Histoires d'inceste Histoires de sexe sœur Premières histoires de sexe

le dressage de cathy – Chapitre 2

le dressage de cathy - Chapitre 2



Depuis quatre jours, je n’ai pas eu de nouvelles de mes quatre tortionnaires, mais ce vendredi matin un coup de fil.

« – c’est Bob, tu nous attends sur le parking de ton travail à 16h, tu t’habilles en pute à 16h »

Je dus remonter chez moi et me changer pour m’habiller en pute, mais pour le travail j’ai mis par dessus mes habits sexy, une grande jupe masquant le bas et pour le haut un pull léger et un long manteau. Lorsque 16h sonna, je passe aux toilettes pour enlever ma jupe et mon pull et sous mon manteau je suis en pute. Sur le parking, je vois la voiture qui m’attends la porte s’ouvre et je monte à l’arrière à peine montée Bob m’ordonne :

« – retires ton manteau salope qu’on te vois bien, on t’emmène au turbin »

Je ne réponds pas par peur des représailles car ils connaissent mon adresse et mon numéro de téléphone. De plus, je suis sûre que cette semaine on ma suivie et peut être même qu’ils mont vu avec mes enfants. Je ne dois prendre aucun risque pour eux "mes enfants". Je suis donc maintenant soumise à leurs fantasmes.

Pendant le trajet, Bob et Stef me masturbent, me forcent à les sucer, à les branler, à me faire prendre en levrette, à me faire sodomiser. Ils disent qu’ils m’échauffent pour la cité, j’ai peur vu leurs pratiques. Max lui, me filme toujours dans toutes les positions et prise par tous les trous. Nous arrivons dans la cité.

« – salut mes frères je vous présente Cathy la pute, vous l’emmenez dans la cave et vous me la ramenez vers 19h, car après elle passe la soirée au sex-shop »

L’un des copains de Bob s’approche de moi, il me caresse les seins et me dit :

« – t’es bonne salope, je vais te mettre un collier et une laisse, tu es ma chienne avance sale pute »

Il me tire par la laisse, je passe devant une vingtaine d’hommes et de femmes puis nous arrivons dans la dite cave.

C’est sommaire mais propre, une grande croix en bois se trouve au milieu de la pièce. Il y a des sangles à chaque branche de la croix. Déjà des téléphones se mettent en marches pour des photos et des films, tout cela va être mis sur internet.

« – à genoux chienne, tu nous suces tous même les femmes

— non s’il vous plait »

Un coup de cravache sur mes fesses me fait changer davis. Ma bouche reçoit des sexes de femmes ou d’hommes. Je dois tous les satisfaire, je suis à genoux et pendant que je suce et que leur éjaculations me souillent le visage, des hommes me prennent en levrette et des femmes me sucent les seins. Puis un homme se glisse sous moi et je m’empale sur son sexe. un autre entre dans ma bouche et un troisième se place derrière moi et me sodomise. Je suis souillée, pour eux je ne suis qu’une marchandise, un objet sexuel. Je reçois des coups de cravaches sur les fesses. Après des heures de viol, je ne suis plus qu’une chienne soumise toujours à quatre pates, prête à être prise. Puis je sens dans mon dos un souffle chaud, on me lèche le sexe, puis lanus. J’ai honte, mais j’aime.

Je me tourne pour voir qui est cet homme, horreur c’est un chien, un énorme chien.

« – non je vous en supplie, tout mais pas cela je veux bien tout faire pour vous mais épargnez moi pour le chien »

En guise de réponse ;

« – tu as tout faux sale chienne, tu es à nous et à eux aussi »

Pour éviter que je hurle un des hommes me force à le sucer.

Le chien super excité, me lèche puis il me monte comme sa vulgaire chienne il enfonce son sexe, il me sodomise. Je suis devenue juste bonne à être baisée. Le temps passe, il n’est pas 19h mais 20h, que vais-je dire à mon mari ?

J’ai la tête vide, avant de partir je suis obligée de faire encore pire, je dois sucer le chien après plusieurs coups de cravaches sur les fesses. Je mallonge et suce avec dégout ce sexe qui ma sodomisé. Pour sortir de la cave, on me tire par la laisse. Je traverse la cité ainsi, tenue en laisse et si on me reconnait, je n’ose y penser. Pour une fois, j’ai hâte d’être dans la voiture. Une nouvelle fois, je dois sucer et me faire prendre par les deux frères. Nous arrivons devant une boutique, c’est le sex-shop, ils me font descendre toujours avec le collier et la laisse.

« -salut Rémy on t’amène la salope tu peux l’utiliser toute la nuit elle est à toi »

Sur ces mots, j’ai cru mourir. Je n’ose rien dire, déjà les marques sur mes fesses. Il y a beaucoup de monde, des hommes, des femmes et des couples, mais soulagement je ne vois pas d’animaux, le seul animal c’est moi. Je suis à nouveau une chienne, je me mets à quatre pates. Je dois avancer comme ça, au passage je vois que des femmes se sont mises sur elles des ceintures godes. Je commence à sucer tous les sexes qui se présentent à ma bouche, contrairement à la cave, je dois avaler. Les femmes godées, se placent derrière moi et me prennent comme une pute, me sodomise, me baise sans relâche.

Je finis par aimer ça. Mes cris de souffrance se transforment en soupir de plaisir. Les hommes se branlent sur mon dos, sur mon visage. Lorsque qu’une femme sort de mon trou, un homme prend sa place. Là aussi les téléphones tournent, je n’en peux plus. Un homme me tire par la laisse et me fait entrer dans une pièce. La fameuse pièce où je dois assouvir les caprices de tout le monde, pendant que d’autres me regarde en se masturbant.

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire