Histoires de sexe Histoires de sexe travesti Histoires de sexe viol

Mon épouse et ses collègues – Chapitre 5

Mon épouse et ses collègues - Chapitre 5



A partir de là, la vie reprit son cours et mon épouse ses galipettes habituelles.

    Le samedi suivant, lorsque je la vis partir au marché, je sortis discrètement derrière elle pour surveiller son comportement vis à vis du fromager. En m’approchant de la camionnette je vis qu’une femme tenait l’étal. Certainement l’épouse. Donc lui devait être au bar.

    Je me dissimulai derrière un marchand de fruits et légumes et surveillai le véhicule. Quelques temps plus tard, japerçus effectivement mon épouse se présenter, elle commanda puis partit en se dirigeant vers le bar.

    Ainsi, elle allait le retrouver.

    Je la vis entrer, puis, la porte passée, elle se dirigea sur la droite, du côté de la grande salle qui faisait un « L ».

    Quelques minutes plus tard, je passai discrètement par la même porte et jetai un regard sur la droite. J’avais une vision parfaite sur l’ensemble de la salle: personne. Soudain, au fond, j’eus le temps d’apercevoir le haut de la chevelure de Joss qui disparaissait dans l’escalier qui menait aux toilettes en sous-sol.

    Et voilà, elle va aller se faire sauter dans les chiottes. Décidément, c’est un endroit qu’elle apprécie!

    Je descendis furtivement: à droite, les hommes, à gauche, les femmes.

    Ne sachant quelle direction prendre, à tout hasard je partis vers les hommes. Il y avait une dizaine d’urinoirs et cinq cabines fermées. Comme il n’y avait personne de visible, j’écoutai attentivement en passant silencieusement le long des portes des cabines. Devant la troisième, j’entendis un murmure de voix. J’entrai discrètement dans la suivante et fermai le verrou aussi discrètement. Comme dans beaucoup de ce genre de locaux, les cloisons latérales ne montaient pas jusqu’au plafond, elles sarrêtaient à environ 2m50 du sol. J’entendis plus distinctement mais c’était incompréhensible. Je fermai le rabattant et me hissai sur la lunette. Ils ne parlaient plus. Soudain je perçus un soupir. Puis, un peu plus tard, des sortes de claquements: flac, flac, flac…. Je devinai mon épouse, penchée sur la lunette des WC, la culotte en bas des jambes et lui, la martelant par derrière. Doù le bruit de son pubis claquant sur les fesses rebondies. Après quelques minutes elle se mit à gémir, des gémissements de plus en plus perceptibles. Si elle continuait, elle allait se faire repérer par un éventuel client venu se soulager, ce qui n’allait pas manquer d’arriver car, enfin, ces lieux étaient prévus pour cela.

    En ayant assez entendu, à défaut de voir, je décidai de remonter. Ce que je fis en silence. J’allai maccouder au coin du bar, entre deux clients et commandai un café. J’avais une vue parfaite sur la salle et les escaliers des toilettes.

    Dix minutes plus tard, c’est mon épouse qui déboucha de la montée d’escalier. Je mapprêtai à sortir avant d’être repéré, lorsque je la vis se diriger vers une table au fond de la salle et s’installer sur la banquette longeant le mur. Quelques instant après, ce fut le tour de son amant qui vint s’asseoir près d’elle. Ils entamèrent alors une discussion animée. Je remarquai que c’était surtout lui qui parlait.

    Une rage froide m’envahit. « Je lui avais interdit de revoir cet homme et elle me l’avait promis. Au lieu de cela, à la première occasion elle le laisse la sauter. Je ne peux vraiment pas lui faire confiance, le bouillonnement de ses sens en feu annihile sa volonté. S’il lui reste un tant soit peu de volonté de résister d’ailleurs ». J’en doutai!

    Mais une idée diabolique me vint à l’esprit.

Rapidement je sortis et me rendis près de la camionnette/fromagerie. Ça tombait bien, il n’y avait personne. J’interpellai alors l’épouse du mari volage:

    – « Vous savez que votre mari est en galante compagnie? Je viens de le voir sortir des toilettes du bar où il était enfermé avec une femme. Actuellement ils sont en grande discussion et…..

    Je ne pus terminer.

    – « Nom de dieu de nom de dieu! Ah il ne va pas recommencer!

    Apparemment, il n’en n’était pas à son coup d’essai.

    La femme, rouge de colère, fit irruption hors de son véhicule, claqua la portière et rabattit, d’un geste sec, le panneau ouvrant de la vitrine. C’était une petite femme, bien en chair, mais dotée d’une belle énergie.

    J’eus quelques difficultés à la suivre tellement elle filait vers le bar dans lequel elle s’engouffra telle une tornade. Il ne lui fallut que quelques secondes pour repérer le couple adultère. Ils étaient serrés l’un contre l’autre, lui avait une main posée sur la main de mon épouse, son autre main disparaissait sous la table, certainement entre ces cuisses si accueillantes.

    J’eus le temps d’entendre le patron du bar dire: « Ça, il fallait s’y attendre! Ça va barder pour son matricule au Jean! »

    Je m’étais arrêté au coin du bar. La femme leur tomba carrément sur le dos. De ses deux mains elle saisit mon épouse par les cheveux et l’arracha purement et simplement de la banquette. Tout valsa, la table et les verres qui se brisèrent au sol.

    – « Salope! Traînée! Je m’en doutai! Espèce de putain! Tiens, prends ça!

    Et elle lui colla une formidable mandale en pleine figure qui l’envoya bouler au sol, cul par-dessus tête. Elle se retrouva allongée, la jupe troussée à la taille, dévoilant ses cuisses gainées de bas et sa culotte qui me parut relativement souillée. Évidemment, après les giclées qu’elle venait de recevoir, le liquide s’écoulait, maculant le sous-vêtement.

    La femme s’était maintenant tournée vers son mari qu’elle arrosait littéralement de coups sur la tête. Celui-ci tentait tant bien que mal de les éviter et de se protéger. Puis il en eut assez. Il se redressa et lui envoya une droite à la figure qui l’allongea pour le compte.

    Pendant ce temps, le patron avait téléphoné à la police.

    Mon épouse, qui avait repris des couleurs, se releva, remit de l’ordre dans ses vêtements, ramassa ses affaires et se dirigea vers la sortie. Mais le patron, qui était un policier à la retraite, veillait et la stoppa dans son élan:

    – « Stop, ma petite dame! Vous restez ici à attendre la police! Je commence à en avoir marre de vos saloperies tous les samedis. Allez hop! Demi-tour!

    La police devait patrouiller dans le secteur car, déjà, quatre hommes en uniforme firent leur entrée. Le patron leur expliqua la situation en quelques mots et le trio fut embarqué manu militari au commissariat. La femme avait un mouchoir pressé sur son nez tuméfié.

    Les voila partis pour quelques heures. Dans cette histoire, mon épouse ne craignait rien. Il était encore permis, même si ce n’était pas moral, de coucher avec un homme marié. Elle s’en tirerait donc qu’avec la baigne qu’elle avait reçue que, je dois dire, je n’avais pas prévue. Mais après cette aventure et la honte de s’être faite gifler et mise à terre, le cul à l’air, j’étais certain qu’elle n’était pas prête à remettre les pieds dans ce bar.

    Je regagnai donc l’appartement. J’expliquai aux enfants, à leur retour d’école, que leur mère avait dû s’absenter. Puis j’attendis son retour, curieux et impatient de connaître les explications qu’elle allait me donner. A aucun moment elle ne m’avait vu, donc, pour elle, j’étais complètement étranger à cette histoire.

    Elle ne revint qu’à 16 heures. Le côté gauche de son visage était tout rouge, tuméfié.

    – « Peux-tu me dire d’où tu reviens? Ça fait plus de cinq heures que je t’attends!

    – « Je reviens tout simplement du commissariat. Je me suis faite agressée! Ça ne se voit pas? dit-elle en me désignant son visage.

    – « Agressée? Ah bon? Mais par qui?

    – « Une folle!

    – « Ne serait-pas la femme cocue d’un mari volage par hasard?

    – « Pour….pourquoi tu dis ça?

    – « J’ai entendu dire que l’épouse du fromager avait surpris son mari dans les bras d’une femme dans le café près du marché et qu’elle s’était fait justice!

    – « Dans les bras! Dans les bras! Je n’étais pas dans ses bras!

    – « Non, mais si elle était arrivée dix minutes plus tôt, elle aurait peut-être pu vous voir dans une position encore plus délicate dans les toilettes du sous-sol?

    – « Co..Co…mais comment…

    – « Parce que je t’ai suivie depuis que tu as quitté l’appartement et j’ai tout vu. Si tu veux tout savoir, c’est même moi qui suis allé prévenir son épouse. Alors, maintenant, dis moi pourquoi tu as revu ce salopard? Tu m’avais promis avoir rompu toute relation?

    – « Avant-hier, il m’attendait en bas au moment de monter dans la voiture pour partir au travail. Il m’a fixé rendez-vous aujourd’hui au bar.

    – « Alors pourquoi n’as-tu pas refusé?

    – « Ben, je sais pas! Rien que de le revoir m’a échauffé les sens, j’ai repensé à sa grosse queue et je suis restée sans volonté.

    – « C’est pas possible d’être esclave du sexe à ce point. Et peux-tu me dire de quoi vous discutiez à table? De loin, ça avait l’air bien passionnant!

    – « Il essayait de me convaincre de revenir à une partie de chasse demain.

    – « Ah oui? Et tu lui as dit quoi?

    – « Je lui ai dit que ce serait étonnant parce que tu ne me donnerais jamais ton accord!

    – « Ça, c’est sûr! Et que t’a t-il répondu?

    – « Il m’a dit que j’étais majeure et que je n’avais pas à demander à tout bout de champ l’autorisation à mon mari pour tout ce que je faisais! Il m’a indiqué que ce sont ses amis qui me réclamaient et aussi un ami très cher qui s’ennuyait: Bobby.

    – « Ah Bobby, ce cher Bobby! Et en définitive, qu’as-tu décidé?

    – « Ben, je sais pas!

    – « Ça, ce n’est pas une réponse, mais pour moi, c’en est une! En fait tu te serais passée de mon autorisation et tu y serais allée. Je crois même que tu ne m’en aurais même pas parlé, trop peur de mon refus! Aurais-tu au moins eu la délicatesse de me laisser un mot sur la table?

    – « Ben oui, quand même!

    – « Joss! Ma pauvre Joss! Jusqu’où vas-tu te laisser entraîner? Jusqu’où vas-tu te laisser avilir? Tu es complètement dépravée, prête à copuler avec une dizaine d’hommes, plusieurs fois chacun et de toutes les manières, pour finir pas t’accoupler avec un chien! Tu n’as pas honte?

    Elle s’effondra en pleurs sur une chaise, les coudes sur la table et se cacha le visage dans ses mains.

    – « Excuse-moi! Je n’y peux rien! C’est plus fort que moi. Rien que de penser à cette journée et à tout ce qui peut s’y passer, je suis trempée, je mouille comme c’est pas possible. Pourtant, je sais que ce n’est pas bien, que je te fais du mal, mais une force irrésistible m’attire.

    – « Bon! Et alors? Qu’as-tu décidé pour demain?

    – « De toute façon, après ce qui s’est passé aujourd’hui, plus de chasse pour Jean, sa femme lui a dit au commissariat: « Tu vas à la chasse, tu ne rentres plus à la maison! ». Car d’après ce que j’ai compris dans leurs discussions, c’est madame qui possède tout. Elle a plusieurs commerces hérités de ses parents. Lui n’a rien et en cas de divorce il se retrouve sur la paille. Alors, il file comme un toutou!

    – « Bien, le problème est donc réglé. Mais que s’est-il passé au commissariat?

    – « Bof! Pour moi pas grand chose. Comme j’avais été frappée l’inspecteur m’a demandé si je portais plainte. Je lui ai répondu que non et puis voilà. Le plus difficile ça a été l’attente. On est resté près de 4 heures assis à attendre d’être convoqué par un inspecteur. Par contre, euh!! il y a autre chose!

    Allons bon, quelle catastrophe va-t-elle encore m’annoncer?

    – « Quand l’inspecteur a pris ma carte d’identité et qu’il a vu mon nom il m’a dit:

    – « Jocelyne R., c’est bien votre nom? »

    Suite à ma réponse affirmative il m’a dit d’attendre quelques instants, qu’il avait quelque-chose à vérifier et il est sorti. Cinq minutes plus tard, il est revenu et m’a demandée si on ne m’appelait pas « Joss » en privé.

    Alors là, j’étais sciée!

    – « Je connais quelqu’un qui vous connait et même très, très bien et ce quelqu’un m’avait donné votre nom en me disant que si j’avais l’occasion de vous rencontrer pour une raison ou une autre, et les occasions, elles ne manquent pas dans notre métier, je devais l’appeler. C’est le prénom, Jocelyne, et votre physique qui ont fait « tilt » ».

    Ouh la, la! C’est pas bon ça.

    – « Ce quelqu’un, c’est Jean-Luc, mon frère. Il travaille avec vous, il m’a confirmé, je viens de l’avoir au téléphone ».

    Aïe! Aïe! Aïe! Ça sent le piège cette histoire!

    – « Vous ne voyez pas d’inconvénient à repasser demain à 15 heures pour signer votre déposition? Le dimanche après-midi on est plus tranquille, si vous voyez ce que je veux dire! »

    Ça, je le vois très, très bien.

    Et moi aussi, la police allait remplacer les chasseurs. En définitive, elle allait réussir à recevoir sa dose.

    Pour moi, l’incident de ce matin était clos. Je pense qu’elle n’était pas prête de revoir ce fromager de malheur.

    Sur ce elle partit se laver car elle était toujours souillée de ce matin. Ça ne devait pas sentir la rose!

    Et c’est ainsi que le lendemain elle partit à 14h30 au commissariat. Elle en revint à 17h30.

    – « Tu en as mis du temps?

    – « Ben oui! Ils avaient organisé une belle réception!

    – « Alors, raconte!

    – « Lorsque je suis arrivée, j’ai demandé à voir l’inspecteur X. Dans un premier temps, la préposée à l’accueil me répondit qu’il n’était pas de service aujourd’hui. Après lui avoir expliqué les raisons de ma venue, elle téléphona pour vérifier et me répondit qu’en fait il était bien là et que je devais monter au 1er, bureau 135.

    En arrivant dans ce bureau, je frappai et entrai. L’inspecteur d’hier était bien là, avec deux autres hommes, des collègues certainement.

    – « J’ai eu mon frère longuement hier soir, il m’en a appris des belles sur vos réunions du vendredi soir! Notre belle invitée apprécie le sexe à plusieurs? Et nous trois, on pourrait avoir notre part du gâteau? Il est si appétissant!

    En disant cela, il s’était rapproché de moi, m’avait saisie par la taille et s’était mis à me rouler une pelle d’enfer.

    Bien entendu je n’ai pas protesté, j’ai même fini par participer. Les deux autres se sont mis à me peloter les seins, les fesses. Puis l’inspecteur m’entraîna au 3ème étage.

    – « Viens, on va aller dans une chambre de repos des « permanences », on sera plus à l’aise et c’est plus discret.

    En fait, c’était une chambre avec deux lits individuels. Ils ont alors jumelé les deux lits puis se sont occupés de moi. Lorsqu’ils s’aperçurent que j’étais en bas, porte-jarretelles et que je portais un string, ils devinrent comme fous. Lorsque je fus nue, ils restèrent bouche bée à admirer mon corps: ma poitrine opulente, mon joli fessier bien rebondi, ma toison, merveilleuse fourrure d’astrakan noir finement bouclée. Ils n’avaient pas assez de mains pour toucher partout en même temps. Ils m’inspectèrent sous toutes les coutures. Tu vas me dire que c’est normal pour des inspecteurs d’inspecter? Puis ils se déshabillèrent, tous affichaient une fière et solide érection. Et la fête commença. Comme tu le devines, ils me prirent dans toutes les positions. Un détail toutefois, ils tenaient à se couvrir d’un préservatif. Tu sais que je n’apprécie pas trop, je préfère sentir des membres à peau nue s’introduire dans mes orifices. Ils acceptèrent toutefois de ne pas en mettre pour se faire sucer. Là, j’aurais refusé tout net, je ne suce pas des bouts de plastique. Ce fut chaud, très chaud et globalement je suis satisfaite. Hervé, mon inspecteur, a pris mon numéro de téléphone. Il me rappellera pour une prochaine partie.

    – « Et bien, tu vois, tu as tout de même eu ton gang-bang, même si c’était moins hard qu’avec les chasseurs.

    – « Tu viens, on va faire un câlin? Je suis propre, ils étaient protégés et j’ai encore envie.

    Elle est insatiable cette femme. Mais comment lui refuser?

    Deux semaines plus tard, nous étions invités un vendredi soir à participer à une réception organisée par mon entreprise. C’était pour fêter le 100ème anniversaire de l’implantation de l’établissement financier sur la place de Lille. Aussi, je pris bien soin de prévenir mon épouse qu’elle pense à annuler sa sauterie habituelle du vendredi soir avec ses collègues car notre Directeur Régional tenait particulièrement à ce que tous ses collaborateurs viennent avec leur conjoint.

    Ce vendredi là, je quittai le bureau plus tôt et arrivai à l’appartement vers 18 heures. Mon épouse avait obtenu l’accord de son chef pour sortir également plus tôt. J’avais prévu une baby-sitting pour l’occasion, elle arriva comme convenu à 18h30.

    Pour cette occasion, mon épouse avait acheté une nouvelle robe. J’étais allé avec elle pour l’aider dans son choix. C’était une robe d’un gris pâle qui se mariait divinement avec ses cheveux et ses yeux d’un noir de geai. Des bas couleur chair, des chaussures du même ton que la robe et les cheveux coiffés d’un sublime chignon. Cette robe était si parfaite que, faite sur mesure, elle n’aurait pas été mieux réussie. En effet, la forme et les cintrages faisaient qu’elle épousait parfaitement les courbes de son corps. Ses seins et ses fesses jouaient librement sous le tissu, sans les comprimer. Un décolleté pas trop agressif, qui laissait apparaître le début du sillon de ses seins et, en bas, une longueur raisonnable, 15 centimètres au-dessus du genou, juste ce qu’il fallait pour laisser deviner le galbe de la cuisse et enfin, des manches mi-longues, qui s’arrêtaient sous les coudes. .Il se dégageait de l’ensemble un érotisme assez troublant.

    Arrivés à Lille, nous allâmes nous garer dans le parking souterrain du Nouveau Siècle. La réception se déroulait dans un salon de la Chambre de Commerce. Donc, à deux pas.

    Lorsque nous entrâmes, il y avait déjà pas mal de monde. Nous laissâmes nos manteaux au vestiaire et pénétrâmes dans la salle. Une hôtesse cocha nos noms et nous donna des badges à épingler sur notre poitrine. Dans le fond de la salle, il y avait un énorme buffet de dressé. Nous allions avoir droit aux interminables discours habituels. Hormis le Directeur Régional, il y avait un représentant de la Direction Générale qui était venu de Paris. Je commençai à passer de groupes en groupes, je reconnus évidemment beaucoup de monde, je saluai, présentai mon épouse qui se fit rapidement un franc succès, surtout du côté des mâles. Puis enfin les orateurs montèrent sur la scène.

    Il y avait là le Directeur de Groupe, le Directeur Régional et, surprise, le représentant de la Direction Générale était un de mes anciens patrons que j’avais eu lors d’un de mes précédents postes. Un homme que j’avais particulièrement apprécié d’ailleurs.

    Les discours – trop longs, comme d’habitude – une fois terminés, on nous invita à nous rapprocher du buffet.

    J’allai donc chercher deux coupes de champagne et, accompagné de mon épouse, je repris la tournée de mes connaissances, discutant avec les uns et les autres.

    A un moment donné, je me trouvai près de notre Directeur Régional. Je pris le bras de mon épouse et m’approchai de lui pour le saluer. Nous nous connaissions, bien évidemment, mais il n’avait jamais vu mon épouse. Je fis donc les présentations. Galamment et très homme du monde, il lui fit un baise main. Je remarquai qu’il conservait alors sa main dans la sienne un peu trop longtemps. Il examinait mon épouse, il narrêtait pas de la fixer, comme hypnotisé. Quand, enfin il lui lâcha la main, il la complimenta une dernière fois pour sa beauté. Mon épouse, rougissante, semblait quelque peu gênée. Enfin, il nous souhaita bonne soirée et s’éloigna.

    – « Et bien! Dis donc! Tu lui as fait de l’effet à notre patron régional.

    – « C’est un homme très galant! Et pas vilain à regarder en plus!

    Et nous continuâmes notre déambulation. J’avais bien conscience que cette soirée n’intéressait qu’à demi mon épouse. Elle ne connaissait personne.

    Enfin, j’aperçus mon ancien patron. Il fut content de me retrouver et très vite nous nous rappelions nos souvenirs, ce qui fait que je ne fis plus très attention à ma femme. Lorsque je voulus la rappeler à mon bon souvenir, j’eus la surprise de découvrir qu’elle n’était plus près de moi. Peut-être au buffet? Aux toilettes?

    Soudain je l’aperçus de l’autre côté de la salle, en pleine discussion avec notre Directeur Régional.

    Celui-ci est un homme grand, environ 45 ans, bien bâti, le visage carré, viril et volontaire, au port aristocratique, un regard bleu acier, impressionnant, qui semblait vous transpercer lorsqu’il vous fixait. Charles-Edouard de W., c’est son nom. Il est issu d’une famille aisée du Nord qui a fait fortune dans le négoce de la laine au 19ème siècle, comme quelques familles de Roubaix et Tourcoing à cette époque. Lui a préféré faire carrière dans la finance, mais les affaires et la finance font en général bon ménage. Il avait été marié à une héritière d’un grand groupe sidérurgique de l’Est qu’il avait eu la douleur de perdre d’un cancer il y a environ deux ans. Bizarrement, cet homme, avec sa fortune, sa prestance et sa situation privilégiée, ne s’était jamais remarié. Ça ne devait pourtant pas être les candidates qui manquaient!

    Je continuai donc de les observer de loin, me gardant bien de les déranger. Le conciliabule dura bien cinq minutes. Puis je le vis remettre à mon épouse ce qui ressemblait fort à une carte de visite. Enfin, ils se séparèrent et je retrouvai mon épouse près du buffet.

    – « Je te cherche! Où étais-tu passée?

    – « Je discutai! Je t’expliquerai!

    La soirée se termina vers minuit et nous regagnâmes notre véhicule.

    Aussitôt, je l’interrogeai:

    – « Je t’ai vu discuter avec notre patron de région. Comment est-ce que tu as été amenée à engager la discussion avec lui?

    – « Ben, en fait, je me dirigeai vers les toilettes lorsque je fus interpelée. C’était lui qui m’indiqua qu’il serait heureux d’échanger quelques mots avec moi. Il m’entraîna un peu à l’écart, comme s’il ne voulait pas être entendu par des oreilles indiscrètes et il me dit être très troublé par la plastique de mon corps, qu’il était admiratif de la beauté de mes courbes et plein d’autres choses qui me mirent dans un état pas possible. Par sa seule voix il réussit à me faire mouiller. Tu ne m’avais pas dit que ton grand patron était aussi séducteur, ça m’a l’air d’être un amateur de femmes. Il se dégage quelques chose d’inexplicable de cet homme, c’est très troublant, même déstabilisant!

    – «Il ne manquait plus que cela! Ma femme qui se fait draguée par notre patron de région!

    – « Et ce n’est pas tout. Il m’a donné sa carte de visite, je dois l’appeler lundi à 10 heures. Il m’a dit qu’il avait très envie de me revoir!

    – « Alors là, pour être direct, c’est direct!

    Décidément, ma femme ne cessera jamais de m’étonner. Quoi qu’on fasse, où qu’on aille, elle se faisait draguer. Et comme c’est un jeu dans lequel elle excellait et qu’elle adorait provoquer, le mâle audacieux avait toutes les chances de devenir un homme heureux.

    Le week-end passé, on entama donc une nouvelle semaine. Dès mon retour, le lundi soir, j’en vins rapidement à ce qui m’avait taraudé toute la journée: son coup de téléphone.

    – « Ben, à ma pause, à 10 heures, je l’ai appelé comme convenu. Il devait attendre la main au-dessus du combiné, car la première sonnerie n’était pas encore finie qu’il décrocha.

    – « Et alors, Qu’est-ce qu’il t’a dit?

    – « Ne sois pas si impatient! Ça vient! En fait, il veut me revoir! Il me donne rendez-vous samedi, à 15 heures, au bar du Carlton à Lille. C’est où ça, le Carlton?

    – « Le Carlton? Quand tu sors de la gare, tu descends la rue Faidherbe en face et au bout de la rue, dans l’angle, tu as l’hôtel. En fait, c’est juste en face de la Chambre de Commerce, où nous étions vendredi soir. Mais que cherche t-il? Il te l’a dit?

    – « Qu’est-ce qu’il cherche? Qu’est-ce qu’il cherche? Ne te fais pas plus bête que tu n’es! D’après toi, que cherche un homme séduisant lorsqu’il rencontre une femme qui lui plait et lui donne rendez-vous dans un hôtel? Il veut coucher, tout simplement. Ces hommes ne sont pas différents des autres. Je dirai même que les hommes de pouvoir sont encore pires sur le plan sexuel. Mais bon! Tu ne vas pas en faire un drame parce que ta femme va coucher avec un homme, qu’il soit ton Directeur Régional ou pas? Il me semble que tu es habitué depuis le temps!

    – « Oui, mais enfin! Comment vont être mes relations professionnelles avec lui après ça?

    – « Ben, en compensation, tu lui demanderas de l’augmentation!

    Quel humour! Ça n’avait pas l’air de la traumatiser plus que cela!

    Et la semaine se déroula comme d’habitude avec les rendez-vous galants classiques de mon épouse. Et nous arrivâmes à ce fameux samedi.

    A 14 heures, elle prit le Mongy. A 19 heures elle était de retour. Elle fit son entrée, rayonnante, tout sourire, les joues encore rouges d’excitation. Manifestement, cette femme avait été comblée. Un certain malaise m’envahit, un mélange de jalousie et d’inquiétude.

    – « Ouh là là! Quel après-midi!

    – « Ah? Raconte?

    – « Ben, il n’y a pas grand chose à dire, c’est du classique. En arrivant, je suis entrée dans un grand hall. J’ai demandé à l’accueil Monsieur de W., on vérifia que je m’appelais bien Madame R. et on m’indiqua de monter au 1er étage, chambre 125. Là, je frappai et j’entrai. Il m’accueillit dans une grande chambre luxueuse. Mais là, pas de baise main. Il m’enlaça directement et m’embrassa fougueusement sur la bouche. Bien entendu je répondis à son baiser. Ensuite il déboucha une bouteille de champagne qui se trouvait dans un seau sur la table et nous bûmes deux coupes. Et puis ensuite, tu peux deviner ce qui est arrivé. Il m’a déshabillée lentement, embrassant sans cesse toutes les parties du corps qu’il découvrait, admiratif des formes plantureuses qui s’offraient à son regard, à ses mains et à ses lèvres. Une fois nue, sauf, comme tous les hommes, mes bas et mon porte-jarretelles, ce fut à son tour de se dévêtir. Alors là, je découvris un homme à la musculature puissante, au large torse bien proportionné, il m’impressionnait. Et lorsqu’il ôta son pantalon, son boxer était déformé par une excroissance irréelle. Curieuse, je lui descendis le sous-vêtement moi-même. Je ne pus retenir un cri d’admiration: « Ouah!!! » Grand, gros, énorme, tout ce qui fallait pour rendre une femme heureuse. Et heureuse, je le fus. Du grand art! Cet homme est une bête de sexe, un maître en la matière. Patient, doux, il prend soin de veiller à ce que sa partenaire l’accompagne dans le plaisir. Ses pénétrations sont d’abord lentes, profondes, même très profondes vu la taille de l’engin. Puis à l’approche de mon orgasme, il devient plus violent, claquant son corps contre mon pubis ou contre mes fesses selon la position et il m’entraîne alors inexorablement vers une jouissance fabuleuse, qui me laisse sans force. Puis, après un peu de repos qu’il consacre à de douces caresses, il recommence. Trois fois à la file, il me fit l’amour. C’est un homme exceptionnel.

    J’étais encore moins rassuré après cette description.

    – « Et maintenant? Quelle va être la suite?

    – « Ben, on se revoit samedi prochain, dans les mêmes conditions. Et Charles-Edouard m’a demandé de l’appeler de nouveau lundi à 10 heures. Il m’a dit qu’il voulait entendre le son de ma voix parce-que la semaine allait être longue, très longue.

    – « Mais il a l’air amoureux ton Charles-Edouard?

    – « On dirait!

    – « Et toi?

    – « Quoi moi?

    – « N’es-tu pas un peu amoureuse?

    – « Amoureuse! Amoureuse! C’est un bien grand mot. Non, je suis bien avec lui, c’est un amant exceptionnel. Mais c’est de toi que je suis amoureuse.

    – « Oh! Tu sais! On a déjà vu des femmes amoureuses de deux hommes à la fois!

    – « Et bien, pour le moment, ce n’est pas le cas!

    Ainsi, voila donc un wagon supplémentaire accroché à la vie dissolue de mon épouse. Elle allait bientôt manquer de temps pour satisfaire tous ses partenaires. Elle allait devoir s’organiser.

    Les vacances d’été finies, nous arrivâmes en septembre. Le premier week-end du mois se déroula, comme chaque année, la grande braderie de Lille. Je décidai d’y aller faire un tour. Je profitai du rendez-vous galant de mon épouse pour l’accompagner jusqu’à Lille. Évidemment, le succès populaire de cette manifestation était tel que le Mongy était bourré. C’est ainsi que nous nous retrouvâmes serrés comme des sardines au milieu du couloir. Mon épouse était littéralement collée face à moi, nous étions joue contre joue. Heureusement que j’étais avec elle car elle aurait pu se retrouver dans la même position avec un étranger! Quoique, la connaissant, je me demande si cela l’aurait vraiment contrariée!

    Cela faisait maintenant environ 5 minutes que nous étions partis, lorsqu’elle me chuchota à l’oreille:

    – « Il y a quelqu’un qui me tripote les fesses!

    Machinalement je regardai derrière elle. Je vis deux hommes dans son dos, un derrière son épaule gauche et un autre derrière son épaule droite. Un troisième se trouvait entre les deux, légèrement en retrait. Impossible de déterminer lequel se permettait ces privautés.

    – « Tu veux que l’on intervertisse nos places?

    – « Non! Non! Laisse!

    Puis quelques minutes plus tard:

    – « Il remonte ma jupe!

    Et elle continua ainsi à me décrire la progression de ce que je considérai comme une agression, mais qu’elle, avait l’air de prendre comme un hommage.

    – « Ça y est! Il a sa main sur mes fesses dénudées!

    Toujours dit dans un chuchotement dans mon oreille, inaudible pour le voisinage.

    – « Il me tripote les fesses!

    Puis, un peu plus tard:

    – « Il a écarté mon string! Il insinue sa main entre mes fesses! Il me titille mon petit trou!

    Je compris qu’elle appréciait la situation en sentant son souffle s’accélérer contre ma joue.

    – « Il passe sa main entre mes cuisses!

    J’avais effectivement perçu le mouvement qu’elle avait fait, écartant légèrement ses jambes pour faciliter le passage de cette main fureteuse.

    – « Il me titille le clito! Ouaaa! Il m’a enfilé deux doigts dans la vulve!

    Elle était dorénavant légèrement penchée en avant, une main s’appuyant sur mon épaule, facilitant ainsi l’accès de ses parties intimes.

    – « Il me doigte! Putaiiiin, c’est boooon!

    C’est pas possible, elle va jouir en public, devant des dizaines de personnes dont certaines commençaient d’ailleurs à la regarder bizarrement.

    Son bassin commença à s’agiter de façon de plus en plus visible.

    Heureusement le tram fit son entrée dans la gare de Lille. Terminus, tout le monde descend. Elle se redressa, remis discrètement son string en place et rabattit sa jupe.

    En sortant de la gare, elle me glissa:

    – « Putain, je suis complètement trempée!

    – « Ton Charles-Edouard risque peut-être de s’en étonner?

    – « Bof! Je lui dirai que c’est dû à l’excitation de le rencontrer! Ça le flattera!

    Je ne pus mempêcher de penser que si son agresseur avait sorti son braquemart, elle se serait laissée baiser, là, devant tout le monde. Elle n’a vraiment aucune pudeur cette femme.

    Je la laissai devant l’hôtel et entrepris ma longue marche à la recherche d’un hypothétique objet rare.

    Puis les jours défilèrent, la vie reprit son train-train, scandée par les rendez-vous de mon épouse à droite et à gauche. En plus, cela faisait maintenant deux fois que ses amants policiers faisaient appel à ses services le dimanche après-midi. Ce qui fait que le week-end, nous ne nous voyions pratiquement plus.

    D’autant plus que, du fait de son emploi du temps du samedi après-midi, elle allait, désormais faire ses courses au supermarché le dimanche matin puisqu’il était ouvert, ce jour là, de 8h30 à midi. Elle partait à 8h30 et revenait entre 11h30 et midi. Je trouvais d’ailleurs bizarre le temps qu’elle passait en courses car, bien souvent, elle ne rentrait qu’avec 2 ou 3 choses.

    Je décidai d’en avoir le cur net. J’attendis d’être un dimanche de vacances scolaires où les enfants étaient absents. Le samedi après-midi, j’allai préparer mon vélo que l’on ne prenait qu’aux vacances et qui était remisé dans la cave. Le dimanche matin à 8 heures, je prévins mon épouse que j’allai me dégourdir les jambes en allant faire un tour de vélo. Elle parut surprise mais ne fit pas de commentaire.

    Le supermarché n’était pas loin, à 8h15 j’entrai dans le parking. J’allai me fondre au milieu des voitures, pas très loin de l’entrée où elle allait arriver. A 8h35 elle fit son entrée. Bizarrement, je la vis aller tout droit, traverser tout le parking et se garer complètement de l’autre côté, là où il n’y avait que deux voitures et un camping-car.

    Mais, qu’allait-elle faire dans ce coin isolé?

    A peine descendue de voiture, je vis trois hommes descendre des autres véhicules. Ils embrassèrent mon épouse et s’engouffrèrent dans le camping-car par la porte latérale. Je patientai une dizaine de minutes et me rapprochai à vélo. Arrivé près du camping-car, je vis la caisse remuer de droite à gauche, faisant couiner les amortisseurs. Incroyable! Cette femme est une affamée, une boulimique, jamais rassasiée. Mais quand et où va-t-elle s’arrêter?

    Ayant vu ce que je voulais voir, je repris le chemin du retour. D’un certain côté, ce que je venais de découvrir me rassurait en quelque sorte. Effectivement, cela démontrait qu’elle ne pensait pas plus que ça à son Charles-Edouard et même lui ne la satisfaisait pas complètement. C’est rasséréné par cette réflexion que je l’attendis pour déjeuner.

    Dès son retour, je la pris, bille en tête:

    – « Qui c’est ces trois gars avec qui tu es montée dans le camping-car?

    – « Ah tu me surveilles maintenant?

    – « Et bien oui! Et j’ai bien fait! La preuve! Et je m’aperçois que tu ne me dis toujours pas tout et que tu persistes dans tes mensonges!

    Elle semblait tout de même un peu gênée.

    – « Mais non, mais eux, ça fait déjà longtemps que je les voie!

    – « Oui et alors? Est-ce pour cela une excuse? Qui est-ce?

    – « Ce sont trois cadres de l’usine. Il y a le chef comptable, le directeur de production et le directeur commercial. Un jour que je passais près de leur table avec mon plateau à la cantine, le chef comptable m’interpela par ces mots: « Oh, ma belle, est-ce qu’une jolie femme accepterait de partager la table de trois pauvres hommes esseulés? ». Flattée, je m’assis à leur table. Évidement, ils m’ont draguée. Le soir, ils m’emmenèrent boire un pot dans un troquet en Belgique et là, ça a dérapé, enfin, un peu: ils m’ont un peu touchée, pelotée. Puis un rendez-vous fut pris pour le samedi après-midi sur le parking du supermarché. Le chef comptable a un camping-car qu’il gare dans un garage en ville, alors il vient avec et voila! Et depuis Charles-Edouard, on a dû changer de jour et passer au dimanche matin.

    Que répondre à cela? Tout lui semble normal, naturel!

    Nous étions alors aux vacances de Pâques. Le samedi suivant, c’était le week-end où nous allions rechercher les enfants. Seulement, le vendredi soir, mon épouse m’annonça:

    – « Dis, tu peux aller rechercher les enfants seul ce week-end?

    – « Seul? Et pourquoi donc?

    – « C’est l’anniversaire de Charles-Edouard et il m’a dit que ça l’embêterait beaucoup de fêter cet évènement sans moi!

    – « Oui? Et bien moi ça m’embêterait beaucoup de partir dans les Ardennes sans toi! A ce que je sache, c’est avec moi que tu es mariée et pas avec ton Charles-Edouard?

    – « Oh, arrête! Ne fais pas l’enfant! De toute façon en quoi ça te gêne d’y aller seul? Ma présence ne t’apportera rien de plus! Et Charles-Edouard a préparé une petite fête, il tient simplement à ce que je la partage avec lui, c’est tout!

    – « Oui! Bon! De toute façon tu as déjà décidé à ma place! Je ne vois vraiment pas pourquoi tu me demandes l’autorisation pour une décision que tu as d’ores et déj&agr

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire