Histoires de sexe viol Premières histoires de sexe

L'histoire de Marie Christine – Chapitre 3

L'histoire de Marie Christine - Chapitre 3



8 avril – 18h

Bonjour,

Je suis brune,  cheveux courts au carré. J’ai 57 ans. Mes mensurations sont 95, 60, 85. Je mesure 1,65m et je pèse 52 kilos. J’entretiens mon physique régulièrement par le sport et la diététique.  A la ville, je suis cadre intermédiaire dans une entreprise de santé, mais dans le privé je suis soumise.

Je commence l’écriture de ce journal sous  la volonté de mon maître.

Celui-ci m’a inscrite sur un site de soumises, avec mon accord, et espère me voir atteindre le rang le plus haut dans cette hiérarchie particulière, celui de soumise de troisième catégorie.

Pour ce faire, je vais devoir affronter et réussir un certain nombre d’épreuves très codifiées.

Ce journal devra au fur et à mesure en rendre compte. Ces progrès devront être certifiés  et  renvoyés au jury du site, avant chaque nouvelle demande d’accès au niveau supérieur.

Auparavant, mon maître veut faire effectuer quelques modifications sur mon corps, afin d’augmenter mes chances de succès.

20 avril 17 h

Pour mon anniversaire, mon maître a décidé de m’offrir de nouveaux seins. L’opération a eu lieu il y a deux semaines et je retourne à la clinique pour faire enlever les points contrôler le résultat.

Le chirurgien défait le bandage qui entoure ma poitrine puis retire les gazes posées sur mes tétons. Il a l’ai ravi du résultat.  Il va chercher un miroir et me révèle ma nouvelle morphologie.

Il a fait un  super travail. Il a décollé les auréoles, que j’ai assez larges, et fait passer les poches de silicone par ces ouvertures. Si bien qu’on ne voit pas pratiquement pas de cicatrices. Il a en même temps remonté mes seins qui tombaient un peu . Il enlève les points de suture et je ressors de la clinique avec un 110 C flambant neuf, sur lequel lorgnent passants et passantes.

20 mai 15 h

Mes tétons sont complètement cicatrisés mais n’ont pas encore retrouvé toute leur sensibilité. Je m’en ouvre à mon maître qui me dit qu’il y a là une opportunité à saisir. Nous rendons donc chez un tatoueur avec qui il a pris rendez-vous. Je m’installe torse nu sur le fauteuil de cuir. Le gars me félicite pour ma nouvelle poitrine. Nous nous connaissons car mon maître lui a déjà fait placer les deux anneaux qui ornent mes grandes lèvres.

Le tatoueur entreprend de me placer une barrette dans chaque téton. C’est assez douloureux malgré les deux cachets avalés au préalable et la pommade apaisante  dont il m’a enduit les mamelons. Le piercing  du  téton est toujours douloureux car le petit organe est très innervé. Il me place un mors entre les dents et le travail commence.

Je ressors de là une heure après avec deux petits clous au bout de mes nouveaux seins. Mon maître est très satisfait et trouve que j’ai été fort courageuse. Le tatoueur, bon commercial  a proposé la pose gratuite d’un clou sur le clitoris pour compléter le job. Mon maître a accepté.

27 mai 14 h

Je retourne seule chez le tatoueur pour la pose du bijou clitoridien.

Le gars me fait plusieurs piqûre autour de l’organe, ce qui fait que la pose sera complètement indolore. A la demande de mon maître, il effectue une infibulation « en triangle », le clou passant derrière  mon clitoris, à sa base. Cette pose particulière a pour résultat de faire remonter l’organe de quelques millimètres. L’effet est immédiat. En rentrant chez moi, je sens mon petit gland frotter contre ma culotte à chaque pas.

Je montre mon nouveau bijou à mon maître qui, une nouvelle fois, apprécie.

1er juillet 9h

Nous partons en  vacances au Cap d’Agde où mon maître a loué un studio pour tout le mois. Je reprendrai mon journal quand nous rentrerons.

28 juillet 22h

Nous rentrons juste de notre périple naturiste. Un mois c’est très court.. Nous avons passé nos journées la plupart du temps à la plage ou à la piscine de la résidence. Le soir, nous allions dans un des clubs privés du site. Là, nous trouvions toujours des gens attirés par la même chose que nous.  Mon maître m’a offerte régulièrement, soit à des couples, soit à des types seuls. Le dernier soir, j’ai même eu droit à deux petits jeunes de 25 ans en simultané. C’était super.

10 août  – 19 h

Mon maître m’annonce que j’ai été admise au rang d’aspirante, suite aux photos de mes ébats de ces dernières vacances,  photos qu’il a transmises, floutées, au jury du site. Je vais pouvoir accéder  à la certification de première catégorie dans les temps qui viennent. Il m’invite au restaurant en tenue plus que légère pour fêter ça.

12 août 18 h

Mon maître vient d’ installer dans la salle de bain un petit meuble à sept tiroirs, correspondant chacun à un jour de la semaine. En rentrant du travail, après ma douche, j’ouvrirai le tiroir du jour  pour découvrir  la tenue que je vais devoir porter toute la soirée.  Ce soir, nous sortons sans doute car le casier contient simplement un string, une jupe noire très courte et un chemisier blanc, qui se révèle une taille en dessous de la mienne. Je souris car je devine son intention.

12 août 23 h

Nous rentrons juste du restaurant. Très bon repas dans un excellent endroit. La table que mon maître avait réservée était dans l’enfilade de la salle. Après le hors d’oeuvre, mon maître s’est penché vers moi et m’a demandé d’aller aux toilettes retirer ma culotte. Il a aussi fallu que je dégrafe trois boutons de mon corsage. Ma poitrine manquait s’échapper du vêtement à chaque pas. Une fois revenue à table il m’a demandé d’écarter les jambes. A tout moment la plupart des clients auraient pu voir mon sexe. Le serveur était très embarrassé à la vue de mes seins. A un moment donné, il m’a fait signe du menton amis j’ai fait celle qui ne comprenait pas. Mon maître a tout photographié avec son portable.

16 août  – 19 h

Après ma douche, j’ai trouvé une nuisette transparente et un string blanc dans le tiroir du jour.

16 août – 20 h

Mon maître a commandé des plats cuisinés chez un traiteur. Il m’a demandé de réceptionner la commande. Quand j’ai ouvert la porte, j’ai vu l’air ébahi du type sous son casque. Il faut dire que la nuisette ne se fermait pas, laissant la plupart du temps ma poitrine dévoilée. Je suis allée ensuite chercher le porte monnaie sur la table, en prenant bien soin de me pencher en avant les reins cambrés. Quand je lui ai donné sa monnaie, le type était cramoisi. Il a balbutié un quelconque merci et s’est enfui comme s’il avait vu le diable. Nouvelle série de photos

22 août  9h

C’est dimanche. Je retrouve  le chemisier  du restaurant dans le casier. Il a été lavé et a rétréci. J’a vraiment du mal à fermer les boutons. Il y a un joli tailleur beige avec des chaussures à talons plats avec.

22 août 10h

Mon maître m’amène à la grand-messe. La nef de la cathédrale est à moitié remplie. Principalement de vieux bigots et bigotes.  Chaque fois que je m’agenouille pendant l’office, je sens ma jupe remonter sur mes fesses. Je défais deux boutons de mon chemisier et je vais communier ainsi. Le prêtre fait semblant de ne rien voir, mais son acolyte a les yeux rivés sur ma poitrine. Un peu plus tard je laisse tomber mon missel et me penche lentement, sans m’accroupir, pour le ramasser. Je suis sûre que la rangée de derrière a eu une vue imprenable sur mes fesses ;

Au retour, nous prenons le taxi. Mon maître se débrouille pour que je sois assise dans l’axe du rétroviseur. Le chauffeur, affolé par la vision de mon entrejambe en oublie presque de conduire. Nouvelle série de clichés

25 août  20h

Je rentre plus tard, car j’ai eu du boulot. Je me lave et découvre dans mon casier une mini en jean et un T-shirt moulant rose. Il est encore trop petit! Au fond un papier plié en quatre et un petit bijou, une chaînette de 10 cms avec un cadenas à un bout. Je passe le cadenas aux anneaux de mes grandes lèvres et m’habille. Le bout de la chaîne dépasse légèrement. Le papier décrit la  liste des courses à faire.

A cette heure ci, il ne reste qu’une grande surface ouverte. Je pousse lentement mon caddie dans les allées quasi désertes.  La chaînette fait un petit bruit métallique à chacun de mes pas. Je  me penche régulièrement pour prendre un article ou un autre. Un type bedonnant remarque mon manège et se met à me suivre. Je passe aux caisses puis me dirige  vers le photomaton de l’allée marchande. Je m’y enferme en laissant le rideau légèrement ouvert. Le type peut me voir faire. Je prends quatre clichés différents de ma chatte avec son petit bijou intime. Je récupère les photos, en découpe deux et les offre au gars médusé en passant devant lui. Il est tétanisé. Mission remplie.

1er septembre -18h

C’est la fin de la semaine, je suis rentrée un peu plus tôt. Rien dans mon casier. Je vais passer la soirée dans le plus simple appareil.

1er septembre  – 22h

La nuit est tombée. Mon maître allume toutes les lumières de la salle à manger et met de la musique assez fort, très fort même. Il fait exceptionnellement  chaud et la plupart des baies vitrées des immeubles en vis à vis sont ouvertes. Des gens jette un regard. Nous sommes au second, ce qui veut dire que n’importe lequel des voisin peut me voir.

Je fais un peu de ménage puis mon maître me demande de lui servir le café sur la terrasse. Il me dit ne pas attendre la musique et me demande de monter encore le son. Quand j’apporte sa tasse il y a une dizaine de silhouettes qui m’observent. Après l’avoir servi, il me donne une cigarette que je fume négligemment au balcon.

Quand nous rentrons, il me dit qu’il a dénombré 24 personnes. J’étais loin du compte. Il me le prouve, photos à l’appui.

4 septembre – 14 heures

Mon maître me propose d’aller faire les magasins. Tenue indifférente.

Je comprends vite pourquoi. Nous nous rendons directement aux « Galeries Lafayette », direction les sous-vêtements. I l choisit plusieurs parures pour moi et je me rends avec lui à la cabine d’essayage. Je dois laisser le rideau à moitié ouvert.  Il y a foule. Mon maître s’est assis en face de ma cabine et m’observe. Il n’est pas le seul. Quand j’ai enfilé une parure, je dois ouvrir le rideau, avancer sur lui, m’immobiliser et faire un 360°. Au deuxième essayage une pimbêche courroucée lâche un «Ca ne se fait pas «  Les maris qui patientent se rincent le regard pour pas cher.

Finalement, mon maître trouve que rien ne lui plaît et  du coup pas de sous vêtements. Nous partons pour le rayon écolière où j’ai bien du mal à trouver une taille assez grande pour moi. Mon Maître est ravi de me voir me tortiller pour enfiler ces frusques  trop petites. Je ressors de là avec une jupette plissée en 38, alors qu’il me faut du quarante et une chemisette à carreau, également beaucoup trop juste. Mon maître m’offre une sucette grand format dans un confiserie et nous nous rendons ainsi chez un marchand de chaussures bon marché.

Je finirai avec une paire de chaussures plates à lanières, après un essayage fort long, au cours duquel j’ai eu fort peur que le vendeur, à genoux devant moi, ait un accident cardiaque à force de lorgner sur mon minou lisse et ses anneaux.

Avant de rentrer mon maître me paye un flipper dans un bar pourri, ce qui me donne une dernière occasion de faire admirer mon arrière train aux poivrots du bar.

4 septembre – 20 heures

Mon maître a terminé de flouter les différentes séries de photos. Il les met en ligne sur le site à l’attention du jury et joint mon journal. Il croise les doigts en espérant que ce sera bon.

10 septembre 10 heures

Le courrier vient d’arriver. C’est officiel, je suis désormais soumise de première catégorie. Mon maître est fou de joie. Exceptionnellement il se permet même de m’embrasser.  Ce nouveau statut nous permet d’assister à tous les événements organisés par les membres ou le jury du site. Surtout, il permet de postuler à la deuxième certification.

Nous buvons le champagne en relisant le certificat. Il me décerne le matricule S 666, cette coïncidence nous faire rire tous deux. Mon maître devient du coup M 666. La différence entre nous deux, c’est que moi je vais devoir retourner chez le tatoueur.

 14 septembre – 18 h

Je file chez le tatoueur. On a échangé par mail sur différents lettrages et j’ai choisi avec mon maître un truc style « Coca Cola » avec le S qui finit sous les trois 6.

On a décidé de faire  graver le motif sur mon pubis ; en assez gros, et sur mon sein gauche en plus petit. Il faudra 2 ou 3 séances.

18 septembre 20 h

les tatouages sont terminés, c’est très propre. Le gars m’a affirmé que la largeur du lettrage empêcherait le dessin de « baver » en vieillissant. Je me dépêche de rentre chez moi. Mon maître a déjà rempli la demande de certificat de deuxième classe. Il ne manque plus que les photos des tatouages pour l’envoyer.

20 septembre 19 h

La réponse, favorable, arrive par mail cette fois. Le fait que je sois certifiée nous fait accéder désormais directement à la messagerie privée du site. Suit la liste des épreuves à réaliser et à faire certifier. A partir de la deuxième catégorie, mon maître ne peut plus me faire passer les épreuves. Il faut avoir recours à un autre dominant. Pour moi a été désigné M 437 . Suivent ses coordonnées. Mon maître lui envoie immédiatement un message.

22 septembre 8 heures

M 437 a répondu. Il est prêt à assurer ma certification le 25. Il donne à mon maître des indications sur ses souhaits, notamment concernant ma tenue. Pendant cette  journée,  je serai sa soumise et passerai complètement sous son contrôle.

25 septembre 9 heures.

M 437 vient me chercher à un abribus. Il s’est mis d’accord avec mon Maître pour m’y déposer à nouveau le soir  à 22h. L’abribus en question est situé au fin fond d’un cité de banlieue, plutôt mal famé. On y parvient grâce au GPS pile à l’heure. Mon maître me fait descendre et repart aussitôt. Il y a là trois jeunes qui attendent un hypothétique bus ,  en fumant un joint. Ils me matent avec attention. Il faut dire que maître 437 a exigée que je sois vêtue uniquement d’un trenchcoat  long d’où dépassent deux escarpins, haut de 10 centimètres. Du coup j’ai l’air plutôt grande, mais par contre  j’ai du mal à marcher.

Je fais mine de ne pas les remarquer et m’assied sur le banc de plastique aussi loin que je peux d’eux. Ils sont aussi intrigués que si un martien venait d’atterrir dans les parages. Ce qui les intrigue le plus c’est mon nouveau collier de cuir auquel est accroché un médaillon d’argent percé du signe S  666. Je commence à trouver le temps long.

Une fourgonnette s’arrête finalement devant l’arrêt de bus. Le type en descend, me reconnaît à ma tenue et me fait signe de le suivre. Je l’observe rapidement, soulagée de quitter les lieux. La soixantaine, gras , dégarni, il a tout d’un paysan, la tenue et l’allure. Je me dirige vers la porte droite du véhicule mais il ouvre le vantail arrière et me fait rentrer dans ce qui se trouve être une bétaillère

il monte avec moi et attache l’anneau de mon collier à une laisse fixée au bas du plancher. C’est  brinquebalée à quatre pattes que j’effectue le voyage jusqu’à sa ferme. Car effectivement M 437 est bien un paysan.

25 septembre 10 heures

L’endroit est assez isolé, résolument champêtre. M 437 ouvre la porte arrière et me détache. Il tient une laisse à la main qu’il s’empresse de passer à mon collier. Nonchalamment il me tire ainsi à travers la cour du bâtiment puis me fais entrer dans un réduit prés du corps principal et m’y enferme.

C’est noir et sombre, vide. Je sens de laa paille sous mes chaussures à talons.

 25 septembre Midi

La porte s’ouvre. M 437 est là avec une écuelle de soupe à la main qu’il me tend. Je mange le brouet tandis qu’il m’observe. Il m’indique que je dois toujours garder la tête baissée quand il est là. Quand j’ai fini, il prend ma laisse et m’entraîne à nouveau derrière lui. Cette fois ci nous débarquons dans la salle à manger de la ferme où quelques convives sont attablés.

M 437 est visiblement satisfait de montrer sa nouvelle soumise à ses camarades. Il enlève ma cape et je me retrouve nue devant cette assemblée de sexagénaires. M 437 me présente à chacun, qui en profite pour tâter qui un sein, qui une fesse . On dirait des maquignons au foirail. Ils se permettent quelques allusions grasses sur mon anatomie. Ma poitrine récemment siliconée reçoit les jugements les plus favorables, enfin dans le registre vache laitière.

M 437 m’indique la cuisine. Je devais servir ces messieurs dans le plus simple appareil, toujours juchée sur mes talons hauts,forts peu pratiques pour se déplacer sur les dalles inégales. Dans la cuisine je découvre S 437 , occupée à préparer les agapes.  C’est une paysanne dans les 45 ans environ. C’est en fait difficile de lui donner un âge tant elle est grosse. La fille me sourit et m’indique les plats d’un hochement de tête. Pour le moment elle est vêtue, mal certes mais vêtue.

Je sers le repas en essayant de ne pas me tordre les chevilles. Je dois servir chacun, en nourriture comme en vin et m’assurer qu’ils ne manquent de rien. Pourtant à deux ou trois occasions j’oublie quelque chose. M 437,  d’une grande claque sur les fesses,  se charge chaque fois de me rappeler à mes devoirs. Ils boivent beaucoup et deviennent plus entreprenants, ne manquant pas une occasion de laisser traîner leurs pognes sur moi.

25 septembre 15 heures

Le repas se termine. M437 me fait débarrasser la grande table de ferme. Quand j’ai terminé il me fait monter à quatre pattes sur le plateau. Il passe derrière moi et fait  glisser ses doigts boudinés contre mon cul et ma chatte. Immobile, je sens ses doigts me pénétrer successivement les deux orifices sans aucun soin.

Il me tire par les chevilles vers le bord de la table et le bout de  mes pieds reprennent alors contact avec le sol. Alors il  stoppe  sa traction et me prend devant les autres, les jambes ballantes le ventre collé à la table. Il sort son instrument de mon vagin et le fourre maintenant dans mon cul. C’est là qu’il va se répandre au bout de quelques coups de reins bien soutenus. Je sens son jus chaud qui coule entre mes cuisses. Il me laisse ainsi et retourne s’attabler avec ses convives.

Le progrès ayant atteint la ruralité, j’ai eu le temps de noter que la plupart ont eu le temps d’immortaliser la scène à l’aide de leurs portables.  A tour de rôle, ils me prendront tous au gré de leur humeur et de leur envie, me baisant dans les postures les plus animales et les plus dégradantes possibles.

25 septembre 20 heures

Les convives sont partis. M 437  appelle sa soumise, qui rapplique de la cuisine où elle se terrait jusque là. Il la fait se déshabiller complètement. Elle est monstrueusement obèse. Les plis de son ventre cachent son sexe. Elle s’assied dans le fauteuil qu’il lui indique et attend. M 437 a saisi une badine et me demande de me mettre en position de soumise debout devant elle, jambes écartées, reins cambrés, mains derrière la tête. Il m’assaisonne de coups sur  tout le corps, prenant plaisir à zébrer ma poitrine et mes cuisses.

Puis il me fait placer à genoux devant sa soumise. Pendant qu’il prend des clichés, je dois lécher ses énormes mamelles. La grosse commence à se branler pendant ce temps. Ca l’excite visiblement de se faire gouiner par une belle femme, car elle commence à se trémousser en gémissant.

Elle n’y tient plus et saisissant ma tête à deux mains, elle me guide vers son bas ventre. Elle me tient fortement au cou pour m’obliger à lui brouter la chatte. Dés que j’ai trouvé son clitoris, elle part sur moi, noyant mon visage d’urine et de cyprine mêlées. Elle va jouir ainsi longuement sur moi,  broyant ma nuque dans une étreinte brutal. Je suffoque au milieu de cette amas de chairs visqueuses. Finalement elle m’éjecte carrément dans un dernier sursaut et je me retrouve les fers en l’air au milieu de la pièce.

25 septembre 22 heures

M437 me dépose à l’heure dite à l’arrêt de bus. Il a l’air content de sa journée puisqu’il m’a même autorisé à m’asseoir à côté de lui pour le retour. Heureusement mon maître m’attend, car je ne me voyais pas me retrouver seule à cet endroit à une heure pareille.

Je change de véhicule pendant que les deux hommes échangent quelques mots. J’entends que M 437   félicite mon maître pour la qualité de sa soumise et qu’il lui certifie que toutes les épreuves ont été accomplies avec succès.  Mon maître ne me demande rien de ma journée, ça tombe bien car je suis épuisée. Je prends une douche et me couche dés mon arrivée, sans demander mon reste.

27 septembre   midi

Mon maître, très fier, me montre le certificat de soumise de deuxième catégorie que vient de lui  envoyer le jury. j’ai même une mention « Bien », grâce au rapport complet et élogieux que M437 leur a transmis. Mon maître a édité le document et décide de le faire encadrer. Comme d’habitude des photos floutées des moments forts de cette journée ont été mises en ligne. Ce qui donne à mon maître une idée plus précise des épreuves que j’ai traversées. Il me regarde, l’air presque ému:

«Je suis très content de toi. Je suis sûr qu’avec un peu de volonté et de chance,  tu peux passer la troisième certification avant Noël ! »

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire