Histoires d'inceste Histoires de tromper Premières histoires de sexe

Catherine et Charlette – Chapitre 10

Catherine et Charlette - Chapitre 10



Etrangement nous sommes restés silencieux durant tout ce trajet, une atmosphère étrange règne dans lhabitacle, faite de désirs refoulés, dappréhensions, et denvie de passer au plus vite à ce qui doit inéluctablement arriver.

Sur lautoroute, latmosphère se détend, cest Catherine qui prend linitiative de poser sa main droite sur mon genou.

Moi oui, mais ne me touches pas, sinon je ne réponds de rien, et je risque de nous foutre en lair.

Ok, ok, je nai pas envie daller brouter de lherbe.

Sa main monte et descend sur ma cuisse, je regrette davoir mis un jean, un short aurait facilité la tâche de Catherine.

Jean, nous allons faire lamour tous les deux, sans Charlette à côté, tu ne ressens pas une gêne ?

Je vais te paraitre un peu salaud, mais non, Charlette me connait, je lui ai dit ma manière de vivre, elle sait que je suis un jouisseur, je profite de toutes les occasions qui soffrent à moi. Elle sait pourquoi et laccepte.

Ok, mais moi je suis un peu en porte à faux. Jai envie de toi, tu le sais, tout le monde le sait, mais jaime Charlette de tout mon cur, je ne veux pas la faire souffrir.

Tu la fais souffrir, cest vrai, mais elle ne ten voudra jamais, elle taime comme tu laimes, et elle veut ton bonheur. Catherine, si tu commences à te poser des questions, il vaut mieux arrêter là, ce ne sera pas possible. Je sais que moi aussi, je fais souffrir Charlette, nous savons que nous ne finirons pas notre vie ensemble, nous nous aimons, mais nous sommes réalistes, nous sommes trop différents, et il y a cette différence dâge qui ne joue pas en notre faveur.

Je sais, mais je ne peux mempêcher de penser à elle. Tu sais que mon amour pour elle dépasse la simple amitié, je me pose des questions, et ton apparition narrange pas les choses.

Excuses moi de vivre.

Non, ne te fâches pas, simplement, je veux te dire que je sentais quelque chose apparaitre entre Charlette et moi et ta venue à tout changé. Elle est raide dingue de toi, et moi je suis raide dingue delle et de toi. Ça ne facilite pas les choses.

Et tu crois quelle nest pas raide dingue de toi ?

Je ne sais plus, depuis ton apparition, je ne la sens plus aussi proche de moi, moins amante, même si nous faisons lamour régulièrement.

Elle découvre un nouvel univers ou tu as certainement ta place.

Oui, peut-être.

Le silence sinstalle, pesant, total, chacun dans sa réflexion. Je commence à somnoler lorsque Catherine pose de nouveau sa main sur mon genou.

Il est temps de faire une pause, nous allons boire un café et dormir un petit peu.

Je suis étonné, je mattendais à ce quelle me saute dessus à la première occasion. Je la regarde et elle comprend mon étonnement.

Quest-ce que tu crois, que je vais te sauter dessus là, tout de suite. Non, rassures toi, je suis une pro, le boulot dabord, la gaudriole après. Ne ten fais pas, je ne tai pas oublié et je veux te sentir en moi, mais dans dautre circonstances.

Ok, allons boire un café.

Nous allons dans la station pour boire un infecte café et retournons au camion pour nous allonger un moment tout habillé. Deux heures après, Catherine se lève et démarre le camion alors que je suis toujours dans ma couchette.

Tu peux rester allongé.

Pas question, nous avons des choses à nous dire.

Comme comment va-t-on faire lamour ensemble si tu ne penses quà ton boulot.

Ne ten fais pas, nous le ferons je peux te lassurer.

Je minstalle à ma place et la route défile devant nous, nous narrêtons pas de parler, de tout, mais surtout de Charlette qui hante lesprit de Catherine.

Vers huit heures, nous arrivons chez le premier client en France, du côté de Fréjus. Catherine décharge seule, elle ne veut pas que jintervienne, question de principes. Nous repartons pour Vintimille, mais nous sommes obligés de faire une nouvelle pause, cette fois-ci à côté dun hôtel.

Nous allons pouvoir faire une petite pause dans un vrai lit, ce sont des amis, ils me prêtent une chambre tous les lundis, seulement cest un lit à deux places.

Et cest gênant ?

Non, tentant.

Allons-y, je crève denvie de te faire lamour.

Moi, je crève denvie de te sentir en moi.

Nous nous dirigeons vers lhôtel, en entrant, une jolie jeune fille se précipite vers Catherine.

Catherine, comment vas-tu ? Nous tavons préparé ta chambre, aujourdhui, cest la quinze.

Elles sembrassent sur les joues quand apparait un homme dune bonne cinquantaine, grand, taillé comme un athlète et qui prend Catherine dans ses bras pour lui déposer deux bises sur les joues.

Comme tu nous las demandé, on ta préparé la quinze, il y a un grand lit à deux places.

Elle se retourne vers moi, un peu gênée, me sourit et prend ma main.

Allons-y chéri.

Je la suis un peu étonné, la chambre est au premier, simple mais très agréable et confortable.

Nous avons deux heures, mais je veux aussi me reposer, je ne veux pas faire la conne, alors, dans une demi-heure, je dors, donnes moi suffisamment de somnifère pour que je puisse récupérer.

Alors comme ça, il ny a que des chambres à grands lits, et je suis ton chéri.

Ok, mais comment veux-tu que je fasse, simplement le message nest pas passé entre eux, quant au chéri, il va falloir que tu ty fasses, je vais constamment tappeler comme ça devant les collègues.

Ok, ok, viens.

Je la prends dans mes bras, je bande comme un âne, rien quà la pensée que je vais faire lamour avec cette petite poupée merveilleusement faite. Elle menlace, se met sur la pointe des pieds et pose ses lèvres sur les miennes. Nous échangeons un long baiser, mes mains soccupent de son tee shirt, le font passer par-dessus sa tête, elles descendent sur la ceinture de jean, la dégrafe, tirent sur le zip et le font descendre. Je maccroupie pour faire descendre ce bout de tissu le long de ses jambes. Jembrasse son ventre, son mont de vénus et ses lèvres encore serrées. Elle est là, devant moi, nue, me souriant, offerte, attendant que je prenne linitiative. Je la prends dans mes bras et la dépose sur le lit. En quelques secondes, je suis nu et mallonge à côté delle. Elle se blotti contre moi. Nous nous embrassons tendrement au début pour finir dans un baiser torride, nos mains parcourant le corps de lautre, je mattarde un peu sur ses seins, elle sur mon ventre pour finir sur ma bite. Ma main gauche arrive sur son mont de vénus, un doigt titille le clitoris qui émerge des lèvres. Son ventre sanime, il commence des ondulations significatives, son corps sanime.

Oui chéri, occupes-toi de moi, de mon corps, je suis là, juste pour jouir avec toi.

Mes lèvres quittent les siennes, descendent le long du cou en y déposant des baisers, arrivent sur ses seins, les escaladent, les enveloppent pour donner un coup de langue sur chaque mamelon érigé, elles poursuivent leurs chemin en glissant vers le ventre toujours en déposants des baisers, sattardent sur le nombril pour lexciter de la langue, arrivent sur le mont de vénus qui ondule déjà. Elle écarte légèrement les jambes.

Plus vite chéri, je nen peux plus dattendre, je suis au bord de lexplosion.

Doucement chérie, il faut apprécier linstant.

Ma langue passe sur ses lèvres, en évitant le clitoris, elle ruissèle de cyprine, je lui écarte un peu plus les jambes, les passent sur mes épaule et me penche sur son sexe. Je bois son jus damour en évitant soigneusement son clitoris. Je sens le corps de Catherine se raidir, elle ondule de plus en plus, son ventre se crispe, sa respiration est plus sifflante, elle me prend la tête dans ses mains et appuie dessus.

Oui, je jouis, je jouis, MMMMMMMM.

Ses jambes me serrent le cou, elle se cambre, son corps est secoué dans tous les sens. Puis, elle se détend un petit peu, cest à ce moment que je pose mes lèvres sur son clitoris.

AAAHHH.

Ma langue se déchaine, virevoltant autour de cette petite tige damour qui gonfle.

Oui, oui, MMMMMMM.

Elle jouit de nouveau aussi intensément. Je sens des spasmes de plaisir la secouer, elle se cambre de nouveau, ma bouche glisse sur ses lèvres, jintroduis ma langue dans sa vulve pour me délecter de ce divin nectar.

Ou lala, je suis naze, cest tellement bon.

Je la redépose sur le lit, lui écarte bien les jambes et ma bouche remonte doucement vers la sienne. Elle dépose des baisers sur tous les centimètres carrés de sa peau. Arrivée aux seins, elle les mordille, ce qui fait réagir Catherine.

Oui, pinces-les, jaime.

Je prends chaque mamelon entre mes doigts et les pince doucement.

Encore, plus fort.

Jaugmente légèrement la pression de mes doigts, mais je naime pas trop faire mal à ma partenaire, même si elle aime ça. Heureusement elle nen demande pas plus. Tout en lui pinçant les seins, je continu ma remontée pour arriver sur sa bouche. Nous échangeons un brulant baiser, mais elle est trop petite, et ma bite effleure à peine le haut de ses cuisses. Je libère sa bouche pour monter encore un peu et ma verge senfonce doucement dans une grotte chaude et humide.

Oui, aimes moi.

Dans un premier temps, je fais de lents va et vient, amples, sur toute la longueur de mon sexe, puis jaccélère la cadence tout en maintenant lamplitude jusquà ce que ma queue sorte à chaque va et vient.

Oh oui, oui, je vais jouir, oui, continu.

Je la pistonne au maximum de mes possibilités, mais à ce rythme, je ne peux plus tenir et je me vide en elle en de longs jets de sperme.

Oui, en moi, vide-toi, oui, oui, je viens chéri, je viens, je jouis, je jouis, MMMMMM.

Elle se raidi de nouveau, menlace avec ses bras et me serre à men étouffer, je suis sidéré de la force quelle a. Nous sommes collés lun à lautre, Catherine reprend son souffle comme moi. Je me laisse tomber à côté delle, elle se retourne un peu pour se blottir contre moi, une jambe sur mon ventre.

Il faut dormir maintenant, ils nous réveillent dans une heure et demie. Dors bien chéri, moi je suis déjà dans les bras de Morphée.

Elle sendort en cinq minutes, moi je suis partagé, jai adoré caresser ce magnifique corps, jai adoré faire lamour avec elle, mais jai un petit pincement au cur en pensant à Charlette. Je regarde ce corps abandonné sur moi, qui se soulève lentement au rythme de sa respiration, ce minuscule corps apaisé, repu, qui reprend des forces pour conduire un monstre de quarante-quatre tonnes. Instinctivement, ma main se pose dessus et le caresse doucement en leffleurant à peine. Ca ne la réveille pas, elle reste impassible dans son sommeil. Je fini par mendormir.

Le téléphone nous réveille, il est lheure de se lever, Catherine décroche et parle un petit moment, sourit, rassure, et se tourne vers moi. A ma grande stupéfaction, Catherine me tend le combiné, cest Charlette.

Allo, comment sais-tu quon est là ?

Parce que Catherine sarrête tous les lundis là pour se reposer et cest moi qui la réveille, tu sais quon saime, je lui téléphone tous les jours.

Ok, tu vas bien, pas trop angoissée ?

Non, je sais que vous avez fait lamour, je sais que les deux personnes que jaime le plus ont passé un très bon moment ensemble, et jen suis très heureuse.

Oui, mais comment fais-tu ?

Je vous aime tous les deux, et jaime que les gens que jaime saiment, ma plus grande joie serait dêtre avec vous.

Je taime Charlette, je taime.

Passe une bonne fin de journée, à demain, je taime.

Je raccroche sous lil amusé de Catherine.

Elle est extraordinaire damour.

Tu vois, ce nest pas si compliqué, mais ce qui va être compliqué, cest de ne pas te sauter dessus si tu restes nue devant moi.

Ok, à la douche, mais lun après lautre, si je jouis maintenant, je ne pourrais pas conduire correctement.

Nous prenons une douche lun après lautre et mangeons un petit peu. La route défile de nouveau devant nous, monotone, longue. Nous sommes en Italie, le décor change, la circulation est plus dense sur cette autoroute du nord de lItalie. Vers vingt et une heures, nous nous arrêtons à un restaurant de routiers. Catherine remet en place sa chevelure quelle avait attaché, descend du camion et me prend le bras.

Entrons dans larène.

Quand nous entrons dans le restaurant, tout le monde nous regarde, quelques sifflets par ci par là, lorsquun homme se lève et se dirige vers nous. Il doit friser les deux mètre et les cent trente kilos, une bête. Il prend Catherine par les hanches, la soulève et lui fait deux énormes bises sur les joues.

Catherine, quel plaisir, ça fait un bail.

Oui Carlos, au moins deux mois.

Il la remet sur terre, elle se tourne vers moi.

Jean, je te présente Carlos, mon premier patron, mon protecteur dans le milieu, tu comprends pourquoi je nai jamais dennuis avec les autres chauffeurs, ils savent que ça ne pourrait que déclencher la colère de Carlos, et ils évitent.

Il me serre la main, sans la démolir comme je my attendais, et nous nous asseyons à sa table. Le repas se passe très bien, une bonne quinzaine de chauffeurs sont venus faire la bise à Catherine, elle est connu comme le loup blanc. Il est vrai quêtre une femme dans ce milieu, ce nest pas courant, mais en plus elle est minuscule et elle fait le boulot, alors admiration !! Après le repas, nous rejoignons la cabine pour dormir, enfin je le pensais.

Catherine tire les stores de la cabine et se déshabille entièrement, une fois nue, elle sétend sur le dos sur sa couchette. Elle me regarde en se caressant les seins.

Déshabille-toi et viens me rejoindre.

Je mexécute et mallonge à côté delle, nous sommes à deux dans un petit lit pour une personne, cest soit lun sur lautre, soit lautre sur lun, la différence est minime. Je suis contre la paroi, le dos sur une surface froide, mais la main de Catherine sur ma peau, et la mienne sur sa peau me réchauffe assez vite. Je lui titille le clitoris pendant quelle me caresse le sexe. Une fois quelle juge que je suis suffisamment en forme, elle me fait basculer sur elle, dirige ma bite sur son sexe et je menfonce doucement dans sa chatte chaude et déjà très humide.

Oui, en missionnaire, doucement, tendrement.

Je lui fais lamour lentement, en me tenant sur les bras pour ne pas lécraser tellement nous sommes à létroit. Petit à petit, je sens son corps vibrer, elle ferme les yeux, sa respiration devient plus profonde, plus sifflante. Elle se saisie de ses seins et les pinces. Ses hanches ondulent sous mon ventre, et moi aussi je sens monter la jouissance. Mes pieds sélectrisent, mon ventre se durci, mon cur accélère et tout à coup, mon cerveau mordonne de jouir.

Chérie, je jouis, je vais me vider en toi.

Oui, viens, je vais taccompagner.

Je me vide en elle pendant quelle explose dans un violent orgasme.

MMMMMMMMMMMM

Toujours le même son rauque. Nous finissons par nous calmer et je retombe doucement sur elle, elle me prend la bouche pour un long baiser passionné. Nous sommes trop serrés pour pouvoir dormir et je monte dans la couchette du haut.

Bonne nuit chérie.

Je ne rêve pas, cest la troisième fois que tu mappelle chérie aujourdhui, tu maimes donc ?

Evidemment que je taime, pas comme Charlette, mais je taime sinon je ne pourrais pas te faire lamour, je te baiserais.

Japprécie la différence. Tu continueras à notre retour.

Oui, mais en privé.

Même devant Charlette ?

Bien sûr.

Bonne nuit chéri, vous êtes tous les deux des anges.

Nous finissons par dormir. Le lendemain, direction Milan pour le premier client important. Je passe deux bonnes heures avec lui, lui expliquant le pourquoi et le comment de notre démarche qualité. Comme beaucoup ditaliens du nord, il parle parfaitement le français et le contact est franc et facile. Il me confirme son intention daugmenter le trafic avec la France et comme nous avons un réseau qui lintéresse, il est partant. Nous convenons dune rencontre au siège dans un proche avenir.

Catherine a fait le déchargement et le chargement, elle est prête. Nous partons direction Naples, il faut traverser toute lItalie, du nord au sud. Le soir, nous arrivons sur une aire dautoroute ou il y a un hôtel restaurant. Nous devons passer la nuit pour respecter la règlementation. Je nai pas trop envie de dormir dans la cabine, et une nuit dans un bon lit me plairais bien.

Ce soir, dodo dans des draps.

Tu veux prendre une chambre.

Oui, ça te déplairait ?

Parce que je viens avec toi ?

Ne fais pas lidiote, ça te tente ?

Bien sûr, attends-moi là.

Nous descendons de la cabine, Catherine vas voir deux ou trois chauffeurs et revient vers moi.

Cest bon, jai trouvé quelquun.

Elle remonte dans le tracteur, le démarre et le manuvre de manière à coller la semi à lautre camion. Une fois les deux semis cul à, cul, elle arrête tout et redescend.

Pourquoi ?

Comme ça les pilleurs de camion ne peuvent pas ouvrir les semis, elles se protègent mutuellement, et comme ce sont des frigos, pas possible de passer par les côtés comme sur des savoyardes.

Ingénieux.

Nous allons diner et je prends une chambre avec réveille à six heures du mat. Nous entrons dans une belle chambre confortable et lumineuse. Un grand lit nous accueille.

Ca va nous changer des couchettes.

Catherine se déshabille et va vers la douche. Je la suis rapidement. Leau ruisselle sur elle, elle se frotte avec du gel. Je rentre sous la douche et moccupe de la savonner. Evidemment, mes mains sattardent sur ses seins, son ventre plat, ses fesses et son sexe. Ma bouche suit mes mains partout où elles passent, et fini sur son clitoris que je sens gonfler sous ma langue.

Oui, comme ça, tu vas me faire jouir, je viens, je jouis, je jouis, MMMMMM.

Elle se cambre, sélève sur la pointe des pieds, pose ses mains sur ma tête, son ventre se durci, elle tremble et soudain se détend et se penche sur moi.

Quel pied, je vais bien dormir maintenant.

Ça te suffit ?

Il faut dormir.

Alors au lit.

[email protected]

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire