Histoires de sexe à l'école Histoires de sexe viol Histoires érotiques au travail

les deux soeurs – Chapitre 2

les deux soeurs - Chapitre 2



Enfin une première pause, nous avions faim, Samantha est une bonne cuisinière Elisa elle préfère la restauration rapide, vu les circonstance, la restauration rapide était la solution, surtout que mon vit reprenait sa vigueur, après 15 minutes de substantation, direction la chambre, les hostilitées allaient commencer, les préliminaires n’avaient que trop tardés, ils fallait passer au choses sérieuses, Elisa fut la première, je ne peux pas résister à une fille qui s’astique le clitoris dans une position érotique, ma colonne de chair avait repris une dimension monstrueuse, la belle écarta tout de suite les cuisses, ruisselante de de bon jus odorant, je jouai un peu avec mon gland à l’entrée de sa chatte, puis je trouvai le chemin , inclinaison oblique favorisant l’orgasme vulvaire, avant de plonger dans les tréfonds de son intimité en une pénétration plus angulaire direction le vagin et plus précisément le point G, pour finir par un deep spot, une fois cette pratique opérée, elle était entièrement à moi, se donnant corps et âme me demandant de faire d’elle ce que bon me semblait, oh oui ! j’allais lui en donner du sexe, plus qu’elle ne l’aurait imaginait. De son côté Samantha ne resta pas inactive, voir sa soeur dans un tel état d’excitation lui procurait une instance jouissive, d’une rare intensité,

Elisa était déchaînée, des phrases crus sortaient de sa bouche en même tant que ses cris de jouissance, à chaque coups de reins elle criait de plaisir, en même tant elle léchait goulûment la fente de sa soeur qui ne cessait pas de jouir et de couler,

" vas -y salope mange moi la chatte "

"Oui je suis ta salope et j’aime ton jus je suis votre chienne à tous les deux, je veux me faire défoncer la chatte me faire enculer comme une sale pute, une gouine que je suis, je veux du jus de femelle, du foutre partout , mourir en baisant, quel pied ! "

Je l’ai limé longtemps, avec un éffort surhumain pour ne pas jouir tout de suite, je finis quand même par me déverser en elle, une déferlante de sperme onctueux, épais, concentré de spermatozoïdes, son jus à elle coulait depuis le début, une large auréole de cyprine se dessinait sur les draps, " là regarde petite salope, regarde ce que tu as fait, je vais devoir te mettre une fessée !!!"

" Oui j’ai tord mets moi une fessée, je veux avoir mal "

Mal d’accord se sera alors avec le martinet, tu vas avoir mal je te le garantis !!

En règles générales, je n’aime pas faire du mal à mes conquêtes, mais là je savais que la douleur allait la faire jouir abondamment donc, dans ce cas …

Puis Samantha me pratiqua une méga fellation dès la sortie du con de sa soeur, je n’eus pas le choix, jouir encore et encore, lui baisant la bouche , plus je jutait plus elle suçait la grosse chienne, elle aussi était une salope et une gouine née.

Puis ce fut son tour, un doigt planté loin dans l’anus la fit grimper tout de suite au 7eme ciel, " tu le sens bouger mon doigt dans ton cul hein ? Tu le sens bien là ?

"Oui je le sens , hooo comme c’est bonn !!"

Tu aime comme je te remplis grosse truie, dis le bordel ! dis le que je te remplis bien , que tu aimes ma queue, que tu aimes être ma chienne ma porcasse, ma pute de truie, DIS LEEE !!!

Ouiii je suis tout cela hoo comme je sens ta queue salop, je vais trop jouir hoo hoo hoo oui haaaaaaaa comme c’est bon de jouir fort hooo encore, encore ,encore, plus vite plus fort, elle voulait vraiment que je la défonce comme une chienne.

Je finis par tout lui donner, et une fois mon vit sortit de son antre il ne restait qu’un trou béant, on aurait pu y faire entrer un train .

Pendant un mois que je suis resté avec elles, chez moi, il ne passa pas un jour sans une partie de baisse ,parfois hard, parfois tendre et câline . Je ne me rappelle pas avoir joui aussi fort, sauf peut-être avec ma belle mère, la première, mais ceci est une autre histoire .

Depuis je vois mes deux chéries tout les ans, elles viennent faire le plein de foutre, et chez moi, elles sont chez elles,et entre la plage , les ballades nue sur les juments et les parties de sexe, elle passent chaque année, les meilleures des vacances que l’on puisse imaginer, elles se prennent pour des bourgeoises mes deux belles, MES bourgeoises!!!

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire