Histoires de sexe arabes Histoires porno

Un cocufiage peu commun – Chapitre 2

Un cocufiage peu commun - Chapitre 2



Depuis notre première fois dans le salon, Bingo et moi étions devenus très proches. Tous les matins, lorsque je me levais, je lui donnais une petite bise sur le crâne pour le réveiller avant de lui préparer une assiette de croquettes tandis que lui venait tous les soirs dans ma chambre pour dormir à mes pieds.

Un matin, après avoir pris ma douche et mangé un morceau, je décidai de promener Bingo. Je lui mis son collier et sa laisse et nous sortîmes. Arrivés au parc où nous avions l’habitude de jouer, je le fis jouer à la balle comme à l’accoutumée.

Après quinze minutes, Bingo se fatiguant, nous repartîmes tranquillement en direction de chez moi mais, en chemin, nous surprîmes un chien au pelage beige fouiller dans les poubelles. Prise de compassion pour cet animal, je m’approchai de lui afin de voir s’il n’avait pas quelque chose qui pouvait me permettre de retrouver son maître.

Sitôt qu’il me vit, le chien se mit à aboyer. Bingo aboya aussi. Je calmai Bingo et me dirigeai à petits pas vers l’autre chien en lui disant que je ne lui voulais aucun mal. Le chien sembla se calmer et me laissa approcher. Au premier abord, il n’appartenait à personne, l’absence de collier comme preuve à l’appui.

Voir cet animal tout seul en train de fouiller dans les déchets me faisait mal au cur. Tant et si bien que l’idée de le recueillir me traversa l’esprit. Mais, s’il avait des maîtres? Et si ces derniers étaient en train de le chercher?

Après une longue hésitation, je décidai de l’emmener. Au cas où quelqu’un le cherchait, il poserait une affiche et je lui téléphonerais pour lui dire que son chien est avec moi et la personne pouvait toujours venir le chercher.

Je fis donc signe au chien de nous suivre. Celui-ci obtempéra, semblant plutôt heureux de pouvoir quitter ses poubelles. Prudente, je décidai de l’emmener chez le vétérinaire afin de savoir s’il n’était pas malade. Je me rendis donc à l’adresse que m’avait indiquée mon petit ami sur sa liste au cas où Bingo se blesserait ou tomberait malade.

Arrivée chez le vétérinaire, je sonnai à la porte et entrai. Le docteur m’accueillit chaleureusement et me demanda ce qu’il se passait. Je lui expliquai brièvement la situation avec mon "deuxième chien" qu’il ausculta. Durant l’opération, il me demanda comment j’avais nommé les deux chiens.

« Celui qui est à côté de moi, c’est Bingo. L’autre, c’est Nougat.»

En appelant le chien que j’avais recueilli Nougat, je me rendis compte que je n’avais jusqu’alors pas pensé à lui donner de nom. Puis, à la réflexion, je me sentis plutôt fière du prénom que je lui avais trouvé à l’improviste.

Le vétérinaire acheva sa consultation.

« Eh bien, on peut dire que ce chien a eu beaucoup de chance que vous le trouviez. Heureusement, il n’a rien mais il aurait pu en être autrement si vous ne l’aviez pas recueilli, mademoiselle.»

Je le remerciai avec un sourire et prit le chemin du magasin pour chiens afin d’acheter une laisse et des croquettes pour Nougat. À l’entrée du magasin, j’attachai Bingo à un poteau et demandai à Nougat de rester couché jusqu’à mon retour.

Je ressortis du magasin une quinzaine de minutes plus tard, la laisse et les croquettes à la main. Je passai la laisse autour du cou de Nougat, détachai Bingo puis nous reprîmes le chemin de ma maison.

À notre arrivée, je préparai une assiette de croquettes pour Bingo et décidai de laver Nougat pendant que Bingo mangeait ses croquettes.

Après avoir fait la toilette de Nougat, je préparai une assiette pour ce dernier et allumai le téléviseur pour me prélasser devant un nouvel épisode de "Friends".

Du coin de l’il, je surveillais Bingo et Nougat. Ne se connaissant pas très bien encore, il était possible qu’ils se cherchent des noises. Or, les deux chiens étaient paisiblement couchés l’un à côté de l’autre et me regardaient.

Bingo et Nougat semblant s’entendre, je continuai à regarder tranquillement ma série. À la fin de l’épisode, ne sachant quoi faire, je zappai les chaînes les unes après les autres afin de trouver quelque chose qui puisse me distraire.

Ne trouvant rien, je décidai de faire une petite sieste sur le canapé. En songe, je revoyais le fil de la journée et de ses évènements. Bingo et moi en train de marcher puis notre rencontre avec Nougat jusqu’au moment où nous sommes rentrés tous les trois à la maison.

Soudain, alors que je me trouvais dans un état de demi sommeil, je sentis une patte se poser sur ma cuisse. Surprise, je me redressai vivement puis, constatant qu’il s’agissait de Bingo, je me radoucis et posai ma main sur son crâne.

« Qu’est-ce-qu’il y a, Bingo?» lui demandai-je doucement.

Bingo retira sa patte de ma cuisse et s’allongea sur le sol. Le message était clair. Je rejoignis Bingo et me mis à lui caresser le ventre en progressant doucement vers son sexe. Le chien de mon copain haleta. Je me saisis de son sexe et fis de légers va et vient avec ma main. Bingo tira la langue, signe de son plaisir. Je remplaçai ensuite ma main par ma bouche. Comme avec la main, je fis de lents allers-retours sur cette verge canine que j’appréciais de plus en plus.

Tout à coup, je sentis un coup de langue sur ma cuisse. Nougat s’était réveillé et nous avait rejoint. Ayant à présent deux chiens à satisfaire, je passai à la vitesse supérieure. Je retirai mon débardeur, laissant apparaître ma poitrine puis mon mini short et ma culotte.

Agenouillée nue entre Bingo et Nougat, je saisis le sexe de Bingo d’une main et celui de Nougat de l’autre puis les masturbai en faisant de légers va et vient. Les deux chiens soufflèrent, manifestant leur plaisir. Je lâchai le sexe de Bingo pour sucer celui de Nougat puis revins sur la verge de Bingo.

Je les suçai tous deux alternativement en évitant soigneusement de les laisser inactifs. Lorsque je suçais Bingo, je branlais Nougat et lorsque je suçais Nougat, je branlais Bingo. Je poursuivis ce petit jeu durant une dizaine de minutes.

Soudain, alors que je suçais Nougat et avais lâché par mégarde le sexe de Bingo, celui-ci posa ses pattes sur mes hanches et me pénétra. Une vive douleur se fit sentir. Bingo était en train de me sodomiser! Chose que j’avais toujours refusée à mon copain. Sous l’effet de la douleur, je fis sortir le sexe de Nougat de ma bouche et criai de toutes mes forces.

« Non, Bingo! Pas par là! Aïeeeee!!!!»

Mais le chien de mon copain ne m’obéit pas cette fois. Au contraire, il accéléra le rythme de ses va et vient dans mon orifice. Pour parer à la douleur, je repris la verge de Nougat en bouche et me mis à la sucer jusqu’à la garde.

Puis, au fur et à mesure que Bingo se mouvait en moi, la douleur s’estompa pour faire place au plaisir. Je continuai à sucer Nougat en poussant des gémissements de plaisir afin d’encourager Bingo.

Le chien de mon copain accéléra encore un peu la cadence avant de s’immobiliser et éjaculer en moi. Épuisé, Bingo se retira de moi et s’allongea au sol. Plus frais, Nougat haleta, m’en demandant plus.

Je fis sortir son sexe de ma bouche et m’accroupis au-dessus de lui. Je me saisis de sa verge et la dirigeai vers mon orifice vaginal. Une fois Nougat bien en moi, je fis de petits mouvement d’ascenseur sur son sexe de plus en plus rapides.

Après quelques minutes, sentant qu’il allait jouir, je me retirai et approchai ma poitrine de sa verge en le masturbant avec la main. Dans un gémissement de plaisir, Nougat finit par jouir sur mes seins et mon ventre. Je portai un peu du sperme de Nougat à ma bouche pour le goûter. Salé et légèrement poisseux, il avait plutôt bon goût.

Je me relevai et souhaitai une bonne nuit aux deux chiens en leur déposant un baiser sur le crâne. Je remontai dans ma chambre, la tête embrumée par le souvenir de ma première sodomie.

Note de l’auteur: renseignements sur la zoo, idées pour la suite et autres critiques constructives seront les bienvenus. Merci de m’avoir lu.

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire