lobserve. Elle laisse le silence peser de tout son poids. Il est dfait. Elle attend un peu. Elle attend quil soit vraiment dpossd de ce quil croyait savoir delle. Cest seulement quand il atteint un niveau de lividit cadavrique quelle dcide de continuer.

 Je dois te dire, Pierre, (elle fait exprs de prononcer son prnom, elle le fait mme avec une familiarit et une simplicit effarantes) ce type, je ne me rappelle pas son prnom, excuse-moi, vois-tu, il a su me toucher. Bon, ctait un peu bestial. Cest vrai. Toi, tu es tellement plus doux. Mais tu vois, je ne sais pas, quand il est venu me voir, quil ma laiss ce mot, je nai pas su faire autrement. Ctait bourr de fautes de franais, jen ai ri tellement sur le coup. Je te jure. Il avait crit  Tu est la plus belle femme que jai jamais vue. Rejoint moi dans les wc si reciprok  et jai t mue. Cest simple. Bon, je sais, il est trs jeune, et a ne me ressemble pas. Mais Pierre, ne soyons pas stupides. a fait combien de temps quon baise en se disant baisons sinon notre couple ne tiendra pas  ? Srieusement, Pierre, dis-moi !

Pierre est au bord du gouffre. Il ne sait mme pas sil y a le moindre mot quil est en mesure de prononcer ou de comprendre. Sa vie vient de basculer. Il regarde Katia. Il tente encore de rsister la panique. Il vit un cauchemar dont il va se rveiller. Il est sr de a. Oui. Ce nest pas en train darriver. a na aucun putain de sens. Katia nest pas rentre encore. Il dort. Il fait un mauvais rve. Il la baisera en rentrant parce que ce mauvais rve lui fait quand mme comprendre un truc. Il laimera et la baisera comme jamais. Il se le jure.

Mais ce nest pas a. Ce nest pas un rve, bon ou mauvais. Cest le rel et putain, Katia continue de lui parler.

 Tu sais, baby, jai rien pu faire. Il tait si sexuel.

Katia sait que ce quelle dit nest plus un jeu. Que a sest vraiment pass. Que ce quelle pensait tre un jeu un peu amlior devient leur nouvelle ligne de vie, si Pierre tient le coup, ce dont elle commence douter. Mais il est un peu tard pour considrer Pierre sous cet angle. Elle regarde ses mains, encore belles, ses poignets quelle sait fins, sa robe noire qui affine ses courbes alourdies par lui, elle sent son cul encore humide et plein de lautre. Sa culotte est mouille des restes du midi.

 Il ma baise, Pierre. Mais ne sois pas fch. Jai pens toi. Quand il ma dit de me mettre genoux pour bien le sucer, je te jure, Pierre, jai pens nous, toi, ce que je faisais l. Jtais ravie. Jai pris sa queue dans ma main, je lai regard comme je nose pas le faire avec toi. Jai lch sa queue, ses couilles. Jai gliss ma langue dans son cul. Ctait un tel plaisir !

Pierre a peine respirer. Mais il sen veut : il bande.

Katia parle, elle semble intarissable, vulnrable, extatique. Elle poursuit…

Vous avez aim cet extrait ?

Lisez la suite en achetant la version papier dans la boutique Xstory

“Osez… 20 histoires de punitions sexuelles” (256 pages)

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire