Histoires de sexe viol Histoires de tromper Histoires érotiques

Ma tendre maman – Chapitre 1

Ma tendre maman - Chapitre 1



En ce samedi de début octobre, je suis réveillé par mon téléphone. Je râle intérieurement, qui peut bien me réveiller de si bon matin dans mon appartement de Biarritz ? Je me suis installé dans le sud-ouest depuis le mois de juillet, suite à une embauche dans une boîte d’import-export, je suis chargé de la sécurité informatique. Il convient que je me présente, moi c’est Frédéric, 22 ans, 1,82, m. Oui, je sais, je suis jeune pour un poste aussi important, mais je suis un crack en informatique. Dernière précision sur moi, je suis un grand sportif qui pratique le vélo, et là, je suis gâté avec les routes du Pays basque.

Saisissant mon portable, sur l’écran s’affiche « Hélène ».

— Bonjour maman !

— Bonjour mon fils, j’espère que je ne te réveille pas ?

— Eh si, ma chère maman !

— Désolée !

— Pas grave, c’est toujours un plaisir quand c’est toi !

— Tant mieux mon chéri, pour moi aussi, c’est toujours un plaisir de t’entendre, je t’appelle pour te demander un truc !

— Quoi donc ?

— J’ai obtenu une semaine de vacances à la Toussaint, comme tu es en congés à cette période, je me demandais si je pourrais venir la passer avec toi ?

— Ce serait génial que tu viennes, comme cela, je te ferais découvrir la région et surtout on sera ensemble, tu me manques tellement !

— Parfait si tu es d’accord. Toi aussi tu me manques mon Amour ! Je te rappellerai plus tard pour fixer la date de mon arrivée, je te laisse, j’ai plein de choses à faire, bon week-end mon chéri, je te fais plein de bisous !

— Moi aussi, je te fais de gros bisous ma maman chérie !

Je repose mon portable, enchanté de cette conversation avec maman, nous allons pouvoir passer une semaine ensemble, je ne l’ai pas revue depuis mon installation à Biarritz, à part en webcam.

Revenons 22 années en arrière, pour vous expliquer la situation. Hélène accoucha de moi, peu après son dix-septième anniversaire. L’année suivante, elle convola en justes noces avec mon père, mais dix plus tard, ils divorcèrent, maman m’avoua tardivement que leur mariage fut un échec total. À onze ans je me retrouvai à vivre avec une maman de 28 ans, dans un joli appartement d’une grande ville de l’est de la France. Avec le temps, je vis de moins en moins mon père, jusqu’au moment où je ne reçus qu’une carte pour mon anniversaire et pour Noël, accompagnée d’un chèque.

Je me satisfaisais de la situation, mon entente avec maman était parfaite, nous étions fusionnels, tactiles, elle m’appelait son petit homme, nous étions heureux de la vie que l’on menait.

Mon regard sur ma mère va changer du jour au lendemain, je venais d’avoir 18 ans, un samedi en rentrant de ma sortie vélo, dégoulinant de transpiration, je n’avais qu’une envie : prendre une douche. Me dirigeant vers ma chambre, me croyant seul dans l’appartement, quelle fut ma surprise en passant devant la chambre de ma mère ! La porte était entrouverte, machinalement je tournai la tête. Hélène se tenait allongée sur le lit, complètement nue, couchée sur le dos, les jambes légèrement écartées. Fasciné par le spectacle qui soffrait à mes yeux, restant bouche bée, je n’osai bouger, de peur de la réveiller. Jétais obnubilé par son corps parfait, une vraie déesse.

Sa poitrine montait et descendait au rythme lent de sa respiration, et contre toute attente, une révolution était en train de naître dans mon entrejambe. Me trouvant très vite à létroit dans mon cuissard de cycliste, je crois que je n’avais jamais eu une érection aussi forte, pourtant à cette époque, j’avais une copine, avec qui les choses du sexe ne nous étaient pas inconnues, nous étions pourtant très actifs tous les deux. Je crois bien quun tel désir pour une femme navait jamais été aussi fort.

En une fraction de seconde, ma conscience me ramena à la réalité, intérieurement, je m’insultai.

— Tu n’as pas honte de désirer cette femme ? C’est ta mère !

Je fis tout pour chasser de mon esprit ce corps magnifique. Malgré mes efforts mon érection ne diminuait pas, cela en devenait même douloureux. A tel point que je pris une douche froide pour calmer mon ardeur, ce qui n’eut aucun effet, et je finis par me masturber frénétiquement, en ne pensant à rien de particulier, mais le corps de maman me revenait sans cesse en tête. Mon éjaculation fut violente et abondante, plusieurs jets de mon sperme sécrasant sur la paroi en carrelage de la douche. Ma jouissance était tellement violente, que j’en ai eu les jambes coupées, me retrouvant à genoux dans le bac à douche. Après avoir repris mes esprits, je constatai que je n’avais même pas fermé la porte de la salle de bain, ni même celle de la douche ! Pourvu que maman n’ait rien vu ! Rien à craindre, elle dormait !

Ma soirée avec ma copine fut bizarre, je suis rentré de bonne heure, prétextant que je ne me sentais pas bien, la vérité était toute autre, la vue de maman nue tournait en boucle dans mon esprit. En allant me coucher, j’essayai de chasser ces images de ma tête, mais rien y faisait, et à mon grand désarroi, une grosse érection étant revenue, je finis par me soulager encore une fois, mais je ne chassai pas l’image d’Hélène, au contraire, je la désirais, étais-je en train de tomber amoureux de ma mère ? Là était la grande question, mon éjaculation fut spectaculaire, maculant mon torse ainsi que les draps.

Le lendemain au réveil, je pris une grande décision, conquérir et séduire ma mère, mais oserons-nous franchir la barrière de l’interdit ?

Depuis ce jour, j’ai prêté beaucoup plus d’attention à Hélène, l’aidant dans les tâches du quotidien, à sa grande surprise.

Une fois, elle me dit :

— Quelle mouche t’a piqué pour être si attentionné avec moi ?

Ne sachant pas trop quoi rétorquer, je lui fis une réponse bateau.

— Aucune mouche maman, j’ai décidé de t’aider plus à la maison, parce que tu es la meilleure des mamans, et je t’aime !

Ma réponse la fit légèrement rougir, et elle me claqua un bisou sur la joue pour me remercier.

Hélène, ma maman, est une très belle femme de 39 ans au moment de ce début de récit, chef de service dans une grande administration. Grande, 1.76 m, les cheveux châtains très clairs, mi-longs et légèrement ondulés, des yeux verts qui lui font à la fois un regard de braise et malicieux, de longues jambes fines et des seins bien ronds de belle taille. N’oublions pas que j’ai vu Hélène nue sur son lit, et j’ai surtout admiré la plastique irréprochable de maman lors de nos vacances estivales sur la côte méditerranéenne, toujours en maillot deux-pièces. Je constatais le regard envieux de certains hommes se poser sur maman. A ma connaissance, il ny avait aucun homme dans sa vie, ou alors elle cachait bien son jeu !

Depuis ce fameux samedi, nous nous sommes encore plus rapprochés, Hélène étant une grande sportive, je prenais un grand plaisir à pratiquer avec elle la natation et la course à pied, je pouvais admirer sa plastique quand elle était en maillot de bain ou en tenue de jogging bien moulant, ce qui me mettait souvent dans des émois dérangeants. C’est surtout lors de nos joggings dominicaux, que je pouvais admirer ses courbes parfaites, courant légèrement en arrière d’elle, le déhanché érotique de son derrière me mettait dans tous mes états, Hélène avait remarqué mon manège, elle me regardait avec un sourire malicieux, mais aucun de nous deux nosait franchir cette barrière de l’interdit.

À suivre…

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire