Histoires de baise Histoires de sexe viol

Ma belle mère cette vicieuse – Chapitre 1

Ma belle mère cette vicieuse - Chapitre 1



Je me présente, je suis un beau jeune homme de 21 ans et encore étudiant. Pendant les vacances je monte des fois en voiture chez mon père pour pouvoir réviser tranquillement car il n’y a personne à la maison, tout le monde étant parti travailler.

Un jour alors que j’avais pas mal de révisions à faire je décidais donc d’aller chez mon père. Dès lors que j’arrive à la porte d’entrée je me rend compte que la porte n’est pas fermée à clef. J’ouvre la porte, enlève mes chaussures et je quitte ma veste pour la jeter sur un coin de chaise. Je descends les escalier et là je découvre ma belle mère sur le canapé en train de regarder la télé. Je lui demande: t’es pas allée au boulot aujourd’hui? Elle me répondit que non car elle ne se sentait pas très bien. Je lui fis la bise pour lui dire bonjour et monte dans ma chambre pour commencer mes révisions. Alors que je commence à ouvrir mon bouquin de maths j’entends ma belle mère qui m’appelle de la cuisine. Je descends les escaliers quatre à quatre car ça a l’air assez important.

Je rentre dans la cuisine et lui demande ce qu’elle veut. Et là je la découvre avec stupéfaction en mini string rose transparent, son Jean ayant été délaissé sur le sol. Moi un peu fébrile: quoi? Elle: comment tu trouves ma nouvelle trouvaille que j’ai achetée sur le marché ce matin? A ce moment là je commence à sentir une bouffée de chaleur monter. Il faut dire que ma belle mère est une belle femme de 40 ans, bien roulée. Elle a des petits nichons tous mignons, un joli petit cul et un corps assez mince, elle est blonde avec des petites mèches décolorées plus foncées. A ce moment là je balbutiais que c’était joli. Elle: c’est vrai? Tu ne trouves pas que c’est un peu trop transparent? Cela lui faisais une petite chatte toute engoncée, ses lèvres étant bien apparentes à travers la matière transparente et une petite ficelle titillait son anus. Mais je lui réponds que non, et plus rouge qu’une cape de toréador je fonce dans ma chambre, la laissant comme ça au milieu de la cuisine.

Je reprends tant bien que mal mes révisions ayant cette image sublime d’elle au milieu de la cuisine, dans ma tête. Quelques minutes plus tard j’entends des pas dans l’escalier. C’est elle qui monte, à ce moment là j’ai le coeur qui bat très vite. Je la vois enfin arriver dans ma chambre, elle ne s’est toujours pas rhabillée et a même quitté son haut. Elle me dit alors: il te plaît pas mon string? Moi: si si… Elle: ben alors pourquoi tu es partis subitement tout à l’heure. Moi: pour rien… Une grosse bosse se soulevant dans mon pantalon, elle me dit: apparemment si! Il te plaît même beaucoup… Elle me demande alors si j’en ai encore pour longtemps avec mes révisions. Je lui répond que oui. Elle me dit: repose toi un peu, je vais m’occuper de toi.

Je lui répond sur un ton assez sec que j’ai encore pas mal de boulot. Elle me dit sur un ton déçu: d’accord je te laisse bosser.

Mai avant de partir elle quitta son petit string et me l’enfila sur la tête. Elle s’éclipse ensuite de la chambre me laissant avec son plus beau sous vêtement sur le nez.

Ni une ni deux, étant très excité par la situation je ferme ma porte à clef et m’empresse de sentir la mini culotte de cette petite vicieuse. Je me rend vite compte que cette minuscule culotte est toute mouillée de sa petite cyprine alliée à de petites pertes urinaires. Je me mis alors à sentir la petite ficelle attenante à ce string qui sentait de douces effluves d’anus. Je me régale de ce trophée tout en me branlant copieusement. Quelques giclées de spermes viennent bien vite sortir de ma verge.

C’est trop bon de savoir qu’une histoire de cul est en trin de naître entre elle et moi, j’ai hâte de savoir comment va se dérouler la suite…

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire