Histoires de sexe viol Histoires de tromper Histoires érotiques de couples amateurs

j'ai faim – Chapitre 1

j'ai faim - Chapitre 1



Epouse d’un homme plus âgé de 15 ans, je suis souvent laissée à moi même pour satisfaire mes besoins.

45 ans, encore superbement conservée, j’aime provoquer mon entourage.

Mon parfum, mes longs cheveux blonds et ma poitrine arrogante souvent libre attirent le regard.

Hier, j’étais dans un magasin de lingerie, j’allais essayer un nouveau soutien gorges, j’entrais dans la cabine, quand dans le miroir, je vis le regard d’un mari attendant son épouse aussi en essayage dans une autre cabine.

Assez exhibitionniste, je laisse dix centimètres d’ouverture au rideau, poitrine libre, ôtant mon chemisier, j’expose mes seins nus plus qu’il ne faut négligemment, j’ai une vue indirecte sur le mari qui mate et qui doit bander du spectacle.

Je caresse mes seins, je les fais pointer, puis j’essaye le nouveau modèle, faisant saillir ma croupe, j’ôte mon jeans, mon shorty et dans son axe, jambes légèrement écartée, je me baisse lui livrant en pâture la vue directe de mes deux trous, je suis excitée, j’enfile le slip assorti, je m’admire dans le miroir en accentuant à nouveau la cambrure de ma croupe, jouissif.

Rentrée, je suis affamée, mes hormones sont en ébullition.

Dring, dring, j’ouvre, c’est l’entrepreneur pour le devis de la réfection de la chambre et de la salle de bains.

Un bel homme de 50 ans, aux tempes légèrement grise, une ligne de sportif et habillé assez classe, et sentant très bon, Terre d’Hermès, je crois, je suis sous le charme.

Nous visitons les lieux, nous sommes dans la salle de bains, nous discutons de l’emplacement à donner à la douche.

Je suis assise sur le rebord de la baignoire, je me rends compte à nouveau qu’ainsi positionnée, inclinée vers l’avant, je livre mes seins à son regard, plusieurs fois, je sens qu’il regarde.

Je me sens proie, je vais le faire chavirer.

Me redressant, je fais exprès de glisser sur la carpette de bain, faussement, je fais mon cinéma, j’ai mal, je gagne la chambre et m’étend de trois quart sur le lit, massant ma cheville.

Lui debout, devant, mes jambes pliées et écartées laissent voir mon fond de culotte.

Il n’en perd pas une miette, je le vois, il bande.

Il me demande s’il peut faire quelque chose, je lui demande dans la cuisine d’aller chercher une pommade pour masser ma cheville.

Il revient, j’ai ôté mes escarpins, je lui demande d’appliquer la crème.

Je suis allongée, il masse, je sens ses doigts dépasser la zone endolorie, je lui dis que cela fait beaucoup de bien.

Je suis indécente, il masse les mollets, l’arrière des genoux, il est là où la peau des cuisses est douce, la face interne, il progresse, je lui dis qu’il va haut, il n’en n’a cure, ses doigts découvrent mon fond de slip, je me sens mouiller, je suis bien.

Il me relève les jambes, le slip disparu, il goûte à mon intimité, il aime mon miel, il aime l’odeur de ma chatte.

A mon tour, je lui abaisse son pantalon, il est là un sexe énorme comme j’aime pointant au travers le slip.

Mon nez sur le slip, j’aime sentir cette odeur d’homme, ma main masse au travers du slip sa verge très prometteuse, je lèche le tissu, je le sens dur.

Il est à point, avec les dents, je fais descendre le slip, sa tige bondit, je suce le gland, une goûte dont je me délecte, j’aime cette première goûte au bout du gland.

J’ai besoin d’un sexe tendu en moi, je me mets en position au dessus de lui, je vais m’empaler.

J’aime sentir cette tige bien large me pénétrer avec difficulté, j’aime cette progression dans mes chairs, j’aime sentir ce comblement total.

Bien empalée, j’attends un peu, cérébralement, c’est fort, j’ai l’impression que cet homme est à moi, j’ai le pouvoir sur lui.

Je me mets en mouvement, je bouge doucement, je sens qu’il aime, je mouille de plus en plus. Glissement parfait, il bande encore plus, bob, bon,bon.

Ses mains tripotant mes bouts de seins, sa langue dans ma bouche, sa verge énorme en moi, je jouis comme jamais, il explose aussi, je sens en moi son éjaculation puissante, c’est encore plus huileux, il continue de me limer avec force, je jouis une deuxième fois, c’est un amant merveilleux.

Les travaux ont duré trois mois, bonheur volé intégral.

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire