Histoires de sexe arabes Histoires de sexe travesti Histoires de sexe viol

Kary – Chapitre 3

Kary - Chapitre 3



J’ai allumé mon ordinateur en vitesse et créé ma boîte courriel immédiatement, j’avais tellement hâte de découvrir ce que contenait cette clef. J’explore la clef et j’y vois un fichier. J’ouvre celui-ci et commence à en lire le contenu.

Si tu lis ce fichier, c’est que tu as créé ta boîte courriel comme je te l’ai demandée. Maintenant, à partir de ta nouvelle boîte courriel tu vas m’envoyer le message suivant « c’est fait. »

J’ai immédiatement ouvert un message à envoyer dans ma nouvelle boîte courriel, et j’ai inscrit dans la portion objet « c’est fait », puis j’ai appuyé nerveusement sur envoyer. A peine 1 minute plus tard, je recevais un courriel en provenance de Liane qui avait pour titre « ton image ». Je suis devenue tout à coup nerveuse. Et si elle me demandait de lui envoyer une photo de moi nue… Est-ce que je devais continuer ce petit jeu dangereux ? Mais oui, j’en avais tellement envie, tellement besoin. J’étais prête à tout pour que mon désir le plus profond se réalise. J’ai ouvert le message et je l’ai lu attentivement.

« Bonjour,

Maintenant, tu vas te décrire. Tu vas me faire environ une page de texte dans lequel tu vas me donner tous les détails pertinents sur ton corps, ta famille, mari, enfants, etc., ton travail, ta demeure, enfin, tout, je ne sais pas si tu comprends ce que je veux dire… Sache que selon tes réponses, ton honnêteté et ta précision feront peut-être la différence entre une Maîtresse pour toi ou rien du tout. Allez ! Dépêche-toi maintenant de me fournir ses données pour que je puisse avoir une bonne idée de ta personne afin de mieux te posséder. N’oublie pas qu’une fois le courriel envoyé, tu continues d’observer les nouveaux courriels entrants. Allez, vas-y, dépêche-toi…

Maîtresse Liane »

Ce n’était pas une photo qu’elle voulait, juste un portrait écrit représentatif de moi. Cela venait de me confirmer qu’elle devait être la bonne personne, elle n’agissait pas comme tous les pseudo maîtres qui n’ont comme seul but que de me baiser et qui n’ont aucune imagination. Alors, je me suis mise à la tâche. Je m’y suis appliquée en mettant le plus de détail possible tout en ne me compromettant pas trop. Je voulais impressionner ma future Maîtresse, je devais tout faire pour être la candidate idéale.

« Bonjour Madame,

Mon nom est Karine Morin, je suis née le 28 août 1989. Je suis une professionnelle de la santé et je travaille dans un hôpital sur la rive sud. Je mesure 5 pieds 8 pouces et je pèse 135 livres. Je n’ai aucun tatou et aucun piercing, même pas les oreilles. A part mes parents, j’ai une sur, un neveu et une nièce. Je vis dans un condo. Je suis sans mari et sans enfant. Je ne désire pas avoir d’enfant non plus dans l’avenir. Je suis assez sportive, je pratique le kayak, le vélo, le ski de fond et la raquette. J’aime beaucoup les activités de plein air. Sans compter que je suis inscrite à un club de gym où je me présente environ trois fois par semaine. Depuis que je suis toute petite, je me fascine pour le monde BDSM. Plus le temps passe, plus que je sens que je suis du type soumise et j’ai un désir de plus en plus pressant d’être la possession d’une tierce personne. Mes jeux d’autoligotage ne me suffisent plus.

J’arrête mes jeux avant mes limites et il me manque cruellement ce côté obéissance à quelqu’un. Il faut qu’on me prenne en main. J’aimerais que cette personne soit une femme, car toutes mes aventures avec les hommes, qu’elles aient été vanille ou BDSM, m’ont toutes déçu.

J’espère que cette image de moi vous convient. Votre toute dévouée Karine. »

Et sans réfléchir davantage, je clique sur envoyer et je reste devant mon écran pour attendre un prochain courriel. Je suis tellement nerveuse, mon cur bat à tout rompre. Cette inconnue commence à posséder beaucoup de renseignements sur moi, c’est insécurisant, mais j’ai tellement besoin que cette relation démarre et que je prenne enfin vie à travers elle. Après plusieurs minutes d’attente et d’angoisse, un nouveau message s’affiche sur mon écran avec ce titre « Pourquoi ». Est-ce que ce « Pourquoi » voulait dire que j’avais fait une erreur ? Je ne me suis pas posé la question bien longtemps. J’ai ouvert rapidement le courriel pour voir ce que cela voulait bien dire. J’avais tellement peur d’avoir perdu mes chances…

« Re.

A présent, tu vas m’écrire une nouvelle page, mais cette fois, pour me convaincre que tu es la bonne personne que je recherche. Je veux que tu me dises pourquoi tu veux devenir ma soumise, et ques-tu prête à faire pour moi. Pourquoi devrais-je te prendre toi, plutôt qu’une autre. Allez ! Vas-y, envoie-moi cela le plus rapidement possible, et une fois fait, regarde tes courriels.

Maîtresse Liane. »

J’avais toujours mes chances, j’ai donc ouvert un nouveau message et j’ai commencé à écrire.

« Bonjour Madame,

J’ai un besoin viscéral d’appartenir à quelqu’un, de devenir sa chose, sa chienne, son jouet, son outil. Je veux que l’on m’ordonne, qu’on oblige. Je veux faire des choses que je ne ferais pas en temps normal. Je veux dépasser mes limites. Je veux que quelqu’un prenne ma vie en main et qui me manipule pour sa satisfaction et son plaisir. Du moins, ce sont là mes fantasmes et je ne sais pas si dans la réalité je pourrai faire tout cela. Mais, je pense que oui. Mes sens me le disent. Pour moi, le monde BDSM est un monde cérébral qui se sert du corps comme intermédiaire pour stimuler l’esprit et le faire parvenir à des niveaux de plaisirs et de bien-être sans commune mesure avec la vie vanille de Monsieur et Madame tout le monde. Et moi, je trouve cette extase dans la soumission, dans l’abandon de moi-même au bénéfice d’une autre personne. Comme vous savez, j’ai mentionné dans mon annonce que j’étais maso. Eh bien, la douleur aussi me procure des sensations de bien-être très intense.

C’est se sentir vivante que de savoir que l’extérieur interagit avec son esprit. Si vous me prenez Madame, vous aurez à votre disposition une esclave qui exécutera tous vos désirs. J’espère que cela vous donne un léger aperçu de mon état d’âme et que vous comprendrez mes motivations et convictions. J’ai le désir profond de vous appartenir Madame, et de vous laisser prendre le contrôle de ma vie.

Une petite chienne toute dévouée pour celle qui saura en profiter.

Bien à vous Karine. »

Et mon index appuie rapidement sur la touche envoyer avant que mon esprit relise le paragraphe et change d’idée ou censure certains propos. J’avais bien pris soin d’écrire mon nom au bas du courriel avec un kilo minuscule pour bien signifier ma soumission. Dans ce courriel, j’ai vraiment ouvert mon âme sans retenue à cette inconnue. Ce qui me donnait un peu confiance c’était que je l’avais quand même aperçue derrière ma voiture. Elle semblait être une jolie jeune femme même si elle portait un masque, j’avais entrevu ses yeux qui semblaient d’un bleu scintillants. Elle avait une voie douce, mais ferme. Elle me semblait brillante et bien de sa personne.

Puis, elle m’a envoyé un courriel contenant deux fichiers. Ceux-ci étaient des grilles horaires à remplir pour les deux prochaines semaines. Elle voulait avoir mon emploi du temps de façon très précise. J’ai immédiatement rempli les grilles en y incluant mon horaire de travail et tous mes rendez-vous personnels. Puis un autre clic… Voilà, envoyé.

Il était déjà 16h30. Je n’en pouvais plus, je me suis levée et j’ai été soulagé ma vessie. Je suis revenue à mon ordi avec un grand verre d’eau pour m’hydrater un peu afin de continuer cette aventure qui s’annonçait finalement bien prometteuse. Le temps de poser mes fesses sur ma chaise, un nouveau courriel est apparu dans ma boîte. Décidément, cette Maîtresse semblait aussi intéressée que moi de voir cette aventure débuter. Son courriel s’intitulait « Nous débutons.» Était-ce vraiment le début de cette aventure ? J’osais l’espérer. Je m’empresse donc d’ouvrir ce message, excitée comme une fillette à la veille de Noël.

« Bonjour petite salope.

Ce message est le dernier de la journée. Il contient les instructions qui vont te guider jusqu’à notre prochaine rencontre.

Premièrement, tu vas te créer une nouvelle boîte courriel pour différencier ta vie vanille de ta vie BDSM. Cette boîte sera [email protected] com. Ton nom de soumise sera donc Kary. Alors, à partir de maintenant, tous tes échanges avec moi se feront avec cette nouvelle boîte. Conserve l’autre quand même.

Deuxièmement, à partir d’aujourd’hui, je veux que tous les soirs avant de te mettre au lit, tu rédiges ton journal intime dans ta boîte courriel et que tu me l’envoies immédiatement après. Je veux que tu y écrives toutes tes pensées, même les plus intimes, tes désirs, tes émotions… Enfin tout ce que tu vis. Je veux que ce soit sans gêne ni censure, comme si tu écrivais ce journal pour toi seule. Mets ton esprit à nu dans ce journal.

Voilà une de tes obligations pour ce soir et tous les soirs à venir.

Finalement, comme je vois que tu es en congé demain sur les grilles horaires que tu m’as envoyées, je veux que tu sois stationnée près du poteau #10 demain matin à 8h00 exactement. Tu seras habillé exactement comme aujourd’hui. Et ne me fais pas attendre, petite salope.

Ta Maîtresse

Liane xx »

C’était son dernier message de la journée, mais je savais que je la reverrais demain. Mon cur palpitait, j’étais nerveuse et heureuse. Peut-être que ma nouvelle vie venait tout juste de débuter.

Mon esprit a disjoncté. Mes fantasmes se sont engouffrés dans mon esprit et des sensations, des émotions encore jamais vécues se sont bousculées dans mes neurones. J’ai fait plein de choses sans m’en rendre compte. J’avais mangé et regardé un peu les nouvelles à la télé, mais tout cela m’a semblé un rêve. Je nageais dans un doux brouillard. Le temps d’un éclair, et il était déjà 21h00. Je suis donc retournée à mon ordi pour écrire le journal que Maîtresse m’avait demandé.

C’était bien parti et je ne voulais surtout pas contrarier ma nouvelle Maîtresse ou la décevoir. Si je devais entrer dans cette nouvelle relation, je devais le faire en m’impliquant à fond et en y mettant toute mon âme. Je voulais m’y investir de façon très sincère. C’était là ma chance, ma seule chance de vivre enfin ma vraie nature. J’ai donc ouvert un nouveau message dans ma nouvelle boîte courriel de soumise et j’ai commencé à rédiger mon journal.

A la demande de ma nouvelle Maîtresse, en ce 4 avril 2016, je commence à rédiger mon journal intime.

« Cher journal,

Aujourd’hui, j’ai fait la rencontre d’une femme qui voudrait bien devenir ma Maîtresse. Comme tu le sais, je suis une âme soumise, je dirais même très soumise. Je suis tellement emballée par cette rencontre. Elle me semble différente de toutes les rencontres du genre que j’ai faites jusqu’à présent. Je pense qu’elle a vraiment l’esprit BDSM et elle sait ce qu’elle fait. Elle semble jeune, mais je sens qu’elle a l’expérience qu’il faut pour entreprendre le dressage d’une fille comme moi.

Oui, j’ai ressenti ce frisson caractéristique traverser mon corps lorsqu’elle m’a parlé avec cette voix rauque et ferme. J’ai senti sa puissance, son pouvoir envahir mon espace. Je crois que je suis faite pour elle et elle pour moi. J’ai tellement hâte d’être demain pour entendre encore cette voix qui me conditionne à obéir.

Oui, cher journal, je te le dis, je me sens prête à devenir sa soumise, à lui obéir sans restriction. Je lui fais confiance, j’ai quand même un peu peur, mais j’ai tellement hâte d’être à ses pieds. Je veux m’abandonner, et lui offrir mon corps, mon âme, ma vie… Je suis prête à tout pour vivre ma condition profonde, ma condition d’esclave, vivre pour elle. »

Clic… Mon journal intime venait de s’envoler pour la boîte de Maîtresse Liane. Avec ce journal, je mettrais non seulement mon corps, mais aussi mon âme à nu pour Maîtresse. Je vais maintenant essayer d’aller dormir un peu pour être prête pour demain. J’ai tellement hâte de la revoir…

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire