Histoires de sexe viol Premières histoires de sexe

Je veux réussir – Chapitre 2

Je veux réussir - Chapitre 2



On nous a proposé d’aller se doucher si on le voulait. Je me disais que ça me ferait du bien, mais en ayant justement visité les douches… Il n’y avait pas de paroi qui sépare… Tout le monde voyait tout le monde. Et finalement, personne ne prit de douche à ce moment là.

Nous avons tous été rassemblés pour manger ce midi, puis divisés en groupes, suivant le sexe. Je suis donc dans un groupe de 10 filles, dont Anna avec qui je m’entends déjà bien. Nous rentrons dans une salle en se mettant en file indienne. Je suis tout derrière.

Devant, il y a une table avec 3 personnes des promotions supérieures, dont la fille de quatrième année qui m’avait parlé le matin, assistée de deux garçons. La fille annonce alors : "Nous allons évaluer votre potentiel à répondre à une question. Dans ce sac, vous tirerez un papier. Lisez à haute voix ce quil y est marqué, et répondez ensuite. Par rapport à vos réponses, vous serez séparées en deux groupes". La première arrive, je n’avais pas vu, mais c’est la fille qui a fait le scandale le matin. Elle n’a même pas tiré un papier, tout de suite on lui a demandé de se mettre d’un côté de la pièce.

A la seconde qui passa, je compris que les questions n’étaient pas du tout d’ordre culture générale, mais plutôt très personnelles. La fille tire le papier, et nous la voyons rougir d’un coup. Un des juges lui fait

Lis la question à voix haute

Heu… "Qu’est-ce qui t’excite dans les pornos ?"

Alors ?

Les éjaculations.

Peux-tu préciser ?

Lorsque l’homme éjacule et qu’on voit le sperme sortir.

Ok, tu peux te mettre là.

Il montre du doigt l’emplacement où elle va attendre, de l’autre côté de la pièce par rapport à la première. Je me demande pourquoi ce genre de questions, et sur quoi vais-je tomber. Sur celles qui sont passées devant moi, une n’a pas voulu répondre. Elle a rejoint la première. Les autres sont allées de l’autre côté.

Anna passe, c’est bientôt à moi, j’ai déjà le stress… Anna prend son papier et le lit

"En moyenne, combien de fois te masturbes-tu par semaine ?" Une dizaine, parfois moins, parfois plus.

Parfait, tu peux aller là bas. Suivante.

J’avance, j’ai la main qui tremble. Je prends le papier, et je lis, non sans rougir

"Préfères-tu sucer ou te faire lécher ?"

Alors ? Tu ne veux pas répondre ? Vas…

Si, je voudrais bien répondre, mais je ne sais pas… Je n’ai jamais fait…

Tu es vierge ?

Oui.

J’étais si fière de ma virginité… A 18 ans aucun garçon mal intentionné ne m’a déflorée. Je connaissais les mauvaises expériences de mes copines de lycée. Et j’avais voulu attendre le bon. Mais, sur le moment, j’ai eu l’impression que c’était une tare, une maladie. La fille dans le jury me demande

T’as déjà touché un sexe masculin ?

Non.

Même du bout d’un doigt ?

Non.

T’as déjà vu un film porno tout de même ?

Un érotique, ça compte ?

Les trois se regardent, et chuchotent. Anna me fait un petit clin d’il pour me détendre, mais… Ne vaudrait-il pas mieux que j’aille avec les deux "rejetées", même si je n’en connais pas les conséquences ?

Et un des garçons se lève et se place juste devant moi. Il retire sa ceinture, ouvre son pantalon en me disant "tu peux toucher". J’hésite, Anna me fait signe d’y aller, je glisse ma main entre le pantalon et son slip et il me fait directement "mets dans le boxer, ne sois pas gênée". Alors, jobéis, glisse lentement et effleure ce morceau de chair. Je ne sais pas si je dois continuer ou m’arrêter… Je ne sais pas quoi faire… Et le discours du directeur… Prise de décision… Assumer… Et mes parents et le prêt à la banque…

Je glisse plus profondément, touche totalement cette verge. Je me sens honteuse. La fille du jury demande

C’est comment ?

Doux… et mou…

Le garçon ajoute "caresse là un peu et tu la sentiras dure". En fait, je crois que ça me plait. J’ai des picotements partout dans le ventre, ça me fait du bien. Et, effectivement, sa verge durcit. Il me retire la main et me montre où je dois aller. Je rejoins Anna qui me chuchote alors "Petite coquine… T’as les yeux qui brillent comme si tu venais de jouir".

Le jury se lève et l’autre garçon se tourne vers les deux filles en leur disant

Vous vous êtes comportées comme des gamines capricieuses, vous serez considérez comme tel. N’attendez rien de plus de nous.

C’est ça, gros connard.

Et elles crient, insultent… Ca confirme juste l’avis du jury qui fait passer notre petit groupe de huit dans une autre pièce. Nous attendons un peu que tout le monde arrive et ils nous disent :

"Nous vous avons fait passer un test très simple. Malgré tout, certains ont déjà échoué. Vous êtes 53 sur les 60 au départ. Nous espérons que vous poursuivrez cette semaine avec la bonne volonté que vous avez mis tout à l’heure. Les choses sérieuses commencent. Nous allons, à nouveau, vous séparer en groupe en fonction de différents critères dont physiques. Chaque groupe sera affecté à une tâche. A vous de nous prouvez que vous méritez d’être encore là. Je rappelle quelques principes que vous a annoncé notre directeur : commencer en bas de l’échelle, savoir prendre des décisions, savoir les assumer, savoir collaborer.

Pour ceux qui se demandent où sont les 7 têtes fortes, ils sont actuellement dans le bureau du directeur. Ils seront affectés à des tâches importantes qui vous permettrons d’avoir vos sanitaires propres durant toute la semaine. S’ils refusent ou montrent de la mauvaise volonté, ils seront exclus définitivement. Dans le cas contraire, ils auront peut-être une chance que nous les intégrons à l’égal de vous. Mais, depuis 15 ans que l’école existe, ça n’est jamais arrivé.

Pour finir, je vous rappelle que seuls 40 seront acceptés en seconde année, il n’y a pas de redoublement possible. La sélection a déjà commencé. Bon courage à tous."

J’ai à nouveau la pression… J’étais à deux doigts d’être chez le directeur à ce moment là et à récurer les chiottes pendant une semaine. Je ne sais pas s’il y a une pré-sélection déjà faite pour la suite, mais j’ai intérêt à faire attention.

Cette fois, je ne suis pas dans le groupe d’Anna. Nous sommes cinq garçons et cinq filles. Nous sommes pris en charge par cette fille de quatrième année qui prend alors la parole :

"Je m’appelle Sandrine. Et je suis fière d’être votre chef d’équipe pour la lourde tâche qui vous attend. Vous serez responsable de la bonne tenue de la salle de cantine, que se soit au niveau propreté, qualité du service, satisfaction de vos clients. Pour ceux qui pensent qu’il ne s’agit que d’un rôle de serveur, vous comprendrez rapidement que ce n’est pas si simple que ça. J’ai été à votre place il y a quatre ans, et croyez-moi, il y a de quoi faire.

Vous avez été sélectionnés sur le simple critère de votre physique. Pour ce travail, il faut des gens comme vous qui soyez plaisant à regarder, qui sache garder leur calme, sans pour autant avoir un air provoquant. Qui parmi vous a déjà servi dans un restaurant autre qu’un fast-food ?"

Je lève la main, je suis la seule. Puis, elle demande à chacun ses mensurations, une autre équipe est chargée de nous fournir les tenues de service. Elle nous explique encore des choses, certains lui posent des questions, mais un ou deux prennent à la légère, s’imaginant certainement qu’il ne s’agit que d’un bizutage. Je préfère suivre le conseil que la sur d’Anna lui a donnée.

Avant de partir aux vestiaires nous changer, Sandrine me prend à part

Tu t’appelle Emilie, c’est bien ça ?

Oui.

Je pense pour ma part que tu as du potentiel pour poursuive, mais je suis quasiment la seule.

A cause de ma virginité ?

Exactement. Tu es la seule de toutes les filles à l’avoir avouée, je ne sais pas s’il y en a d’autres. Cependant, je ne veux pas te parler pour ça, mais pour te prévenir que je vais être très attentive à ce que tu fais dans le cadre de ce travail. C’est bien compris ?

Oui, merci de m’avoir prévenue.

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire