Histoires d'inceste Histoires de sexe arabes Histoires de sexe lesbien

Avec ma belle-mère – Chapitre 1

Avec ma belle-mère - Chapitre 1



Alors voilà, cela ressemble à s’y méprendre à un film porno mais ce que je vis en ce moment est digne d’un fantasme.

Ma belle-mère a 59 ans, les cheveux gris coupés court, elle n’est pas spécialement sexy, habillée traditionnelle, d’une éducation rigoureuse. Je sais qu’elle n’est pas très portée sur le sexe et qu’elle fait chambre à part avec mon beau-père depuis 5 ans.

Elle fait environ 1m70 pour 70 kg, et un 85c.

Malgré tout, je l’ai toujours trouvée attirante et j’ai souvent fantasmé sur elle dans beaucoup de positions.

Il y a maintenant 7 mois environ, je devais aller chercher ma belle-mère un vendredi soir et la convoyer à 200 km de là dans la famille. Au bout d’1h30, la voiture est tombé en panne, j’ai fait appel à l’assistance qui nous a remorqué jusqu’au garage. Il nous a indiqué qu’a priori ce n’était pas grand-chose et que la voiture serait prête dans la matinée.

Comme il était déjà presque 22 h, nous avons décidé de nous rendre par taxi à l’hôtel le plus proche.

Nous avons obtenu une chambre pour 2 avec un lit double au lieu de 2 lits simples.

Nous avons regardé la télévision et rigoler un peu sur notre situation.

N’ayant pas pris d’affaire, nous nous sommes mis en sous-vêtement pour aller se coucher chacun de son côté.

De mon côté, je n’arrivais pas à dormir, je bandais et je nous voulais pas m’endormir avant elle aux risques de ma bite dure contre elle.

Nous avons fini par nous endormir l’un après l’autre.

Plusieurs fois dans la nuit, je me suis aperçu que soit j’étais enlacé dans ses bras, soit c’était elle.

J’essayais de profiter de chaque instant mais le sommeil me remportait rapidement.

Puis un peu plus tard, je me suis réveillé, j’étais encastré contre elle dans son dos. La main le long de sa cuisse, je me suis m’y doucement à la caresser en essayant de ne pas la réveiller.

Parfois je tentais ma chance sur son sein droit en le caressant doucement au travers de son soutien-gorge.

Durant au moins une demi-heure, ma main glissait très lentement de son sein à sa cuisse passant par le ventre.

Parfois je tentais de caresser doucement son fessier, sa respiration changeait légèrement de temps en temps mais elle ne semblait pas se réveiller.

Sentant ma queue se rapprocher doucement de ses fesses en la frôlant, je me suis dit qu’il fallait que j’arrête car je n’allais pas pouvoir résister plus longtemps. J’ai voulu me retourner lorsqu’elle a laissé échapper sur un souffle d’air un "non, continue".

Sur l’instant, je me suis figé n’étant pas sur d’avoir bien compris, je lui ai alors demandé confirmation.

À partir de là, j’ai reglissé ma main le long de sa cuisse mais sous sa culotte en collant mon sexe entre ses fesses.

J’ai continué encore un peu mes caresses jusqu’à libérer son sein droit et le palper intensément.

Sa respiration changeait et je devenais de plus en plus entreprenant, je commençais ensuite à accéder à son minou assez poilu.

J’ai écarté ses lèvres et rentrer d’abord un doigt puis deux.

J’ai beaucoup joué avec doigts tout en l’embrassant.

Petit à petit, j’ai retiré sa culotte tout en continuant à lui donner du plaisir avec mes doigts. J’ai ensuite simplement baissé mon slip, écarté ses cuisses et me suis m’y sur elle pour la pénétrer.

J’ai ressenti un plaisir immense lorsque j’ai pénétré son vagin pour la première fois.

Tous ces rêves érotiques que je faisais étaient largement en dessous de la réalité et j’avoue mettre fait plaisir en la pénétrant comme il se doit, assez vigoureusement.

Elle a aimé cela, elle était envahie par le plaisir, elle gémissait et ne laissait que rarement échapper de sa bouche des râles de plaisirs.

Je finis par éjaculer en elle, je me souviens encore de cet instant magique, les deux mains tirant sur ses seins vers le bas, le bassin activé dans un va-et-vient frénétique.

J’ai rapidement continué de l’embrasser et de lui caresser les seins, ne voulant pas que la magie s’arrête.

Nous avons un peu discuté et j’ai appris qu’elle aussi avait déjà fantasmé sur moi, elle m’avoua aussi qu’elle ne faisait presque plus l’amour avec son mari et qu’elle croyait qu’elle n’avait plus besoin de sexe dans sa vie.

Je lui ai demandé une fellation, elle m’a dit que la dernière fois qu’elle en avait fait une c’était il y a plus de 20 ans.

Elle finit par accepter, je lui ai proposé un cunnilingus pour que cela soit plus facile pour elle.

Elle est donc resté sur le dos, j’ai commencé par lui mettre ma queue dans la bouche pour finir de la réactiver tout en la regardant ma sucer. Je lui ai réappris les bases car à la première rayure de ses dents, ce n’était pas du luxe.

Ensuite, je me suis retourné, je l’ai doigté une nouvelle fois tout en la léchant. Elle s’améliorait pendant que ma bite durcissait. C’était là encore absolument hyper excitant de se faire sucer par elle tout en ayant accès à sa chatte.

Je finis par la labourer avec mes doigts et ma bite. Sans la prévenir, j’ai éjaculé dans sa bouche au moment nous atteignions ensemble le point culminant du plaisir.

Avoir sa belle-mère qui avale son sperme est au-dessus de tout ce que vous pouvez imaginer.

Là nous avons discuté une grosse demi-heure de plein de choses, de sexe aussi. C’est là qu’elle m’expliqua qu’elle était très surprise de son comportement car elle est plutôt réservée, timide, absolument pas entreprenant et qu’elle n’avait jusqu’à présent, jamais trompé son mari.

Moi je voulais atteindre le saint-grâal qui pour moi est la sodomie. La sodomiser comme dès mes rêves. Assez réticente, elle finit par accepter étant donné que cette nuit était vraiment une parenthèse des plus incroyables.

J’avais un seul préservatif dans mon portefeuille que je réservais pour ce moment.

Comme elle n’avait jamais pratiqué la sodomie, je savais que je ne pourrais pas lui en faire une comme je les aime. Malgré tout, je lui ai doigté l’anus avec un seul doigt durant un moment, puis un deuxième pendant un moment suffisant afin d’atteindre le relâchement musculaire. Là où le plaisir commence à venir, c’est le moment où j’ai commencé à lui pénétrer l’anus.

Cela a pris plusieurs minutes avant que j’arrive à rentrer mon pénis entièrement. Au début, pas question de va-et-vient complet mais à force de patience, elle prit du plaisir et me dit elle-même d’y aller plus vigoureusement.

Je ne me suis pas fait prier, j’ai accéléré, elle m’a même dit une fois de la prendre comme une chienne. Je l’ai sodomisée plus intensément tout en sachant que je ne pouvais pas la labourer sinon elle aurait rapidement arrêté.

C’était très agréable de l’enculer en lui tirant légèrement les cheveux, en tirant sur ses 2 seins.

Une fois terminée, nous avons discuté encore une fois puis nous nous sommes endormis les bras l’un dans l’autre.

Au matin, nous avons encore fait l’amour dans différentes positions. Elle m’a refait une fellation avec un peu plus de conseils pour mieux la réussir.

Un plaisir personnel aussi, dans la douche, elle s’est mise à genoux pendant que je lui urinais dessus. C’était jouissif à mort.

Nous avons fini par sortir du lit et aller récupérer la voiture pour poursuivre notre week-end.

Depuis, nous nous sommes vu que 3 fois afin de ne pas éveiller les soupçons ni abuser dans cette relation inhabituelle.

En tout cas, c’est merveilleux.

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire