Histoires d'inceste Histoires de sexe gratuites Histoires érotiques

Mon bel étalon – Chapitre 2

Mon bel étalon - Chapitre 2



C’est Céline, je peux entrer.

Oui.

Je me couvre avec le drap. Je suis surpris, et encore plus quand je la vois entrer nue dans ma chambre suivi de Farouk. C’est la première fois que je la vois nue, elle est très belle, très beaux seins, que je connaissais un peu, ventre plat, belles fesses hautes et pubis glabre et bien rebondi. Elle vient s’assoir sur le bord de mon lit, Farouk se couche à ses pieds.

J’espère que ce que tu as vu ne va pas changer notre relation.

Comment ça ?

Je sais que tu m’as vu, il y a pleine lune et j’ai vu l’ombre de ta tête dépasser légèrement. Pourquoi ne t’es-tu pas manifesté ?

D’une part, je ne voulais pas te déranger, et d’autre part, ça ne me regarde pas ce que tu fais et comment tu vis ta sexualité, tu fais bien ce que tu veux avec qui tu veux.

Tu n’est pas choqué ?

Non, pourquoi serais-je choqué, je sais depuis longtemps que ça existe. Je dois même te dire qu’hier, quand on était devant les chevaux, j’ai été impressionné par la bite de Sirroco, j’ai même eu un fantasme.

Lequel ?

Celui de le recevoir dans le fion.

Tu sais que c’est parfaitement possible, tu ne serais pas le premier cul pour lui.

Il a déjà enculer des mecs ?

Non, pas de mecs, mais moi plusieurs fois, j’adore me faire sodomiser, je dois dire que je préfère ça à une bite dans le con. C’est d’ailleurs ce que faisait Farouk quand tu nous as vu, c’était la deuxième fois qu’il me prenait cette nuit, une fois devant, une fois derrière. Je peux même te dire qu’il peut remettre ça sans problèmes.

Tu veux encore te faire prendre par lui.

Moi ou toi, ça ne te dit rien ?

Je suis pris de court, je ne m’attendais pas à une telle proposition, mais l’idée fait tilt dans ma tête, pourquoi pas dans le fond, à défaut de cheval, pourquoi pas un chien.

Tu me prends de court, mais pourquoi pas.

En piste jeune homme.

Elle se lève et fait valser le drap que j’avais sur moi, évidemment, cette discussion m’avait un peu ému et je bande toujours comme un âne.

Putain quel morceau, tu le réserve qu’aux hommes ?

Il y a longtemps qu’aucune femme n’y a goûté.

Tu sais que j’aime les femmes, mais je ne suis pas contre une belle bite de temps en temps, et pour une belle bite, c’est une belle bite.

Tu veux vraiment l’essayer ?

Bien sûr que je veux, comment ne pas vouloir se faire mettre un tel engin.

Ok, mais comme un homme.

Ok, dans le fion comme tu dis, je sais que je vais adorer, mais d’abord à toi de te le faire mette dans le fion.

Je me lève, elle fait lever Farouk. Nous allons dans sa chambre et elle me fait mettre à quatre pattes sur un épais tapis de sa chambre.

C’est plus confortable, tu es bien installé ?

Oui.

Ok, laisse-toi faire.

Une main m’enduit la raie d’une matière grasse, un doigt en introduit dans mon anus. Déjà ce doigt qui s’enfonce en moi commence à m’exciter sérieusement d’autant qu’il est suivi d’un second qui font de rapides va et vient pour me détendre le sphincter. Je vois Farouk me tourner autour, sa bite sort de plus en plus de son fourreau et je suis agréablement surpris par sa taille, sans être énorme, elle est tout de même assez grosse et est terminée par une boule à la base. Céline me met une serviette sur le dos.

Pour ne pas être griffé par Farouk.

Elle le dirige derrière moi, le fait monter sur mon dos. Je sens sa bite qui tape sur mes cuisses. Céline s’en saisi et la dirige entre mes fesses. Farouk donne un grand coup de rein et s’enfonce d’une traite au plus profond de mes entrailles.

Oh putain, quelle bite.

Farouk donne de grands coups de rein, sa bite entre et sort de mon cul à une rythme infernal. Ce n’est pas très ample, mais rapide et sec. Le plaisir monte doucement, ses coups de rein me font monter dans les tours, ma tête ne suit plus, mon cul me fait remonter des messages de plaisir. Céline se saisi de ma bite raide et me masturbe doucement.

Je peux ?

Oui, bien sûr.

La combinaison de la bite de Farouk dans le cul et la lente masturbation de Céline m’amène doucement à l’extase. Je sens mon plaisir monter, je vais jouir, et jouir très fort. C’est le moment que choisi Farouk pour me donner un violent coup de rein et m’introduire sa boule. La légère douleur déclenche mon orgasme, j’éjacule dans la main de Céline pendant que Farouk se vide dans mes entrailles. Je ne suis plus que plaisir, mon corps explose dans une succession de feux d’artifices. Je n’en peux plus et replis mes bras pour poser ma tête sur le sol tout en maintenant mes fesses à la bonne hauteur. Farouk se calme et se retourne, mais sa bite reste dans mon cul. Je force et me dégage pour m’écrouler sur le tapis. Une langue vient me lécher l’anus, c’est Farouk qui me nettoie le cul.

Il me fait tout le temps ça, ton anus est détendu et laisse couler son sperme, il le lèche. Il va s’arrêter quand ton anus se sera complètement refermé.

C’est ce qui arrive deux minutes plus tard. Je fini par me redresser et m’assoir sur le bord du lit de Céline. Je suis encore un peu dans les vaps. Céline me fait allongé sur son lit.

Reste là, je reviens dans quelques minutes.

Elle quitte la chambre, Farouk se lèche la bite qui est encore un peu sortie. Je me lève et vient vers lui, il se met sur le dos, les jambes écartées comme pour m’offrir son sexe. Je m’agenouille et me saisit de sa bite. Je le masturbe un peu, elle ressort complètement de sa gaine, je me penche et la gobe. Elle coule un peu, ce liquide me rappelle le sperme humain. Je le pompe, sa bite coule constamment dans ma bouche, j’avale avec plaisir son jus d’amour. C’est à ce moment que Céline entre dans la chambre.

Dis donc, si tu me pique mon mâle, je ne vais pas être d’accord.

Je me redresse et vois qu’elle plaisante, elle est hilare.

Tu t’es fait un copain, il adore qu’on lui fasse une pipe, en général il se lâche et je peux te garantir qu’il y a du volume.

Il n’a pas eu le temps.

On verra ça plus tard, retourne t’allonger sur le lit s’il te plait.

Je m’allonge sur le dos, ma bite, sans être super dure, est dressée sur mon ventre.

Tu permets ?

Oui

Céline se saisit de ma bite et me masturbe lentement. Quand elle est raide comme un bout de bois, elle monte sur le lit, m’enjambe en me faisant face et dirige mon vit entre ses fesses.

A moi maintenant, je peux ?

Bien sûr.

Elle descend doucement, mon gland écarte ses deux magnifiques globes pour arriver sur sa rondelle. Elle pose ses mains sur mes épaules et se laisse aller. Mon gland ouvre son sphincter comme une fleur et se fraye un passage dans ses entrailles.

Oh oui, quelle bite.

Elle monte et descend sur mon sexe, en utilisant toute sa longueur, elle finit par se dégager complètement pour venir s’empaler de nouveau. Mon gland lui explose sa rondelle à chaque aller-retour.

Oh putain que c’est bon, pince moi les seins s’il te plait.

Elle se redresse, se caresse les seins puis ses mains redescendent sur son pubis. Je lui pince les tétons pas trop fort, j’ai peur de lui faire trop mal.

Plus fort, plus fort.

J’augmente la pression de mes doigts, mais elle en veut encore plus.

Plus fort.

Je presse ses tétons le plus fort possible, elle se crispe, sa peau se hérisse.

Oui, oui, oui, ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

Elle se laisse emporter par un superbe orgasme. Son sphincter me serre la bite, ce qui déclenche mon éjaculation. Je me vide en elle. Son corps est secoué de violents spasmes, elle secoue sa tête dans tous les sens.

Oh oui, quelle bite, quelle bite, rempli moi le fion.

Cela dure quelques minutes, elle reste empalée sur ma boite qui se ramollie doucement. Elle finit par se calmer, son visage est détendu. Elle se libère de ma bite molle et descend du lit.

C’était super, ça t’a plu ?

Tu as un super cul, je l’ai bien senti.

On recommencera j’espère.

Tant que c’est dans le cul, pourquoi pas.

/

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire