Histoires d'inceste Histoires de sexe sœur

Sexe party – Chapitre 1

Sexe party - Chapitre 1



Maxence avait 25 ans et venait depuis peu demménager dans un nouvel appartement. Il avait pour voisine une jeune femme quil pouvait apercevoir quelques fois grâce au vis-à-vis. En général, il rentrait assez tard de son travail et avait pour habitude de la regarder lorsquil se posait dans son canapé. Il la regardait saffairer à des choses diverses et variées. Il aimait ce besoin de s’affairer en permanence des femmes ; la jolie brune gigotait souvent dans tous les sens.

Un mardi soir lorsqu’il s’apprêtait à passer le seuil de l’entrée de son immeuble, il décida de chercher le nom de cette jeune femme sur les boîtes aux lettres, il lui semblait qu’elle vivait au même étage que lui. Il trouva a priori son nom, elle s’appellerait Chloé Dubois. Il nota son nom sur son portable et en resta là. Il prit l’ascenseur pour rejoindre son appartement. Une fois rentré dans son appartement, il ne put s’empêcher de regarder à travers la baie vitrée avant de fermer les rideaux du salon. Les rideaux de Chloé étaient tirés.

Un soir de jour de congé, alors que Maxence sirotait un whisky dans son canapé, Chloé ne tira pas ses rideaux pour se changer…elle portait une robe noire à dos nu assez suggestive et à décolleté. Elle avait les cheveux défaits et ses cheveux foncés formaient une cascade bouclée. Il la regardait sans bouger dun pouce. Elle alla vers sa fenêtre et regarda en direction de celle de Maxence. Elle dégrafa sa robe pour la faire glisser longuement sur sa poitrine, ses hanches puis ses jambes. Elle le regardait toujours et Maxence ne bougeait pas dun pouce pourtant il bandait ferme car lorsque sa robe avait glissé, il avait découvert un jeu de porte jarretelles noires en dentelle sexy. Elle devait savoir de longue date qu’il la matait souvent. Il n’avait jamais pensé à acheter une paire de jumelles, il aurait dû le faire car il aurait pu voir plus en détail : sa poitrine gonflée, ses tétons fermes et son cul bien rebondi. Pour l’instant, il n’en avait qu’un vague aperçu.

Maxence se leva, ouvrit sa baie vitrée pour poser ses coudes sur la rambarde du balcon comme sil était à un spectacle. Chloé navait pas retiré ses talons et se promenait en porte jarretelles dans son appartement les seins nus et les tétons bien dressés. Elle ne cessait de se retourner pour lui laisser entrevoir lespace de quelques secondes son string et ses fesses charnues. Il adorait ce petit jeu qui le faisait bander comme jamais jusquà temps quelle mette un terme à ce petit jeu charmant en fermant ses rideaux.

Il retourna au sein de son salon, à la fois excité et frustré de ne pas en avoir vu plus. Sa queue était dressée dans son jean et il nen pouvait plus, il allait prendre une douche et se masturber avec vigueur en pensant à elle. Sa voisine était décidément une sacrée coquine, il avait envie d’honorer cette belle salope.

Ses rideaux restèrent fermés tous les soirs de la semaine qui suivirent. Maxence rentra pour une fois assez tôt dans laprès-midi et appela lascenseur de son bâtiment et sy engouffra jusquà temps quune jolie jambe bien galbée vienne interrompre la fermeture des portes de lascenseur. Cétait elle…Chloé portait cette fois-ci une robe rouge flamboyante légèrement fendue au niveau des cuisses. Cette fente laissait entrevoir les bas de Chloé que Maxence remarqua très rapidement. Elle leva la tête vers lui puis appuya sur le bouton de létage n°5 puis enchaîna quelques secondes après avec celui de linterruption de lascenseur.

Ses mains tenaient la barre de lascenseur et son bassin était légèrement cambré quand elle laguicha puis lui dit: Surpris?

Maxence mit quelques temps à lui répondre : Je vois que tu es entreprenante, jaime ça mais larrogance dune femme doit être punie !

Maxence la prit par la taille avec force. Elle laissa échapper un petit cri étouffé d’excitation et lui répondit :

Ce nest pas la première fois que tu me vois, je crois. Je tai vu mobserver certains soirs, jusquau jour où je me suis mise presque à nu.

Maxence lui prit la main et la mit sur son sexe pour quelle sente sa verge bien dure dans son pantalon de costume. Elle souriait, elle jouissait de le faire bander. Elle voulait se faire désirer le plus longtemps possible et ne pas céder tout de suite. Elle lui massait la verge et les couilles à travers son pantalon pendant quil lembrassait fougueusement et commençait à la soulever pour la mettre sur la barre métallique, il effectuait des mouvements de reins tout en lembrassant. Il lui mordait la nuque. Elle sentait sa verge frottée de plus en plus fort contre sa chatte. Elle mouillait abondamment. Comme elle était assise, il commença à remonter ses mains le long de ses cuisses pour y cueillir le fruit défendu ; plus il la massait plus ses cuisses soffraient à lui. Elle savait quelle ne tarderait plus à céder, il était plus fort quelle, elle le savait. 

Il s’arrêta de la masser, lattrapa par les cheveux et la gifla.

Quel est ton nom salope ?

Chloé…

C’est un bon nom de chienne ça !

Voyons voir si tu es à la hauteur de ce que tu m’as dévoilé par la baie vitrée.

Maxence sagenouilla et commença à lui retirer son string. Il lui mit les pieds sur les barres de côté de l’ascenseur. Il avait une vue imprenable sur sa chatte qui dégoulinait de cyprine. Elle sourit quand elle aperçut les yeux de Maxence remarquer le plug quelle sétait mise toute la journée dans le cul. Il bandait à nen plus finir, son excitation était au summum. Il en fit abstraction afin de s’en servir plus tard, ce qui l’intéressait sur le moment était sa chatte.

Ça s’est une bonne chienne. On fait quoi au chienne dans ton genre Chloé ?

On les dresse, dit-elle en se mordillant la lèvre inférieure.

Il s’agenouilla pour se mettre à hauteur de sa chatte, il titilla de son doigt sa vulve, puis il enfonça sa tête entre ses cuisses pour lui dévorer son minou. Elle gémissait de plaisir et poussait même la tête de Maxence entre ses cuisses pour qu’il la lèche plus en profondeur. Elle ne pouvait plus retenir ses cris de jouissance.

Il se releva, la prit par les cheveux.

Déshabille moi salope !

Chloé le déshabilla de son pantalon et de son boxer en deux trois mouvements. Elle découvrit une queue grande et large comme elle n’en avait jamais vu. Elle était subjuguée par cette queue !

Maxence la coupa dans sa contemplation en lui prenant la tête et en lui enfonçant sa grosse bite dans la bouche. 

Maintenant suce, regarde comme tu me fais bander. Regarde moi dans les yeux quand tu me suces…..

Il la gifla à nouveau.

Hummmm…. jaime ton regard de salope, crache sur ma bite chienne !

Elle était à genoux, la robe remontée jusqu’à la taille et les bas apparents. Maxence avait une vue imprenable sur son décolleté. Chloé s’exécuta et cracha sur cette grosse bite qu’elle prenait de sa main gauche et qui lui remplissait la bouche pourtant assez experte en la matière. Être une salope l’excitait au plus au point, elle avalait la bite de Maxence et alternait en lui léchant ses couilles. Elle entendait les râles de jouissance de Maxence ce qui la motivait à aller encore plus loin. Elle sentait sa verge taper contre sa glotte et s’enfoncer toujours plus loin dans sa gorge. Maxence lui enfonçait tellement profondément qu’il arrivait d’une main à la fesser. Son cul virait au rouge sang mais la douleur excitait Chloé qui en redemandait encore. 

Tu laimes ma bite cochonne, grosse gourmande, montre que tu en veux encore……….cest ça, continues ptite chienne, lèche moi les couilles.

Il lui mit les deux mains sur le visage, une sur le dessus du front et une sur la gorge, il pouvait alors aller encore plus loin et sentir sa grosse queue lui défoncer la bouche. Elle lui obéissait au doigt et à lil, elle lui léchait les couilles puis lui prenait son membre et le rentrait entièrement puis lui léchait les couilles à nouveau.

Doucement ma salope, ten veux de la bite toi! Retourne toi!!!

Chloé lui présenta son cul bien dressé, elle mettait ses mains sur la barre métallique et souriait en se voyant dans le miroir.

Madame sest mis un plug dans le cul, aurait-elle envie quon la prenne comme une grosse pute?

Ohh ouii!

Il lui enfonça dabord sa grosse queue large et gonflée dans sa chatte tout en lui massant ses seins bien lourds et fermes, désormais elle criait de plaisir. Il enchaînait les coups de rein puis lui enleva dun geste le plug. Il lui écarta les fesses afin de ne rien perdre de la vue. Il lui laissait entrevoir un cul rond à lanus complètement dilaté qui nattendait que dêtre comblé.

Il la tenait par le porte jarretelles comme une putain et lui enfonçait son membre dans son cul, elle hurlait. Il s’arrêtait quelques fois pour lui enfoncer quelques doigts dans l’anus, tous passaient dedans comme dans du beurre, il décida alors de lui enfoncer sa main. Elle adorait ça, elle jouissait comme une chienne.

Encore !!! hurla-t-elle.

Ah oui, tu en veux encore….en es-tu certaine ?

Ouiiii, dépêche toi !

Il ne fallut pas plus de deux secondes à Maxence pour lui enfoncer le plug et sa bite dans le cul, il lui défonça le cul, elle ne se retenait plus du tout d’hurler dans l’ascenseur tellement la sensation était forte. Elle prit la décision de se masturber en même qu’il lui prenait le cul.

Salop!!! Je veux être remplie, donne moi ton membre dans ma bouche!!

Oh là, petite chienne, ne prend pas trop confiance en toi car je vais te labourer la bouche !

 Il lui apporta sa verge gonflée vers sa bouche, sa langue se déposa sur son gland, il jubilait de plaisir. 

Elle le léchait de plus en plus vite, sa bouche était pleine, elle le regardait avec un air de cochonne, il ne voulait pas interrompre le plaisir. Pourtant, il sortit sa bite de sa bouche et lui reprit le cul sans relâche, lui enfonçant sa main ainsi que sa bite.

Le plaisir devenait insupportable pour elle comme pour lui. Il la retourna et lembrassa virilement en lui tenant le cou.

Tu vois qui est le maître maintenant, tu as voulu joué à la catin avec moi, tu le payes au prix fort.

Il lui défonça une dernière fois le cul avant de lui renfoncer dun coup sec le plug.

 – Tu vois ma salope, je te reprendrai tout à lheure et je veux récupérer ce cul intact.

Il lui enfonça sa bite dans la bouche. Elle le suça jusquà épuisement, il lui enfonçait sa grosse bite dans sa gorge, il aimait sentir cet espace étroit et doux autour de sa queue. Il ne pouvait plus se retenir et se lâcha en lui remplissant la bouche de son foutre quelle avala comme une salope. 

Elle le regarda en sessuyant la bouche. Maxence se rhabilla.

Elle appuya sur le bouton de lascenseur afin quil redémarre, elle en descendit, se retourna vers lui, lembrassa et lui donna un double de sa clef d’appartement.

Elle lui sourit

A ce soir……..

Il répondit à son sourire et lui dit:

Tiens toi prête !

Je suis toujours prête…

 

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire