Histoires de sexe viol Histoires érotiques de couples amateurs

Monopoly – Chapitre 7

Monopoly - Chapitre 7



Chap7

ça faisait longtemps qu’ils n’avaient pas joué à ce genre de choses,se dit-il, se provoquer l’un l’autres jusqu’à ce qu’ils craquent, et oser faire leurs affaires comme ça nimporte où sans se soucier des conséquences possibles. Ca avait un côté très pur.. Il sourit en se disant que pur n’était peut être pas le meilleurs mot pour parler de baise dans des coins de rue, et pourtant il retrouvait cet aspect de plaisir simple et pure, de se laisser guider uniquement par leurs envies, comme du temps de leurs jeunesse. Des bribes de souvenirs lui revinrent en mémoire.

Il repensa au lycée, aux folies entre deux heures de cours, à la découverte de plaisir nouveau, leurs expérimentations au fils de leurs approche nouvelle de la sexualitée, à leurs rêvfes de libertées puis enfin le bac, les ABP, leurs décision de s’installer dans cette ville, le déménagement dans leurs minuscule studio Ils en avaient baptisé chaques recoins, fiers de leurs libertée nouvelles il se souvint à quel point il avait savourer ces années.. de pouvoir enfin passer tout son temps avec elle… et de la demander enfin en mariage, et tous les merveilleux événements qui avaient suivit.

À quoi tu pense’ lui demanda sa compagne, le tirant de ses pensées. Ils étaient recroquevillé l’un contre l’autre dans le petit canapé de leurs salon, devant un film.

à nos fiancaille’ lui répondit-il. et à notre mariage.. et à notre lune de miel

elle sourit en se rappelant de ses pensée similaires, il y à quelques jours au bureau. Oh oui je vois’ souffla-t-elle, une expression béate peinte sur le visage, le plus beaux voyage de ma vie.’

Une idée venait de germer dans la tête de son jeune époux. Ca te dirais de repartir ?’ lui demanda-t-il, de faire un nouveau voyage, partir loin tous les deux? Tu peux demander des congés au bureau et j’ai des collègues qui peuvent me remplacer quelques temps’ Il vit l’hésitation dans ses yeux Aller tu as bien besoin d’une pause tu travaille tellement! On a suffisamment d’argent de côté, on peut se le permettre’ insista-t-il, je sais pas mon coeur j’ai un projet important en ce moment et puis on irait où? demanda-elle, septique. Il ne perdit pas pied face à son manque de motivation Eh bien on pourrait aller au Brésilpar exemple…’ Il sut qu’il avait gagné en voyant son regard se perdre, perdu dans des visions de rêves de cette destination idéale. Pourquoi pas laissa-t-elle échapper, rêveuse. Il s’écria alors Super ! Ne t’inquiète pas je m’occupe de tous je vais nous trouver des endroit super et faut réserver les billets et..’ elle rit devant son enthousiasme, calme toi mon coeur on va s’occuper de tout ça en temps voulu dit-elle en l’embrassant doucement.

Elle vit alors son regard plein d’excitation face à cette aventure en perspective, et elle se sentit fondre face à cette innocence. Je t’aime.’ lâcha-t-elle, le plus sérieusement du monde. Il ouvrit de grand yeux face à cette déclaration soudaine et l’embrassa. Doucement d’abord, puis avec fougue. Elle sentit sa conscience se perdre et le désir s’allumer en elle tandis que sa langue se frayait un chemin dans sa bouche. Elle laissa échapper un gémissement et se plaqua contre lui, agrippant son dos et ses épaules. Il empoigna sa taille et ses fesses, avec une force qu’il ne contrôlait plus sous le désir. La douleur se mariait au plaisir avec délectation en elle, la ravageant d’un feu dévastateur qui prenait source au plus profond d’elle. Elle mordit sa lèvre, il laissa échapper un grondement et se pressa plus contre elle appuyant son érection contre son ventre. Elle s’apprêtait à le déshabiller sur le canapé quand il se leva et la souleva dans ses bras comme une poupée de chiffon, pour l’emmener dans leurs chambre et la jeter sur le lit.

Il lui arracha le t shirt qui lui servait de pyjama et sa petite culotte. Elle allait faire de même mais il la retourna sur le ventre brusquement avant d’utiliser sa propre culotte pour lui attacher les mains dans le dos. Il lui écarta les jambes et la laissa ainsi, ouverte, trempée, essoufflée et humide, le temps de retirer ses propres vêtements. Elle haletait avec délectation en pensant à quel point il était réticent face au pratiques de domination au début. Elle sentit alors sa main se poser sur ses fesses et en caresser la douce peau. Sa respiration s’accélèra quand elle sentit la main décoller avant de s’abattre avec un claquement sec sur son cul. Elle laissa échapper un gémissement, la brûlure de ses fesses remontant par vague de plaisir. Il lui asséna encore quelque claque toutes aussi délicieuse, avant de redresser son cul, de se placer à l’entrée de son orifice et de la prendre brutalement, la faisant crier. Il resta enfoncé profondément en elle, bougeant légèrement le bassin pour déclencher de petites explosions de plaisir, avant de ressortir complètement très lentement et de se ré-enfoncer complètement.

Il recommença le même manège jusqu’à la rendre folle et lui faire crier bébé je t’en pris prends moi!! Il commença alors à la culbuter à un rythme fou, lui arrachant des cris de plaisir que tout l’immeuble devait entendre. Elle tirait tellement fort sur le lien qui tenait ses poignets en arrière qu’elle sentait la morsure du tissue dans sa peau. Il finit par jouir profondément en elle en criant son nom. Ils s’affalairent alors ensemble dans le lit, épuisés. Il la libéra de sa culotte qui retenait ses poignets, dévoilant la marque rouge qu’avait laissé le tissue. Il plongea son regard dans le sien et y vit tout l’amour qui l’habitait, et qui répondait tellement parfaitement au sien. Il caressa sa joue, et déposa un petit baiser sur son nez avant de la prendre dans ses bras et de plonger dans un sommeil profond.

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire