Histoires de sexe viol Histoires érotiques au travail

Un défi pour elle – Chapitre 1

Un défi pour elle - Chapitre 1



Après ta folle soirée, j’ai décidé de te lancer un défi, tu dois m’obéir pour toute une après midi, sans poser de question ni refuser mes demandes,

c’est le coeur battant que je t’ai entendue me répondre oui.

Nous sommes chez toi pour ta préparation, un long bain parfumé pour détendre ton corps et tes chairs qui vont en avoir besoin, tu sors de ton bain et commence à t’enduire de crème de karité, insistant particulièrement sur ta chatte épilée de frais, sur tes fesses, tes seins et tes cuisses. nous allons dans ta chambre pour la tenue à porter, tu es nue, debout devant ta glace, attendant mes directives, je tourne autour de toi, passant mes doigts sur ton corps, faisant darder tes tétons en les faisant rouler entre mes doigts, je descends le long de ton ventre, le caressant puis j’arrive entre tes cuisses pour passer un doigt sur ta fente déjà humide, je vois que mon idée t’excite. Je passe derrière toi pour te susurrer à l’oreille "tu sais ce qui t’attend ?" à quoi du me réponds que non c’est justement ce qui provoque ton excitation Je descends alors mes mains sur tes fesses que je pétrie puis je glisse un doigt dans ton anus que je fais tourner, je le ressors et le porte à ta bouche, je te vois te délecter avec, tu es soumise comme j’aime.

Nous passons à l’habillage, des bas blancs pour commencer, puis une guêpière blanche qui gonfle ta poitrine et laisse ton entrecuisse parfaitement visible, c’est tout dis-je, je te vois te retourner et me demander l’air surprise, "c’est tout ? mais où allons-nous ?", je te tends ton manteau noir et te laisse enfiler tes escarpins rouges, en route.

Dans la rue nous marchons lentement, je te fais prendre les escaliers pour que tu puisses sentir le vent s’engouffrer entre tes cuisses et caresser ta vulve déjà gorgée de plaisir, nous prenons le RER pour nous éloigner dans la banlieue parisienne. Assises sur le strapontin je te glisse à l’oreille de croiser et décroiser les jambes, un homme te remarque, il est accompagné de sa femme, je le vois mal à l’aise partagé entre l’envie d’en voir plus et ne pas se faire prendre par sa femme assise à côté de lui, je te vois glisser un doigt sous ton manteau et le ressortir luisant pour le porter à ta bouche, tu rentres bien dans ton personnage. Arrivée à notre station nous descendons non sans passer devant l’homme qui a maintenant le visage rubicond, puis tu me suis dans les couloirs qui nous conduisent vers la sortie, dans un couloir désert je détache ton manteau et te laisse marcher ta chatte à l’air, je suis content de ta prestation, j’espère juste que tu seras à la hauteur de ton défi

Nous parcourons encore une centaine de mètres pour arriver dans une artère commerciale, une rue remplie de magasins de vêtements, de boutique de beauté et autre, je t’entends alors me dire "si mon défi c’est de ne pas dépenser d’argent dans ces boutiques, je ne serai jamais à la hauteur", je souris à l’évocation du mot défi. Puis nous arrivons devant ce qui avait été une superette, celle-ci semble avoir fermé depuis quelques mois, les vitrines sont couvertes de blanc de l’intérieur et d’affiches de l’extérieur, elle est située en plein dans cette rue qui est bondée de monde ce samedi après midi. Nous entrons avec une clé que je possède, à l’intérieur il n’y a presque plus de mobilier, le sol est poussiéreux et sale, il y a une table au milieu de ce local, je me dis que ce sera parfait, je sors de ma poche un bandeau noir pour les yeux et te demande de l’enfiler, puis je retire ton manteau, te voilà en bas et guêpière et tes escarpins aux pieds au milieu de ce local désaffecté et crasseux. Je te fais allonger sur la table, tes cuisses largement ouverte, puis tu entends la porte s’ouvrir pour me laisser sortir, tu entends parfaitement les bruits de la rue, les klaxonnes des voitures, les motos qui passent, les discussions des piétons, le temps s’écoule pendant quelques minutes, tu es là allongée, ton intimité dévoilée t’interrogeant sur les minutes qui vont suivre. La porte s’ouvre de nouveau et tu entends le son de ma voix ainsi que celle d’un autre homme, ton coeur s’accélèrent, "c’est elle" lui dis-je, "parfait et je peux faire ce que je veux ?" réponds l’inconnu, je lui dis que oui. Toujours allongée tu sens le gland d’un sexe qui se présente à l’entrée de ta bouche, je vois ta langue sortir pour gouter puis tes caresses se font plus entreprenantes, je te vois engloutir ce membre, le sucer complètement, ta langue se fait demandeuse quand le sexe sors de ta bouche, tu lèches les couilles de l’inconnu, reprends son membre dans la bouche. Puis il se retire de ta bouche, et vient se présenter à l’entrée de ta chatte, il frotte son gland sur ton clito puis entre tes lèvres pour les écarter, je te vois passer ta langue sur tes lèvres, l’excitation te gagne, l’inconnu plante sa verge dans ton con t’arrachant un cri de jouissance au passage. Je ressors te laissant seule avec l’inconnu qui te ramone maintenant la chatte, il sors son sexe luisant de tes sécrétions pour te le donner à sucer, ta bouche est maintenant vorace, tu dévores sa queue, l’inconnu retourne s’occuper de ta chatte ruisselante, la porte se réouvre et tu distingue la voix de deux hommes qui s’approchent, "mmmm la pute elle semble bonne, elle suce bien ?" l’inconnu en train de te limer leurs répond que oui et même très bien. Tu réalises alors que je suis en train de recruter des hommes dans la rue pour venir te baiser ou se faire sucer à leur guise, je te demande à l’oreille si cela te plait et tu me réponds que oui. Les deux nouveaux sont nus, fourrant leurs queues déjà bandées dans ta bouche, je te vois haletante passant d’un sexe à l’autre, collant les deux glands l’un contre l’autre pour les lécher, tu essayes de mettre les deux dans ta bouche, je te vois aux anges, le premier continue de s’activer dans ton vagin. Ma voix te parvient de la rue "oui c’est une très bonne salope, ça ne vous coutera rien, et vous pouvez lui faire ce que vous voulez", une voix réponds "je peux appeler des copains ils seront là dans dix minutes", les voix sont maintenant dans la pièce, "je pourrais l’enculer ?" demande une troisième voix "oui pas de soucis elle adore ça, et ne lui demandez pas son avis, elle est à votre disposition" lui répondis-je. Je te sens excitée, je vois tes coups de langue redoubler sur les deux bites, l’un des deux déclare que c’est son tour de te baiser, celui qui était dans toi se retire de ta chatte et l’autre homme te redresse pour te retourner et t’allonger le buste sur la table, te voilà les jambes droites debout sur tes escarpins rouges, le haut du corps allongé sur la table les jambes suffisamment écartées, l’homme arrive derrière toi crache sans ta fente et introduit son sexe sans ménagement dedans, il commence à te limer, je te vois haleter, les autre hommes s’approchent et présentent leurs sexes, tu as maintenant trois bites à sucer et à branler, la présence de gens qui passent dans la rue redouble ton excitation. Je ressors pour trouver trois hommes supplémentaires qui passaient par là, puis les trois amis du types de tout à l’heure arrive, je décide que neuf c’est déjà suffisant pour le moment. Je m’assieds pour te contempler dans ton défi, tu es maintenant à genoux les bites défilent dans ta bouche, les hommes viennent passer leurs mains entre tes cuisses, mettant leurs doigts sans douceur dans ta chatte et ton anus, ils crachent sur leurs mains, te fouillent, l’un d’eux ouvre ta bouche et te crache dedans pour te remettre sa bite dans la bouche. Un homme étale son manteau par terre, s’allonge dessus et déclare "amenez moi cette pute sur ma bite", les hommes te guident sur cette queue bien dure, tu t’agites dessus en haletant, il t’en faut plus et les hommes le sentent et un deuxième se présente derrière toi et enfonce sa verge dans ton sexe, tu as maintenant deux sexes dans ta chatte, tu hurles ton plaisir, les deux hommes sont en cadence dans ton vagin, les autres te donnent leurs bites à sucer, tu ne sais plus où donner de la tête. un troisième s’approche plus audacieux et fait allonger un de tes deux amants pour qu’il puisse accéder à ton cul, je t’entends dire "trois, mais ils vont me déchirer", je te réponds que je peux tout arrêter si tu le souhaites, tu me réponds non et que tu veux me prouver que tu es capable. le troisième s’introduit finalement dans ton cul, je te regardes avec deux queues dans la chatte, une dans le cul, une dans chaque main et une dans la bouche, t’attelant fièrement à ta tâche. Les bites se succèdent dans tes orifices, les hommes te traitent comme un objet, triturant tes seins, enfonçant des doigts dans tes orifices quand ils ne sont pas remplis, je te fais allonger sur le dos sur la table, les jambes généreusement écartées, tes deux trous béants, et je fais disposer les hommes en file indienne devant toi qui est grande offerte, et je leur dis qu’il n’ont droit qu’à une minute dans ta chatte ou ton cul puis direction ta bouche pour se faire nettoyer, dès lors le premier s’avance et se plante directement dans ta chatte pour te limer, je vois à son visage qu’il ne tiendra pas longtemps, et en effet après quelques aller-retour il décharge dans ta chatte puis se retire pour te donner sa queue à nettoyer dont tu te délectes en léchant partout, le suivant rentre dans ton cul, il te pétrie les fesses sans ménagement pendant qu’il pilonne ton anus, sa minute écoulée et n’ayant pas éjaculé il sort pour te donner sa bite à sucer, pendant que le suivant te pénètres à son tour, l’homme tout juste sorti de ton cul se branle frénétiquement pendant que tu t’évertues avec ta langue, le suçant de ton mieux pour le mener à l’extase, ton action est récompensée car l’homme éjacule plusieurs saccades d’un sperme épais, que tu avales par gorgées. Je ressors pour retrouver des volontaires, un groupe d’une dizaine de jeunes qui passaient par là sont partants pour venir voir, je les fais rentrer, ils baissent leurs pantalons et commencent à se branler en te regardant. La tension monte dans la pièce, les hommes défilent dans tes orifices, les remplissant de leur semence, un d’eux commence à jouer avec ton clito, le pinçant entre les doigts puis il introduit sa main dans ta chatte bien lubrifiée par le sperme et ta mouille, ta chatte est déformée par l’entrée de cette main, un autre vient se glisser dans ton anus pendant que le premier te fiste, un autre vient décharger dans ta bouche, un fois sa main extirpée l’homme te demande de te branler et éjacule sur ta chatte et ta main, je te vois te branler en étalant le foutre de l’inconnu. Un énième orgasme te secoue, pendant que deux hommes te prennent devant et derrière en même temps pour finir par se vider dans tes deux trous, te remplissant de leur semence. Un des hommes réclame sa part de jouissance, sa queue est énorme, de la taille d’un bras, je lui dis de profiter de ton cul, il s’introduit non sans mal dans ton fondement, je te vois grimacer pour accepter cette queue dans ton cul, ton anus est écartelé par ce mandrin disproportionné, les contours de ton anus rougi coulisse sur ce pieu de chair, l’homme fini par se retirer laissant ton anus grand ouvert, puis il décharge de longues giclées qui coulent dans ton trou béant, un des jeunes qui se branlait approche et décharge à son tour des giclées d’un sperme liquide dans ton trou resté grand ouvert. Les hommes essuient leurs queues sur ton visage, ils se sont tous vider dans un de tes orifices ou dans ta bouche, restent les jeunes qui s’approche, tu retires le masque couvert de foutre, et tu contemples le spectacle, je te vois te mettre à genoux te branlant de ta main, remontant sur ta poitrine pour pincer tes seins entre tes mains, tes doigts fouillent ton anus dilaté pour en extraire le sperme restant pour le porter à ta bouche, les jeunes sont surexcités autour de toi, "regarde cette pute adore le foutre", "on va lui en donner à cette salope", "trainée", "sale garce", "grosse pute" je te vois en transe, les jeunes s’approchent encore, bites à la main, et c’est parti pour une véritable douche de sperme, les jets se succèdent sur ton visage et dans ta bouche, les jeunes sont vigoureux et leurs éjaculations fournies. Tu frottes ton visage souillé de foutre, du sperme coule de ton nez et je vois ta langue le récupérer, le dernier jeune s’avance et décharge un puissant jet qui vient s’écraser sur ta joue, les derniers jets partent sur tes lèvres, ta langue vient recueillir les dernières gouttes, les hommes se rhabillent et quitte la pièce progressivement, tu es assise au milieu de cette pièce, dégoulinante de foutre, tes orifices ouverts et endoloris, tu es magnifique et je te vois sourire, "alors j’ai relevé le défi ?" et je te réponds que oui, je te demande si tu as pris ton pied, tu me réponds que oui terriblement, tu te redresses, tes bas sont déchirés, ta guêpière est souillée de sperme et je vois du foutre couler d’entre tes fesses quand tu te penches pour ramasser ton manteau. Je commande un taxi pour nous raccompagner chez toi près que tu te sois débarrassée des dernières traces de sperme avec une lingette, j’entends ton anus émettre un bruit de souffle humide laissant les dernières traces de foutre s’échapper. En sortant nous passons devant un panneau de la superette indiquant "libre service" et je te vois sourire en disant "comme moi", je crois que tu es prête pour de nouveaux défis, plus poussés cette fois…

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire