Histoires d'inceste Histoires de sexe fétiche

Ma demi-soeur Juliette et moi – Chapitre 3

Ma demi-soeur Juliette et moi - Chapitre 3



Nous allons à la piscine Juliette et moi. J’ai pris la voiture, je suis au volant et Juliette juste à côté de moi. Pour me provoquer un peu, elle est nue sous sa robe d’été rouge et en profite donc pour se masturber dans la voiture, mais je n’ai pas le droit de la toucher. Quand on arrive enfin à la piscine, on paye notre entrée et on se dirige vers les vestiaires, qui sont en réalité des cabines avec la possibilité d’être mixtes. Quand elle enlève sa robe dos à moi par habitude non pas vraiment par réelle envie, je m’approche d’elle et entoure sa taille de mes bras, sous sa poitrine, et approchant une main de son sexe.

TUTUT, me dit-elle doucement. Il va falloir patienter un peu mon vieux.

Ah oui ? dis-je en levant un sourcil.

Elle se retourne, et me dit de son sourire malicieux :

Oui, je t’ai préparé une surprise, dit-elle avant de lui faire un clin d’il et de l’embrasser.

Je suis surpris qu’elle m’embrasse, mais je ne le montre pas. Elle se retourne et se baisse pour prendre son bikini. J’en profite pour les mater ses jolies petites fesses. Mon Dieu ce que je peux kiffer son cul bordel. Je me déshabille aussi et mets mon maillot de bain, et j’attends qu’elle soit prête elle aussi. Une fois son maillot enfilé, elle m’indique que c’est bon, on récupère nos affaires et on peut aller à la douche pour se mouiller un peu avant d’entrer dans l’eau. On se sépare, on fait ça rapidement, puis on se rejoint devant le pédiluve. Coucou Dany Boon.

On va dans la piscine, elle est devant moi et j’en profite pour mater, encore, ses fesses. Son maillot de bain rouge la rend encore plus sexy. Elle plonge dans l’eau et quand je la rejoins, elle se rapproche de moi et me frotte mon sexe à travers mon maillot de bain.

Qu’est-ce que tu fais ? demandai-je.

Je profite d’être dans l’eau pour te branler, me dit-elle en me faisant un clin d’il.

En public ?

Ouiii, on s’en fout, personne ne nous connaît ici, j’ai regardé, dit-elle avant de m’embrasser.

C’est là que je comprends. Je comprends qu’elle décide de se montrer, m’embrassant en public. Je comprends qu’on avance un peu plus vers un couple officiel. Nous nous avançons vers un mur du bassin et nous sommes dans les bras l’un de l’autre, et on commence à s’embrasser. Je lui mets la main sur ses fesses et elle sourit sur mes lèvres.

Je t’aime, arriverai-je à lâcher.

Elle se recule un peu, me sourit de toutes ses dents, et m’embrasse de nouveau. Puis elle me glisse à l’oreille :

Tu ne peux pas savoir à quel point ça me fait plaisir, parce que moi aussi, je t’aime.

On s’embrasse encore un moment, puis on s’amuse. On se poursuit dans l’eau, on se passe entre les jambes, en en profitant bien sûr pour mater et même toucher. Puis, doucement, elle le tire à l’extérieur du bassin.

On va où ?

Suis-moi, c’est ta surprise, me dit-elle en souriant.

Elle me tire pas le bras jusqu’au sauna. Elle ouvre la porte et il y a une très jolie fille à l’intérieur. Elle est rousse aux yeux bleus. Elle est nue. Elle a des seins assez gros, et un plus petit cul que Juliette. Leur pubis est taillé en ticket de métro. Je me masque les yeux un moment le temps d’aller m’asseoir, mais bizarrement, elle, ne se s’est caché la poitrine et le sexe seulement quand nous avons ouvert la porte, mais quand elle a vu que c’était nous, ma sur et moi, elle a retiré ses mains, dévoilant totalement son intimité à des inconnus. En tout cas, c’est ce que je pensais.

Nous nous installons sur le banc, et Juliette commence à enlever son maillot de bain.

Qu’est-ce que tu fais ? lui demandai-je alors.

Ça va ! Tu m’as déjà vue nue et puis c’est une fille, donc elle s’en fiche. Hein ma belle ?

Elle répond par la positive. Mais je ne reste pas très convaincu.

D’accord.

Après ça, elle se met à m’embrasser, en me caressant le sexe.

Juliette qu’est-ce que tu fais ? lui demandai-je.

Ma question reste sans réponse, mais je sens que sur ma gauche, il se passe quelque chose. La rousse, elle, est en train de se masturber ! Je n’en reviens pas, mais n’ayant même pas le temps d’intégrer cette nouvelle information, voilà que je me retrouve le sexe à l’air, le maillot de bain aux chevilles et Juliette qui me taille une grosse pipe.

Mais que…!!

J’en rêve depuis ce matin, mais quand tu m’as touché la chatte tout à l’heure, je me suis rendu compte que j’avais encore super envie de toi.

Elle remonte sa tête, m’embrasse, se lève, verrouille la porte je ne sais comment, et revient vers moi, et continue la pipe. La jolie roussette me voit la regarder et me sourit en passant la langue sur les lèvres. Juliette remarque que je la regarde, elle remonte, se met sur moi et me dit :

Ma surprise, c’est elle. Je te présente Lucie. Elle est amoureuse de toi.

Je me souviens. Lucie, elle était déjà venue me voir en permanence quand je dessinais pendant une heure de trou. Elle s’était intéressée à mon travail, mais j’ai cru qu’elle se moquait de moi. Mais en fait non, elle était très gentille. C’est fou. Une fille que je connaissais à peine avait craqué sur moi et se retrouvait aujourd’hui totalement nue devant moi. C’est à peine croyable.

Elle est vierge, totalement vierge, continue Juliette. Et elle voudrait coucher avec toi. Elle veut avoir sa première fois avec toi.

Je… fin je sais pas je peux pas avoir ma première fois ici avec elle, et puis je voudrais la connaître avant.

Je me tourne vers elle et lui dis en souriant.

Ne le prends pas mal, tu es très jolie, et très sexy. Je peux sortir avec toi, parce que j’avoue c’est vrai avoir déjà eu un faible pour toi, mais on ne peut pas faire ça comme ça. Tu comprends ?

Elle se lève, s’approche de moi en souriant, et se place à côté de moi, me caressant le torse, et elle m’embrasse sur la bouche.

Ne t’en fais pas, Juliette m’avait prévenue que tu réagirais comme ça, et je suis d’accord. Je n’avais de toute façon pas prévu de faire ça ici. Et je savais que tu avais des sentiments pour moi, je te vois souvent me regarder, et tourner la tête quand je te regarde. Evidemment que je vais attendre qu’on se connaisse mieux.

Elle me fait un clin d’il et se met à m’embrasser, tandis que Juliette reprend sa pipe de plus belle. Je suis aux anges. Deux filles magnifiques rien que pour moi. Je sens que je suis sur le point d’éjaculer.

Mmmh, Juliette, je vais lâcher.

Je suis sur le point d’éjaculer, mais elle garde toujours ma bite en bouche. J’éjacule dans sa bouche, et elle avale tout. Elle ouvre la bouche et lâche mon sexe, et c’est à ce moment-là, Lucie arrête ce qu’elle faisait pour embrasser sensuellement Juliette, et recueillir un peu de mon sperme qu’elle avait sur ses lèvres.

Il a bon goût ton sperme, petit cochon. Maintenant, je voudrais que tu me montres comment tu fais un cunni. Comme elle est d’accord, tu vas le faire sur ta sur.

N’étant plus surpris de quoi que ce soit, je hoche la tête, aide ma sur à se relever et, tandis qu’elle s’assoit sur le banc, moi je me mets à genoux entre ses jambes. Et je commence à lui lécher le clitoris. Lucie, elle, se met à côté d’elle, et elles s’embrassent toutes les deux, Lucie qui caresse la poitrine de Juliette. Moi, je continue de lui faire ce cunnilingus. Son clitoris devient plus dur, son vagin commence à mouiller de plus en plus. Elle, Juliette, souffle de plus en plus de plaisir, un sourire sur le visage et son corps qui se cambre. Elle commence même à gémir.

Oooh, putain vas-y continue, oh putaaain.

Mes mains parcouraient son corps, elles passaient les siennes dessus, et Lucie joignait ses mains aux nôtres. Je continuais de sucer son clitoris, passer ma langue dessus et l’enfoncer dans son vagin pour la faire gémir encore plus. Je la sentais au bord de l’explosion. Alors, comme j’avais quand même envie de lui faire l’amour, j’enfonce mon sexe en elle, et je commence les va-et-vient, caressant la tête de Lucie. J’accélère les mouvements, et elle gémit de plaisir au rythme de mes pénétrations. Jaccélère encore et me mets en mode marteau-piqueur. Et je finis par éjaculer en elle. Nous sommes tous les deux pris d’un très violent orgasme. Et finalement, je m’allonge sur elle, essayant de reprendre mon souffle.

Merci, me dit Juliette en m’embrassant.

Je me retire et je fais un câlin à Lucie qui s’est mise debout. Mon sexe se retrouve en érection contre le sien. Elle réagit avec un petit cri, puis se met à frotter son sexe contre le mien. Ça m’excite de plus en plus. C’est pour ça que je la repousse tendrement en lui disant :

S’il te plaît, pas tout de suite. Ça va trop m’exciter. Je vais vouloir le faire maintenant.

Elle m’embrasse en souriant et dit :

C’est fait exprès, je veux te chauffer, pour quand on le fera.

Elle me fait un clin d’il, remets son maillot de bain, noue une serviette autour de sa taille, et sort du sauna en le déverrouillant auparavant.

Juliette se tourne vers moi.

Alors ? me de demande-t-elle. Je ne savais pas que tu flashais sur elle petit coquin ?

Ça aurait servi à quoi ? C’est une des plus populaires et une des plus jolies filles du bahut ! Elle me regardait à peine, en tout cas, c’est ce que je croyais.

Oui, c’est ce que tu croyais. En vérité, elle aussi avait flashé sur toi, mais connaissant ta timidité, elle avait peur de te faire fuir. Alors elle m’a demandé de l’aider. C’est ce que j’ai fait.

Tu veux dire que la douche hier soir, ne pas répondre, c’était fait exprès ? Tu t’es fichue de moi ?

Elle se lève immédiatement et s’approche de moi pour prendre mon visage entre ses mains.

Non Tony, écoute-moi. C’est vrai que ça peut avoir l’air de ça. Mais si j’ai accepté de l’aider, c’est que je le voulais vraiment, je n’y étais pas contrainte. Je ne pensais pas, j’avais prévu de simuler, parce que je n’étais pas amoureuse de toi, mais en fait, tu es un vrai dieu au pieu, sérieusement. J’ai réellement eu un des plus gros orgasmes que j’ai pu avoir jusqu’à aujourd’hui. Et quand je t’ai dit je t’aime hier soir après, j’étais envahie par l’endorphine, j’étais heureuse et submergée. J’étais sincère, en tout cas, je croyais l’être. Mais c’est pour , que tout de suite après, j’ai dit à Lucie de venir ici aujourd’hui. Parce qu’il fallait que tu le saches avant de réellement tomber amoureux de moi. Ecoute, j’ai discuté avec elle. Je lui ai dit que j’ai adoré, que tu baisais comme un dieu. Je lui ai demandé si elle me permettait de baiser avec toi. Elle a accepté. On a parlé de certaines autres choses, mais je te dis pas c’est une surprise, finit-elle en me faisant un clin d’il.

Je suis bouche bée, abasourdie, tout ce qu’on peut imaginer comme vocabulaire. Je suis flatté et vexé à la fois, et même excité. On se rhabille, et on sort du sauna. On va se changer et on rentre à la maison. Une fois chez nous, je reçois une photo. C’est Lucie, la fille que j’ai rencontrée au sauna. Elle est seins nus, face au miroir, en petite culotte. Elle est canon putain. Je lui réponds :

> Ahhh, tu m’excites. T’es magnifique

< Toi aussi tu m’excites. J’ai envie de te sentir en moi. J’ai envie que tu me suces mon clitoris. J’ai envie que tu plonges ta tête dans mes seins. J’ai envie de jouir avec toi. On se voit demain au lycée. ;)

Je bande déjà dur. Putain, je narrive pas à croire que j’ai une meuf canon comme ça rien que pour moi. Ma sur entre dans ma chambre à ce moment-là.

Hey Tony tu peux …

Elle s’arrête quand elle voit la bosse sous mon pantalon.

Dis dooonc, qu’est-ce qui se passe ?

Je cache mon téléphone et tente de cacher ma bosse. Elle le remarque.

Allez allez mon petit Tony, tu sais que tu peux tout me dire, on est très proches tous les deux, dit-elle en me frottant le sexe à travers le pantalon.

Résigné, mais aussi parce que ça m’excite grave et que j’ai autant envie d’elle que de Lucie, je lui montre la photo d’elle seins nus devant son miroir, et les textos qui vont avec.

Mhhh Dis donc, c’est excitant tout ça, dit-elle en passant une main sur sa poitrine. Et je savais pas que tu étais coquin comme ça toi, finit-elle avec un regard coquin.

Tout en faisant défiler les photos, Juliette commence à me caresser le sexe par-dessus mon pantalon. Elle me pousse doucement jusqu’à mon lit, pose mon portable sur mon bureau et vient s’allonger au-dessus de moi et m’embrasse doucement. Pendant ce temps, je lui caresse ses fesses à travers son short en jean.

Eh bah alors, dis-je. L’idée que je vais bientôt niquer ta copine te plaît tant que ça ?

Tu n’as même pas idée, me répond-elle en souriant. En plus, je savais pour les photos. En fait, c’est elle qui m’a demandé de venir dans ta chambre et te donner… un petit entraînement, disons.

Supris, je réfléchis et me dis que ce n’est pas une si mauvaise idée. Je ne voudrais pas la décevoir pour sa toute première fois. Je la retourne, me retrouvant au-dessus d’elle. L’embrasse doucement puis descend un peu. Je tire sur son t-shirt sous lequel elle a les seins nus puis je suce le téton gauche puis droit. Elle commence à respirer de plus en plus fort. Je descends vers son short que je défais doucement et je vois que sa culotte est déjà mouillée.

Mhh petite cochonne, tu es déjà tout excitée en fait.

Oui, j’ai trop envie de toi, bouffe-moi la chatte, fais-moi le marteau piqueur.

Je rigole et écarte le morceau de tissu qui recouvre ses lèvres génitales pour passer un coup de langue dessus. En effet, elle est déjà très excitée. Je lui lèche la chatte, elle commence à gémir. Je lui aspire, mordille son clitoris et elle hurle de plaisir. J’enfonce ma langue dans son vagin et je tourne, je fouille je lèche chaque recoin de son petit trou chaud. Elle gémit de plus en plus.

Oh vas-y ! Oh oui lèche moi la chatte ! Oh putain oui c’est bon !

Je continue plus, et je m’arrête, je tire sur sa culotte pour lui enlever et la jette sur le coté, je me relève et présente mon sexe à l’entrée du sien.

Vas-y, me dit-elle. J’ai trop envie.

Je la pénètre, et elle lâche un long soupir de plaisir. Mes va-et-vient sont plutôt modérés. Je passe mes mains sous son t-shirt et masse ses seins. Elle ferme les yeux et se mord doucement la lèvre.

Oooh putain, j’aime ta grosse bite !

J’accélère encore la cadence, ce qui la fait gémir encore plus.

OOHH PUUUTAIN VAS-Y BIEN PROFOND !

Je continue sur la même cadence. A chaque va-et-vient, ses gros seins bougent dans tous les sens. Puis je ralentis doucement et je me retire. Je m’allonge à côté d’elle et elle se met sur moi. Elle frotte un peu ses lèvres intimes sur mon sexe et s’empale sur celui-ci. Elle est maintenant aux commandes. C’est elle qui gère la vitesse et elle accélère de plus. Elle rapproche sa tête de la mienne et cela me permet de l’embrasser. Je la pilonne encore et encore. Elle gémit et jouit sur ma bite.

Oh putain c’était bon.

Mets-toi à quatre pattes devant moi, lui dis-je.

Elle s’exécute, s’enlève de ma bite et se met à quatre pattes devant moi, sur le lit. Je me redresse, me mets à genoux devant elle, et enfonce mon sexe en elle en tirant sur ses hanches. Ses fesses remuent à chaque pénétration. Quand je suis sur le point de jouir, ma belle-mère, et donc la mère de Juliette entre dans la chambre, et dit choquée:

Mais qu’est-ce qui se passe ?!!!

Et sans même avoir le temps de réagir, autant pour Juliette que pour moi, j’éjacule en elle, et elle jouit encore sur ma bite.

à suivre…

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire