Histoires de sexe à l'école Histoires de sexe arabes Histoires de sexe viol

Marion, mon amour – Chapitre 1

L'anus de ma cousine - Chapitre 1



Bonjour, je m’appelle Yan et je vais vous raconter une partie de ma vie avec ma femme Marion…

J’ai 31 ans, elle en a 32. Nous nous sommes rencontrés il y a 8 ans lors d’une soirée organisée par des amis.

Marion m’a tout de suite plu. Ce n’est pas une fille super sexy, mais elle a un charme fou et un sourire ravageur. Ses petites rondeurs m’ont également fait craqué (1 mètre 61 pour 59 kilos et 90 C de tour de poitrine).

Nous vivions encore chez nos parents respectifs à cette époque, mais chacun de nous avions un travail. Elle comme responsable d’un rayon dans un hypermarché, moi comme vendeur à domicile. Autant dire que vu nos horaires (les miens en particuliers), nous ne nous voyions que le dimanche. En effet le samedi soir Marion a besoin de se détendre et sort danser en boite avec ses amies. Moi c’est pas du tout mon truc et puis je dois faire mes comptes en fin de semaine.

Nous nous retrouvions donc la plupart du temps chez mes parents le dimanche en milieu d’après midi pour coquinner.

Marion n’est pas du tout farouche de ce côté là, bien au contraire et j’ai toujours droit à de longues masturbations ou fellations dans nos préliminaires. La seule chose que Marion me refuse, c’est la sodomie, mais je peux comprendre…

Les mois ont passé et j’étais vraiment fou amoureux de cette petite femme, si bien que nous avons décidé de vivre ensemble dans notre propre chez nous. Marion a gardé ses petites habitudes du samedi soir, mais j’avais toujours droits à une petite surprise le dimanche matin: soit le petit déjeuner, soit mieux une petite gâterie… une bonne fellation sous les draps à son retour de boite.

Mais un dimanche, alors qu’elle me suçait goulument sous les draps, Madame avala un de mes poils et manqua de s’étouffer. A son réveil, j’eus droit à une scène de ménage insensée, c’était la première fois que je l’a voyais comme ça, surtout pour un poil, et elle me dit que si je ne rasais pas tout ça…fini les gâteries!

Autant dire que le soir même je passais la tondeuse sur le haut de mon sexe. Je sortis de la salle de bain et avais bien envie de prendre ma belle, mais sa réponse en était tout autre en me voyant débarqué nu comme un ver dans la chambre.

Marion: je crois que tu ne m’as pas très bien compris, je ne veux plus de poil du tout ! C’est pas lisse du tout, ça pique, et puis fais voir… et les jambes ! Tu te fous de moi, je veux plus rien en dessous de la taille !!!

Elle avait hurlé en disant tout ça, c’était la première fois que je la voyais comme ça.

Nous nous sommes couchés du coup chacun de notre coté, elle écrivant des SMS, moi en train de repenser à tout ça.

Le lundi matin, profitant de mes rendez-vous, je me suis arrêté dans un supermarché afin d’acheter de la crème dépilatoire.

Le soir, je me suis badigeonné de crème si bien que ma peau était aussi lisse qu’un bébé. puis me glissa nu dans le lit en attendant Marion.

Elle arriva une heure après et me demanda de venir. Elle me sourit en me voyant comme ça et m’embrassa longuement en me griffant les fesses. Cette intention de sa part était loin de me déplaire et mon sexe se mit à gonfler.

Elle se posa dans le canapé et me demanda de venir la rejoindre afin d’examiner tout ça.

Marion: Non ! pas sur le canapé, par terre à quatre pattes!

A ces mots, mon sexe qui avait déjà grossi devenait dur et mon gland tout rouge de plaisir, et elle s’en aperçut.

Marion: et ben alors ! tout ça t’excites?

Moi: oui beaucoup…

Marion: On va changer un peu les règles. Oui qui?

Moi: euh…

A cette pauvre réponse Marion me donna un coup de pied dans mes testicules. La douleur et la surprise m’ont paralysé. Je ne reconnaissais pas ma femme, mais j’adorai ce nouveau côté.

Marion: Dorénavant, c’est oui Madame !!!

Moi: oui Madame

Marion: très bien, allé, tourne toi que je t’examine de plus près.

Elle regarda chaque partie de mon anatomie et plus particulièrement mon anus, puis me félicita.

Marion: c’est très bien mon toutou, et je veux que dès demain tu sois toujours aussi propre à l’extérieur qu’à l’intérieur. Me suis-je bien fais comprendre?

En me disant tout ça, elle me serrait mes testicules avec une de ses mains et me caressait l’anus de l’autre.

Ce petit jeu commençait à beaucoup me plaire et je n’avais aucune envie de la décevoir si bien que je lui répondis:

— Tout ce que vous désirez Madame.

Marion: Tout ? en es-tu sûr?

Moi: oui sûr Madame.

Marion: tu n’as pas intérêt de me décevoir, et tu vas commencer par me masser les pieds et me les lécher et interdiction de me demander quoique ce soit dès à présent.

C’était la première fois que je faisais ça, mais j’adorais. J’étais à ses pieds et cette position me rendait dingue.

Mais je n’eus droit à rien d’autre cette nuit, ce qui me laissa sur ma fin.

Le lendemain soir, au moment de prendre ma douche, je me souvins des paroles de Marion: “aussi propre à l’extérieur qu’à l’intérieur”. Ne voulant la décevoir, j’ai insisté sur mon anus, sait-on jamais…

Bien m’en a prit, car une fois sorti de la douche Marion m’invita dans la chambre conjugale.

Elle était nue, sublime comme à son habitude et me demanda de venir lécher son sexe comme un bon toutou que je suis. Après lui avoir fais l’amour et lui avoir procuré un orgasme, elle m’ordonna de me mettre à quatre pattes sur le lit. Son regard avait changé, elle semblait plus sévère. Elle se plaça derrière moi et avec du gel elle me tartina mon anus. Elle y enfonçât un doigt qui me fit trembler. Cette nouvelle sensation me fit trembler de plaisir, c’était exquis. Voyant cela, elle n’hésita pas à y insérer un second doigt et avec sa deuxième main me masturba le sexe avec vigueur. Il n’avait jamais été aussi dur selon moi. Au bout d’une minute de ce traitement, je me mis à haleter de plus en plus fort et pousser des râles de plaisirs. Elle s’arrêta net.

Marion: Écoutes moi bien, quand on se fait prendre ainsi, on ne pousse pas des cris de sauvages mais on couine comme une pucelle. Compris?

Moi: oui Madame…

Elle reprit son action, et me mis à crier comme une petite fille. 30 secondes plus tard, de violents jets de spermes atterrissaient sur le couvre lit. J’étais littéralement en transe et elle le savait.

Marion: tu aimes ça hein? Maintenant tu seras mon soumis et non plus mon petit ami. Dépêches toi de me nettoyer tout ça.

Je m’exécutais pendant qu’elle se plongeait sous les draps et jouait avec son portable.

Le reste de la semaine fût très calme, j’avais pas mal de boulot. Le samedi soir Marion sortit de nouveau. J’espérais que dimanche soit plus festif.

A son retour, vers 5h00, Marion ne me suça pas, mais plaqua son sexe directement sur ma bouche et me dit:

— changeons les habitudes.

Son sexe était vraiment très humide alors que je ne l’avais pas encore touchée. Elle, de son coté riait, mais mes coups de langues l’ont vite fais reprendre son sérieux.

L’orgasme venu, elle se coucha de son coté et s’endormit. Je restai sur ma fin.

Toute la semaine suivante s’est écoulée sans que je n’ai droit à la moindre attention. Puis vint le week-end, traditionnelle dans sa première partie.

Le dimanche matin, de nouveau, Marion se mit assise sur mon visage à son retour de boîte.

Cette fois, son sexe sentait vraiment très fort.

Voyant ma réaction, une violente claque me fit reprendre mes esprits.

Marion: nettoies moi mon soumis…!!!

Sur ses paroles, je la léchais avec vigueur et moment de jouir elle leva son sexe à 5 centimètres de ma bouche. Un épais filet de sperme s’écoula de sa petite chatte…

Marion: Avale moi tout ça que je sois propre !!!

Fin de la première partie…

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire