Histoires d'inceste Histoires de sexe travesti

Les mystères de l'Asie – Chapitre 14

Les mystères de l'Asie - Chapitre 14



Les mystères de l’Asie 14

Cela faisait maintenant plusieurs mois que Liuyu et Matt avaient emménagé dans leur appartement, Viviane et Hervé étaient devenus des habitués des partouzes qu’ils organisaient, et furent rapidement acceptés par tous leurs amis.

Les travaux dans le futur restaurant avançaient rapidement, et l’inauguration était prévue pour la fin du mois.

Comme a prévu par Kun, la cuisine était à l’étage, ce qui limitait grandement les risques que les parents de Liuyu s’aperçoivent des activités lubriques des serveuses; il avait d’ailleurs recruté officiellement Edwige, Gwendoline, et quelques autres filles que Matt avait convaincues à l’aide de sa grosse bite, mais également Nicolas et JL qui avaient des penchants bis, et pourraient aussi bien fourrer une bonne salope, qu’un gros pervers.

Le futur restaurant allait avoir une équipe de serveurs et serveuses, suffisamment fournie, pour permettre une rotation afin que les filles puissent se reposer des grosses soirées de baises auxquelles elles pourraient participer.

Meiwan et Zhao allaient souvent dans le futur restaurant pour voir l’avancée des travaux, mais surtout pour motiver les ouvriers avec leurs petits culs. En général, elles finissaient rapidement à poil et se faisaient fourrer par tous les trous, au milieu du restaurant.

Quand les petites chambres de baise furent prêtes au rez-de-chaussée, elles les essayèrent toutes.

Il y en avait 4 en tout. Des petites pièces équipées d’une douche, d’un matelas, et tout le nécessaire pour satisfaire les fantasmes des clients, elles étaient au fond du restaurant et les serveuses avaient pour consigne de n’emmener dans ces chambres, que les clients les plus « respectueux ».

Viviane et Hervé avaient été rapidement des clients fidèles du restaurant, ils avaient même participé à certains travaux d’intérieur dans le futur restaurant, enfin surtout aux intérieurs de Zhao et Meiwan, dont Hervé était très friand et Viviane se rendait autant disponible que possible pour soulager les ouvriers.

Maintenant qu’ils étaient très proches, et après une bonne partie de baise avec Matt et ses amis, Viviane, qui venait de se faire remplir le cul par Matt, lui demanda un petit service : elle avait envie qu’il baise ses filles.

Elle avait eu des jumelles avec Hervé, elles avaient 25 ans toutes les deux, et s’apprêtaient à se marier avec des garçons hautains et imbus de leur personne, maintenant que Viviane avait goûté à la débauche et à la luxure, il lui était venu une petite idée particulièrement vicieuse et immorale, elle n’aimait pas ses gendres, et avait très envie que Matt baise ses filles afin de les faire cocus.

En bon serviteur de ses dames, Matt accepta, il lui demanda à quoi ressemblaient ses filles, et lorsque Viviane lui montra la dernière photo qu’elle avait d’elles, il fut ravi d’avoir l’occasion de fourrer ces deux superbes jeunes femmes.

Il faut dire que Julie et Céline était deux magnifiques jumelles, brunes, cheveux arrivant aux épaules, qui se ressemblait comme deux gouttes d’eau, chacune ayant pris les gènes de leur mère pour son opulente poitrine, dès le début de leur puberté, leurs seins s’étaient rapidement développés, pour atteindre un magnifique 95F, pour toutes les deux.

Mais leurs gros seins n’étaient pas leur seul atout pour attirer les garçons, leur physique, très attirant, faisait d’elles, ce que certains garçons pourraient appeler des bombes sexuelles, très mignonnes, pas très grandes, 1.60m pour 50 kilos, toutes les deux, un délicieux petit cul bombé à souhait, et bien ferme, qui aurait pu faire bander un mort.

Les hommes les plus pervers qu’elles croisaient, dans la rue, n’arrivaient pas à se décider à mater leurs superbes petits culs ou leurs énormes seins.

Elles s’en étaient amusées lorsqu’elles étaient encore adolescentes, et qu’elles aimaient sentir les regards des hommes sur elles, mais depuis qu’elles avaient rencontré Kévin et Louis, deux garçons issus de famille très bourgeoise, ils leur avaient vite demandé de calmer leurs humeurs libidineuses et de mettre fin à leur petit jeu d’allumeuse envers les autres hommes.

Elles étaient amoureuses, et peut-être à cause du fait qu’elles se faisaient entretenir par leurs futurs maris, elles s’étaient, donc, contraintes à devenir des fiancées très sages et très prudes.

Elles n’avaient pas encore couché avec leurs fiancés, chacun attendant le jour du mariage pour honorer leurs futures épouses, même s’ils s’autorisaient une petite pipe de temps à autre, mais Julie et Céline étaient de celles qu’on pourrait appeler des femmes frustrées, jamais leurs maris ne leur rendaient le plaisir qu’elles leur donnaient, et elles devaient se masturber quand ils étaient absents afin de soulager leurs pulsions.

Lorsque Viviane raconta tout cela à Matt, il sut que ce serait un jeu d’enfant d’ouvrir les cuisses de ses filles.

Rendez-vous fut donc pris, Viviane devait recevoir ses filles et ses gendres pour les fêtes de fin d’année, et elle en profiterait pour leur présenter Matt et Liuyu.

La fameuse soirée arriva, Julie et Céline arrivèrent en compagnie de leurs futurs maris, vêtues de robe longue noire, très classe, mais même si leurs petits culs et leurs gros seins étaient bien mis en valeur, cela manquait encore de décolleté pour Matt.

Contrairement à leurs habitudes, Viviane et Liuyu s’étaient vêtues de tenue assez sobre, leurs minijupes leur arrivaient à mi-cuisse, et leurs hauts moulants ne dévoilaient que le haut de leurs seins.

Malgré cela, Kévin et Louis furent gênés, Julie et Cécile prirent leur mère à parti, et lui dirent :

Dis donc, maman, tu aurais pu t’habiller un peu plus, on voit la moitié de tes seins.

Viviane, qui souhaitait justement choquer ses futurs gendres, leur répondit :

Et alors, si vos futurs maris n’en ont jamais vu, ça leur fera un petit aperçu avant de voir les vôtres.

Julie et Céline furent irritées par le comportement de leur mère, mais avec l’arrivée des autres invités, elles se dirent que leurs fiancés n’y prêteraient peut-être pas attention.

La soirée se passa tranquillement, Matt comprit rapidement pourquoi Viviane n’aimait pas ses gendres, il ressentit, lui aussi, une franche antipathie envers eux, ils n’avaient aucun respect pour leurs futures fiancées, et les considéraient comme de simples pouliches qu’on expose à l’assemblée.

Elles leur servaient uniquement de faire valoir, ils étaient si prétentieux et fiers de posséder de si ravissantes fiancées qu’ils ne se privaient pas de le répéter à tout le monde.

Elles étaient leur propriété, et Matt fut presque triste de voir Julie et Céline se laisser avilir de la sorte.

Il résista à l’envie de les dévergonder pendant la soirée, Viviane lui ayant demandé d’attendre, la soirée servirait uniquement à faire connaissance, elle ne voulait pas précipiter les choses, et elle voulait que ses gendres apprennent qu’ils étaient cocus, uniquement quand ses filles auraient plongé, corps et âme, dans la luxure et la débauche, comme leur mère.

Elle avait déjà prévu la deuxième phase, et donc Matt devait simplement faire plus ample connaissance avec ses futures victimes et entamer son petit jeu de séduction, le plus discrètement possible.

Et c’est ce qu’il fit, Liuyu lui servant parfaitement de diversion pour qu’il ait toute l’attention des jumelles, sans que leurs fiancés se rendent compte de quoi que ce soit.

Si bien qu’à la fin de la soirée, Julie et Céline discutaient avec Matt comme-ci elles le connaissaient depuis des années, elles lui racontèrent quelques petites anecdotes sur les invités, qui les firent rougir, surtout une qui concernait leur oncle, qui, alors qu’elles étaient encore adolescentes, les avait surpris seins nus, dans la piscine de son jardin, et elles avaient tout de suite remarqué qu’il bandait dans son short.

Matt ria avec elles, mais rien que d’imaginer les deux grosses paires de seins des jumelles, complètement nus, il se mit lui aussi à bander, et il leur dit discrètement :

Il va falloir arrêter avec vos histoires, ça m’excite.

Julie et Céline baissèrent aussitôt les yeux et remarquèrent l’énorme bosse qui s’était formée dans le pantalon de Matt.

Elles rougirent encore plus, mais sentirent également leur entrecuisse frétiller et s’échauffer dangereusement, sans quitter des yeux l’énorme bosse, elles bredouillèrent :

Excuse-nous, on ne voulait pas…

Pas grave, et vous êtes vraiment des filles ravissantes, vos fiancés ne savent pas la chance qu’ils ont, si je n’étais pas avec Liuyu, je me jetterais sur vous.

Elles étaient très troublées, elles regardèrent leurs fiancés, justement occupés à discuter avec Liuyu, et étrangement, elles en étaient jalouses.

Ce fut à ce moment, qu’Hervé lançât la musique, permettant à chacun de se laisser aller à quelques pas de danse, ou plutôt, à quelques déhanchements.

Julie et Céline ne quittaient pas Matt et avaient complètement abandonné leurs fiancés, trop occupés avec Liuyu, elles dansaient et s’amusaient avec lui, comme deux jeunes filles un peu délurées.

De temps à autre, elles jetaient un il à la bosse qui semblait ne pas vouloir dégonfler, et elles sentirent leurs petites chattes s’humidifier en imaginant ce que pouvait bien cacher ce pantalon.

Viviane avait surveillé discrètement ses filles et fut satisfaite de l’effet que Matt avait sur elles, elle avait pris la place d’Hervé à la sono et lui avait dit :

Je vais mettre quelques slows pour que tout le monde puisse récupérer, va danser avec une de tes filles si tu veux.

Trop content de pouvoir se frotter à une de ses si ravissantes filles, il laissa les manettes à sa femme.

Hervé avait souvent fantasmé, en secret, sur le corps magnifique de ses filles, il les trouva en compagnie de Matt, et alors que Viviane lançait le premier slow, il invita Céline à danser avec lui.

Presque naturellement, Julie et Matt se mirent à danser ensemble, et même si Céline adorait son père, elle fut jalouse de sa sur.

Aucune des deux ne fit attention à Kévin et Louis qui avaient été invités à danser avec Liuyu et Viviane.

Matt avait passé ses mains sur les hanches fines de Julie, profita rapidement de leur nouvelle proximité, pour coller sa grosse queue contre elle, et la frottait au gré de la musique, contre son ventre.

Julie sentait sa chatte complètement trempée, elle se laissait aller entre les bras de Matt, elle sentait son énorme bite contre son ventre, et elle mourrait d’envie de lui sauter dessus, pour empaler sa chatte en feu, sur cet engin hors norme.

Si bien qu’au fil des pas de danse, elle sentit les mains de Matt glisser doucement sur ses fesses, son cur battait à cent à l’heure, elle le laissa faire, et ne releva les yeux vers lui que lorsqu’il commença à lui pétrir les fesses.

Elle se rapprocha dangereusement de lui, et était prête à lui rouler une pelle, leurs lèvres étaient à quelques mm l’une de l’autre lorsque le slow changea, Céline abandonna aussitôt son père pour séparer Matt et Julie, et prendre sa place pour entamer un autre slow.

Julie était complètement perdue, son père la prit dans ses bras et la fit danser doucement, tandis que Matt recommençait son petit manège avec Céline, Julie n’avait pas remarqué que ses tétons pointaient tellement fort, qu’ils tendaient le tissu de sa robe.

Hervé les sentit frotter contre son torse, et il ne put réprimer une érection complètement immorale. Julie sentit une nouvelle bite contre son ventre, mais elle était encore perdue dans ses songes érotiques, elle se croyait encore dans les bras de Matt, alors elle s’accrocha un peu plus à son cou et frotta de plus belle sa grosse poitrine contre son père.

Celui-ci sentait sa queue devenir de plus en plus dure, il ne comprenait pas le comportement de sa fille, il jeta un il à Matt et Céline, et comprit aussitôt, tout comme Julie, Céline laissait Matt lui peloter le cul, heureusement pour eux, Kévin et Louis étaient à l’autre bout de la pièce, et la lumière tamisée leur permettait d’être à l’abri des regards indiscrets.

Il avait à peine tourné la tête, que lorsqu’il reposa les yeux sur Matt et Céline, ils étaient en train de se rouler une pelle, et Matt remontait dangereusement la jupe de sa fille.

Il allait leur dire d’arrêter leur jeu dangereux, lorsqu’il sentit la main de Julie se poser sur chacun de ses poignets, et les baisser sur ses fesses en lui disant :

Touche-moi encore les fesses, stp.

Il comprit qu’elle le prenait pour Matt, mais il bandait comme un taureau, il la sentait se frotter contre sa queue, alors il ne résista pas, et se mit à pétrir les fesses de sa fille.

Il jeta un il à Matt et Céline à côté d’eux, cette fois, son autre fille avait les fesses à l’air, il pouvait voir son joli petit string qui séparait ses magnifiques fesses, l’une d’elles était toujours pétrit fermement par Matt, et il remarqua que ce salaud, avait glissé son autre main dans la fermeture de la robe et pelotait un des gros seins de sa fille, mais celle-ci n’avait pas perdu de temps et avait glissé sa main dans le pantalon de Matt pour lui branler sa grosse bite.

Hervé était partagé, entre le devoir de les arrêter avant qu’un scandale n’éclate avant le mariage, et le fait de profiter, de pouvoir peloter les fesses de son autre fille, mais lorsqu’il sentit Julie glisser à son tour sa fine main dans son pantalon, puis dans son caleçon, pour lui branler la bite, il sentit sa volonté fondre comme neige au soleil.

Et alors qu’il se faisait maintenant branler par Julie, il l’attrapa par les cheveux et avant qu’elle n’ouvre les yeux pour se rendre compte qu’elle branlait son père, il lui roula une pelle et se mit à lui peloter ses gros seins.

Pensant toujours être dans les bras de Matt, Julie enfonça sa langue dans la bouche de son père, et le laissa lui ouvrir le haut de sa robe pour venir pétrir ses gros seins.

Les deux jumelles avaient la chatte complètement trempée, elles étaient prêtes à se faire fourrer par les bites qu’elles avaient en main.

Viviane avait remarqué que son voisin avait été plus loin que ce qu’ils avaient prévu, elle fut ravie de voir que Céline s’était abandonnée aux charmes de Matt, mais lorsqu’elle découvrit son mari dans la même situation avec Julie, elle sentit que la situation lui échappait.

Elle demanda discrètement à Liuyu d’éloigner Kévin et Louis, et enchaîna rapidement un autre slow, elle se rapprocha ensuite des deux couples, heureusement pour eux, ils étaient dans le coin le plus sombre de la pièce, et elle put vérifier que personne, n’avait remarqué leur petit jeu interdit.

Lorsqu’elle arriva près de ses filles, elles avaient, toutes les deux, les fesses et les seins à l’air, tandis que l’une avait sorti la grosse bite de Matt et s’était mise à genoux pour la lui sucer, l’autre était déjà en train de pomper la bite de son père, comme une affamée.

Viviane mit un long moment à réagir, elle croisa le regard d’Hervé, et de peur d’alerter les invités, elle n’osa rien dire, et laissa sa fille pomper la bite de son mari.

Sous le coup de la surprise et surtout grâce aux coups de langue habiles de Julie, Hervé ne mit pas longtemps à lui gicler dans la bouche, Viviane la laissa avaler le sperme de son père et tandis que Céline en faisait autant avec le sperme de Matt, elle se mit à genoux entre ses filles et leur dit discrètement :

Il faut arrêter ça, tout de suite, mes chéries, vos fiancés vont finir par le découvrir.

En un quart de seconde, Julie et Céline redescendirent de leur petit nuage de plaisir et se rendirent compte de ce qu’elles venaient de faire, elles avaient toutes les deux, une bite en main, et du sperme plein la bouche, et même si Julie le trouvait plutôt à son goût, lorsqu’elle se rendit compte qu’elle venait de sucer son père, elle s’évanouit.

Céline n’était pas mieux, elle était en panique, elle avait vu sa sur juste devant la queue de leur père, elle sentait du sperme dans sa bouche, en voyant du sperme au coin des lèvres de Julie, elle se doutait de ce qu’elle venait de faire, et se demanda si, elle n’avait pas, elle aussi, sucé la queue de son père, et elle s’évanouit à son tour.

Viviane dit aux garçons :

Rangez-moi vos engins et aidez-moi à les emmener dans la chambre.

Hervé était en panique, il remballa illico sa queue, et souleva dans ses bras, Julie, Matt en fit autant et prit Céline dans ses bras, Viviane remit un peu d’ordre dans les tenues de ses filles, et alors que Matt et Hervé s’apprêtaient à les emmener, elle dit :

Attendez.

Elle avait été à la fois surprise et excitée par ce qu’elle venait de voir, et en voyant du sperme au bord des lèvres de ses filles, elle ressentit le besoin d’aller le lécher.

Elle passa sa langue sur chacune de leurs lèvres, pour nettoyer toute trace du sperme que ses filles avaient avalé, et dit :

Allez-y, je vais prévenir Kévin et Louis.

Matt et Hervé se suivirent, et les autres invités furent surpris de voir les deux jumelles évanouies, Viviane leur dit, en riant, pour les rassurer :

Elles ne tiennent vraiment pas l’alcool.

Chacun repartit à ses occupations et lorsque Matt et Hervé arrivèrent devant Louis et Kévin, ceux-ci ne se préoccupèrent pas de l’état de leurs fiancées, trop occupés à bavarder avec Liuyu.

Ce fut Viviane qui les interrompit, et leur dit sur un ton plutôt énervé :

Lucie et Céline ne vont pas bien, elles vont dormir ici cette nuit, on les ramènera chez vous demain.

Ils lui dirent oui, sans vraiment la regarder, et sans vraiment se soucier de leurs fiancés, ce qui eut le don d’énerver encore plus Viviane.

Elle emmena Matt et Hervé dans la chambre d’amis, où ils déposèrent les jumelles sur le lit.

Elle était rouge de colère, mais non pas contre son mari qui s’était fait sucer par sa fille, mais elle était en colère contre ses gendres, qui se moquaient totalement de ses filles, alors elle prit une décision qu’elle n’aurait jamais cru être capable de prendre un jour et dit :

Il va falloir qu’on discute de ce qu’il vient de se passer.

Hervé sentait qu’il allait passer un sale quart d’heure, mais il était d’accord avec sa femme, il n’aurait jamais dû craquer et abuser de sa fille, alors il lui tenta :

Je suis désolé, ma chérie, je ne sais pas ce qui m’a pris, je n’aurais jamais dû.

Il a failli tomber sur le cul, quand il entendit Viviane lui dire :

Et si je te demandais de recommencer ?

Il prit quelques secondes pour voir si ce n’était pas un piège, et dit :

Euh, tu es sûre ? Tu voudrais que je me fasse encore sucer par Julie ?

Par Céline aussi, je veux que nos filles deviennent de grosses salopes, qu’elles fassent de leurs abrutis de fiancé, les plus gros cocus de la ville, et si elles doivent baiser avec leur père pour ça, alors je te laisse libre d’abuser d’elles, si elles en ont envie, bien entendu.

Bien sûr, je ne ferais jamais rien qu’elles ne veuillent pas.

Viviane se tourna vers Matt et lui dit :

Je compte sur toi pour les convaincre d’ouvrir leurs cuisses à toutes les bites qui passent, même celle de leur père.

Matt réfléchit un peu à ce qui venait de se passer et dit :

OK, mais ce soir, l’alcool a peut-être aidé à faire tomber leurs inhibitions et les barrières de l’inceste, demain, quand elles auront dessaoulé, rien ne nous dira qu’elles voudront recommencer.

Nous verrons bien, demain est un autre jour, et même si mon petit plan a un peu changé, on garde le même objectif, leurs abrutis de fiancés vont avoir du mal à passer sous les ponts, quand ils auront de belles cornes de cocu.

Hervé aida sa femme à mettre leurs filles au lit, et une fois fait, Viviane partit s’occuper de ses gendres, Matt fit signe à Liuyu et celle-ci les abandonna comme de vieilles chaussettes, ils furent un peu surpris, mais ils étaient tellement imbus de leur personne qu’ils tentèrent de se joindre à d’autres invités, Viviane les stoppa et les poussa vers la sortie en leur disant :

Messieurs, vos fiancées sont en train de dormir profondément, je vous propose de rentrer chez vous, et nous vous les ramènerons demain.

Avant même d’avoir eu le temps de s’en rendre vraiment compte, ils étaient sur le palier de la porte.

En voyant passer Matt et Liuyu, ils tentèrent de se joindre à eux, mais Liuyu leur claqua la porte au nez et dit à Matt :

Ouah, j’espère que j’aurais plus besoin de me les coltiner, quelle bande d’abrutis, ces deux-là, le pire c’est qu’ils ne se rendent même pas compte qu’ils sont cons.

Matt réfléchit un peu, et lui dit :

Tu crois qu’ils auraient besoin d’avoir une correction ?

Liuyu comprit parfaitement le sens de la correction que proposait Matt, et lui dit :

Oui, ce serait pas mal, et si on les photographie en même temps, ça fera un moyen de pression à Julie et Céline.

Tu veux qu’on les rappelle ?

Non, pas ce soir, je suis crevée, ils m’ont assez saoulée toute la soirée, mais j’ai vu que tu t’étais bien amusé avec les jumelles.

Oui, mais Viviane n’avait pas prévu que Julie suce son père.

Ah oui, ça a été jusque-là, intéressant.

Ils partirent tous les deux se coucher, Matt fourra sa grosse bite dans le petit cul de Liuyu, la faisant crier de plaisir, cris qui s’entendirent à travers le mur et parvinrent jusqu’aux oreilles des jumelles, qui étaient plongées en plein rêve érotique où elles suçaient chacune leur tour, la bite de leur père et celle de Matt.

———————————

La nuit fut agitée, pour les jumelles, elles se réveillèrent ensemble dans le même lit, en sous-vêtement, chacune la main entre les cuisses.

Il y avait un lien un peu surnaturel entre elles, si l’une se faisait mal, l’autre le ressentait également, et elles s’étaient vite rendu compte à l’adolescence que si l’une jouissait, l’autre sentait sa chatte se mettre à mouiller sans raison particulière.

Si bien qu’hier soir, perdues dans une avalanche de plaisir, elles s’étaient abandonnées toutes les deux, dans les bras de Matt et de leur père.

Elles se regardaient dans les yeux, couchées l’une à côté de l’autre, elles se rappelaient parfaitement ce qu’elles avaient fait la veille, mais Julie n’osait pas en parler, elle avait honte d’avoir sucé leur père, et d’avoir même avalé son sperme, alors ce fut Céline qui prit la parole et dit :

Tu as aimé ce que tu as fait hier ?

Julie savait parfaitement que sa sur connaissait déjà la réponse, alors même si elle en avait honte, elle lui dit :

Oui, je ne sais pas pourquoi j’ai fait ça, mais je n’ai pas pu m’en empêcher.

Peut-être parce que je suçais Matt juste à côté,

Peut-être, tu crois que papa ou maman vont m’en vouloir ?

Pour papa, il avait l’air d’apprécier ta pipe, pour maman, bizarrement, elle avait l’air de le prendre plutôt bien.

Elles réfléchirent à la réaction très étrange de leur mère, elles auraient pensé que leur mère, les auraient injuriées, en voyant ce qu’elles faisaient, mais elle avait été prévenante et bienveillante, alors une idée complètement immorale finit par prendre forme dans l’esprit de Julie, Céline la ressentit également, et au moment où Julie dit :

Tu crois qu’on pourrait … ?

Céline lui répondit aussitôt :

Oui … tu me laisseras sucer, papa ?

Elles se rendirent compte qu’elles parlaient de relation incestueuse avec leur père, et peut-être même avec leur mère, alors elles firent quelque chose qu’elles n’avaient pas fait depuis leur adolescence, elles se rapprochèrent l’une de l’autre et s’embrassèrent.

Leurs langues se mirent à tournoyer dans la bouche de l’autre, bientôt leurs mains se glissèrent dans le string de l’autre, et elles se doigtèrent toutes les deux, leurs chattes trempées.

Elles enlevèrent leurs soutiens-gorge, et se pelotèrent leurs gros nichons, mais alors qu’à l’adolescence, elles s’arrêtaient là, cette fois-ci, elles finirent par se mettre en 69 et se bouffèrent la chatte en se la fouillant profondément.

Elles gémirent de plaisir, sous les coups de langue et les doigts habiles, de l’autre.

Elles finirent par jouir simultanément, et s’écroulèrent sur le lit, elles reprirent doucement leur souffle, et cette fois ce fut Céline qui demanda à sa sur :

Tu crois que c’est aussi bon avec maman ?

Consciente qu’elles désiraient toutes les deux, une relation incestueuse avec leurs parents, elle lui répondit :

Sûrement, mais ne soit pas trop directe avec elle, rien ne dit qu’elle en a envie, elle aussi.

Oui, tu as raison, on va laisser venir les choses, et si on a de la chance, on baisera avec nos parents aujourd’hui.

J’aimerais bien goûter à la bite de leur voisin aussi, il a l’air d’en avoir une énorme.

Oui, je l’ai sucé hier, et il a une queue monstrueuse, je n’imagine même pas comment on doit jouir avec un morceau pareil dans la chatte.

Mais elles entendirent la porte de la chambre des parents s’ouvrirent, et mirent fin à leur discussion libidineuse.

Elles reconnurent le pas lourd de leur père, qui se levait toujours avant leur mère, sans se consulter oralement, elles décidèrent de remettre leurs sous-vêtements, et comme elles n’avaient pas de pyjama, elles sortirent de la chambre en soutien-gorge et string assorti.

Lorsque Hervé sortit des toilettes après le soulagement de sa vessie, il crut s’étrangler en voyant ses deux superbes filles en sous-vêtements, dans la cuisine, en train de préparer leurs petits-déjeuners, il n’arrivait pas à lâcher des yeux, leurs superbes petits culs, et en repensant à ce qu’il s’était passé la veille, il sentit sa bite se redresser.

Mais quand il croisa le regard de ses filles, elles firent de celles qui ne se souvenaient de rien, et même si la bosse qui déformait le pyjama de leur père leur faisait très envie, elles n’osèrent rien tenter.

Hervé resta abasourdi pendant un bon moment à l’entrée de la cuisine, ses yeux passant d’un cul à l’autre, ou d’une paire de gros nibars à l’autre.

Il fit ce qu’il put pour cacher son érection, et espérait que ses filles n’avaient rien remarqué.

Il s’installa dans le salon, pour essayer de calmer ses pulsions, laissant les filles prendre leurs petits-déjeuners dans la cuisine.

Une fois seules, Julie et Céline se regardèrent et sourirent, et Céline dit doucement à sa sur :

Je crois qu’on fait de l’effet à papa.

Oui, j’ai vu ça aussi, mais il faut être sûr pour maman avant de tenter quoi que ce soit.

Oui, ou au pire, on attend qu’elle ne soit pas là, pour baiser avec papa.

Céline et Julie sentirent leurs petites chattes frétiller, rien qu’à l’idée de prendre la bite de leur père en elles, Julie se rendit compte à quel point, elles avaient abandonné tout sens moral, alors dans un dernier élan de moralité, elle demanda à sa sur :

Tu crois qu’on ne ferait pas une bêtise en baisant avec notre père ?

Euh…c’est toi qui dis ça, après lui avoir sucé la bite, hier soir, et avoir avalé son sperme.

Julie ne put qu’admettre que sa sur avait raison, même si elle était dans un état second, hier soir, elle avait pris énormément de plaisir à sucer son père, et même si sur le coup, elle ne s’était pas rendu compte que c’était lui, maintenant qu’elle avait les idées claires, elle savait qu’elle serait prête à recommencer.

Alors elle renonça à toutes les règles de moralité, qu’on avait pu lui inculquer dans sa vie, et approuva totalement l’idée de coucher avec ses parents.

Viviane se leva alors qu’elles finissaient leurs petits-déjeuners, elle les rejoignit dans la cuisine et fut surprise de voir ses filles en petite tenue, et comme pour voir leurs réactions, elle leur dit :

Vous devriez, vous habillez les filles, vous allez exciter votre père comme ça.

Les jumelles furent assez surprises par la phrase de leur mère, et n’osèrent pas encore lui dire que c’était leur but.

Mais lorsque Viviane leur dit :

J’ai renvoyé vos fiancés chez eux, vous n’avez qu’à passer la journée tranquillement avec nous et les voisins, avant de retourner avec vos abrutis.

Julie et Céline se rendirent compte qu’elles avaient complètement oublié Kévin et Louis, elles commencèrent à paniquer, mais Viviane les rassura :

Calmez-vous les filles, ils sont rentrés chez eux, et je leur ai dit qu’on vous ramènerait aujourd’hui, mais passez la journée tranquillement avec nous, et on vous ramènera ce soir.

Les jumelles se calmèrent, mais toute envie incestueuse avait pour le moment, disparue, elles acceptèrent tout de même de passer la journée avec leurs parents, et partirent s’habiller, mais leurs tenues de soirée de la veille n’étaient pas très adaptées, alors Viviane leur dégota de vieilles jupes qu’elles portaient quand elles étaient plus jeunes.

Elles enfilèrent, avec un peu de nostalgie leurs vieilles minijupes, qui moulaient parfaitement leurs superbes petits culs, et lorsqu’elles voulurent se glisser dans leurs anciens petits tops, elles se rendirent compte que leurs seins avaient bien grossi depuis qu’elles avaient porté ce vêtement, elles durent retirer leurs soutiens-gorge, pour arriver à l’enfiler.

Elles forcèrent un peu, et elles se mirent à rire en se regardant l’une l’autre, le top était devenu tellement ridicule, il couvrait difficilement la totalité de leurs gros seins, laissant tous leurs ventres et le bas de leurs poitrines visibles, et il comprimait tellement leurs seins qu’on pouvait parfaitement distinguer leurs tétons à travers.

Elles s’amusèrent dans leur tenue de Bimbo, et se mirent à rire de bon cur, Viviane les entendit, et vint voir ce qu’elles faisaient dans la chambre, elle n’avait plus entendu ses filles rire aux éclats depuis longtemps, et lorsqu’elle découvrit la raison de leur hilarité, elle fut heureuse de voir qu’il restait encore de la joie de vivre chez ses filles.

En les voyant si heureuses et si joyeuses ; elle n’osa pas leur demander de se changer, pour mettre une tenue plus à leur taille, elle leur dit :

Eh bien, ça vous va comme un gant, mes chéries.

Céline et Julie furent surprises par la remarque de leur mère, et alors qu’elles s’apprêtaient à se changer, elles restèrent dans leur tenue de Bimbo.

Elles enfilèrent des talons hauts pour parfaire la panoplie, et sortirent de la chambre, lorsqu’elles virent que Matt et Liuyu étaient là, elles furent un peu embarrassées.

Mais Matt les détendit en leur disant :

Ouahou, eh bien, c’est beaucoup plus décontracté qu’hier soir,

Elles rougirent toutes les deux, mais rien que de repenser à ce qu’il s’était passé la veille, elles sentirent leurs petites chattes frétiller.

Elles s’assirent dans le canapé, en croisant les jambes, lorsqu’elles sentirent les yeux de leur père et de Matt rivés sur leurs entrecuisses, et virent deux belles bosses se former dans leurs pantalons, elles profitèrent que leur mère et Liuyu sont occupées en cuisine et sans se concerter, les deux jumelles décroisèrent les jambes, en même temps, et offrirent une vue directe de leurs petits strings à leurs voyeurs.

Un silence lourd s’était installé dans le salon, elles sentaient leurs chattes mouiller complètement, Matt et Hervé ne quittaient pas des yeux le string des jumelles, et leurs bites étaient en pleine érection, dont les bosses faisaient saliver les jeunes salopes en face d’eux.

Toujours sans se concerter, les deux jumelles écartèrent un peu plus les cuisses, faisant remonter leurs minijupes, et offrant une vue complète de leurs strings à leurs voyeurs.

Elles étaient maintenant dans une posture plus qu’indécente, les cuisses bien ouvertes et le string bien visible de tous.

Hervé et Matt ne résistèrent pas à l’envie de caresser leur queue bien raide à travers le pantalon, ce fut Matt qui rompit le silence qui s’était installé dans le salon, en disant aux filles :

Si vous nous montrez vos petites chattes, on vous montre nos bites.

Sans hésiter une seconde, elles se levèrent ensemble et retirèrent leurs strings devant les garçons, finissant de lever complètement leur minijupe, mais avant qu’elles ne se rassoient, Matt leur dit :

Tournez-vous, qu’on voit votre joli petit cul.

Céline et Julie obéirent, tournant doucement sur elle-même, exhibant les superbes fesses à leurs voyeurs.

Hervé et Matt profitèrent qu’elles sont de dos pour sortir leurs bites et lorsque les jumelles furent de nouveau face à eux, elles ne lâchèrent pas des yeux les bites qu’elles avaient sucés la veille.

La grosse queue de Matt faisait très envie à Julie, tandis que Céline était plus attirée par celle de son père.

Alors qu’elles s’apprêtaient à faire le tour de la table basse pour se rapprocher des garçons, Matt leur dit :

Montrez-nous vos nibars, ils ont l’air énormes.

Encore une fois, elles obéirent et soulevèrent leurs ridicules petits tops pour mettre à nu, leurs gros seins bien fermes.

Elles étaient maintenant, pratiquement à poil au milieu du salon, devant leur père et Matt qui se branlaient fermement en les matant.

Elles se caressèrent les seins et se pincèrent leurs tétons bien durs, pour exciter les garçons, n’y tenant plus, Hervé leur dit :

Approchez, mes petites salopes, et venez nous pomper la bite comme hier.

Elles approchèrent, mais contrairement à la veille, elles étaient totalement conscientes de ce qu’elles s’apprêtaient à faire, et sans ressentir la moindre honte, elles s’agenouillèrent entre les cuisses des garçons.

Julie attrapa la grosse bite de Matt, et fut encore plus impressionnée par la taille de sa bite maintenant qu’elle la sentait vibrer sous ses doigts, qui n’arrivaient même pas à en faire le tour.

Céline attrapa la queue de son père, et sans qu’il n’ait à le lui demander, elle se pencha en avant et avala la bite paternelle, elle se mit aussitôt à la pomper comme-ci sa vie en dépendait.

Tandis que Julie ouvrait sa mâchoire en grand pour pouvoir avaler l’énorme queue de Matt.

Comme la veille, les deux jumelles pompaient les bites avec un féroce appétit, si bien qu’elles ne firent plus du tout attention à ce qui les entourait, et lorsque Liuyu et Viviane revinrent de la cuisine avec l’apéro, elles virent les deux jumelles, pratiquement à poil, à genoux devant Matt et Hervé, en train de leur pomper la bite.

Liuyu et Viviane posèrent doucement l’apéro sur la table basse et s’installèrent dans l’autre canapé, et tout en regardant les jeunes salopes pomper les queues des garçons, elles se mirent à se caresser mutuellement et se retrouvèrent rapidement à poil, avec les doigts de la voisine au fond de leurs chattes et de leurs culs.

Mais Matt en voulait plus, et Julie aussi d’ailleurs, alors lorsqu’il lui fit relever le visage, l’obligeant à lâcher sa grosse bite, pour lui dire :

Allez, salope, monte-moi dessus, je suis sûr que tu veux la sentir dans ta petite chatte.

Ouiii, elle est tellement grosse, vas-y doucement.

T’inquiète, ma petite salope, ta chatte va vite s’habituer.

Julie monta à califourchon sur Matt, elle tint sa grosse bite avec sa main et frotta le gland entre ses lèvres vaginales pour bien la placer à l’entrée de sa chatte.

Quand elle sentit que le gland était juste à l’entrée, elle descendit ses fesses sur les cuisses de Matt et s’empala elle-même sur cette énorme queue.

Elle poussa un long râle de plaisir, elle sentait sa chatte se faire remplir comme jamais, cet engin incroyable épousait parfaitement les parois de son vagin et lui procurait un plaisir inimaginable.

Matt lui pétrissait ses gros nichons, et lui suçait les tétons qui pointaient bien dure.

Lorsqu’elle sentit ses fesses toucher enfin les cuisses de Matt, elle sut qu’elle avait réussi à prendre cette énorme bite entièrement en elle.

Cela lui procura une jouissance fantastique, elle resta sans bouger, laissant à sa chatte le temps de s’habituer à ce visiteur hors norme.

Tandis qu’à côté d’eux, Céline avait suivi le mouvement de sa sur et s’était, elle aussi, empalée sur la bite de son père, mais contrairement à sa sur, ce n’était pas la grosseur de la bite de son père qui la faisait jouir, c’était surtout le coté incestueux, qui lui procurait un plaisir prodigieux, elle sentait en elle, la bite qui l’avait fait naître, c’était comme-ci elle retournait à la source.

Mais alors que son père lui bouffait littéralement ses gros seins, elle voulait à tout prix sentir le sperme de son père en elle, elle voulait recevoir au fond de sa chatte, la semence, dont elle était, elle-même, issue.

Et alors que Julie avait commencé à monter et descendre sa chatte le long de la grosse bite de Matt, Céline se déchaînait sur celle de son père, lui criant :

OUUIII, ENCOOREEE, VASSS-YYYY, DEFONCEEE-MOIII, FOURREEE-MOIIII AVEC TON SPERMMEEEEE, PAPAAAAAAA.

Hervé ne tint pas très longtemps à ce rythme et sous ces intenses sollicitations, s’il avait eu un doute, il était clair que sa fille savait parfaitement avec qui elle baisait, et elle voulait sentir le sperme de son père au fond de sa chatte.

Alors dans un ultime coup de reins, Hervé bloqua sa queue au fond de la chatte de Céline et lui envoya de puissantes giclées de sperme lui provoquant d’intenses orgasmes, il se vida les couilles dans la chatte de sa fille, et lorsqu’elle reçut la dernière giclée, elle vint lui rouler une pelle, en lui disant :

Merci, papa, j’adore sentir ton sperme en moi.

Tandis qu’ils se roulaient une pelle tendrement, Julie se déchaînait à son tour sur l’énorme bite de Matt, et tout comme sa sur, elle s’était mise à hurler de plaisir :

OUIIII, ENCOOOREEEE, OUIII, PLUUUSSS FOORRRRTTT, DEFONCEEEE MOIII LAAAA CHAAATTTTEEE.

Mais Matt était plus endurant qu’Hervé, alors il la souleva et la fit changer de position, en la faisant mettre à 4 pattes sur le canapé, il la prit en levrette, la faisant crier de plus belle, de plaisir, mais Hervé, voyant sa deuxième fille se faire violemment défoncer par Matt et ayant son visage tout proche de lui, il dit à Céline :

Lève-toi, ma chérie, ta sur va me nettoyer la bite.

Céline comprit l’idée incestueuse de son père et se leva, libérant sa bite couverte de sperme, Hervé se rapprocha de Julie qui criait toujours plus fort, sous les coups de queue de Matt, et il lui dit :

Allez, salope, nettoie bien la bite à papa, comme tu l’as fait hier.

Sans pouvoir et surtout sans vouloir se retenir, Julie se pencha sur la bite de son père et lui lécha la queue pour récupérer la moindre goutte de sperme, ses cris de jouissance furent étouffés lorsqu’elle avala la bite de son père et se mit à la pomper comme une affamée.

Céline découvrit sa mère et Liuyu en 69 sur le canapé d’en face, et se dit qu’elle avait une famille très immorale, mais tellement jouissive, qu’elle n’avait pas envie de redevenir la femme prude et chaste que son fiancé voulait faire d’elle.

Alors n’écoutant plus que ses pulsions sexuelles, elle se rapprocha de sa mère qui léchait toujours la chatte de Liuyu, et lui dit, en lui présentant sa chatte pleine du sperme de son père :

Tu veux goûter à ma petite chatte, pleine du sperme de papa, maman ?

Le côté totalement incestueux troubla énormément Viviane, mais étrangement, elle ne résista pas à l’envie de brouter la chatte de sa fille que son mari venait de fourrer avec son sperme.

Elle la fit s’asseoir sur le canapé, les cuisses grandes ouvertes et plongea ensuite sa langue au fond de sa chatte.

Céline tenait fermement la tête de sa mère contre sa chatte et gémissait de plaisir en sentant sa langue vicieuse venir lécher le sperme que son père lui avait giclé à l’intérieur.

Sur l’autre canapé, cela faisait plus d’une demi-heure que Matt défonçait la chatte de Julie, et qu’elle pompait la queue de son père, il était à bout de force, alors il finit par jouir au fond de sa chatte, lui provoquant un puissant orgasme, qui sous l’effet de la jouissance se mit à enfoncer la bite de son père, au plus profond de sa gorge.

Lorsque Matt finit de lui remplir la chatte avec son sperme, elle s’écroula et s’assoupit sur son père, avec sa bite encore dans la bouche.

Tout le monde était en sueur, le salon sentait le foutre à plein nez, et en ce premier jour de cette nouvelle année, la vie de Julie et Céline s’annonçait plutôt riche en expérience sexuelle.

Lorsque tout le monde eut repris son souffle et ses esprits, ils eurent une petite discussion sur ce qu’il venait de se passer.

Ce fut Viviane, la tête posée sur la chatte de sa fille, et celle de Liuyu contre la sienne qui leur dit :

Eh bien, mes chéries, j’espère que vous avez compris que vos fiancés ne sont pas faits pour vous.

Céline et Julie comprenaient parfaitement l’idée de leur mère, mais Céline répondit :

C’est vrai que sexuellement, ils ne nous ont jamais vraiment donné du plaisir, ils se contentent de se faire sucer, et attendent le mariage pour nous baiser.

Oui, mais on est à l’abri du besoin avec eux, argumenta Julie.

Matt attendit un instant et dit :

Vous n’avez qu’à vous marier avec eux, et les faire cocus avec toutes les bites dont vous avez envie.

Julie reprit la grosse bite de Matt dans sa main, et dit :

Ce serait la solution idéale, on serait à l’abri du besoin et on pourrait se faire baiser par qui on veut.

Pourquoi pas, mais il ne faut pas qu’ils nous surprennent, sinon c’est le divorce assuré, avertit Céline.

Liuyu les laissa digérer l’information et dit :

J’ai peut-être une solution pour qu’ils vous laissent tranquille, et avec un peu de chances, vous pourrez même baiser devant eux, sans qu’ils ne puissent rien vous reprocher.

Julie et Céline furent aussitôt très intéressées et demandèrent :

C’est quoi cette solution ?

Laissez-moi faire avec Matt, je pense que vos futurs maris ont un petit faible pour les Asiatiques, je vais demander à ma sur de me donner un coup de main, et si Viviane a un bon appareil photo, on pourrait avoir de bonnes photos compromettantes.

A SUIVRE …

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire