Histoires de sexe gratuites Histoires de sexe viol

Avec l'ami de mon mari – Chapitre 1

Avec l'ami de mon mari - Chapitre 1



Mariée avec un maghrébin depuis trois ans, nous avons passé nos vacances l’an dernier en août dans son pays que je découvrais. Mon mari était tout fier de me présenter à sa famille nombreuse avec les frères et sours, cousins, cousines, etc. En effet, je suis une jeune épouse française, 22 ans, pas trop grande, blonde, cheveux longs et une petite frimousse qui me rajeunit aux dires des gens. Quant à mon mari, il a 25 ans, il est grand, brun, bien typé et de forte corpulence. Nous nous sommes rencontrés lors d’un mariage d’amis communs. Ce fut un coup de foudre réciproque. Ma famille l’avait bien "adopté" et partageait notre bonheur. Pour le séjour pendant ces vacances, comme sa maison familiale n’était pas assez grande, nous avons pris une location dans un appartement meublé pas loin de la plage où mon mari et moi allions presque tous les jours. Ainsi nous étions à la fois autonomes et tranquilles. Parfois, certains membres de sa famille se joignaient à nous, surtout le soir pour la veillée traditionnelle. Nous passions de vraies vacances et profitions pleinement de la mer en y faisant quelquefois l’amour. C’était original et fort agréable. Mon mari était aussi heureux de me faire découvrir sa ville natale et nous avions fait quelques excursions pour voir d’autres régions. Un jour en fin d’après-midi, lors d’une promenade en amoureux dans les ruelles de la ville arabe "la médina" , mon mari croisa l’un de ses camarades de lycée qui tenait une boutique de souvenirs et de produits d’artisanat. Il s’appelait Mourad. Ils évoquèrent longuement leurs souvenirs et leur passé scolaire. Puis ce dernier félicita mon mari pour sa réussite et fit des compliments sur moi, une "belle femme", des compliments qui m’ont fait rougir. Il souhaiterait nous revoir car il devrait recevoir de la belle marchandise en cuir à un prix intéressant rien que pour nous, précisa t-il avec insistance. Nous l’avons remercié en promettant de passer le revoir avant notre retour en France. Mon mari me demanda ce que j’en pensais. "Il a l’air gentil et sympathique", répondis-je.

Comme souvent, les vacances passaient trop vite. Deux jours avant notre retour en France, mon mari me fit penser aux achats de quelques souvenirs du pays à faire pour offrir à mes parents et à des proches et me demanda d’aller faire un tour dans les souks de la médina sans oublier de passer à la boutique de son ami Mourad. Il ne pouvait pas m’accompagner, retenu par des démarches administratives à la demande de son père.

Ce n’est qu’en fin d’après-midi où il commençait à faire un peu frais que j’étais sortie faire les achats dans différents magasins et en dernier chez Mourad qui m’accueillit chaleureusement avec un grand sourire, surpris de me voir seule.

— La bonne marchandise est arrivée ce matin. Vous avez de la chance. Allons défaire les cartons dans la réserve. Suivez-moi.

Et il donna des consignes à ses deux jeunes employés pour tenir le magasin et servir la clientèle pendant son absence.

Après avoir traversé un patio situé au fond de la boutique, je me retrouvais avec lui dans une pièce, une sorte de remise avec un bureau et un banc, très peu éclairée mais assez fraîche grâce à un ventilateur au plafond….C’était pour mieux protéger les objets en cuir de la lumière et de la chaleur, m’expliqua t-il. Après avoir fait un premier choix debout pendant qu’il continuait à défaire les colis, il me pria de m’asseoir sur le banc pour "m’éviter la fatigue". Ce faisant, ma robe était remontée découvrant mes cuisses et surtout rendait plus visible la légère rondeur de mon ventre.

S’en étant aperçu, il s’exclama : mais vous êtes enceinte… bravo…félicitations au papa, votre mari… mon ami Karim…

Apprenant que ce sera un garçon, il ajouta tout ravi : il sera circoncis comme son père et comme moi. Il s’approcha de moi et joignant le geste à la parole, il ouvrit en un éclair sa braguette, sortit son sexe qu’il s’empressa de mettre dans la main tout en m’attirant vers lui.

Surprise et choquée, je bafouillais : non…pas ça…je n’ai jamais trompé mon mari…soyez gentil laissez-moi… Mais, faisant semblant de ne pas m’écouter et me serrant encore plus fort contre lui, il glissa sa main entre mes cuisses, les écartant un peu plus et entreprit de me caresser la chatte et mon bouton d’amour bien excité, puis posa ses lèvres sur les miennes. Après quelques instants de résistance, ma bouche a cédé et sa langue a investi la mienne pour un long baiser. Curieusement, je me sentais détendue. Après avoir caressé mes petits seins et bien doigté et lubrifié la chatte, il me fit mettre à quatre pattes sur le banc et sa queue me pénétra avec douceur. Elle était plus longue et plus large que celle de mon mari qui pourtant me satisfaisait bien. Prise en levrette et après quelques va et vient, il éjacula en moi, la voie étant libre. Il me complimenta et en guise de remerciement il fourra quelques billets dans mon sac. Cet argent devait servir à lui régler devant ses employés qui apparemment ne se doutaient de rien, la belle marchandise sur laquelle il fit aussi une remise substantielle promise. Il me chargea de transmettre à mon mari ses amitiés. Ce que je fis en rentrant à la maison, honteuse et gênée au fond de moi-même. Mon mari était content de mes achats, une bonne affaire à ses yeux. Ah, s’il savait….

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire