Histoires de sexe Histoires de sexe viol

Drague avec mes fesses – Chapitre 15

Drague avec mes fesses - Chapitre 15



J’enfile mon blouson et rejoins la maison en tenant mon corsage et ma jupe dans une main, le cul nu qui reçoit la visite de quelques mains, dont celles de Cathy, durant le voyage. Elle se penche à mon oreille.

Tu as un cul magnifique, j’aimerais bien m’en occuper.

Je suis à ton entière disposition.

En arrivant à la maison, je me rends compte que mes cuisses sont maculées du sperme de flic. Je vais prendre une douche pour me nettoyer à fond. Je suis sous la douche quand je vois arriver Cathy, nue, avec une ceinture équipée d’un énorme gode d’au moins quatre centimètres de diamètre et vingt-cinq de long au gland proéminent.

Elle tend sa main, me prend le bras.

Viens.

Je sors de la douche toute ruisselante, Cathy me fait assoir sur une sorte de bidet en me penchant en avant. Elle sort une poire de lavement d’un tiroir équipé d’une canule en forme de sexe et revient vers moi.

Je peux ?

Bien sûr.

Après avoir rempli la poire d’un liquide chaud, elle m’introduit la canule dans l’anus et presse. Je sens le liquide se répandre en moi, je me vide instantanément. Elle répète quatre fois l’opération jusqu’à ce que je sois parfaitement propre.

On y va.

J’entre sous la douche pendant que Cathy enduit d’une sorte de graisse le sexe du gode. Elle entre avec moi sous la douche, la bite du gode vient me toucher la cuisse. Sans un mot, elle se glisse derrière moi, m’écarte les fesses et positionne le gland du gode sur ma rondelle.

Je peux ?

Bien sûr, mais doucement, je n’ai jamais été sodomisée avec un tel engin.

Ne t’en fait pas, j’ai l’habitude, je sodomise hommes et femmes avec cet engin depuis pas mal de temps. J’en ai même deux plus gros, mais on verra ça plus tard.

Elle pousse un peu, je sens mon sphincter s’ouvrir, mais il n’est pas assez souple, Cathy réalise tout de suite qu’elle ne peut que me faire mal, elle se retire.

Attends-moi.

Elle revient quelques secondes plus tard avec un gode moins important, d’à peine deux centimètres de diamètre, qu’elle fixe à sa ceinture et enduit de graisse. Je suis toujours sous la cascade de la douche, j’aime cette eau chaude qui ruissèle sur mon corps. Je l’aide à se glisse derrière moi, elle m’écarte les fesses, positionne le gland du gode sur ma rondelle et appui doucement. Cette fois-ci, mon sphincter, moins sollicité, s’ouvre sans problème et laisse le passage au gland qui s’introduit dans mon fondement. Cathy commence ses va-et-vient, lents et courts au départ pour s’allonger et accélérer ensuite. Très vite, je sens que le gode glisse sans aucun effort, mon sphincter est grand ouvert et le laisse circuler librement.

Au bout d’un moment, le gode s’en va, mon cul reste un peu ouvert, il n’a pas le temps de se refermer entièrement qu’un autre engin se présente à l’entrée. C’est le petit monstre, mais cette fois mon sphincter lui laisse le passage avec un semblant de résistance à peine perceptible, ça glisse tout seul. C’est, pour l’instant, le plus gros engin à n’avoir jamais pénétré mon cul, les sexes humains n’atteignent pas cette dimension, du moins, tous ceux que j’ai connus. Cathy ne prend plus de gants, elle se déchaîne dans mon cul à grands coups de rein. Le gigantesque gland sort de mon cul et re-rentre en explosant ma rondelle. Je me laisse aller au plaisir de cette incroyable sodomisation. Je me penche en avant, réussi à poser mes mains sur le lavabo juste à côté de la douche. J’offre plus d’amplitude aux gestes de Cathy qui ne ralentit pas. Je me concentre sur ce pieu qui me laboure le fondement, mon esprit n’est plus qu’un cul, un cul avide de plaisir qui me fait remonter au travers de tout mon corps des ondes merveilleuses. Je sens mon ventre se crisper, mon cur accélérer, mon cerveau entrer en ébullition, je résiste autant que je peux pour retarder au maximum mon plaisir jusqu’à ce que, m’y tenant plus, j’explose dans un gigantesque orgasme. C’est la première fois que je jouis en étant sodomisée sans me caresser le clitoris. Cathy ralentit sa cadence pour s’arrêter en restant plantée dans mon cul.

Je vois que tu as particulièrement aimé.

Tu ne peux pas savoir à quel point.

Oh, ne t’en fais pas, je sais ce que tu as ressenti, moi aussi je me suis fait sodomiser avec cet engin, et même avec des plus gros, je me suis entraînée avec une amie pour pouvoir recevoir l’énorme bite de Cartouche dans le cul. Il ne m’a jamais baisé, j’appréhende cette énorme bite dans mon petit vagin.

Je dois dire que vu ce que j’ai vu tout à l’heure, moi aussi j’hésiterais à me faire baiser par Cartouche, il y a plus d’espace dans le fion.

Exactement, bon, allons rejoindre les autres, il est temps de manger.

Cathy me libère du gode, je me redresse, me rince pendant qu’elle enlève sa ceinture. Elle revient pour se rincer elle aussi, j’en profite pour la plaquer contre une des parois de la douche et me jeter sur son sexe.

Oui, fais-moi jouir.

Je lui aspire le clitoris qu’elle a assez proéminent, c’est comme une minuscule bite, comme celle de l’inconnue de la boulangerie, que je pompe, suce, aspire, mordille jusqu’à ce qu’elle jouisse en me plaquant la bouche contre son sexe. Quand elle revient à elle, ses mains se font plus légères, je peux me redresser sans oublier de poser mes lèvres sur toutes les parties de sa peau que je rencontre pour finir sur ses seins ronds et fermes.

Oui, oui, continu, je vais encore jouir.

Je lui mordille les tétons tout en lui caressant la vulve avec ma main à plat. Elle repart dans un nouvel orgasme. Quand je me redresse, elle se saisit de ma tête et vient plaquer ses lèvres sur les miennes, s’ensuit un baiser torride. Nous finissons par sortir de la douche, nous essuyer et rejoindre Sandrine et Elodie. Sans réelle surprise, nous les voyons toutes les deux à quatre pattes avec chacune un chien sur le dos en train de les baiser. Flic pour Sandrine, Hector pour Elodie. Je réalise tout à coup qu’Elodie a fini par accepter de se faire baiser par son chien, et au vu de la tête qu’elle fait, ce ne sera pas la dernière fois. Cathy me prend la main.

Allons préparer à manger, laissons-les en profiter.

Nous préparons à manger tout en écoutant le concert de cris de plaisir dans la pièce d’à côté pendant une bonne dizaine de minutes. Quand nous retournons au salon, Hector et Flic sont seuls, couchés chacun dans un coin du salon, les filles ont disparu, mais au bruit des soupirs venant de la salle de bain, je me doute que le débriefing est plutôt hard. Elles réapparaissent dix minutes plus tard, toutes pimpantes.

Salut les filles, c’est super, plus qu’à se mettre à table, merci.

De rien.

Je vais vers Elodie et l’attire à part.

Alors, tu as fini par y arriver ?

Oui, d’avoir touché le sexe de Cartouche tout à l’heure m’a mise dans un drôle d’état et quand j’ai vu Sandrine se faire prendre par Flic, je n’ai pas réfléchi, je me suis mise à quatre pattes devant Hector qui m’a instantanément planté son vit dans la chatte, et je peux te dire que la seule chose que je regrette, c’est de ne pas l’avoir fait avant alors que j’en avais la possibilité.

Je savais que tu y arriverais, tu aimes trop le cul.

Puisque tu le dis.

Nous rejoignons Sandrine et Cathy et nous installons autour d’une table ronde en verre qui pourrait contenir plus de dix personnes avec un plateau tournant, en verre lui aussi, en son centre. Cathy est en face de moi, et à ma gauche Sandrine en face d’Elodie. Cette table est gigantesque, je comprends mieux le rôle du plateau tournant, il permet de présenter les aliments aux convives sans qu’ils aient besoin de se lever et se pencher sur la table. La transparence de la table me permet de voir la chatte de Cathy qui se tient les cuisses grandes ouvertes. Je comprends pourquoi quand je vois Flic se glisser sous la table et venir entre les jambes de sa maîtresse pour lui lécher la vulve. Cathy ferme les yeux un instant tout en continuant de manger.

Il fait ça souvent ?

Tout le temps, à tous les repas, je me fais lécher par Flic jusqu’à l’orgasme, ça fait trois orgasmes par jour minimum.

Et vous faites autre chose aussi.

Bien sûr, avec lui ou Cartouche.

Tous les jours ?

Avec Flic oui, tous les jours, avec Cartouche, c’est un peu plus espacé, en moyenne tous les deux ou trois jours. A propos de Cartouche, je dois vous dire que c’est un étalon arabe, ce n’est pas un grand cheval, mais il peut devenir très nerveux et par conséquent, dangereux. Je vous demande de ne pas l’approcher sans que je sois avec vous. Ne vous en faites pas, chacune d’entre vous pourra se faire saillir par lui, mais vu la taille de son sexe, je crois qu’il est préférable de n’envisager qu’une saillie anale. Bien sûr je n’empêche pas la saillie vaginale, mais un vagin de femme n’est pas calibré pour recevoir un tel engin, il faudra prendre des précautions, si quelqu’un a une idée pour raccourcir sa queue.

Je ne pense pas à lui raccourcir la bite le pauvre, simplement à l’empêcher d’aller jusqu’au bout, pourquoi pas en lui tenant la bite à deux mains pour faire un anneau qui l’empêche d’aller plus loin.

Pas bête, qui voudrait essayer.

Sandrine et moi-même sommes partantes, seule Elodie hésite.

Pas toi Elodie ?

Je viens juste d’accepter de me faire baiser par mon chien, laissez-moi le temps d’assimiler, je ne dis pas non à priori, on verra, d’autant que je ne suis pas fana de la sodomie, alors avec un tel calibre, je crois qu’il ne faut pas compter sur moi.

Ok, moi aussi je veux bien essayer comme ça, d’ailleurs, je serais la première par cette méthode, je veux être sûre que c’est possible.

Il ne t’a jamais baisé ?

Jamais, il m’a juste enculé, j’ai peur de me faire baiser seule, sans personne pour m’aider, sa bite est vraiment trop imposante quand il bande dur, j’ai peur qu’il m’explose le vagin.

Ne t’en fait pas, on sera là.

Le repas se termine sur une note d’espoir, la discussion a beaucoup porté sur la méthode à utiliser pour se faire baiser sans risques. On a fini par mettre au point un schéma, Cathy a tout ce qu’il faut pour le mettre en uvre. Il suffit de mettre une table dont on aura coupé un peu les pieds pour la mettre à bonne hauteur, de la glisser sous Cartouche, le faire bander (c’est très facile d’après Cathy), et se saisir de sa bite à une douzaine de centimètres de son extrémité, bien serrer et le laisser entrer dans la chatte offerte, les mains servant de butée et empêchant le braquemart de Cartouche d’aller plus loin. Cathy insiste sur les douze centimètres, sachant qu’un vagin, même très excité, dépasse rarement les treize centimètres de long pendant l’acte sexuel. Le repas se termine, Cathy et Sandrine sortent pour préparer la séance avec Cartouche, avec Elodie, nous remplissons le lave-vaisselle et allons dans le salon rejoindre les chiens qui apparemment nous attendent en frétillant de la queue. Je vais dans la salle de bain pour récupérer la graisse anale et retourne au salon. Elodie est agenouillée devant Flic couché qui écarte les jambes. Elle lui caresse le sexe qui commence à sortir de sa gaine. Décidément, elle change vite.

Tu veux lui faire une fellation ?

Non, je veux juste sentir comment est sa queue quand elle sort de sa gaine.

Je m’enduis le fion de graisse et viens me mettre à quatre pattes devant Hector. Il comprend tout de suite ce que j’attends de lui, me saute sur le dos et commence à donner des coups de rein, mais pas là ou j’aimerais.

S’il te plait Elodie, tu peux le diriger vers mon cul ?

Bien sûr.

…/…

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire