Histoires d'inceste Histoires de sexe en groupe Histoires de sexe voisins

Justine – Baby-sitting de rêve – Chapitre 5

Justine - Baby-sitting de rêve - Chapitre 5



Bien évidemment ma vie venait de prendre un délicieux tournant. La semaine qui suivie javais la tête ailleurs. Plusieurs fois jétais rappelé à lordre par mes professeurs mais aussi par mes amies alors que lors de discutions mon esprit sévadait.

Enfin le vendredi en fin de matinée mon portable sonnait. Cétait Chrystelle :

— Justine, cest Chrystelle es-tu libre demain soir ?

— Heu Oui bien sur

Jétais troublée déjà par cet appel, la suite allait être à la hauteur des mes fantasmes les plus fous.

— Bien alors réserve ta soirée et préviens tes parents que tu resteras coucher à la maison, nous te ramènerons dimanche en fin de matinée.

Un peu surprise

— Mais vous devez sortir tard ?

— Non ma chérie nous resterons et un couple damis doit ce joindre à nous. Mais si tu le veux je peux passer te prendre à midi nous déjeunerons ensemble pour en parler, et je dois aller faire les boutiques. Tu nas pas cours le vendredi après-midi ?

— En effet mais javais prévu de passer chez lesthéticienne à 14H00.

— Humm te faire encore plus belle, Et bien je taccompagnerai et nous irons faire les magasins ensemble ensuite.

— Avec plaisir Chrystelle

— A midi alors, bisous Justine

La fin de la matinée est passée comme dans un rêve. Je navais pas revue Chrystelle depuis prés dune semaine, depuis cette sublime soirée, qui hantait mes nuits et mes rêves.

Enfin la délivrance. Je quittais la Fac et me précipitais à notre point de rendez-vous. Chrystelle était garée en double file, elle irradiait de beauté, de sensualité. Tous les regards se dirigeaient vers elle, dabord son mini cabriolet noir et surtout cette belle blonde avec ses lunettes de soleil noires. Je me glissais à ces cotés devant les regards envieux de mes camarades.

Echange de sourires et de bisous chastes sur les joues, et la belle démarrait.

Le temps du parcours je détaillais sa tenue, elle était superbe. Chrystelle portait un petit tailleur gris en lainage dans le plus pur style Chanel. La veste boutonnée assez haute devant laisser entrevoir labsence de chemisier, la jupe était suffisamment courte pour dévoiler ses magnifiques jambes, et le revers plus sombre de ses bas noirs. Elle était chaussée descarpins noirs vernis aux talons aiguilles dau moins 9 cm. Des bijoux breloques or et un collier de perles complétaient admirablement son look. Oh joubliais ses longs cheveux blonds étaient coiffés dans un destructuré sophistiqué du plus belle effet.

Elle était ainsi la Parisienne avec un grand P, bourgeoise, sensuelle, raffinée, inaccessible

— Alors Justine tu es bien silencieuse.

— Je profite du taxi

— Et tu narrêtes pas de me mater

— (jai du rougir) Oui enfin tu es si tu as de la chance tout le monde te regarde, cest troublant.

Nous venions de nous arrêter à un feu, et un coursier à scooter qui était juste à coté de Chrystelle plongeait son regard sur la belle.

— Mais cest aussi tellement excitant, et puis tu sais la tenue y est pour beaucoup, je suis sure que si tu thabillais plus sexy ils ne regarderaient que toi.

— Arrête je sors de la Fac, je ne vais quen même pas mettre une mini et des talons hauts dans lamphi.

Je dois préciser que je portais une tenue tout à fait classique pour une étudiante sage. Un pull rose assez court avec un col tube, un jeans taille basse des converses roses.

Elle souriait, puis le feu passant au vert elle démarre avant de tourner vers lentrée dun parking souterrain.

Nous nous garons et sortons. Elle prend son sac Chanel en cuir noir vernis avec une chaine dorée, elle est vraiment très belle. Ses talons claquent dans le sous-sol. En la suivant dans lescalier jai la confirmation quelle porte de magnifiques bas nylons noirs, sans coutures pour cette fois.

Nous sortons il fait soleil en ce début de printemps, on se décide pour une belle salade en terrasse. Encore des regards appuyés des clients, des passants, du serveur avenant, comme jamais un serveur ne la été avec moi.

Nous en rions avec Chrystelle.

Ce beau moment de complicité entre nous deux nous rapproche encore plus.

— Il est presque 14H00 il ne faut pas louper ton rendez-vous Justine.

— Oh cest juste à coté, on y va ?

— Allons-y

Le salon est tous prés en effet. Javais choisis celui-ci pour cette première, sur les bons conseils de Laëtitia ma meilleure amie jusquici. Le retour du printemps mavait incitée à passer par cette case pour mettre mes jambes en beauté.

— Mesdames bonjour

— Bonjour jai pris rendez-vous Mlle D

— Oh oui effectivement les jambes nest ce pas ?

— Oui cest cela

— Et vous ?

— Je laccompagne. Dit Chrystelle à moins que vous nailliez une disponibilité pour me parfaire le maillot.

— Vous avez de la chance, jai un rendez-vous qui sest décommandé, Adeline va soccuper de vous à moins que vous ne souhaitiez rester ensemble pour bavarder nous avons une cabine double ?

— Oh oui nest-pas Justine ?

— Heu oui bien sur

Ainsi nous sommes guidées vers une « grande » cabine où sont disposés, deux tables de massage, deux petits fauteuils en vinyle blanc ainsi quun chariot chargé daccessoires divers et variés, et enfin un lavabo et un grand miroir.

Une jeune femme à peine plus âgée que moi nous accueille.

— Bonjour je suis Adeline.

— Mademoiselle est ici pour les jambes et je crois savoir que sest une première, pour Madame se sera le maillot, je vous laisse. A toute à lheure.

Chrystelle me sourit. La pièce dans laquelle nous nous trouvons est très lumineuse, les meubles et les murs sont blancs. Les deux tables sont tournées face à face. Je me déchausse et en profite pour retirer mes soquettes roses. Dans son coin, face à moi Chrystelle me fait un show en labsence de notre esthéticienne. Elle vient douvrir lentement tous les boutons de sa veste grise pour découvrir un superbe bustier en dentelle mauve, elle me sourit lair mutine. Chrystelle dépose la veste sur le petit fauteuil et dégrafe sa jupe en me tournant le dos.

Je ne peux la quitter des yeux, mon cur bat de plus en plus vite, alors que le zip de sa jupe continue sa course vers le bas. En me souriant de nouveau par-dessus son épaule elle fait enfin passer la jupe sur ses cuisses, puis la fait glisser avant de lenjamber et de la déposer sur le fauteuil où elle rejoint la veste. Sublime coquine elle porte un ensemble assorti à son bustier formé dun large porte-jarretelles et dun string minimaliste. Elle est si belle ainsi.

— Allez Justine arrête de me fixer tu vas me faire rougir

Je sors de mon rêve et alors quelle me fait face, perchée sur ses talons hauts, ses longues jambes gainées de nylon noir parfaitement tendu par le délicieux porte-jarretelles, je dégrafe mon jeans. En baissant les yeux je le fais glisser découvrant mon petit string bijoux rose.

Devant il est minimaliste mais de dos il est réduit à une simple ficelle qui rejoint en « y » de brillant la partie horizontale.

Je dois rougir ainsi exhibée devant elle. Elle sen aperçoit, sapproche de moi alors que nous sommes encore seules, elle dépose un baiser tendre sur mes lèvres. Je deviens pivoine.

Juste la porte souvre alors que Chrystelle me fixe dans les yeux, Adeline vient de revenir avec un pot de cire tiède quelle tient avec beaucoup de précaution.

— Allez en place, il faut en profiter avant quelle ne refroidisse.

Chrystelle me sourit, et face à nous baisse son mini string, dévoilant sans aucune gène sa nudité soulignée par son épilation intégrale, quasi parfaite.

— Lépilation des jambes a été faite en fin de semaine dernière, il ne sera pas utile de la parfaire, par contre le maillot à tendance à repousser plus vite.

— Et bien dans ce cas vous pouvez rester dans cette tenue superbe qui vous va à ravir. Dit Adeline.

Chrystelle sinstalle sur la table, face à moi, et dans un sourire écarte largement les jambes. Impudique, presque indécente, alors que lesthéticienne nous tourne le dos, elle passe sa langue sur ses lèvres entrouvertes en me fixant dans les yeux.

Je dois rougir encore davantage. Tout en minstallant moi aussi face à elle sur ma propre table.

— Bien Mademoiselle, nous allons commencer par les jambes, comme cela la cire sera moins chaude pour Madame.

— Heu oui, comme vous voulez

— Oh elles sont presque parfaites, juste un léger duvet. Cela sera rapide est peu douloureux.

Adeline applique la cire tiède sur la face avant de mes tibias avec une spatule de bois. Elle est très délicate, très avenante.

Me voila avec deux belles bandes de cire sur chaque jambe.

— Voila 5 petites minutes et je vous débarrasse de cela.

— Très bien.

— Madame nous pouvons passer à vous.

— Je suis prête.

Je vois Chrystelle sapprocher du bord de la table en écartant bien les jambes repliées, les escarpins posés de part et dautre de son magnifique petit cul.

Je fixe la scène.

Elle passe sa main à plat sur son délicieux abricot que jai tant aimé goutter.

— Jen avais effectivement besoin, si je veux être toute douce pour demain soir

Je nen crois pas mes oreilles, mais elle ne va quen même pas avouer à cette inconnue, son programme coquin de demain soir

— Xavier aime tellement que je sois parfaitement lisse, tu sais Justine tu devrais essayer cela le rends fou.

— Je sais pas, tu sais je nose pas trop et puis ensuite toute lisse je vais avoir lair de quoi ?

— Vous avez tord Mademoiselle je suis moi aussi une adepte de lintégrale, cest à la fois si doux et si sensuel.

Elle fait cette remarque tout en étalant un peu de cire sur le pubis et autours du sexe de Chrystelle qui se mord les lèvres face à moi

— Justine fait moi plaisir à moi alors, jaimerais que tu sois aussi lisse que moi je suis sure que jy prendrais autant de plaisir que toi.

— Oh mais non Chut

— Mademoiselle ainsi vous pourrez jouer sur les deux tableaux, comme votre amie tantôt femme-enfant, tantôt femme-fatale, ou comme elle dans cette magnifique tenue les deux en même temps. Je connais peu dhommes, et même de femmes, qui ne sauraient y résister.

— Mais cela risque dêtre douloureux ?

— Regardez votre amie a-t-elle lair de souffrir le martyre ?

En sapprochant de moi elle sapplique à retirer dun coup sec les bandes de mes jambes. Le coup fût si vif que cest plus un picotement quune douleur qui menvahie. Aussitôt elle applique sur celles-ci une crème hydratante qui me soulage totalement.

— Allongez-vous, je vais moccuper de votre amie.

— Regarde Justine je vais être toute belle, un vrai bébé damour

— Attention voila parfait

En quelques secondes elle venait de retirer les fines bandes posées entre les jambes de Chrystelle qui navait même pas sursauté.

Adeline passa de la crème hydratante comme elle lavait fait sur mes jambes. La main à plat sur le sexe de Chrystelle qui fermait les yeux sous la caresse. Le massage se poursuivait plus que de raison et déjà la jalousie me gagnait.

Ses yeux brillaient jen étais sur, et ce même si sous cette délicieuse caresse Chrystelle venait de les fermer. Je distinguais londulation naissante de son bassin qui venait imperceptiblement à la rencontre des doigts dAdeline.

Jai du rougir, lorsquAdeline se tournait vers moi, me fixant à mon tour de ses yeux pétillants de sensualité, sa langue venait de pointer entre ses lèvres entrouvertes.

— Alors Mademoiselle est-elle décidée ?

— Heu quoi ? je ne sais pas

— Justine pour me faire plaisir

— Bon si tu veux, mais jai un peu peur et puis ensuite je vais avoir lair de quoi ?

— Comment petite peste mais à qui veut tu te montrer ainsi ?

— Mais je ne sais pas mais cela doit faire bizarre non ?

— Tu vas simplement être encore plus belle, plus sensuelle, plus coquine nest ce pas ce que tu souhaitais toute à lheure ?

— Si bien sur mais toi tu tassumes alors que moi jimagine la réaction de mon chéri lorsquil va me découvrir ainsi

— Humm petite cachotière mais tu mavais caché cela, qui est-ce ?

— Allez arrête ne te moques pas de moi

Sans même que je men sois réellement aperçue, Adeline mavait fait mallonger dans la même position quavait adoptée Chrystelle il y a peu. Allongée sur le dos les jambes repliées de part et dautre de mon bassin, javais encore mon string minimaliste.

Adeline venez de poser ses mains gantées de latex sur mes hanches minvitant à me soulever légèrement afin de le faire glisser. Cest en me mordant les lèvres en appuis sur mes coudes que je lui en autorisais laccès, non sans avoir plongé mes yeux dans ceux de Chrystelle qui sétait approchée se tenant juste à mon coté. Je me laissais dénuder repliant mes jambes après le passage de mon string, dévoilant impudiquement ma fine toison blonde clairsemée que mon chéri mavait si souvent caressée marrachant des délices de frisson.

Chrystelle venait de se pencher sur moi pour déposer ses lèvres sur les miennes. Mes yeux se sont fermés sous cette délicieuse attention alors même que ma langue pointait déjà entre mes lèvres à la recherche de la sienne si experte.

Mes pointes de seins venaient de se dresser sous mon lainage rose, seul vêtement qui me restait alors quAdeline appliquait la cire tiède tout autour de mes lèvres renflées.

Me maintenant les cuisses indécemment écartées elle appliquait la cire sur lensemble de ma raie allant titiller du bout de son index gainé de latex mon petit illet étoilé, marrachant un frisson de plaisir.

— Et voila, 5 minutes et vous serrez parfaite

Chrystelle sétait relevée caressant de ses longs doigts ma frange, tout en admirant le travail dAdeline.

— Humm jai hâte dy goutter ma belle

— Oh arrêtes Chrys

— Eh bien quoi, à ce que je vois tu en meurs denvie Justine

Chrystelle venait de poser sa main sur mes seins à travers mon top de laine, semployant à me pincer les tétons.

Je me prenais au jeu, exhibée ainsi devant une inconnue par la belle Chrystelle, les sensations affluaient dans tout mon corps et lhumidité de mon intimité devenait visible pour mes deux complices du moment.

Les minutes défilaient rapidement et déjà Adeline minformait que le moment de lultime étape qui allait me ramener mon corps dadolescente était arrivé.

— Bien Mademoiselle vous vous détendez et Hop, voila cest fait, ne bougez pas.

— Humm tu es belle Justine je vais déposer un bisou pour apaiser le feu lépilation.

Chrystelle debout entre mes cuisses écartées, perchée sur ses escarpins dans son ensemble de dentelle mauve tendant ses bas nylons noirs, venait de se pencher sur mon sexe fraichement épilé. En relevant et maintenant ses cheveux derrière sa tête elle déposait des petits bisous sur ma fente irradiante de mille feux dus tant à lépilation quau plaisir que déjà elle faisait naitre au creux de mon ventre.

Cétait divin toutes les sensations étaient décuplées par la nudité de mon sexe. Le plaisir montait comme une vague immense, une boule naissant dans mon ventre pour venir exploser presque immédiatement dans me tempes. Un orgasme express sous la langue et les lèvres de Chrystelle.

Il me fallut quelques minutes pour retrouver mes esprits, allongées pantelante sur la table, alors que Chrystelle debout en face finissait de shabiller en me souriant.

En me souriant elle prenait soin de plier son minuscule string dans son sac avec un regard terriblement troublant plein de sensualité.

— Je prends bien soin ne pas porter de culotte pendant les quelques heures qui suivent une épilation intime, cela évite toute irritation. Tu devrais faire de même mais avec ton jeans cela ne va pas être facile et risque même de provoquer leffet inverse, à moins que nous nallions te chercher une autre tenue ?

— Nous avons laprès-midi entière, jai envie de faire des folies avec toi Chrystelle

— Humm adorable Justine allons-y.

Je mhabillais sous le regard brillant de mon amie, puis nous sommes passées à la caisse où bien sur Chrystelle a absolument voulu régler nos soins.

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire