Histoires d'inceste Histoires érotiques de couples amateurs

Ma madame Claude à moi – Chapitre 8

Tatiana veut faire carrière - Chapitre 14



Ma madame Claude à moi, (8)

C’était en juillet, Claude nous avait invité à un week end dans sa maison près de Fontainebleau. Nous avons commencé par un strip poker le samedi soir en nous remémorant le premier. Il a fini tard dans la nuit et au réveil , vers 11h, le petit déjeuner se termina en brunch. C’est au soleil au bord de la piscine que nous savourons, nus, notre intimité. La discussion porte sur des sujets d’actualité,

Chauffée par le soleil, Julie est la première à plonger , elle est suivie de Claude qui la course à la nage pour l’enlacer. Brigitte, elle, descend précautionneusement les marches et je la suis.

Nous nageons plutôt gentiment sauf Claude qui enchaine les aller et retour. Finalement il se hisse sur la margelle laissant ses jambes dans l’eau. Son sexe pend au dessus de l’eau. Intéressé je me rapproche. J’ai juste pied , à cet endroit , et ma bouche est au niveau de ses couilles ; je les prends dans ma bouche, je les lèche dessous et ma main caresse sa tige qui prend forme.

Les filles, intéressées, viennent vérifier mon travail. Brusquement Julie plonge et s’agrippant à mes cuisses pour ne pas remonter, prend mon sexe en bouche. Ceci me rend plus agressif sur celui de Claude qui se met à gémir. Julie remonte pour prendre sa respiration et fait signe à Brigitte, qui comprend vite quand il s’agit de ce genre d’action, et qui plonge à son tour. Petit à petit elles organisent un véritable ballet autour de ma queue qui se dresse dans l’eau. Claude suit d’un oeil intéressé, son sexe gonfle sous le spectacle et aussi, je l’espère sous l’action de ma langue. J’ai du mal à résister aux assauts de mes deux naïades suceuses. Je jouis en longs jets qui remontent sur la surface de l’eau, pareils à des blancs d’ufs. Comme cela m’a détendu, je laisse un peu Claude qui grogne, Julie me pousse et prend le relais. Connaissant son amante , elle ne met pas longtemps à lui extraire sa semence qu’elle avale en fermant les yeux.

Nous voyant hors d’état de nous occuper d’elles, les deux filles se hissent sur la plage et se collent l’une à l’autre, chacune sur le flanc, mélangent leur bouches et nouent leur jambes pour mélanger leur sexe.

Ce spectacle nous rend de la vigueur et nous les rejoignons et pénétrons leur cul largement offert. Ce sandwiche, type bige mac, est un peu instable , mais très agréable car collés les uns aux autres nous ressentons toutes les vibrations de chacun. Les deux filles qui semblent enclencher orgasme sur orgasme, pompent nos queues quand leur corolle palpite au rythme de leur jouissance.

Cela dure un long moment avant que nous nous répandions dans leurs entrailles.

Cette fois ci, nous nous étendons tous les quatre les uns à cote des autres, détendus.

C’est Brigitte qui rompt le silence :

« On a trouvé autre chose , intéressant, mais il est vrai que depuis deux ans nous avons épuisé pas mal de manières de nous faire jouir ensemble. »

Julie ouvre la bouche, puis se retient de parler mais ses yeux brillants me laissent supposer une idée intéressante

« Dis, Julie »

« Pourquoi ne pas essayer le SM ? », dit elle en rougissant

Brigitte fait la grimace, Claude ouvre un il, intéressé et dis :

« Cela me tente »

Je ne dis rien car, comme Brigitte, j’aurais pu faire une grimace, mais le souvenir de mon rejet de relations homo que Claude avait fait tomber, m’incite à un pourquoi pas.

Chacun rumine l’idée. Je me lève en disant :

« Je vais faire des courses »

Regards surpris, mais pas de commentaires, la liberté étant la règle absolue de notre groupe.

J’espère que le sexe shop que j’avais repéré est ouvert. Je le retrouve, facile, en face de l’Eglise, et ouvert.

Je remplis un grand sac de produits divers et je reviens. Elles (je m’obstine à traiter Claude au féminin malgré son magnifique sexe ) sont revenues vers la terrasse et se sont couvertes, légèrement. C’est l’heure de l’apéritif et elles sirotent l’excellent single malt de Claude.

Je mes sers, ma préférence va au bourbon, mais comme il n’y en a pas je me rabats sur un Jack Daniel.

Je vide mon sac de course sur la table. Regards intéressés de la population.

Je fais signe à Brigitte, je lui enlève sa voilette et l’aide à enfiler un harnais lanière en cuir, il met ses seins en valeur . Sur la lanière basse je fixe un gode ceinture. Je la fais tourner sur elle même pour la présenter aux deux autres . applaudissements.

Je demande à Julie et à Claude de se lever et de se mettre face à face. Avec deux paires de menottes je lie leurs mains ensemble en les croissant, je fais pareil aux chevilles. Puis avec le scotch de bondage, je les lient ferment l’un contre l’autre, très serré en haut pour que leurs poitrines s’écrasent l’une sur l’autre. Je serre un peu moins sur les fesses pour laisse la place à une main de passer. Je prends la corde, la lance pour passer sur la poutre surplombant la terrasse et après avoir attaché une extrémité aux menottes je tire pour les mettre en extension mais sans décoller leurs pieds afin que cela reste confortable. Je prends la tapette en daim et en frappe alternativement les fesses de chacune.

Je fais faire le tour de mon ouvrage à Brigitte qui apprécie.

Je passe la main entre les deux corps et je caresse le sexe de Claude qui a déjà pris forme. Quand il est bien dur, je le courbe pour l’introduire dans le vagin de Julie. Puis je reprends le bondage pour verrouiller le tout . Ils semblent apprécier et cherchent à s’embrasser.

Pas de ça dis je avec un coup de tapette et je les bâillonne avec un bâillon double pénis.

Je contemple mon uvre et tends un martinet à Brigitte. Elle commence par les fesses de Claude. Quand elles sont bien rouges, je l’envoie vers celle de Julie, je prends des glaçons, je lui rafraichis les fesses tout en lui léchant le cul. Brigitte qui a suivi d’un il fait la même chose aux fesses de Julie. Elle caresse son sexe en cuir, je la soupçonne de se faire du bien car le gode ceinture était symétrique et l’autre partie est dans son vagin.

Julie et Claude se trémoussent comme ils le peuvent, et pour les conduire à la jouissance, j’encule Claude tandis que Brigitte rentre son gode dans le cul de Julie. Je tends la main et défait les baillons pour pouvoir les entendre jouir.

Nos coups leur arrachent des gémissements et Claude jouit le premier, je continue à l’enculer en attendant que Julie le rejoigne. Elle ne tarde pas et ses cris déclenchent ma jouissance dans le cul de Claude qui pousse un nouveau cri.

Je me retire et commence à libérer nos amis. Brigitte qui n’a pas été satisfaite par le gode ceinture l’arrache et se masturbe frénétiquement. Elle explose, bonne dernière.

Julie et Claude titubent un peu, je les fais asseoir, leur sert un scotch.

« Alors, expérience concluante ? »

Sourire épuisé de Claude, sublime, lâche Julie.

« Pour ce soir j’ai gardé des gadgets »

Et je leur montre les bougies et les pinces et le collier sur la table.

On va diner d’abord dit Brigitte

A suivre

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire