Histoires de sexe viol Histoires érotiques de couples amateurs Histoires gays

Le métro parisien – Chapitre 1

Le métro parisien - Chapitre 1



Voisines, voisins… deux termes qui définissent finalement Madame et Monsieur tout le monde. Nous en avons tous, mais sommes aussi finalement tous des voisines, des voisins. J’avoue, est-ce sacrilège ? En avoir aimé certains, détestés d’autres, sans vraies raisons. Simplement parce que leurs « gueules » avaient ou non l’heur de me plaire. Un délit de faciès bien commun me direz-vous.

Alors des voisins, parce que je suis plutôt axée sur les hommes, m’ont souvent fait des sourires auxquels j’ai répondu ou pas, en fonction de mes aspirations du moment, en fonction aussi parfois de mon degré d’attirance pour eux. Bien entendu une risette à celui-ci ou à celui-là n’engageait jamais vraiment à aller plus loin dans la connaissance de ces messieurs. Je dois dire également que parfois j’aurais bien poussé le vice à les taquiner un peu, mais que j’ai toujours eu peur.

La trouille d’abord qu’ils soient mariés et que leurs moitiés m’arrachent les yeux, puis aussi peut-être par respect pour mon compagnon qui doit sans doute de son côté, lorgner sur les épouses de ces mêmes rencontres éphémères. Alors je n’ai jamais tenté de faire ce premier pas, et il m’en a pourtant couté de rester sage ! Enfin combien de fois, sous la douche, mes doigts sont-ils allés là où j’aurais aimé toute autre chose, venant de ces croisements de hasard faits sur un trottoir ou devant la porte d’entrée d’un de ces fantômes d’un instant ?

Alors cette histoire que je vais vous narrer ici, est-elle vraie, l’aurais-je rêvée dans un de ces instants de folies qui peuvent traverser de temps à autre l’esprit vicieux d’une femme de quarante-cinq-ans ? Je vous laisse le choix de croire ou pas ce qui va suivre…

oooOOooo

Courir avec des talons n’est pas chose aisée. Les couloirs du métro parisien sont d’une longueur effrayante quand en plus, la jupe que l’on porte est plutôt serrée au-dessus des genoux. Le souffle me manque déjà, le sport n’est pas mon fort. Pourquoi diable Cécile, mon amie réside-t-elle à Paris ? Et aujourd’hui, impossible de circuler, de rouler en voiture dans cette ville, mes plaques sont paires et bingo, la circulation alternée dans Paris intra-muros m’oblige à jouer au rat. Maudite pollution et ses contraintes !

La rame est en vue et le quai est noir de monde. En voilà des voisins et des voisines pour un aller simple à Grenelle dans le quinzième arrondissement. Quelle idée Cécile de m’avoir invitée aujourd’hui et surtout d’habiter… bon ça va, je vais faire contre mauvaise fortune bon cur. J’arrive de Montparnasse et je désire me diriger vers la Motte Picquet-Grenelle. Facile comme bonjour quoi ! Essoufflée, crevée, je vois cette marée humaine qui se presse dès l’ouverture automatique des portes.

Je suis happée par ce flux qui s’engouffre dans les voitures. Évidemment, pas de place pour m’assoir, on m’y reprendra à prendre le métro à une heure de pointe. En plus l’odeur est infecte, autant sur les quais que dans la rame. Une voix nasillarde annonce la fermeture des portes avec les précautions d’usage et la chenille se met en route. Debout, accrochée comme je peux après ce que je trouve, je suis ballotée depuis cinq minutes déjà. Une autre station se profile à l’horizon et je songe un court instant que je vais enfin respirer plus librement.

Et bien c’est raté, peu de monde descend, mais beaucoup montent et je suis serrée comme une sardine dans une boite. Je n’ose pas bouger la main avec laquelle je me tiens ancrée à une barre chromée, ni mon corps de peur d’être encore plus tassée. Cette fois un type devant moi me regarde, presque gêné de me comprimer contre la personne qui est derrière moi. Et je n’ai d’autre choix que de supporter ces deux voisins bien encombrants. Les stations ne défilent pas assez vite à mon gout. Le type devant… je sens son parfum ? À moins que ce ne soit celui de celui qui me colle dans le dos ? Je n’en sais rien finalement.

Le souffle par contre qui me court sur la nuque ne peut provenir que de celui qui se frotte contre mon derrière. Et je deviens bouchon, ballotée de plus belle par la machine qui se lance, freine repart. Le voisin dans mes reins me serre de plus en plus ou c’est moi qui ne peux plus bouger vraiment. Mon ventre est en contact avec celui du mec qui ne me quitte pas des yeux. Je devine même une sorte de rictus sur ses lèvres. La situation semble l’amuser, mais moi beaucoup moins !

Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai l’impression que… oui, quelque chose a touché mes fesses. L’autre zigoto que je ne vois pas, mais qui me souffle dans la nuque, m’aurait-il… ? Non je n’y crois pas ! Ce n’est pas possible cela. Et pourtant de nouveau cette sensation. Je ne peux, je n’ose pas lâcher mon point d’ancrage. Je n’arrive pas non plus à jeter un regard sur le côté. Et cette fois j’en suis certaine, une main m’a vraiment touchée.

Le boucan fait par la rame qui roule, les gens qui bavardent partout, rien ne me permet de crier et puis qui m’entendrait ? Mon esprit s’est bloqué et du coup, j’en oublie de respirer. Ce n’est pas possible, il ne va tout de même pas me… mais bon sang ! Cette fois, c’est contre mon ventre que ce voisin trop proche… et j’avoue qu’il bande fortement. Au point que sa barre à lui se presse contre mon entrejambe sans que je n’arrive à me dégager.

Mais dans mon dos, voisin que fais-tu ? La patte qui frôle le tissu ne se contente pas de cela. J’ai l’ahurissante idée qu’elle se meut le long de mes cuisses, et qu’elle grimpe toute seule. Toute seule ? Pas vraiment, le bras qui lui donne de l’élan appartient bien à quelqu’un ! Ce salaud ! Et comme je cherche à fuir cette paluche qui visiblement ne va pas arrêter sa progression, je suis tentée d’avancer le bassin.

Résultat, me voici projetée sur… l’objet raide de l’autre qui me fixe avec une étincelle dans les prunelles. Je ne sais pas, ne cherche pas vraiment à distinguer s’il est beau ou pas, mais je ne lâche plus non plus son regard. Et ce foutu serpent qui rampe sous ma jupe, bon sang, elle n’est pas suffisamment serrée pour empêcher qu’il parvienne à ses fins ? Pourtant pour courir elle était bien gênante ! Zut, je me raidis et mes doigts sont blancs à force de rester noués sur la tringle que je ne lâche plus.

Ce n’est tout de même pas possible, j’ai l’impression que le bas de ma jupe… remonte et pas du tout lentement. Je cherche vraiment à me protéger avec la main, celle qui tient mon sac à main. Et mes doigts entrent en contact avec… je n’y crois pas. Merde ! Dans cette cohue, contre mes fesses, l’autre a aussi la trique et celle-là, je peux la sentir qui heurte ma patte. Je suffoque, de honte et j’ai l’impression que la moitié de mon compartiment voit… mon cul. Ce drôle de voisin a littéralement relevé ma jupe et il me palpe les fesses sans vergogne.

Je supplie muettement qu’un voyageur me vienne en aide. Et je réalise qu’ils doivent tous, ces foutus salauds se rincer l’il. Donc ils ne vont surement pas rater le spectacle. Encore une gare et une nuée nouvelle vient encore restreindre la place qui me reste. La paluche dans mon dos a déjà réussi à écarter ma culotte et le type invisible me trifouille la raie des fesses. C’est alors qu’il se passe un fait idiot. Une autre louche est venue, mais devant cette fois.

C’est sur ma chatte que se presse une autre main, celle du gars, qui ne me quitte pas des yeux. Les miens doivent le supplier alors que l’autre a trouvé un chemin pour entrer un doigt. Ce n’est pas possible, me voici empalée sur un index ou un majeur, que sais-je, dans ce fichu métro qui n’avance plus assez vite non plus. Et la bite que j’ai touchée avec mes doigts, elle, se frotte à ma raie. Mais c’est fou et quand la paume de celui qui me serre par devant se met à longer mes grandes lèvres, je retiens à grand-peine une sorte de… soupir.

Ils insistent encore un peu et ce sont des doigts de deux voisins différents qui me liment rapidement. Et le pire, c’est que j’en mouille de cette situation. Pourvu qu’il n’essaie pas de m’enfiler là, devant tout le monde. C’est un grand moment de solitude au milieu de dizaines de voisins, conscients ou non de ce qui se passe. Puis un coup de frein brutal de la rame me propulse sur celui qui me fait face. Dans mon dos je sens comme une étrange chaleur… puis ce sentiment d’être trempée.

Je plonge la main derrière moi et elle rencontre une substance… non ! Il a éjaculé sur mon cul et je n’ai que le temps de voir la porte du wagon qui s’ouvre et les deux types qui filent précipitamment vers le quai. Mon réflexe est de rabaisser ma jupe rapidement. Je suis désormais moins serrée… mais comble de l’horreur, j’ai une envie de faire l’amour inimaginable… Cécile qu’est-ce qui t’as pris de m’inviter un jour de pollution et pourquoi vis-tu à Paris ?

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire