Histoires d'inceste Histoires de sexe travesti

Aventure à la piscine – Chapitre 1

Aventure à la piscine - Chapitre 1



Bonjour, je vais commencer par me présenter, je m’appelle Cecil (c’est le surnom que je me suis crée lorsque j’ai commencé à me travestir, l’absence du "e" final est volontaire pour symboliser le fait que je ne sois pas femme à 100%). Je mesure 1.80m pour 90 kg, sportif et gourmand. Cette première histoire que je vous livre est réelle, d’autres viendront par la suite, notamment une où je vous raconterai comment j’en suis arrivé à me travestir.

Bonne lecture.

A cause de la mutation de ma femme dans la région Bordelaise, jai du déménager . Je passe la semaine à tout mettre en ordre. Le vendredi arrive et le rangement et enfin terminé, lappartement nettoyé, je décide daller à la piscine pour me détendre et soulager mon dos mis à rude épreuve à force davoir porté les cartons, montés les meubles et rangé tout seul. Je me rends à la piscine la plus proche de mon domicile (seul car ma femme naime pas nager).

Arrivé à la piscine, je récupère un casier porte manteau après le passage en caisse et prends une cabine au hasard. Jen suis à mettre mon maillot de bain quand je remarque un trou dans la cloison qui sépare les cabines. Cest grâce de la disparition dune vis fixant la butée de porte située à environ un mètre du sol que je peux observer mon voisin. Vous laurez déjà compris, je suis un peu voyeur lorsque loccasion se présente. En collant mon il, jai une vue plus que correcte sur le cul de lhomme qui est arrivé en même temps que moi. Lorsquil se tourne pour poser ses habits sur le porte-manteau, je vois sa queue de profil. Elle me paraît épaisse mais plutôt courte, son gland décalotté dépasse à peine de son énorme touffe de poils. Il enfile son maillot sans que je naie pu en voir plus. Je reprends mes esprits et commence à ranger mes affaires quand je maperçois que je bande. Sans même men rendre compte la situation ma excitée. Je sors de la cabine le sexe encore gonflé et déformant mon maillot, je le camoufle en portant ma serviette devant au moment de rendre le casier à la dame du vestiaire.

Après une heure de nage, je reprends la même cabine avec lespoir que quelquun vienne se changer à coté. Malheureusement personne ne se présente. Je rentre chez moi encore excité par cette séance de voyeurisme et une grande envie daller plus souvent à la piscine.

Les semaines passent et tous les vendredis je suis à la piscine à 17 heures, cest devenu un rituel et je retrouve les mêmes habitués (surtout des femmes) avec qui je discute parfois au bout du bassin. Il se passe un long moment sans que je ne puisse mater un voisin de façon nette et prolongée. Pourtant un vendredi, alors que je suis sur le point de me revêtir, jentends quon entre dans la cabine à coté. Je suis nu et jattends un peu que mon voisin sinstalle et se déshabille. Je colle mon il à la paroi. Et là, jai la grosse surprise de voir non pas un cul ou une queue mais un il. Surpris je me relève et après un court instant je me dis que je pouvais bien faire un petit plaisir à mon voyeur, alors je commence à me branler doucement avec deux doigts. Mais mon séjour dans leau un peu froide de la piscine empêche ma queue de réagir comme je lespérais et elle ne se redresse presque pas pas. Je suis déçu et je me dis que mon voisin aussi car il est déjà en train de ranger ses affaires et sort de la cabine. Jai fait au plus vite pour mhabiller espérant le croiser, mais je suis trop long et je ne le vois pas.

Ce sera pour la prochaine fois

Cétait la première fois quon me matait et que je m’ exhibais volontairement au regard dun autre homme, j’en étais tout bouleversé. Le soir, je me suis enfermé dans la salle de bain et je me suis masturbé en repensant à cette expérience et à la façon de la faire évoluer. Excité comme je létais jai joui rapidement et en abondance.

La semaine suivante, je sorts de leau et me dirige vers «ma» cabine. Je suis presque prêt quand jentends quelquun sapprocher. Je fini de lacer mes chaussures, mais avant de me lever je dégrafe le bouton de mon jeans et commence à le baisser sous mes fesses. Je me relève en tenant mon pantalon et bon boxer sur mes chevilles avec l’espoir que ce soit mon voyeur de la semaine précédente. Pendant mon ascension je jette un regard vers le trou et je vois quon mobserve,c’est surement lui. Je me tourne vers lui et me branle franchement et cette fois ci ma queue se dresse, je peux ainsi la lui présenter raide et le gland bien gonflé. Je tourne sur moi-même pour lui offrir une vue de mon cul que je caresse de ma main libre, je me cambre et écarte mes deux globes pour lui montrer mon intimité. Je commence un dernier «face à face» mais je lentends qui sort de sa cabine. Jai envie de le voir, alors je remonte vite mon pantalon, ramasse mes affaires et sort presque en courant de la cabine. Il a été rapide et je le vois que de dos dans le couloir puis très brièvement de trois-quarts quand il passe les portes qui séparent les vestiaires et le bord du bassin. Il doit faire à peu-prés 1m85, mince, lunettes et un petit bouc.

Jen ai vu assez pour pouvoir le reconnaître la prochaine fois et en profiter pour me montrer plus longuement à sa vue.

Je rentre chez moi très excité, bien plus que le vendredi davant. Je décide que la semaine prochaine jirai à la piscine plus tard que dhabitude, ainsi je le croiserai peut être en arrivant et en sortant. Je me mets à fantasmer sur lui en me branlant, et une nouvelle fois je jouis très fort.

Les sept jours suivant passent trop lentement à mon goût, le vendredi matin je me réveille tout excité à lidée de ce qui se passera en fin de journée. Je me présente à la piscine une heure plus tard que dans mes habitudes en me disant que comme ça jarriverai en même temps que mon voyeur. Je me change doucement, comme pour lattendre, mais personne narrive. Un peu déçu, je me rends au bord du bassin où jattends encore un peu avant de rentrer dans leau. Soudain je vois quelquun sortir des vestiaires, cest lui jen suis sûr. Mon cur saccélère et je sens que si je ne rentre pas très vite dans leau tout le monde va voir monter mon excitation. En faisant mes longueurs, je le surveille du coin de lil. Je ne veux pas rater sa sortie. Après une bonne séance, je sorts de leau, lui continue à nager.

Je reste sous la douche un long moment pour lattendre, quand il arrive je fais semblant de faire quelques étirements. Je me penche en avant jusquà toucher le sol de mes doigts, évidement je fais ça en lui tournant le dos pour lui offrir un avant gout de ce qui se passera dans la cabine. Je file récupérer mon casier, et une fois dans la cabine je me déshabille très vite et me sèche énergiquement. Je suis presque prêt quand il entre dans la cabine dà côté. Jai déjà enfilé mon T-shirt, mon caleçon et mon short que jai laissés sur mes chevilles, mes baskets sont lacées et mes affaires sont déjà rangées dans mon sac. Sil sort, je pourrais être dehors rapidement pour essayé de lui parler.

Après avoir vérifié quil me regardait, je commence à me caresser devant lui et exposant à sa vue le ticket de métro que je me suis fais spécialement pour aujourdhui. Je me branle doucement de ma main droite, et de la gauche je me caresse le ventre, les boules et les fesses. Comme la dernière fois je ne tourne et me cambre bien pour mettre mon cul en valeur. Jinsinue un doigt dans ma raie et continue sa course jusquà titiller puis pénétrer mon petit trou. Je lui fais de nouveau face, je bande très fort, jespère quil apprécie le spectacle autant que moi.

Jai envie de savoir sil bande ou pas. Je colle mon il au trou, le sien y est toujours et quand il saperçoit je regarde il recule rapidement comme sil avait eu peur dêtre surpris et fait mine de ranger ses affaires. Si je veux la voir, il faut quil se lève alors je lui dis, la voix tremblante : «Montre la moi ! ». Je vois comme du soulagement sur son visage, il esquisse même un sourire en jetant un regard vers moi.

Il se met debout face à moi en tenant sa queue à pleine main. Il se branle un instant en plaquant son membre à ses abdos pour me dévoiler ses couilles gonflées, puis il se met de profil et lâche sa queue qui se colle presque à son ventre. Elle doit faire un bon 20cm pour peut-être 4 ou 5 cm de diamètre. Jai soudain une pulsion, je veux la toucher, la branler, en bref je veux sentir cette queue dans ma main. Tout en gardant mon il collé au trou je tente de passer ma main sous la cloison pour linciter à se rapprocher et poser sa queue dans ma main. Il na pas du voir ma main car il a repris sa masturbation. Je quitte mon observatoire et regarde en dessous la cloison, je vois ses pieds et lui en touche un pour attirer son attention. Je lui lance un : « Approche ! » un ouvrant ma main bien à plat pour quil comprenne

mon envie. Je le vois se mettre à genoux, collé à la cloison et après quelques secondes mon vu est exaucé. Pour la première fois de ma vie, je sens la chaleur dune bite bien dure d’un inconnu dans ma main. Je referme doucement mes doigts sur ce membre raide et commence par faire des allers-retours dessus. Je suis surpris par la sensation de douceur malgré la dureté de ce sexe. Je sens mon cur battre à tout rompre, mes oreilles bourdonnent, ma gorge se resserre. Je ne me rappelle pas avoir déjà ressenti cela. Je continue mes mouvements, je sens que de son côté il ondule du bassin mais aussi quil contracte son périnée ce qui fait encore plus durcir sa queue. Je lâche sa queue pour caresser ses boules et tenté datteindre son trou, mais malgré nos efforts communs je ny arrive pas. Mon bras est coincé sous la cloison et lui ne peu pas avancé plus. Je me contente de caresser ses couilles lisses qui sont contractées. Je reprends sa tige que je recommence à branler lentement, il se passe à peine 20 secondes et je sens quil gicle sur ma main et sur le carrelage. Je continue mes caresses, je sens les contractions typiques de léjaculation, je me fais plus doux jusquà ce quil commence à se ramollir. Je retire ma main que jessuie dans ma serviette, je jette un il par le trou, je le vois entrain dessuyer sa queue redevenue flasque. Je bande très fort et mon gland sest transformé en fontaine, un filet de mouille coule de mon méat, jen récolte une bonne partie avec mon doigt que je lèche avec bonheur. Je remonte mon short et sort de la cabine le cur battant encore à fond et certainement les

joues rouges démotion.

Je quitte précipitamment la piscine, ce nest quune fois dans ma voiture que je commence à me calmer et à reprendre mes esprits. Je me rends compte que je ne lui ai pas vraiment adressé la parole comme je voulais, ni même remercié de mavoir permis de toucher sa belle queue.

Cette expérience ne quitte pas mes pensées et cest la queue encore raide que jarrive à mon appartement. Ma femme ne va

rentrer que dans une heure alors je me déshabille en vitesse et me jette sur le lit pour me masturber en pensant à ce qui vient de se passer. Très rapidement je jouis en grosse quantité et avec une pression énorme qui fait arriver la première giclée sur mon menton. Jai le buste recouvert de sperme du nombril jusquau cou et la main engluée par les dernières giclées. Encore sous leffet de lexcitation, je commence à lécher mes doigts puis à récupérer ma semence qui macule mon torse et ma queue. Je continue jusquà ce quil ne reste presque plus de traces, et ce nest qua ce moment que les battements de mon cur se calment enfin. Je reste allongé à me refaire le film de cette fin daprès-midi, et je mendors nu sur le lit.

Le bruit de la clé dans la serrure me réveille en sursaut et je cours sous la douche pour effacer les dernières traces de ma jouissance sur mon torse. Le soir, ma femme me trouve étrangement dans la lune et soucieux, je lui réponds que cest à cause de mon travail

Malheureusement, mes horaires de travail ont changés, et je nai pas pu aller à la piscine pendant un mois. Quand jai enfin pu y retourner, je ne lai pas revu. Jai pourtant passé beaucoup de temps à lattendre à ses horaires habituels, mais il ne sest plus représenté. Les vacances dété commencent, je pense que je ne le reverrai pas car il y a trop de monde pendant cette période. Jespère quen septembre il reprendra ses habitudes, car jai très envie de le revoir. Cette fois jai bien lintention de lui adresser la parole pour le remercier de mavoir laissé le branler et lui proposer de recommencer ou de se retrouver dans un endroit plus intime et partager un bon moment ensemble. Je me fais plein de films en imaginant cette prochaine entrevue, je fini immanquablement par me branler et à jouir très fort. Jai prévu de lui faire la surprise de porter un de mes string lors de mes prochains passages à la piscine, je suis sur quil aimera.

Cette histoire s’est déroulée pendant le printemps, malheureusement pour moi la piscine à été fermée pour travaux après les vacances d’été. A cause de l’ampleur des dégâts de la vieille installation, la fermeture est définitive. Je ne pourrai surement jamais recroiser mon inconnu et du coup ne pas lui refaire de show dans la cabine ni le rencontrer ensuite.

J’espérais pouvoir vous raconter le dénouement de cette histoire… Le sort en a décidé autrement.

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire