Histoires d'inceste Histoires de sexe gratuites Histoires porno

Bénédict…ions – Chapitre 2

Bénédict...ions - Chapitre 2



J’avais déjà fait du chemin depuis la découverte du sexe masculin, ce fameux soir que je n’oublierai jamais.

J’avais 21 ans cette fois, encore étudiante, plutôt sérieuse, et sans trouver de mec formidable qui sache m’aimer comme j’estimais le mériter.

Niveau sexualité, je n’étais bien sûr plus vierge, j’avais fait quelques expériences plutôt traditionnelles, après tout, il est difficile d’assumer ses envies et encore de trouver des partenaires susceptibles de jouer certains jeux, ou alors peut-être chez des plus âgés. Pourquoi pas d’ailleurs ?

J’étais un peu plus féminine qu’à mes 18 ans, cheveux longs, tenues plus adultes et à mon grand désespoir, une poitrine pas tellement gonflée. Des fesses bien rondes et bien mises en valeur dans du 36.

L’un de mes potes, Geoffrey, me tournait autour depuis quelques semaines déjà, mais je ne ressentais envers lui qu’une vague amitié.

Lui m’avait promis l’amour, la fidélité, tout ce que je voudrais et tout ce qu’on peut raconter à une jeune fille pour obtenir ses faveurs. Sans succès.

Un soir où nous étions en train de traîner dehors entre copains, il était présent et revint encore une fois à la charge. Quelques bières avalées me poussèrent à vouloir me débarrasser de lui clairement. Il n’était pas capable de m’apporter ce dont je pouvais avoir envie chez un mec.

J’insistais en lui expliquant que mon plaisir à moi n’était pas d’avoir quelqu’un qui m’aime et me chérisse. Mon célibat me plaisait et la seule chose dont j’aurais envie en ce moment serait d’un larbin prêt à m’obéir comme un petit chien et qui accepterait de faire tout et n’importe quoi pour me plaire. Les mecs de 20 ans sont en général fiers et veulent prouver leur virilité, jamais il ne se plierait et j’aurais la paix.

Comme quoi il ne faut jamais être sûr de rien…

De corpulence normale, il n’avait pas une personnalité extrêmement passionnante et réussit à me surprendre en répondant que ça l’intéressait ; que si c’était le seul moyen d’avoir quelque chose de moi, il ferait tout sans broncher. Surprise dans un premier temps, je me dis qu’il fallait en profiter.

La soirée se terminait malgré sa douceur estivale, chacun repartit de son côté et je lui demandais de m’accompagner. Je m’assurais qu’il avait bien compris ce que je voulais de lui et le prévenais que si ça ne fonctionnait pas, notre amitié serait terminée. Il était prêt à foncer.

Sur le chemin, dans un espace vert mal éclairé je lui ai ordonné de se mettre entièrement nu, maintenant dans ce lieu public. Il ne dit rien, se cacha dans un buisson et enleva tout. Dans la pénombre, j’aperçus son corps peu musclé et sa bite complètement dressée. Il semble que la situation l’excitait beaucoup… tant mieux.

Je n’étais pas attirée par ce mec, mais le voir à poil comme ça dans la rue stimula ma libido et ma petite chatte chauffait.

Je lui demandais de sortir de son buisson, de faire un tour sur lui-même pour inspecter ses fesses et pour le voir s’exhiber.

Il exécuta parfaitement et piquée par l’excitation, je lui demandais de se pencher en avant avec ses fesses bien écartées par ses mains.

Je passais mes doigts dans la raie de son cul, il ne dit rien, juste une respiration plus rapide et quelques frissons lorsque mon ongle vint lui grattouiller l’anus.

Cela me plaisait beaucoup de jouer avec son petit trou du cul, je lui massais, caressais et de ma main gauche, je déboutonnais mon jean pour me frotter la culotte déjà bien humide.

J’avais très envie de lui mettre un doigt dans le cul, mais j’avais peur de lui faire mal. Il lâcha une de ses fesses pour se saliver dans la main, lubrifiant improvisé qu’il déposa lui-même dans sa raie avant de rattraper sa fesse. Je n’imaginais pas meilleure invitation et j’enfournais mon majeur lentement dans son trou du cul, jusqu’au bout.

J’ai eu une petite pensée à propos du copain de mon père, c’était le premier sperme que j’ai goûté, et le premier à qui j’ai touché l’anus, mon excitation redoubla.

Je doigtais ce pote lentement lorsqu’il demanda s’il pouvait changer de position. Ses jambes commençaient à fatiguer. De lui-même, il se mit à quatre pattes dans l’herbe, les genoux bien éloignés et dès qu’il fut à l’aise, il posa les épaules au sol pour pouvoir s’ouvrir à nouveau les fesses de ses mains. Il était peut-être bi… je m’en foutais je voulais l’utiliser.

Sa docilité m’étonnait, je n’avais même pas eu besoin de lui demander de prendre cette position. Elle avait l’avantage de tendre son cul, et me donnait un meilleur accès à ses couilles et à sa bite.

Je repris mon inspection de son cul et je salivais à mon tour dans l’espoir de pouvoir introduire un deuxième doigt ou plus. L’idée de lui dilater le trou du cul m’excitait énormément, je me demandais si j’aurais à portée de main, un truc à lui enfoncer. Je jetais un il autour, mais seul un cône de chantier attira mon attention… Le faire asseoir dessus ?… Trop gros sans doute, mais je garderais cette idée bien au chaud, croyez moi, très au chaud même…

Le sentant se crisper lorsque mon second doigt s’enfilait, j’ai attrapé sa bite de mon autre main pour le branler en même temps et qu’il détende son trou que je voulais visiter. L’idée fut excellente et c’est avec deux doigts que je le fouillais maintenant. Il gémissait très discrètement, de douleur ou de plaisir ? Peu importe, seul mon plaisir comptait.

Ce fut même trop excellent comme geste, puisquil ne put se retenir d’éjaculer dans l’herbe sans que je puisse faire durer le plaisir.

Quel gaspillage, tout ce bon sperme parti dans la nature, j’aurais vraiment préféré l’avoir en moi ou me l’étaler sur la peau…

Un peu déçue, car j’avais envie de mettre un troisième doigt, mais très excitée, j’estimais qu’il était à mon tour de jouir. Je lui ordonnai de s’allonger sur le dos sans bouger, les mains le long du corps et je me présentais debout au-dessus de sa tête. Mon pantalon était déjà ouvert et un peu baissé puisque j’avais joué avec ma chatte. Je le baissais davantage, en dessous des genoux, en même tant que ma culotte trempée, et m’accroupit sur son visage comme je l’aurais fait pour pisser dans la nature : ma vulve et mon anus grand ouverts. Aujourd’hui, on appelle cela un facesitting figurez-vous.

Lèche-moi.

Il ouvrit la bouche en grand de manière à me dévorer la chatte pleine de mouille, cette position le forçait à la lécher en profondeur et c’est avec un plaisir immense que je sentais sa langue me nettoyer l’intérieur. Il remua quelque peu et je sentis la pointe de son nez s’appuyer contre mon anus. A cette époque-là, il était encore bien trop serré pour pouvoir l’y enfoncer, même si j’aurais aimé que ça arrive. L’anal me tentait de plus en plus, je n’aurais pas cru que ce serait moi qui fouillerais un cul avant qu’on ne vienne fouiller le mien.

La sensation était divine, toute mon intimité était stimulée sur son visage actif et je finis par jouir en retenant mes gémissements tellement c’était bon. Sa bite ramollie était à portée de mains, je la pris, mais elle ne se redressa pas… Dommage, j’avais une envie soudaine de sucer une bonne queue bien dure et prête à juter. Personne alentours, dommage, j’aurais sucé n’importe qui, je crois, je n’avais pas eu ma dose de sperme, mon corps réclamait.

Il me fallut quelques dizaines de secondes pour reprendre mes esprits tandis que lui ne bougeait plus.

Ce fut alors très soudain : envie pressante de soulager ma vessie pleine des bières de tout à l’heure.

Je suppose que la position et l’orgasme ont contribué à cette envie. J’étais pourtant bien là, ma pensée avait repris le dessus et Geoffrey voulait m’obéir alors qu’il ne bandait plus. C’est donc sur son visage que je me suis mise à pisser, sans retenue, et je trouvais cela très plaisant, au point que mon bas-ventre me poussait à un nouvel élan sexuel. Pas un mot n’est sorti de sa bouche alors que je l’inondais.

Je n’ai jamais su s’il avait apprécié ou même s’il en avait avalé. Il me plaît de croire que si son sperme a été gâché, une partie de mon urine, elle, ne l’a pas été.

Je l’ai ensuite laissé là, il a certainement dû se rhabiller et rentrer chez lui.

En tout cas moi, j’étais ravie et me suis dit qu’il faudrait que je le revoie finalement.

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire