Histoires de sexe viol Histoires érotiques

Mes filles et moi – Chapitre 3

Mes filles et moi - Chapitre 3



Le lundi matin, Sabrina se glisse dans ma chambre et me demande où est Georges car après cette nuit de folie on s’était tous effondré et seul Georges avait dormi dans le lit avec moi. Bizarre! Il n’est pas là et Chloé non plus. Je me lève et Sabrina et moi allons dans la cuisine toute nue et là nous découvrons Chloé en train de sucer Georges, qui lui, est en train de préparer tant bien que mal, le petit-déjeuner. Elle ne nous a pas réveillé cette salope, laissant traîner sa langue tout le long de sa tige, le regardant droit dans les yeux et lui malaxant délicatement les couilles. Les compliments salaces de Sabrina ne se firent pas attendre :

"- Tu fais ça très bien ma chérie, il faudra m’apprendre."

Georges perdait peu à peu le fil du petit-déjeuner, et pour ne pas manger des oeufs brulés, je pris la suite car il était maintenant occupé à faire aller-venir lentement sa bite profondément dans la chatte de ma fille, tandis que Sabrina soccupait de ses bourses.

Je les embrasse et dit doucement,

— ne vous gênez pas pour moi et surtout ne vous arrêter pas. J’ai plaisir à vous regarder baiser, vous êtes si beau emboités lun dans lautre.

Chloé me remercie et l’embrasse à nouveau alors qu’il accélère le rythme. Dans les 10 à 15 minutes qui suivent ils prennent leur plaisir ensemble et Sabrina toujours étroitement accrochée à ses testicules se régalait de sperme et de cyprine.

— Surette, putain que jaime ça ! Cest l’enfer je suis accro au jus de sa bite et de ta cyprine ! Comment allons nous faire sans ta bite pour nous tenir compagnie ?

Une larme glisse de son il et Chloé la tient dans ses bras avant de faire un gros câlin à trois.

C:- Maman, toi et moi nous aurons besoin de queues, de sa bite chaque jour à l’avenir. Puis elle ajoute ;

— Oh, de temps en temps Georges aura besoin de repos car Il aura du boulot, faites-moi confiance.3 salopes pour lui, le pauvre, à ce rythme on le tuera.

G: Ne vous inquiétez pas pour moi, mes putains, je connais des produits naturels, des recettes de grand-mère et croyez-moi vous n’avez pas fini de jouir sur mes coups de boutoir. Pour l’instant, faites vos bagages et partons dans ma modeste demeure pour 1 mois de débauche. J’appelle le bureau pour mon absence et faites vous belles.

M: Oui, mais pas de sexe, avant d’arriver… Vous m’avez compris les 2 petites putes!

En Cur:

"Oui maman"

Après quelques instants d’étreinte et dembrassades Georges se détache et se redresse. Toutes les 3 nous regardons cette bite avec des yeux émerveillés jusqu’à ce qu’il nous dise :

— Les filles, je dois vous demander quelque chose. Cest quelque chose que je naurais jamais pensée formuler avant mais…ouf…euhhhh…Myriam, puis-je vous demander de nettoyer ma bite? Autant que vous êtes toutes les 3 accros à ma bite, je suis accro à la bouche de Myriam.

C’est le plus beau compliment qu’il pouvait me faire. Je me mis précipitamment à genoux, la bouche grande ouverte pour attendre cette belle bite, mais mes filles ont retenu ma tête et m’ont dit en cur:

"Pas de sexe donc pas de fellation non plus."

1h30 plus tard, les bagages fait, tous les 4 habillés, nous nous dirigeâmes chez Georges, et là, nous arrivions devant une magnifique demeure de 250m carré, avec jardin et piscine, sans vis à vis. Les filles ne pouvaient sarrêter de siffler devant tant de luxe, courraient partout et oubliaient qu’il y avait les bagages à descendre.

Ma nature méfiante repris le dessus et je dit à Georges:

M:- Tu ne vas pas me dire que t’es célibataire avec une si grande maison! Tu te fout de moi

G: je te jure que c’est vrai, tous mes amis me dise pareille, mais j’attendais juste de trouver la bonne et tu es la bonne.

M: J’espère dans le bon sens du terme, car c’est beaucoup à nettoyer…

Après quelque secondes de réflexion, il comprit mon allusion et on se mit à rire de bon cur.

Toujours sur le pas de la porte je dégrafait son jean, sorti sa bite débandée et à genou j’étais déjà entre ses cuisses !

M- Georges, fait pas semblant de pas comprendre ! Je veux devenir la femme de maison et te sucer tout le temps !

G- Tu es merveilleuse, je t’aime… Mmmmm!

Sa bite était incroyablement belle et sexy, bandant comme jamais !

M-Cest la meilleure solution pour rester toujours ensemble et nous ferions un joli couple.

-Maintenant on va faire ça sauvagement, couches toi sur le dos et laisses moi faire !! .

Il sexécuta sur le champ. Alors que je me positionnait sur lui, la chatte dégoulinante comme la dernière fois. « Et ben, il ten faut pas grand-chose pour être excitée Myriam ! ». Je rougit légèrement et sans répondre je menfonça brutalement, dun seul coup et rapidement sur son pieu dressé à cette occasion. La sensation était aussi forte que les dernières fois, son pénis se contracta dun coup, ce qui eut pour effet de me faire gémir. Je commençais alors à bouger et à me lever puis redescendre sur sa queue. Cétait encore meilleur que la dernière fois ! Son membre allait et revenait sans problème dans ma chatte luisante. Il commença doucement à éprouver du plaisir, à gémir « oh oui ! Cest bon, cest bon !! ». Ses cris me motivèrent ! Je mis alors mes mains sur son torse et bougea lentement mon bassin. il fut surpris dans son regard mais acquiesça avec un sourire des plus coquins ; Jallais de plus en plus vite, jusquà ce quil me prit les mains et les posa à ma grande surprise mais pour mon plus grand plaisir, sur mes bonnets si doux de ma poitrine bandante. Il se mit lui aussi à aller de plus en plus vite alors que je moccupais de mes seins, je les caressais, les massais, essayais de les faire pointer mais les bonnets de mon soutien gorge plus quexcitant men empêchaient. Les bruits dans la maison de mes filles furent très vite remplacés par les cris de jouissance ce qui mexcitaient davantage et me poussait à tout donner.

« Haaaan Georges !!! Je vais jouir !!! Cest si bon !! ooooh oui ! Oh ouii !! OOOOOhhh je jouiiiiis !!!! Éjacule en moi sale pervers, bourre-moi  !!! ».

Cétait incroyable !! La vue de mes filles qui avaient fait le tour de la maison, le plaisir que je retirai de cette pénétration, les contractions renouvelées de mon vagin en feu dégoulinant de cyprine,baiser sur le pas de la porte et ma poitrine offerte !! Tant de choses qui ont abouti à ma jouissance, ma chatte inondée était maintenant dévastée !!

Chloé et Sabrina avaient sortit leurs téléphones portables et ont filmé toute la scène. Je devenais une star du X. Et c’est la sonnerie du téléphone de maison qui me fit revenir à la réalité. C’était le père de Georges aux Antilles et je ne l’avais pas encore fait jouir. Dommage!!!!

On sorti enfin les bagage du coffre et monta les ranger dans une chambre, non sans que Chloé ou Sabrina ne tente de sucer Georges par ci ou par Là. Il fallut toute sa détermination pour rejeter à chaque fois ses chiennes en chaleur sans que son père s’en aperçoive.

Plus tard, je me dirigeais vers la douche alors que je repensais encore à ce que je lui avait dit et je me disais que je serais bien sotte de refuser ses propositions. Allez, Myriam, tu devras te montrer aussi cochonne que tes filles voire plus et pour se faire, ce soir tu devras te faire enculer par son énorme bite; dis-je dans mon fort intérieur.

Ma douche prise, je décidais de m’habiller comme une vrai salope avec une paire de collants noirs très excitant, un soutien gorge rose à curs noirs et bien sur, le string rose assorti. Je mis un débardeur noir au dessus avec un décolleté très plongeant qui permit à mon soutif d’englober parfaitement ma poitrine de bonnet D. j’avais les cheveux ondulés que j’avais renversé sur le coté, ainsi quun rouge à lèvres rose avec un gloss, ne donnant quune envie sétait dy pénétrer une queue déjà bandée rien quà la vue de ma bouche. Je jubilais intérieurement à lidée de ce qui allait se passer. Je redescendis dans le salon, sous les sifflements, et à mon grand étonnement, personne n’était en train de baiser. Je fis part de ma décision aux filles et à Georges c’est à dire de rester le plus longtemps possible. Chloé sauta de joie et étreint Sabrina étroitement en hurlant d’excitation. Mes filles tournèrent ensuite leur attention sur moi et me serrant fermement elles m’étouffèrent de baisers. Georges sapprocha alors et commença à m’embrasser sur la bouche puis je profitais pour extraire son membre durcit de son caleçon pour lengouffrer directement et en un coup jusquà la moitié de sa base. Ma salive coulait à nouveau sur ses couilles et je commençais déjà à sentir les premiers spasmes de son pénis sous mes incessants coups de langue qui ne cessait de dévorer son membre, lécher son gland avec un savoir faire incroyable. Il me regardait alors avec ses yeux de salop comme lautre jour et je nattendais quune chose : qu’il déverse son sperme dans ma bouche. Cette fellation hors du commun ainsi que la vue imprenable que je lui offrait sur mon décolleté, ont largement contribué à sa jouissance imminente. Instinctivement, je lui mit ses mains à larrière de mon crâne et dans un ultime cri de jouissance, il enfonça ma tête à la base de sa queue enflammée et inondais ma bouche si mouillée. J’ avala tout son foutre directement, au fur et à mesure quil se déversait au fond de ma gorge. Je me remit droite et face à lui j’enlevai alors doucement et sensuellement, afin de lexciter au plus haut point, mon débardeur, ma délicieuse et généreuse poitrine se dévoila alors à lui. Je vis à nouveau mes filles avec leurs téléphones dans une main, et l’autre main, sur leurs chattes. Elles se faisaient du bien mutuellement.

Chloé nen pouvait plus, le plaisir quelle venait d’avoir lavait excité et elle se jeta sur la queue de Georges qui avait reprit forme, pour se l’enfoncer directement dans la chatte, contractant son vagin à plusieurs reprises. Je profitai alors de la situation pour pouvoir sucer Sabrina comme je le voulais. Alors quelle commençait à reprendre ses esprits, je me redressa et lui colla les épaules contre le canapé.

S: « Nan arrête !! Quest ce que tu comptes faire ?! Je voudrais filmer Chloé sur une bite ! »,

M:« Laisses toi faire et profites bien de ma bouche salope ! » Répondais-je.

Je lui enfonçai alors ma tête dun coup sec et violent dans sa chatte lubrifiée ! Je prenais ma fille en missionnaire avec 3 doigts! Jétais heureuse et alors quelle protestais, je ramonais sa chatte visqueuse et sa semence mélangée avec ma salive provoquaient un bruit de sussions folles. Je me saisissais alors de sa poitrine et écartant les bonnets excitants de son soutif je plongea ma tête entre ses seins et aperçu alors sa poitrine extraordinaire. Je ne lâchais plus ses seins, les sentant, léchant embrassant en repensant à toutes les fois que les hommes sétaient branlés dessus ! Au fil de mon traitement, les gémissements de ma fille se firent entendre, me confirmant quelle appréciait. Mais étant déjà surexcité, je ne mis pas longtemps à me mettre des doigts dans la chatte ce qui m’amena dans un cris de jouissance étouffé par son imposante et fraîche poitrine. Cette fois-ci, je suis resté sur elle, ébranlé par cet orgasme surpuissant. Ma fille ne bougeait pas non plus, elle avait le regard vide, les larmes aux yeux, la bouche ouverte dégoulinante de salive. Ses seuls « mouvements » étaient les contractions de sa chatte. Je me reculai alors et admirai mon uvre : sa grande sur était toujours en train de baiser, la chatte ouverte de laquelle coulait sa cyprine, et sa poitrine à lair.

M:« Et ben ! Tu as lair très fine comme ça ! » Dis-je, avant quelle najoute

C:« Tu vas voir quand Georges t’enculera ! Je finis de le préparer et tu vas déguster crois moi !!! ».

Ayant repris ses esprits, Sabrina se leva et repris son téléphone pour filmer sa sur juste après que le téléphone sonna à nouveau. Cétait sa mère qui lui annonça quelle ne viendra pas en métropole cet été. Tant mieux dis-je! Décidément, je ne recevrai jamais sa bite dans mon cul et ce soir je la voulait. Mal m’en est prit. A peine le téléphone raccroché, que Chloé se jeta sur moi et mit sa main dans ma chatte, puis dans mon trou de balle qu’elle prenais plaisir à ramoner.

C: Tu vas déguster ma chère maman, je te l’ai bien préparé et il va t’enculer jusqu’à la garde. Nous sommes 3 belles salopes au service de la bite de Georges, nous devions nous débrouiller pour le garder.

Je profitai encore une fois de la vue de cette énorme bite qui allait m’enculer, et d’un coup avec les mains de Chloé sur ma chatte pour éviter que je ne souffre trop, je sentis quelque chose d’énorme me transpercer. Georges s’arrêta et petit à petit, avec les encouragement de mes 2 salopes, sintroduit de plus en plus, selon les commentaires de Sabrina, jusqu’à la garde. Je souffrais le martyre par terre mais curieusement je commençais à ressentir du plaisir qui montait en moi crescendo.

C: « Mais quest-ce que tu fous la !! Déglingues-là !! » Hurla ma fille.

S:« Tu n’as pas le choix alors tu vas aimer sa queue dans ton cul que tu as déjà sucé à plusieurs reprises petite cochonne ! ».

Mon visage fut stupéfait devant tant d’encouragements et je pouvais ressentir enfin cette bonne bite dans mon cul.

Je criais, certainement à cause de la surprise et du choc. Mon cul était serré, cétait dingue, son membre dur et chaud était comprimé comme jamais.

Cétait en effet la première fois que je me faisais enculer totalement. Et il ne fallut pas grand-chose pour que mon cul s’élargisse et que ma chatte mouille comme une fontaine, le cul relevé en arrière et les jambes écartées. Inconsciemment, jétais dans la position idéale pour qu’il mencule. Japprochai alors son sexe de mon anus et il le plongea dun seul et énorme coup sec, puissant et rapide dans mon cul ! Il me pilonnait donc sans vergogne, il rentrait et ressortait sa longue et large queue de mon anus à une vitesse folle. Je le suppliait de me donner encore sa bite!

Et au fil de ses vas et viens incessants, Je sentais que mon cul lacceptait et commençait doucement à entendre des gémissements sortir de ma sensuelle bouche. Il accéléra alors la cadence, cognant à chaque fois et de plus en plus fort au fond de mon anus à présent dilaté. Il me sodomisais, non il m’enculait ! Le plaisir que jéprouvais était incroyable, je me sentais puissante à me faire enculer avec force et brutalité, et mes premiers cris de jouissance cette fois ne faisaient quaccentuer son ardeur. « ooooh oui !!! OOOh cest bon Georges ! Ne tarrête pas ! Défonce moi le cul jen peux plus je veux jouirr !!!!! ooooohh enfin !!!! AAAnnnn !!! » Hurlais-je au fur et à mesure que je sentais sa sève montée le long de son sexe en érection. « AAAAh moi aussi je jouis !!! Ça y est je vais tinonder ton petit de cul espèce de chienne !! » criais-il à son tour avant déjecter son foutre gluant en 4 giclées épaisses au fond de mon anus, alors que j’étais dévorée par un orgasme fou et tonitruant !

C:« Et maintenant, maman !! Tu vas toujours te faire sodomiser, comme nous ?! » Me demanda Chloé, si fière d’elle.

M« Non, mais enculer oui!! je vous le promets!! mais alors qu’est-ce que c’est bon!!! mmm…..prenez-moi avec vos doigts encore une fois comme une chienne je vous en supplie ! Défonces moi la chatte !! ».

Elles nen revenais pas, javais réussi ! J’étais aussi chienne qu’elles!!

Elles me positionnaient à quatre pattes comme une chienne en chaleur pour me prendre en levrette. Javais perdu toute mon humanité et je laissais alors mes instincts bestiaux prendre le dessus. Chloé menfonça 3 puis 4 doigts dans la chatte avec une facilité déconcertante et une violence sans égale ! Cette salope avait adoré voir mon traitement et sa chatte était remplie de cyprine ! Elle me labourait littéralement, sans pause et sans douceur, elle m’enfonçait maintenant toute sa main dans la chatte généreuse et ses parois plus quaccueillantes. Elle lâcha alors mes hanches pour que Sabrina saisisse avec force et désir mes seins qui ballottés à lair sous leffet des nombreux et puissants coups de boutoir que m’administrait Chloé sans me laisser le temps de souffler. Chloé accéléra encore son allure pendant que Sabrina, tout en massant et écrasant ma poitrine blanche et mes tétons rosâtre qui pointaient à en faire bander la queue d’un mort. Chloé labourait bien ma chatte visqueuse et trempée de désir. Les cris et les insultes de mes filles de plus en plus forts redoublaient dintensités et ne faisaient quaccroître mon plaisir ! J’étais maintenant une véritable chienne en chaleur et jouet pour sexe. Je sentais mon vagin se contracté très fort et je partis dans une jouissance folle. Mon orgasme prenait possession de la salle et je déversais ma cyprine comme une fontaine tellement j’avais jouis.

La suite …

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire