Histoires de sexe à l'école Histoires de sexe arabes

Masturbation surprise – Chapitre 1

Masturbation surprise - Chapitre 1



Lorsque j’ai quitté ma province natale pour faire mes études à Paris, j’habitais dans un studio petit, mais très confortable. Comme je n’avais que 18 ans, mes parents avaient pris l’habitude de venir me rendre visite assez régulièrement. Quand ils venaient ensemble, ils dormaient à l’hôtel. Mais quand l’un des deux seulement venait, nous partagions le studio.

Les visites de ma mère sont pour moi synonymes de souvenirs inoubliables. Elle avait à l’époque 39 ans, brune svelte au joli visage, n’hésitant pas à mettre en valeur un corps aux formes pleines. C’est lors de sa troisième ou quatrième visite que tout a commencé.

Pendant qu’elle était partie courir les magasins, je me relaxais dans un bon bain chaud. Et comme je le faisais souvent dans ces circonstances, je me caressais lentement en rêvant à des fantasmes mêlant quelques copines de fac qui me faisaient rêver. Ce jour-là, je me sentais particulièrement en forme quand soudain j’entendis la porte du studio se refermer à grand bruit. Je n’eus même pas le temps de cacher mon érection que ma mère fit irruption dans la salle de bain.

— Excuses-moi, chéri, mais je ne peux vraiment plus attendre, me dit-elle sans même me regarder.

Et là, ébahi, je la vois ouvrir les toilettes, situées juste à côté de la baignoire, baisser son jean et sa culotte, s’asseoir et uriner aussitôt et longuement. Il m’était parfois arrivé de l’entrevoir nue, au hasard d’un changement de maillot à la plage, ou lorsque je faisais ma toilette matinale alors qu’elle se douchait encore. Mais là, la situation était quand même différente !… J’étais nu dans mon bain, mon sexe dur et dressé ; et elle était en train de se soulager. De là où j’étais, elle était presque face à moi. Et je ne pouvais pas détacher mes yeux du haut de son pubis sombre et bouclé, qui m’apparaissait au vas de son ventre. Lorsqu’elle eut fini, elle s’essuya sans façons, écartant les jambes, de telle sorte que j’ai nettement distingué son sexe entrouvert, malgré l’abondance de ses poils. C’est sans doute en raison de ce geste intime et presque machinalement accompli que je m’entendis m’écrier, alors qu’elle allait se relever :

— Non ! Reste comme ça, ne te rhabille pas.

Surprise, elle tressaillit, et me regarda pour la première fois depuis qu’elle était arrivée. Son regard descendit jusqu’à ma main, qui avait à nouveau emprisonné mon sexe. Le regard toujours fixé entre ses jambes, j’avais repris mon va-et-vient, sans rien penser d’autre que de jouir du spectacle qu’elle m’offrait. Un silence lourd s’était installé, seulement troublé par le clapotis que faisait le mouvement régulier de ma main. Soudain, d’un geste sec, elle acheva d’ôter son pantalon et sa culotte, et se tourna légèrement vers moi, basculant son bassin vers l’avant et maintenant ses cuisses assez écartées. J’avais désormais une vue imprenable sur le triangle noir impeccablement entretenu, sur la raie sombre qui le partageait en deux, légèrement entrouverte sur ses lèvres intimes. Pour prolonger cette situation inouïe, je faisais le maximum pour retarder le moment de ma jouissance.

Au bout de quelques instants, sa main se posa sur son pubis, qu’elle caressa en se rapprochant de plus en plus de son centre. Ses yeux étaient rivés sur ma masturbation, et sa respiration s’était faite plus profonde. Bientôt, ses doigts glissèrent à l’intérieur de son sexe, dont elle écartait les lèvres de plus en plus largement. Lorsqu’elle entreprit de titiller son petit bouton, tandis que de son autre main elle simulait une pénétration en règle, c’en fut trop pour moi, et j’explosais en longs jets dans l’eau. J’ai continué à la regarder, apercevant son plaisir monter, jusqu’à ce qu’elle jouisse à son tour, avec de petits cris aigus, trois doigts profondément enfoncés dans son sexe.

Nous sommes restés longtemps ainsi, en silence, mais sachant déjà tous deux que nos petits jeux ne faisaient que commencer.

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire