Histoires d'inceste Histoires de sexe lesbien

Mon corps livré à leurs yeux, pour commencer. – Chapitre 2

Mon corps livré à leurs yeux, pour commencer. - Chapitre 2



J’étais topless, face à la dame et assise à côté de son mari, mon mari rayonnant de bonheur.

Je suis restée ainsi plusieurs minutes puis me suis rhabillée.

Vos seins sont magnifiques.

Celui-ci ne lui répondit pas immédiatement, ses yeux ne quittaient pas ma poitrine, comme si mes seins étaient toujours en liberté.

L’apéro dura encore une bonne heure; heure durant laquelle le monsieur était devenu moins bavard.

Pendant la conversation, nous avons appris leurs âges, soit 66 pour elle, et 71 pour lui.

Un moment donné, je me suis aperçue (je vous jure que c’est vrai !) que, inconsciemment, j’étais en train de me caresser la chatte d’une main sous ma robe. J’ai vite retiré ma main tout en regardant mon voisin, là, j’ai constaté que mes gestes coquins ne lui avaient pas échappés.

C’est à cet instant précis que j’ai eu envie de lui !

Quand ils furent partis, j’ai raconté tout à mon mari, lui avouant également mon désir de baiser avec cet homme.

Pour plus de facilité, je vais vous révéler les prénoms de ce couple : Annie et Jean.

Le lendemain matin, comme cela avait été prévu la veille, Annie et moi sommes parties toutes les deux pour aller au marché local, les hommes préférant se rendre à la piscine (sûrement pour mater les minettes en maillot).

Tout en prenant notre temps, nous avons fait nos achats de nourriture. C’est lors du retour vers le camp que s’est passé l’inattendu !

Nous étions à peine remontées dans la voiture qu’Annie soit revenue sur le sujet de ma poitrine.

" J’ai été étonnée que vous osiez vous dénuder en partie devant nous hier, ce n’est pas fréquent qu’une jeune femme ose faire ça devant des personnes de notre âge."

" Moi, ça ne me dérange pas, et vos âges n’ont aucune importance," ai-je répondu.

Elle m’a regardée en souriant puis a déposé une main sur ma cuisse en ajoutant : " Jean m’en a parlé très longtemps dans la nuit, il a vraiment aimé ce moment.", et elle a continué en me disant : " et il n’y a pas que lui qui a aimé ".

Waouh ! Je ne m’y attendais pas du tout, Annie semblait tout autant attirée par moi que moi par son mari !

Et elle ne se gêna pas pour me le démontrer, sa main remonta tout en haut de ma cuisse pour terminer son voyage dans mon string.

Le pire c’est que nous étions garées le long du trottoir et que plein de gens passaient à côté.

Instinctivement, mes cuisses se sont écartées pour laisser un doigt s’incruster dans ma chatte.

J’aime aussi les femmes, mais jamais je n’avais eu de rapport avec une dame de cet âge. Généralement, mes "copines de jeux" ont entre

18 et 25 ans; seuls, mes amants ont la soixantaine ou plus.

Elle m’a doigtée quelques instants, puis s’est retirée pour se lécher le doigt imprégné de ma cyprine. Ensuite, elle a démarré l’auto et nous sommes retournées au camp.

Lorsque nous sommes arrivées à nos caravanes, nos hommes n’étaient pas encore là, Annie est allée ranger ses achats et j’ai fait de même.

Je finissais lorsquAnnie est arrivée et est entrée. Sans prononcer un seul mot, elle s’est collée à moi et m’a embrassée tout en me pétrissant les fesses sous ma petite jupe.

Vous dire que j’appréciais est un bien grand mot, ce n’était pas désagréable, mais…

Quand ses lèvres se sont décollées des miennes, elle s’est exprimée ainsi :

Cette nuit, j’ai beaucoup questionné Jean sur ce qu’il pensait de toi, j’ai réussi à lui faire avouer qu’il a une forte attirance sexuelle envers toi.

Par contre, ce que je ne lui ai pas dit, c’est que moi aussi, j’ai envie de toi,

Je l’ai souvent trompé avec des femmes, mais il n’en sait rien.

Tout en me parlant, elle me masturbait, elle savait y faire la dame.

Tu aimes les femmes ? me demanda-t-elle alors.

Prise par le plaisir de ses doigts qui m’en donnaient, je lui ai répondu: " Oui, j’aime aussi les femmes, mais je suis surtout attirée par les hommes comme Jean ".

Tu le veux ? me dit-elle.

Oui, j’aimerais bien si tu es d’accord.

Elle m’embrassa goulûment avant de me dire : " Il est à toi si tu es à moi, juste il faudra qu’on trouve des excuses pour ton mari ".

Mon mari n’est pas un problème, nous avons très souvent des partenaires et il aime me regarder jouir avec eux.

Annie me regarda d’un air étonné; certainement qu’elle et son mari avaient des secrets sexuels et en vivaient séparément.

C’est un bruit de pas sur le gravier qui nous alerta et nous nous séparâmes.

Effectivement, c’étaient nos hommes qui revenaient, Annie s’en alla retrouver le sien dans sa caravane.

Quand mon homme est entré dans la nôtre, j’ai mis un doigt sur ma bouche pour lui faire comprendre de se taire et, de l’autre main, j’ai pris une des siennes et l’ai amené à ma chatte ruisselante. Dans le creux de l’oreille, je lui ai dit que c’était là le résultat des doigts d’Annie.

Il fut aussi étonné que moi; un peu plus tôt dans la voiture, lui non plus n’avait pas imaginé qu’Annie soit chaude et bi.

Que s’est-il passé ? Elle t’a branlée ? Tu dragues les femmes âgées maintenant ?

Je lui ai tout raconté, le doigt dans la voiture, les baisers et la masturbation, la proposition de m’offrir son mari si je couchais avec elle… ".

Et pendant que je lui racontais tout cela, il n’a rien trouvé de mieux que de prendre la suite d’Annie et de me pousser à la jouissance appuyée contre l’évier.

Durant le petit repas de midi, il m’a fait moult propositions pour que je puisse donner du plaisir à Annie et à Jean. N’étant qu’à moitié attirées par une relation avec une dame de cet âge, nous avons fini par trouver une solution.

A suivre

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire