Histoires de sexe viol Histoires gays

Histoires d'un mâle alpha – Chapitre 52

Après-midi en bonne compagnie - Chapitre 3



J’envoie un message à Greg :

— Dorénavant, je veux aussi que tu sois aux petits soins avec les femmes chez toi, c’est compris ?

— Oui mais comment ça ?

— Occupe-toi des tâches ménagères autant que tu peux, aide, bosse un peu !

— Bien Isaiah.

— Et je vérifierai!

— Oui je vais le faire Isaiah, promis.

— Commence par leur préparer un bon diner ce soir et fais le service ! Et précise bien que je t’ai donné l’idée ! Tu n’as pas intérêt à t’en accorder le crédit !!

— Bien

Je vois qu’Anne-Sophie m’a écrit :

— Entre, c’est ouvert… Suis dans la chambre mon chéri…

Mmmm parfait. Je sors de la voiture et arrive devant la maison. J’entre. Je passe dans la cuisine, je me prends une bière. Je monte à la chambre. J’entre. Anne-Sophie est allongée à moitié, sur le dos, elle porte un body en dentelle et soie noir, échancré sur le devant, string fendu. Elle me sourit :

— Bonjour mon chéri.

— Salut ma belle.

Je m’approche d’elle et viens me mettre au-dessus d’elle, je l’embrasse. Ses mains se posent sur mon corps.

— Mmmmmmmm tu m’as manqué Isaiah.

— Je sais.

Je caresse le creux de ses seins du bout des doigts, elle frissonne.

— Où est ton cocu ?

— Il est au foot.

— Pardon ?

— Il joue avec ses potes.

— C’est une plaisanterie ?

— Non Isaiah, je te jure.

Je lui explique que quand je viens, j’attends évidemment qu’il soit là aussi, à mon entière disposition. Et en plus, il ne m’a pas prévenu. Elle me demande pardon :

— Ne t’en fais pas ma chérie, tu es toute pardonnée.

— Merci mon amour, je suis vraiment désolée.

— Ne tinquiète pas. Tu sais très bien comment te rattraper, n’est-ce pas ?

— J’ai ma petite idée oui.

Elle me sourit, pleine de gourmandise. Je prends place, adossé à la tête de lit, elle me déshabille et commence une magnifique fellation. Pendant ce temps, j’écris à Michel :

— Je suis à la maison, tu te fous de moi ? Tu as 15 minutes pour être à nos pieds !

— Oh, pardon Maître, mais on va commencer le match là, je leur dis quoi ?

— Que ta femme t’a engueulé et que tu lui obéis ! Et méfie-toi si tu leur dis autre chose que ça, je le saurai !!!!

— A vos ordres Maître !

— Sinon, je leur envoie ça !

Je joins à mon dernier message une belle photo d’Anne-Sophie avec ma queue en bouche.

— Oh non, je vous en supplie Maître, j’arrive !

Je pose mon tel et me concentre sur Anne-Sophie. Je bois ma bière.

— Vas-y, pompe bien ma belle.

— J’aime trop ta queue mon chéri.

— Et mes couilles ?

— Mmmmm je les adore, ces grosses couilles bien pleines et fertiles !

— Oui, à toi de les alléger un peu.

— Merci mon amour.

Elle me suce longuement, si bien que quand Michel arrive, elle est encore à 4 pattes sur le lit entre mes jambes, ma queue en bouche.

— Me voilà Maître.

— Pas trop tôt, fous-toi à genoux au pied du lit.

— A vos ordres.

Je remets les choses au point avec lui, il implore mon pardon, celui d’Anne-Sophie aussi. Je lui dis qu’évidemment il est hors de question que je punisse Anne-Sophie mais que lui en revanche, ne va pas s’en tirer aussi facilement. J’apprends d’autre part que le mari de Claire, Bertrand est aussi au foot avec lui. Parfait !

Je lui annonce une punition en deux temps : d’abord, le fait qu’Anne-Sophie va lui acheter une cage de chasteté ; un collier à clochettes et une laisse, et qu’elle me confiera évidemment la clef de la cage. Ensuite :

— Tu vas envoyer un message maintenant à Lauren pour lui dire qu’elle vienne diner chez vous jeudi soir.

— Bien Maître. Mais si elle ne peut pas ?

— Tu es son père, convaincs-la !!!

— A vos ordres.

— Lis-moi le message avant de l’envoyer !

Pendant qu’il écrit à sa fille, je fais venir son épouse sur moi, face à moi. Je me glisse en elle et commence à la faire aller et venir sur ma queue.

— Mon Roi, j’ai fini d’écrire.

— Lis-le.

— Oui : « Lauren, veux-tu venir diner à la maison jeudi soir ? Cela nous ferait très plaisir de t’avoir, cela fait longtemps. Bisous. Papa »

Je pilonne Anne-Sophie, le faisant patienter un peu :

— Mouais, ok. Change le « papa » en « Michel », ça va créer de la surprise et l’inciter à accepter.

— Ah ? D’accord.

— Et envoie-le. Dis-moi dès qu’elle répond.

— Bien Mon Prince.

— Tu vois, c’est quand même beaucoup mieux quand tu obéis et que tu te comportes comme le bon larbin que tu es.

— Oui Maître, je sais.

Alors qu’Anne-Sophie jouit pour la troisième fois, je me vide dans son cul puis fais tout lécher au cocu.

On est dans le lit, nus, lovés l’un contre l’autre, on s’embrasse, le cocu à nos pieds, lèche les pieds d’Anne-Sophie.

— Cocu, prends ton tél.

— Oui mon Prince.

— Tu vas écrire à ton copain Bertrand.

— Pardon ?

— Tu m’as compris. Tu vas les inviter lui et Claire à venir voir le match de ce soir chez vous.

— Mais…

Je le coupe juste d’un regard.

— Pardon Maitre, oui je vais lui proposer.

— Fais en sorte qu’il accepte !

Anne-Sophie me regarde en souriant :

— Petit coquin.

— Embrasse-moi.

Elle le fait, on se caresse et on s’embrasse pendant que l’autre écrit son message.

— Tu me le lis quand tu as fini d’écrire.

Je me tourne vers Anne-Sophie :

— Toi, écris à Claire pour lui dire que Michel propose à son mari pour le match. Dis-lui d’accepter et de s’habiller sexy pour l’occasion.

— Bien mon chéri.

Elle le fait.

— J’ai écrit le message Mon Prince.

— Lis-le.

— Salut Bertrand, désolé pour tout à l’heure, mais j’avais oublié qu’Anne-Sophie m’avait demandé de faire des trucs à la maison. Bref, cela vous dit de venir voir le match ce soir à la maison avec Claire ? Ça ferait plaisir à Anne-Sophie, et ça me permet de me faire pardonner.

— Pas mal. Vas-y, envoie-le… et toi c’est bon ?

— Oui je lui ai dit.

On s’embrasse. Les téléphones ne tardent pas à sonner. Réponse de Bertrand :

— Avec plaisir, on vient vers 20h ok ? On apporte à boire ?

— Oui parfait !

Et de Claire :

— Il vient de me dire. Ok… sexy ?

Elle me montre la réponse. Je prends le portable et écris :

— Oui… j’ai envie de les taquiner un peu ce soir;-)

— Ah ah, ok ; les pauvres! Je ne sais pas toi, mais moi hors de question qu’il me baise maintenant ! Je me réserve pour Isaiah.

— Oui, moi aussi;-) à tout à l’heure !

Anne-Sophie lit et rit :

— Vous allez voir, on va bien s’amuser ce soir ! Bon, sans doute pas autant que jeudi soir, mais quand même, ah ah !!!

On s’embrasse, Michel a l’air dépité. On s’assoupit un peu Anne-Sophie et moi. Le cocu a pour mission de préparer l’apéro dinatoire.

Je suis réveillé par la bouche d’Anne-Sophie sur ma queue.

— Mmmmm, j’adore ça.

— Je sais mon chéri.

— Mais là, il faut que je sois en forme.

Elle me regarde en souriant :

— A en juger par ce que j’ai dans la main, pas de souci mon bel étalon, tu es en forme.

— Eh eh, oui. Il faut qu’on se prépare, mais si tu t’y prends bien, tu auras peut-être le temps de me faire jouir.

Elle me regarde avec un air de « ok je relève le défi ». Elle se jette sur ma queue. Je jouis dans sa bouche et sur son visage. Je filme toute la fellation. Du début à la fin. La vidéo fait 14 minutes.

On prend une douche, je me rhabille et dis juste à Anne-Sophie que je la veux elle aussi très très sexy. Je vais au salon. Je me mets dans le canapé et allume la télé. Michel sort de la cuisine et se précipite dans le salon.

— Monsieur, vous voulez boire quelque chose ?

Je le regarde.

— Viens t’asseoir près de moi deux minutes.

— Bien mon Prince.

Il s’assied sur le canapé à mes côtés. Je le regarde, l’interrogeant du regard. Il comprend et glisse par terre à mes pieds.

— Tu es heureux, mon petit larbin ? Je veux dire que je sois entré dans votre vie.

— Oh oui Maitre, très. Anne-Sophie n’a jamais été aussi épanouie et heureuse.

— Ça je sais. Mais toi ?

— Oui je le suis aussi. Je suis aussi soulagé de pouvoir enfin assumer ce que je suis vraiment.

— Je suis content que tu parles de toi-même d’assumer. Car tu comprends que c’est de cela qu’il s’agit quand je te dis de faire venir ta fille par exemple.

— Oui Maître, je sais.

— Je le fais aussi pour ton bonheur à toi.

— Je sais Mon Roi, et je vous en remercie.

— Bien. Je veux que pour la prochaine qu’on se voit, tu m’écrives une lettre manuscrite et certifiée conforme, me remerciant pour tout ce que je t’apporte.

— D’accord Maître.

— Bien. Apporte-moi une bière et remets-toi au boulot.

— A vos ordres.

Il fait l’aller-retour et me rapporte une bière. Pendant ce temps, j’ai branché mon tel sur la télé et je diffuse la vidéo d’Anne-Sophie qui me suce. Michel reste scotché devant l’écran.

— C’est beau n’est-ce pas ?

— Oh, magnifique, Mon Roi.

— Elle fait 14 minutes, un peu plus. Parfait pour la mi-temps tout à l’heure, qu’en dis-tu ?

Il baisse les yeux, ne dit rien. Je souris

— Tu ne trouves pas ?

— Euh… oui, oui Maitre, vous avez raison. Et voici votre bière.

Il me la donne. Je la regarde en buvant une gorgée.

— Il y a autre chose ?

— Non, non Monsieur.

— Et bien, tu dois encore avoir du travail non ?

— Oui Maître.

Il sort du salon. Je coupe la vidéo et zappe sur la télé. Quelques minutes après, Anne-Sophie arrive.

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire