Histoires de sexe à l'école Histoires de sexe viol Histoires porno

Mes Maris – Chapitre 7

Mes Maris - Chapitre 7



La prochaine fois que nous allons en Martinique, nos hommes vont mettre enceinte notre amie antillaise avec laccord de son mari, ils auront un petit ou une petite métisse.

Nous serons trop vieux pour nous amuser avec, mais ma fille et mon fils en profiterons bien.

Mon fils et ma fille sont dans lavion qui les emmène à Fort de France, je laisse la parole à mon fils :

Le voyage a été organisé par nos amis hôtesses, bien sur le commandant de bord est à la retraite, et notre jeune hôtesse est maintenant elle aussi proche de la retraite, mais celle que nous avons connus stagiaire à une vingtaine dannée de plus que moi, elle fait partie de voyage, elle est toujours aussi belle et nous la connaissons bien puisquelle vient de temps en temps à la maison avec son mari.

Pendant le voyage, je me la tape deux fois, et ma sur enceinte de quatre mois, déjà un peu ronde senvoie un steward, et moi je la baise un peu avant notre arrivée.

A larrivée, nos amis antillais nous attendent comme prévu, notre ami caresse le ventre de ma sur, puisque cest grâce à lui qu’elle est dans cet état, il me dit : « Ma femme a retiré son stérilet depuis 1 mois, depuis je jouis dans sa bouche ou dans son cul, elle attendait ta venue pour en prendre plein la chatte. » Elle me passe la main sur mon entrejambe et me dit je compte sur toi.

Arrivée chez eux, ma sur ny tenant plus entraîne notre ami dans la chambre et moi de mon côté je moccupe de sa femme et elle me dit : « Vous ne partirez que quand je serai grosse et comme je ne baiserai pas avec mon mari, cest toi qui va le faire, de toute façon tu es venu pour cela. » et elle m’entraine vers une autre chambre, elle a 25 ans de plus que moi, mais cela ne me fait pas peur, je sais que cest une experte en baise, il va falloir assurer.

Arrivés dans la chambre, nous nous retrouvons nu sans savoir comment, et elle commence à me sucer pour me mettre en forme, sa langue commence a me lécher le gland, puis elle passe sa langue sur tout le long de ma bite et enfin elle ouvre sa bouche en grand et avale ma bite en entier, jusquau fond de sa gorge, pendant ce temps, je lui caresse ses gros seins, je bande de plus en plus, elle commence un va et vient avec sa bouche, cela semble une éternité, ses doigts caressent mes fesses, et soudain un doigt, senhardi à me pénétrer, comme je suis serré elle sen aperçoit, et me demande si jai déjà goûté au sexe dun homme, comme je réponds que non, elle me dit que son mari va bien aimer me dépuceler.

Je sens ma sève monter, elle sen aperçoit, et comme elle veut tout mon foutre dans sa chatte, elle ralentit ses vas et viens pour que ne jouisse pas dans sa bouche, elle me laisse respirer un court instant, juste le temps de ne pas jouir, elle sallonge à côté de moi, écarte bien les jambes et me dit : « Maintenant je veux ton foutre dans ma chatte, met moi enceinte. »

Je baise tous les soirs, quand je vais dans son cul, elle me donne tout de suite après sa chatte pour recevoir mon foutre chaud. Son mari et ma sur viennent souvent nous rejoindre, ma sur pendant que je baise, met ses doigts dans mon cul en me disant qu’il faut que je mhabitue puisqu’avant notre départ, je goûterai à la belle bite de son amant et que comme elle je serai accro.

Les semaines passent, nous baisons toute la journée et toute la nuit, le seul moment où je me repose, cest quand nous sommes à la plage et encore quand il ny a personne, jai droit à une petite pipe et jenvoie tous mon foutre dans son vagin.

Un soir, alors que nous prenons lapéritif, ma maîtresse nous dit : « Ce soir nous faisons lamour tous ensemble, je veux du foutre de mon mari dans mon vagin et celui de mon amant dans le cul et il pourra inonder le vagin de sa sur avec le peu qu’il lui restera. » Nous comprenons tous quelle est enceinte, et que maintenant elle veut baiser avec tout le monde.

Alors que nous baisions à quatre, jétais sur ma maîtresse, javais ma queue dans sa chatte, mais je la sentais bien moins réceptive quà laccoutumée, ma sur et son amant été près de nous, je pouvais admirer la superbe queue de celui-ci, quand sa femme me demande de sortir de son vagin, puis elle sassoit devant son mari, et prend cette magnifique queue dans sa bouche, elle me délaisse complètement, puis ma sur vient près delle, et devant moi, prend à son tour la belle queue dans sa bouche, comment une si fine bouche peut prendre un engin pareil, puis ma maîtresse me dit de venir entre elle et ma sur, cette magnifique bite deux fois la mienne, passe devant mon visage a chaque fois quelle change de bouche, puis ma sur quitte la queue pour la passer à ma maîtresse et en passant devant ma bouche, me demande de la prendre, sans réfléchir, je commence à passer ma langue sur le bout, et encouragé par ma sur, je prends le gland dans ma bouche, ma maîtresse mappuie sur la tête pour que je ne puisse pas me retirer et je suce cette queue en entier, je suis étonné que ma bouche puisse sucer une si grosse queue.

Ma sur sallonge près de moi et me demande de la prendre, ce que je fais de suite, puisqu’elle mavait masturbé pendant ma première pipe, alors que jétais sur ma sur, je sens ma maîtresse passer ses mains sur mes fesses en insistant sur ma raie, elle introduit un, deux, puis trois doigts dans mon cul, cela me fait encore plus bander, ce qui ne déplaît pas à ma sur, elle a lhabitude à de plus grosses queues que la mienne. Puis ma maîtresse retire ses doigts et je sens une crème fraîche dans mon trou, cest du gel, elle prépare mon cul, ma sur me dit : « Jy ai goûté, tu vas voir comme cest bon. »

Puis lamant de ma sur, vient derrière moi, je sens son gros gland sappuyer sur ma rondelle, et avec le gel, il entre doucement, jai limpression que mon cul va exploser, ma sur me demande de la baiser plus fort, mais mon cul me fait mal et je débande un peu.

Maintenant, la moitié de la grosse bite est en moi, je ferme les yeux, mais la douleur se lit sur mon visage, alors mon amant arrête sa pénétration pour me laisser mhabituer à la grosseur dans mon intimité, ma sur me dit quà la maison il y a trois queues aussi grosses qui tattendent à Paris, ce que tu ne sais pas, cest si ton voyage en Martinique était pour mettre enceinte notre amie, cétait aussi pour que tu perdes ton pucelages avec une grosse queue.

Mon amant reprend sa pénétration et contrairement à ce que je croyais, ce nest pas la longueur qui est le plus gênant, mais le diamètre. Une fois bien habitué, mon amant commence des va et viens dans mon cul et quand il menvoie tout son jus, cela me fait chaud dans le ventre et ma sur me dit : « Au moins tu sais maintenant ce que cela fait. »

Quand mon amant se retire de mes fesses, je nai quune hâte, cest qu’il y rentre à nouveau, lui ou dautres. Ma sur mentraîne dans la salle de bains, et mapprend comment laver mon cul avec la douche et me précisant quil faut aussi le faire avant.

Nous restons encore une semaine, pour visiter un peu l’ile, nos nuits ne sont pas calmes pour autant, mais maintenant nous sommes quatre, un soir, nous retrouvons des amis, nous sommes un peu plus, mais demain nous regagnons la capitale.

Notre ami viendra assister à laccouchement de ma sur à Paris et moi je viendrais en Martinique pour celui de ma maîtresse, mais je reviendrais certainement avant.

De retour à Paris, après un voyage de tout repos, nous racontons à notre mère, grand-mères et « pères » nos vacances en noubliant aucun détail.

Depuis, nous baisons tous les huit, et les bites de Marc et Pierre, peut être aidées par le viagra ne remplissent bien lanus et si jen veux encore Stéphane, ma mère et ma sur munis chacune dun gros gode noir sont là pour me prendre.

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire