Histoires de sexe français Histoires de sexe viol Histoires érotiques de couples amateurs

Un don particulier – Chapitre 2

Un don particulier - Chapitre 2



CHAPITRE 2 : JULIA

5h35.

Mon réveille sonne et jémerge difficilement de mon sommeil. Sans un bruit, je me lève, enfile mes vêtements et descends à la cuisine. Comme chaque matin, alors que je prépare mon bol de café soluble dans lequel je vais tremper mes tartines de beurre, je ne peux mempêcher de repenser aux événements dhier. Ils sont assez répétitifs, peu de changement de jour en jour, mais jaime toujours autant ma vie. La femme dont je suis tombé amoureux cachait une véritable cochonne prête à tout pour moi. Combien de fois ma-t-elle sucé hier ? Quatre ? Oui quatre fois en moins de quatre heures.

Rien que dy penser, ça réveille ma virilité qui se met vite au garde à vous. Jai terriblement envie de me toucher. Jessaye de chasser cette envie de mon esprit, mais plus jessaye, plus je vois la bouche de Mathilde faire des allers-retours baveux sur mon membre inférieur. Ny pouvant plus, je déboutonne mon pantalon et plonge la main à lintérieur. Dabord doucement, puis très vite, ça devient frénétique. Je vois Mathilde. Jentends les bruits de succion. Et très vite, je jouis dans un sopalin qui traîne sur la table. Quelque part, jai honte, mais cest tellement bon. On a tous nos petites faiblesses, non ?

5h58.

Comme dhabitude, je pars juste à lheure. Je monte en voiture et file bosser. Mais sur le chemin, quelque chose me revient en tête. Quelque chose que jaurais dit juste avant de sombrer.

« Tu ne penses pas que ça serait bien quil y ait une autre nana qui taide de temps en temps ? »

Ai-je vraiment dit ça ? Cest le genre de moment où on est plus endormi quéveillé, mais où on arrive tout de même à dire des trucs. Insensés la plupart du temps, mais tout de même.

« Tu ne penses pas que ça serait bien quil y ait une autre nana qui taide de temps en temps ? »

Oui, jai dû le dire. Plus jy pense, et plus jen suis sûr. Mais pourquoi ai-je dit ça ? Comment ai-je osé ? En fait, cest simple, la fatigue a sucré toutes mes limites et jai dit un truc complètement con qui savère être un gros fantasme de 90% des hommes. Mais la vraie question est comment Mathilde va le prendre ? Pas mal jespère.

Jhésite à lui envoyer un texto, voire même à lappeler. Mais non. En fait, je me dis quil y a quelque chose de plus profond que ce simple fantasme masculin. Je crois que jétais sincère, que cétait pour elle que je disais ça. Cest logique quelque part. Elle accepte davaler uniquement pour me faire plaisir, mais au fond de moi, je sais que ça nest pas son plus grand kiff. Et puis hier, elle a quand même passé quatre heures complètes à soccuper de moi, plus le temps quelle passe à préparer le repas et à entretenir la maison. On pourrait prendre une femme de ménage, mais je suis conscient que les « corvées sexuelles » sont tout aussi pénibles.

18h20.

Toute la journée, je ne cesse de repenser à ça. Je suis moins efficace que dhabitude et décide du coup de partir plus tôt du bureau. Ça surprend un peu mes collègues, mais vu mon efficacité habituelle et les horaires dont jai lhabitude, personne ne dit rien.

19h23.

Bien plus tôt quhier, je rentre chez moi. Et pour la première fois de ma vie, jappréhende ce quil va se passer. Je dépose mes affaires et entre lentement dans le salon.

Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir que non pas une, mais deux femmes mattendent, assises dans le canapé. Ma femme, Mathilde, et une inconnue. Une inconnue magnifique. Plus petite que Mathilde, elle a certes un visage moins beau (en même temps, qui pourrait avoir un aussi beau visage ?), mais elle a des formes de rêves. Assez fine de taille, mais avec de belles fesses et une poitrine simplement parfaite. La mini-robe noire quelle porte laisse voir des jambes parfaitement épilées et qui semblent dune douceur incomparable et un décolleté plongeant mettant en valeur ses superbes seins.

Je reste bouche bée devant ce tableau. Les deux femmes naffichent aucune expression et je nai aucune idée de ce quelles pensent. Je devine simplement aux quelques tasses qui jonchent la table basse quelles ont longuement discuté.

— Fabien, me dit Mathilde, je te présente Julia. Cest une amie à moi.

— Enchanté, bafouillé-je après quelques instants.

— De même, dit-elle en se levant.

Elle se penche vers moi pour me faire la bise.

— Je pense quon peut sembrasser, dit-elle.

Quand sa bouche se pose sur ma joue, je peux sentir son parfum et je dois dire quil est pour le moins enivrant. Mathilde me fait signe de masseoir sur lun des petits fauteuils tandis que la belle Julia se rassoit à côté de ma chère et tendre.

— Voilà, jai repensé à ce que tu mas dit hier soir, et je me suis dit que ça serait bien en effet quil y i quelquun pour maider. Alors jai pensé à Julia. Son mari est absent pour plusieurs semaines et, euh Elle adore

— Jadore sucer, compléta Julia devant la gêne palpable de Mathilde.

— Cest ça. Et comme le soir, cest surtout ça que je te fais, et que Mathilde ne peut plus le faire à son mari, elle pourrait te le faire à toi. Comme ça tout le monde est content.

Le silence qui suit est certes court, mais il semble tellement long et pesant.

— Donc voilà, je voulais Je voulais faire le test. Ça sera peut-être nul, mais au moins, on aura essayé.

Après encore un temps, je tends la main à Mathilde et linvite vers moi. Elle se met à côté de moi et saccroupi pour membrasser. Le baiser que nous échangeons est chargé damour et de complicité.

— Ce que tu fais pour moi, cest

— Je sais.

Alors que jallais de nouveau lembrasser, Julia nous coupe :

— Vous êtes conscients que ce quon sapprête à faire, cest du grand nimporte quoi ?

— Et toi, tu tapprêtes à sucer un autre homme que ton mari simplement pour aider une amie, je lui réponds. En termes de nimporte quoi, cest quand même pas mal.

— Je sais, mais plusieurs choses doivent être mises au point. Tout dabord, je ne fais pas ça pour toi, je le fais pour Mathilde, tu ne sais sans doute pas ce quelle a fait pour moi, mais je lui suis mille fois redevable. Ensuite, jaccepte de le faire parce que jaime sucer, cest presque une passion. Il mest déjà arrivé que je suce dautres hommes que mon mari lors de ses longs déplacements. Mais ça ne mempêche pas de laimer. Donc il nest question que de fellation. Pas de caresses trop insistantes, pas de pénétration, et surtout, pas de baiser.

— Entendu.

— Et surtout, jai énormément daffection pour Mathilde, et je ne voudrais pas voir son couple voler en éclat à cause dune pipe, surtout si cest moi qui la prodigue. Alors je vous demande encore une fois si vous êtes bien sûr de votre coup.

— Oui, répondons-nous à lunisson avec ma femme.

Pendant tout ce que racontait Julia, Mathilde était passée derrière moi et avait commencé à déboutonner ma chemise. Au « oui », elle défaisait le dernier bouton. Sans tarder, elle retire ma chemise et pose ses mains sur mes épaules quelle commence à masser. Elle fait une pause quelques secondes, puis remet sur moi ses mains, pleines dhuile cette fois. Je me tourne vers elle et lembrasse.

Pendant notre baiser, je sens la braguette de mon pantalon souvrir. Lexcitation de ce qui va se passer dresse vite mon sexe devant les yeux de Julia, qui sétait mise à genoux devant moi.

— Pas mal, souffle-t-elle.

— Attend, rigole Mathilde. Quand tu lauras sucé, ça sera bien mieux.

— Jai hâte de voir ça, dit Julia, visiblement interloquée.

Et sans attendre, elle enfonce mon chibre dans sa bouche et commence ses allers-retours. En en mot, cest divin. Jamais je nai connu e telle sensation. On sent vraiment que cest quelque chose quelle aime et quelle pratique souvent. Elle met une main sur mes testicules et commence à les masser doucement. Elle varie habilement le rythme de sa bouche, allant parfois jusquà le retirer complètement pour simplement lécher mon sexe sur tout sa hauteur. Elle va parfois jusquà lenfoncer jusquau fond de sa gorge avant de retourner aux allers-retours dont elle seule a le secret. Et le tout sans jamais me quitter des yeux. Ces yeux ne sont peut-être pas aussi uniques que ceux de Mathilde, mais ils dégagent une telle chaleur. Jamais je nai vu de regard aussi coquin.

Elle continue à me sucer pendant plusieurs longues minutes, dosant parfaitement pour toujours me maintenir au bord de la jouissance mais sans jamais aller trop loin afin de faire durer le plaisir au maximum. En parallèle, je profite dun massage sensationnel des mains et de la langue de Mathilde.

Et comble du plaisir, en plus des yeux brûlants de ma suceuse, je peux aussi plonger les miens dans son décolleté et sa poitrine parfaite. Ma femme sen rend bien compte et prend linitiative de faire quelque chose pour moi. Elle stoppe momentanément son massage pour se poser à côté de Julia. Lentement, elle fait tomber les bretelles de sa robe pour me laisser voir un soutien-gorge en dentelle particulièrement sexy. Julia, tout en continuant à me sucer, laisse alors ma femme dégrafer cette si belle lingerie, laissant apparaître sa fameuse poitrine. Je suis aux anges.

Et je nai pas tout vu ! Mathilde enduit ses mains dune grosse dose dhuile et commence à les passer sur les seins de son amie. Surprise, celle-ci arrête sa gâterie et demande, gênée :

— Quest-ce que tu fais ? On na pas parlé de t

— Chuuut.

Mathilde, après avoir bien massé les seins de Julia, lui mettant plein dhuile dessus au passage, les approche de mon sexe. Julia comprend où elle veut en venir et, en esquissant un sourire, attrape ses seins et le fais glisser le long de mon sexe. Pendant que ma femme retourne à son massage, Julia me fait une branlette espagnole qui me réaliser quen plus dêtre excellente en fellation elle lest aussi dans ce domaine.

Puis, sans prévenir, elle reprend en bouche mon sexe et, peut-être est-ce grâce à lhuile comestible, elle semble y prendre beaucoup plus de plaisir. Elle émet même des petits gémissements. Si bien quelle stoppe à nouveau sa fellation pour remettre mon sexe dans sa poitrine.

Elle réitère lopération plusieurs fois avant de prendre le flacon dhuile pour se re-badigeonner la poitrine, pour mon plus grand plaisir. Elle prend tellement de plaisir à me sucer que je la vois faire disparaître une main sous sa robe, au niveau de son entre-jambes.

Je sens son plaisir augmenter. Le massage de Mathilde sintensifie. Les allers-retours de Julia sont de plus en plus goulus. Quand elle en vient à mettre directement lhuile sur mon sexe tendu, cest lapothéose.

Le tableau doit être magnifique. La langue de ma femme parcourt mon dos tandis que ses mains soccupent de mes épaules et de mes fesses, sa copine me fait une fellation comme je nen ai jamais eu dans ma vie, le tout en caressant ses seins huilés, en se masturbant de lautre main et en me regardant dans les yeux avec son regard de braise.

Je crois que je vis le plus beau moment de ma vie.

20h34.

Mais comme toute bonne chose a une fin, il arrive un moment où je ne peux plus tenir. Jattrape la tête de Julia et évacue dans sa bouche tout le sperme quelle a fait monter en moi depuis tout à lheure. Jai limpression de déverser des litres de foutre dans sa bouche. Pour elle, cest le bouquet final. Elle doit aussi adorer le sperme car je la vois jouir et, si elle navait pas la bouche remplie par mon sexe et ma semence, elle hurlerait.

Nous nous effondrons tous les deux sur le tapis, à bout de souffle. Nous navons plus la force de rien faire, sinon nous approcher lun de lautre pour senlacer.

Du coin de lil, japerçois Mathilde sasseoir sur le canapé. Elle na pas pu jouir, elle. La pauvre. Si jen avais la force, je me jetterai entre ses jambes pour lui faire un cuni, mais je ne peux pas. Je la vois retirer son string et passer la main sous sa minijupe pour se masturber. Nous voir enlacés comme ça à lair de lexciter au plus haut point. Elle na même pas besoin de se servir du sexe toy quelle garde pourtant à portée de main dans le petit meuble à côté du canapé. En quelques minutes, elle atteint la jouissance et je vois un flot de cyprine séchapper de son sexe.

Puis elle vient seffondrer derrière moi et passe son bras au-dessus de mon corps.

Dans cette position, tous les trois dans les bras les uns des autres, je crois que nous nous endormons.

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire