Histoires de sexe à l'école Histoires de sexe viol Histoires érotiques au travail

cadeau d'anniversaire – Chapitre 6

cadeau d'anniversaire - Chapitre 6



Julie 30 ans, soeur de Claire et de Damien, est une jeune femme célibataire, étudiante aux Beaux-Arts, c’est une féministe convaincue . "Le mâle qui me dictera sa loi, n’est pas encore né !", telle est sa devise. Un peu bohème et très libérée, elle prend la vie comme elle vient, profitant au maximum de l’instant présent. Dans sa petite chambre de bonne, elle connaît souvent des fins de mois difficiles, mais heureusement que son père est là pour l’aider. Et ce mois-ci a été particulièrement dur, sa fierté lui interdit de retourner voir son père qui lui a déjà donné son argent du mois.

Je ne peux pas demander à Claire, elle a une famille et son mari ne la porte pas trop dans son cur, donc il ne reste que Damien, se dit-elle. Lui, comprendra, il est célibataire, comme moi et il est passé par là aussi, avant d’avoir un travail régulier. Sa décision est prise, elle ira voir son frère, le temps de mettre son casque et d’enfourcher son scooter, la voilà partie. Arrivée devant sa porte, elle est déjà un peu moins sûre d’elle et s’il me remballe, se dit-elle, allez courage, ma fille, je n’ai pas fait tout ce chemin pour me dégonfler maintenant, elle appuie sur le bouton de la sonnette.

Damien attrape vite fait son caleçon, l’enfile et va ouvrir.

« Salut Damien, comment tu vas, je passais dans le coin quand l’idée m’est venue de te faire un petit coucou !, lui dit-elle avec son plus beau sourire.

‒ Ah, c’est toi Julie !, répond-il.

‒ Ça fait plaisir de voir à quel point tu es content de me voir, je dérange ?, dit-elle, dépitée.

‒ Non, non, mais je ne m’attendais pas… !

‒ Je peux entrer ?

‒ Oui, oui bien-sûr, viens ! », dit Damien, un peu mal à l’aise, ce que ne manque pas de remarquer Julie.

Elle pénètre dans l’appartement et voit de suite les habits de femme qui traînent sur le divan, de plus elle entend le bruit de la douche. Elle se retourne vers son frère et lui dit :

« Je vois bien que je dérange, tu es en bonne compagnie, j’espère que je ne suis pas arrivée en plus au mauvais moment ? »

Damien n’a pas le temps de répondre que s’ouvre la porte de la salle de bain, Claire en sort toute nue, une serviette sur la tête, en train de s’essuyer les cheveux.

« Damien, tu n’aurais pas une autre serviette propre, tu pourrais m’essuyer le dos ?, dit elle, en même temps qu’elle baisse la serviette.

‒ JULIE !

‒ CLAIRE ! mais c’est quoi ça ? s’exclame Julie, puis elle se tourne vers Damien.

–Ne me dis pas que vous avez baisé ensemble, réponds frangin, ton caleçon est plein de taches !

‒ Ben si, Julie, Claire et moi, on a couché ensemble !, répond-il.

‒ Eh ben, merde alors ! Si je m’attendais à celle-là, toi Claire, faire l’amour avec notre frère, alors que je te croyais coincée comme une porte d’abbaye, alors là, tu m’épates !, s’exclame Julie.

‒ Je peux tout t’expliquer… !, lui dit Claire, complètement décontenancée.

‒ Tu n’as rien à m’expliquer, je m’en fous comme de l’an quarante que vous baisiez ensemble, je suis simplement surprise et le mot est faible. Jamais je ne t’aurai cru capable de ça !, dit Julie.

‒ Tu ne le diras à personne, alors ?, demande timidement, Claire

‒ Mais non, voyons, pourquoi je ferais ça, je t’ai dit que je m’en foutait, ça ne changera rien entre nous trois !, lui répond Julie.

–Mais, dis-moi, t’es vachement bien gaulée pour une mère de famille, je comprends que le frangin ait craqué ! »

Tout en disant cela, Julie s’approche de sa sur, pose une main sur un sein et l’autre sur ses fesses,

« Eh ! Ça tient la route tout ça, tout est bien à sa place ! »

Sans prévenir Julie se déshabille, elle est nue en un clin d’il.

« Et voilà, comme ça, nous sommes tous les trois à égalité, allez frangin, enlève-moi ce bout de tissu ! », dit Julie.

Damien s’exécute.

« Humm belle pièce frérot, la nature t’as gâté !, lui dit Julie sur un ton admiratif, puis elle se retourne vers Claire

–Tu sais que tu me fait de l’effet, grande sur !, dit Julie

‒ Comment ça ? Je te fais de l’effet, que veux tu dire ?, répond Claire qui a repris un peu d’assurance.

‒ Tu me fais de l’effet, tu veux que je fasse un dessin, regarde, j’en ai la chair de poule et mes tétons se sont durcis ! »

Tout en parlant, elle contourne Claire, vient se placer dans son dos, la prend par la taille et se plaque contre elle, écrasant sa poitrine contre sa sur.

« Tu les sens comme ils sont durs ?, lui demande-t-elle.

‒ Mais enfin, Julie, qu’est-ce que tu fais, arrête ! », dit Claire, totalement surprise par le comportement de sa sur.

Celle-ci a déjà remonté ses mains et emprisonne ses seins entre ses doigts.

« Tu as des seins superbes, ma belle, bien plus beaux que les miens, tu permets que je les caresse ? »

Sans attendre la réponse de Claire, Julie commence ses attouchements, s’attaquant directement aux tétons qui ne tardent pas à réagir. De plus, elle frotte son pubis contre les fesses de sa sur en un lent mouvement circulaire.

« Julie arrête stop, je ne suis pas une…

‒ Une quoi ? Une lesbienne, tu veux dire, eh bien moi non plus, mais juste un peu bi. Tu n’aimes pas ce que je te fais ?

‒ Si, c’est bon, mais je n’ai jamais eu ce type de rapport !, lui dit Claire.

‒ Et bien, c’est le moment d’essayer, tu ne crois pas, laisse-toi faire, tu verras, c’est aussi bon qu’avec un homme et parfois, mieux même ! »

Damien qui n’a pas perdu une miette du spectacle que lui offre ses deux surs bande déjà comme un taureau.

« Regarde notre petit frère, notre manège lui fait un sacré effet en tout cas, tu as vu comme il bande, je suis sûre qu’il ne demanderait pas mieux qu’une de nous deux le suce !, dit Julie

‒ Oui, sûrement !, répond Claire, un peu déstabilisée par les attouchements de sa sur sur son corps.

‒ Tu aimerais sucer sa grosse queue pendant que je m’occupe de ta chatte et de ton petit bouton ? »

Le langage qu’emploie Julie a le don d’ébranler sérieusement les dernières réticences de Claire.

« Assieds-toi sur le canapé, tu vas voir, tu vas aimer ! », lui dit-elle, tout en la poussant doucement.

Julie s’agenouille devant sa sur et lui écarte les jambes.

« Avance-toi un peu plus vers le bord et ouvre tes cuisses, ferme les yeux, ça n’en sera que meilleur ! »

Claire obéit, se positionne, Julie enfouit sa tête entre le compas ouvert et commence à promener sa langue sur l’intérieur des cuisses, là où la peau est la plus douce. Au moment où Claire sent le contact de la langue de sa sur, elle se raidit légèrement.

« Zen, surette, laisse-toi aller ! »

Julie continue ses caresses linguales. Imperceptiblement, elle sent Claire se détendre, elle n’est plus très loin de l’antre convoité, sa langue effleure les grandes lèvres, s’insinue entre elles pour se frayer un chemin, puis s’enfonce au plus profond du puits d’amour. Claire pousse un gémissement que Julie interprète comme un acquiescement, elle la fouille désormais dans les moindres recoins de sa vulve, la cyprine envahit peu à peu son palais. Sa bouche remonte vers l’objectif ultime, elle s’en sert comme d’une ventouse et aspire le capuchon protecteur, puis le repousse avec ses lèvres pour découvrir la chair convoitée. La langue de Julie entreprend une sarabande effrénée sur le clitoris découvert, les mains de sa sur se posent sur sa tête et la force contre son ventre, ses gémissements montent en puissance. Damien a les yeux fous, jamais il n’aurait imaginé pouvoir assister à une telle scène. Julie lui fait signe de la main de venir se mettre à côté de leur sur sur le canapé, ce qu’il fait immédiatement.

« Donne-lui ta queue et caresse-lui les seins ! », ordonne Julie à son frère.

Damien obtempère et présente son chibre tendu devant la bouche de Claire en écrasant le gland sur les lèvres. Elle l’ouvre de suite et avale le membre offert, elle saisit la hampe, puis commence une fellation en règle. Tout en lui martyrisant le clito de ses caresses, Julie fouille le vagin de sa sur de ses doigts, un, deux, puis trois, le bassin se met en mouvement, allant au devant de cette pénétration manuelle. Mais Julie ne s’arrête pas là, elle veut explorer tous les orifices dont la nature a pourvu sa sur. De son autre main, elle caresse, de l’index, la petite corolle plissée, elle la mouille de sa propre cyprine, puis l’enfonce doucement dans le fondement de Claire. Dès qu’elle sent les intentions de sa sur, Claire lève légèrement le bassin pour lui faciliter la tâche, le doigt disparaît au fond des reins. Julie mouille comme une folle, l’excitation de la situation, plus l’envie de jouir, font qu’elle se déchaîne à présent sur sa sur !

« Viens Damien, prends-moi, mets-moi ta grosse queue, viens me baiser, aussi ! », hurle-t-elle.

Délaissant Claire, il se jette littéralement sur le fessier de Julie et sans autre forme de procès, l’embroche d’un seul coup, complètement à fond !

« Ouaaahhhhh, la vache ! Mon salaud, quelle matraque ! Heureusement que je suis bien lubrifiée ! Tu me remplis toute ma chatte, je te sens jusqu’au fond, vas-y, bouge ! », dit-elle, en remuant son fessier sur le sexe enfoncé dans son ventre.

Puis, elle continue de s’acharner sur la vulve de Claire, celle ci a une vue imprenable sur le sexe de Damien qui va et vient entre les fesses de sa soeur, ce qui en rajoute encore à son excitation. Ce ne sont plus que cris, gémissements et râles de la part des 3 protagonistes. Claire n’en peut plus, la jouissance monte inexorablement dans son ventre, ses mains pétrissent ses seins, ses doigts triturent ses tétons, durs comme du granit, elle agite sa tête de gauche à droite, son bas-ventre est animé de mouvements qu’elle ne contrôle plus, se projetant au devant de la langue, des doigts qui la fouillent jusqu’au plus profond de son intimité. L’orgasme libérateur éclate, un long cri sort du plus profond de sa gorge, en même temps que ses doigts crochètent les cheveux de Julie, comme des serres et plaque sa bouche sur sa chatte dégoulinant de mouille.

« Ahhhhhhhhhhhhhhhhh, je jouissssssssss, ma Julieeeeee, ohhh, que c’est bonnnnnnnnnnnnnn ! »

Elle resserre ses cuisses sur la tête de Julie qui descend crescendo l’intensité de sa caresse buccale jusqu’à ce que sa sur détende tous ses muscles et se laisse aller sur le divan comme une poupée désarticulée.

« À moi, maintenant, vas-y Damien emmène ta sur au septième ciel, fais-moi voir de quoi ta grosse queue est capable ! », dit Julie.

Celui-ci se démène comme un forcené sur la vulve offerte, se retirant entièrement et replongeant, d’un trait, le plus loin possible. Julie s’écartèle encore un peu plus, cambrant ses reins, afin de sentir au maximum la colonne de chair qui la fouille. Cette position découvre un peu plus le petit oeilleton plissé qui réveille les envies de sodomie de Damien, il mouille son doigt et le pose sur la rosette, il pousse et rentre sans difficulté, Julie apprécie en poussant un "hummmmmm" de contentement. Il n’en fallait pas plus, il prend ce gémissement pour une invite, se retire de la chatte et présente son gland sur l’orifice étoilé.

« Mais on dirait que ce brave frangin veut m’enculer !, dit Julie en tournant sa tête vers lui.

–Alors, vas-y, enfonce-la-moi, mais vas-y mollo, quand-même ! », dit elle.

Claire qui est remise de sa jouissance lesbienne, vient se placer derrière sa sur pour assister à la pénétration anale.

« Aide-le, écarte-moi les fesses, Claire ! »

Claire, qui souhaite voir le gros sexe de son frère sodomiser Julie, obéit, place ses mains sur les globes pour les écarter, du coup, l’anus convoité baille légèrement, puis elle dépose, sur l’ouverture, un maximum de salive, attrape la hampe fraternelle pour poser le gland turgescent sur l’orifice, celui-ci disparaît dans le fondement de Julie à la première poussée !

« Ouahhhh, je la sens, purée, t’es bien monté, petit frère, vas-y, rentre-la-moi en entier ! »

Damien continue, il sent que ça accroche, mais pousse plus fort, résistance éphémère, puis toute la colonne est avalée, son ventre butant sur les fesses écartelées.

« Ohhhhhhhhhh, tu m’ouvres en deux, attends que je m’habitue à ton calibre, tu me remplis le cul, Claire, caresse- moi le clito et les seins ! », ordonne Julie.

Chauffée par la situation, elle ne se fait pas prier. Dès que Julie sent les mains de Claire sur son corps, elle commence un léger va et vient sur la bite qui lui fore les reins. Au bout d’un moment, elle s’empale, d’elle même, sur toute la longueur de la tige qui la fouille. Damien n’y tient plus, l’attrape par les hanches et lui impose sa propre cadence qui va en s’accélérant au fur et à mesure qu’il sent progresser son besoin de jouissance.

« Ahhh, je vais te lâcher tout mon jus dans ton cul !

‒ Oui, vas-y, bourre-moi à fond, donne ton foutre, vas-y Claire, plus vite et plus fort sur mon clito, écrase mes tétons entre tes doigts, ohhhhhhhhhhhhhhhh ouiiiiiii, j’aimeeee, j’adoreeeeeeeee, faites-moi jouir tous les deuxxxxxxxx ! »

Damien laisse éclater sa jouissance au fond des entrailles de sa sur, il donne deux ou trois coups violents, tout en expulsant son sperme.

« Ahhhhhhhhhhhhhhh, tu m’éclates, je sens ton foutre chaud qui se déverse dans mes fesses, je jouisssssssss, donne-moi toutttttttttttt, ohhhhhhhhhhh que c’est bonnnnnnn ! »

Damien est collé aus fesses de Julie, la tirant contre son ventre de toutes ses forces, puis il la relâche, elle s’écroule lentement au sol comme un pantin, submergée par l’orgasme qu’elle vient d’avoir !

Petit à petit, tout le monde reprend ses esprits…

« Tu parles d’une partie de baise ! Je ne sais pas pour vous mais moi c’est une des meilleures que j’ai vécue !, dit Julie.

‒ Et moi donc, je me suis fait mes deux frangines dans la même journée, c’est le pied non ?

‒ Pour moi, cela aura été ma première jouissance avec une femme, donc journée positive pour tout le monde !, dit Claire, en rigolant.

‒ À mon tour de prendre une douche ! Damien se lève et part vers la salle de bains.

‒ On va se remettre de nos émotions en attendant notre tour ! », dit Claire à Damien.

Les deux surs s’asseyent devant la télé, Julie attrape la télécommande pour faire démarrer l’appareil, Claire n’y prête pas attention…

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire