Histoires de sexe fétiche Histoires de sexe viol Histoires gays

Mon père par Cecilan – Chapitre 1

Mon père par Cecilan - Chapitre 1



Je mappelle Magalie et jai 18 ans, mon père a 38 ans et ma mère 34 ans. Javais 3 ans quand ma mère est partie avec un mec de son âge et ma laissée seule avec mon père, je fus donc élevée par mon père et ses parents. Depuis mes 12 ans, je vis seule avec mon père, qui soccupe très bien de moi et ne veut plus avoir de copine (il doit toujours être amoureux de ma mère).

A dix ans, il ma tout appris sur la sexualité et ma parlé de mes futures règles, sans appréhension jentamais ma vie dadolescente et de femme. Mon père ma expliqué les rapports avec les garçons et avec mes futurs petits copains, mais cela ne mattirais pas.

Depuis mon plus jeune âge, nous passions nos vacances ensemble dans la région Aquitaine dans un camp de nudiste et notre nudité ne me gênais nullement. Cela a changé quand mes seins ont commencé à pousser et que quelques poils sont apparus sur mon pubis, mais comme nous aimions bien cette région, nous nous sommes retrouvés dans un centre de vacances à Lacanau.

Depuis quelques temps, le soir en regardant la télévision, je posais ma tête sur ses genoux et tous les deux nous étions bien ensemble. Quelque fois, je sentais à travers son pantalon une grosseur qui ne laissait aucun doute sur lorigine et je mécartais un peu pour ne pas mettre mon père dans lembarras.

Quelques jours avant de partir en vacances, alors que nous regardions un film, je senti le sexe de mon père devenir très dur et au lieu de mécarter comme je le fais dhabitude, je me serrais plus fort contre lui pour mieux sentir son sexe, il essayait de se pousser, mais ny arrivant pas, je le bloquais contre moi, je retournais la tête et à travers son pantalon, je lui fis un petit bisou sur son sexe très dur.

La veille de partir en vacances, je pris rendez-vous chez lesthéticienne, pour me faire un peu épiler, pour pouvoir me mettre en maillot de bains sans quun poil ne dépasse. Au lieu de faire seulement le maillot, je demande à lesthéticienne de mépiler entièrement pour avoir un sexe de petite fille sans un poil.

Le soir avant notre départ, nous regardions à la télé un film sans importance, et je me blottissais contre mon père pour sentir son sexe comme la veille.

Sans attendre très longtemps, je senti le sexe de mon père durcir et devenir très gros, je me serrais encore plus contre lui et à ma grande surprise il mit sa main sur un de mes petits seins et le caressait doucement, je me laissais faire et celui-ci durci sous les caresses et je sentais mon sexe devenir humide avec une envie de me caresser.

Je fis une petite bise à mon père et alla me coucher, le lendemain nous devions prendre la route de bonne heure. Dans mon lit, je narrêtais pas de penser à mon père et je me suis masturber et me faire jouir dans mes mains et pensais que mon père faisait pareil en pensant à moi.

Nous arrivons sur notre lieu de vacances, dans un grand studio, où nous avions lhabitude de partager le même lit pour un mois, mais cette année, mon père sentait bien que cela allait être très dur et décida de dormir sur le canapé et de me laisser le grand lit.

En vacances, nous sortions beaucoup, baignades en mer le matin, piscine tous les après-midi, très souvent dîner au restaurant et pour finir discothèque le soir. Javais beaucoup de copains qui minvitaient toujours à danser, mais je gardais les slows pour danser avec mon père et le serrer très fort contre moi.

Un soir, nous sommes rentrés très tard, et nous avions un peu bu, La porte de lappartement fermée, je pris mon père dans mes bras et lembrasa sur la bouche et celui-ci répondis à mon baiser en ouvrant la bouche pour que ma langue trouve la sienne.

Mon père me dit ; « Ce nest pas bien de flirter ensemble » et pour toute réponse, je lentraînais dans la chambre, le poussa sur le lit et mallongeas sur lui. Mon père essayait de se libérer de mon emprise, mais je lembrassais de toutes mes forces et au bout de quelques minutes, il me laissait faire sans opposer la moindre résistance.

Je déboutonnais sa chemise et embrassais toute sa poitrine, ses mains caressaient mes seins et comme je ne mettais jamais de soutien gorge pour sortir, mes seins devinrent très durs sous les caresses et mon sexe était tout mouillé.

Jentrepris de déshabiller mon père, qui noffrait aucune résistance et il fit de même avec moi. Nous nous retrouvâmes tout nus lun contre lautre et il fut surpris de me voir épilée entièrement, je lui dis : « Cest pour toi que je lai fait, que tu retrouve le sexe de fillette que tu as vu quand jétais petite. »

Jembrassais tout son corps et ma bouche arriva sur son sexe qui me sembla énorme, je nen avais jamais vu en érection. Sans hésiter, je le pris dans ma bouche et instinctivement, je me mis à le sucer.

De son coté, sa langue effleura ma petite grotte, et je senti ma chatte mouiller comme jamais quand je me caresse, puis sa langue allait sur mon clitoris et avec ses doigts, il écartait mes lèvres pour bien le sucer. Je senti un doigt caresser mon anus et il pénétrait doucement mon petit trou.

Je navais jamais ressenti un tel de bonheur. De mon coté, tout en suçant cette énorme queue, je caressais lanus de mon père et comme il me le faisait, jintroduis un doigt dans son petit trou, et sans rien dire me laissait faire.

Je sentais sa queue se raidir dans ma bouche, je ralenti le mouvement de va et vient pour que mon père ne jouisse pas dans ma bouche et après avoir arrêté de le sucer, je me mis sur le dos pour quil me fasse lamour.

Je dis à mon père, dêtre très doux parce que je ne lavais jamais fait, et que jétais heureuse quil soit le premier. Après quelques baisers, il présenta son sexe contre ma grotte et doucement, il la pénétra.

Sa queue était à moitié entrée, quand elle buta sur mon hymen, et je lui dis dentrer doucement, ce quil fit et après un petit cri de douleur, il entra tout entier son sexe dans le mien, je passais ma mains entre nos corps pour caresser en même temps mon clitoris, ce qui déclencha une superbe jouissance et comme mon père savait que je prenais la pilule, envoya un jet puissant de son sperme dans mon ventre. Nous avons jouit ensemble.

Nous recommençâmes à faire lamour plusieurs fois dans la nuit, et au petit matin, nous nous endormîmes dans les bras lun de lautre.

Au réveil, mon père me demanda de ne rien dire et surtout de faire comme avant afin que personne ne saperçoive de notre nuit, je lui répondis que je voulais bien à condition que nous restions amants et que passerons toutes nos nuits ensemble.

La quinzaine de jours de vacances restante se passa très vite, mon amant mapprit toutes les choses du sexe et je lui donnais sans retenue, avec ma chatte, ma bouche, mon anus, et comme je devins une maîtresse experte, notre vie à deux continua après les vacances.

De temps en temps, jinvitais un copain à la maison pour donner le change aux voisins et à la famille, mais ils sont toujours restés des copains, mon lit nest resté ouvert que pour mon père.

Ses étreintes sont tellement fortes, que personne ne peut mapporter autant de bonheur. Jessaye de lui apporter moi aussi le bonheur qui lui manque depuis tant dannées.

Mon père me demanda un soir de prendre un amant de mon âge, pour me marier et lui faire de petits enfants, je lui répondis que je le ferais le jour ou lui prendra une maîtresse de son âge et se mariera.

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire