Histoires d'inceste Histoires de sexe mobiles

La chienne a trouvé Son Maître – Chapitre 5

La chienne a trouvé Son Maître - Chapitre 5



Une belle journée…

Et encore, le mot n’est pas assez fort Mon Maître tellement la journée était belle à Vos pieds. Trouver un mot assez fort qui la qualifie ? Dur dur Maître. J’ai vraiment passé de superbes moments à Vos pieds comme à chaque fois. Ce fut certes humiliant, parfois contraignant mais j’ai encore évolué Mon Maître, et Vous aussi. Il y a eu aussi quelques surprises pour Votre chienne.

Nous nous sommes donc retrouvés. Il faisait chaud, je Vous ai retrouvé en débardeur, soutien-gorge, jupe blanche arrivant à mi-cuisses (sans culotte) et tongs. Dans mon sac à main, j’avais mon gode, mes bas, mes porte-jarretelles, une culotte et j’avais pris en plus une serviette éponge, vu ce qui m’attendait dans Votre voiture.

Nous nous sommes embrassés et mis à discuter un peu calmement, je me sentais gếnée d’une certaine façon, humiliée quelque part dirais-je car je savais ce que j’allais devoir faire devant Vous. Je n’étais pas mal à l’aise, et heureusement. Mais je savais qu’allait tomber le moment où Vous me diriez de prendre mon gode et de me le mettre dans ma chatte, ce qui n’a pas tardé à être le cas Maître.

Vous aviez en plus les mains un peu baladeuses par moments, ce qui m’excitait, me faisait un peu frémir aussi.

C’est moi qui ai mis mon collier, vu que Vous conduisiez et qu’on ne l’avait pas fait quand Vous étiez arrêté et trop près de chez moi.

J’ai donc pris mon gode Maître, et bien que je ne puisse pas écarter beaucoup les jambes, après avoir relevé la jupe, il est rentré en moi comme dans du beurre. Je ne pouvais pas faire de va et vient mais il était bien enfoncé dans ma chatte.

Parfois, je rebaissais un peu la jupe selon si on était à un passage piéton ou si il y avait des enfants au bord de la route ou ce genre-là.

Je me sentais exhibée Maître, offerte, humiliée. Je n’étais pas mal à l’aise, j’étais même bien mais mmmmmm je devais être vraiment salope ainsi pour Mon Maître.

Nous discutions de choses et d’autres, Vous m’humiliez par moments en plus par Vos mots Maître en me rappelant mon statut.

Nous sommes bientôt arrivés pas loin de chez Vous, et là, je savais ce qui m’attendait avant d’y être.

Encore de l’humiliation ! Vous avez arrêté Votre voiture dans un coin très calme et là, j’ai dû mettre l’oeuf vibrant que Vous aviez acheté récemment, le mettre dans ma chatte bien sûr. Il y est entré comme dans du beurre.

Vous avez fait l’essai de suite afin que je sente un peu les vibrations, pour pas que je me sente surprise par la suite car quelque chose d’autre m’attendait Mon Maître. J’ai mis ma culotte avec Votre permission, je n’avais pas envie de prendre le risque que l’oeuf tombe de ma chatte. Vous avez repris le volant et quelques minutes plus tard à peine, on s’arrêtait, on sortait de la voiture pour aller prendre un café dans un bar. J’avais bien sûr la jupe baissée et enlevé le collier, vu que Nous allions complètement en public.

Nous avons commandé le café, je sentais par moments l’oeuf vibrer en moi, Vous Vous amusiez à le faire parfois vibrer plus ou moins vite, je me sentais humiliée Maître mais j’essayais de pas trop y penser, tout en discutant avec Vous.

Quelques minutes plus tard, Nous étions de retour à Votre voiture et là, Nous avons filé en direction de chez Vous, plein d’autres choses Nous attendaient encore durant la journée.

J’avais toujours luf en moi mais arrêté.

Arrivés chez Vous, Nous Nous sommes câlinés, embrassés, caressés un moment, ce que Nous n’avions pas pu vraiment faire avant puis, ensuite après m’avoir remis mon collier, Vous m’avez demandé de revêtir ma tenue de salope, et là une surprise m’attendait Mon Maître, et merci pour cela. Vous aviez en effet acheté des bas en résille pour Votre salope, plus solides que les classiques et certainement moins chauds. Je me suis donc vêtue ainsi, c’est à dire ma jupe, mon soutien-gorge recouvrant juste le dessous des seins et ces nouveaux bas. Mes mamelles de chienne étaient à disposition de Mon Maître, mais mes seins étaient très sensibles en ce jour, je ne sais pas pourquoi. J’ai aussi mis le porte-jarretelles car Nous ne savions pas si ces bas tiendraient tout seuls à mes jambes ou pas. J’ai également enlevé l’oeuf vibrant, il n’y en avait désormais plus besoin.

Une fois ainsi Mon Maître, Vous m’avez fait me regarder dans Votre miroir, Vous m’avez humiliée devant Mon Maître puis Vous m’avez prise en photo Mon Maître, de face et de dos.

Vous m’avez fait me promener un peu Mon Maître, tenue en laisse bien sûr (après avoir enlevé au préalable les bas pour ne pas les abîmer).

Vous m’avez fait me mettre à genoux sur une couverture Maître et Vous m’avez amené ma gamelle pour que je finisse de boire les fameux 200 ml (punition légère) mais je n’ai toujours pas réussi, à boire encore quelques ml oui mais en plus, Vous me titillez la chatte Mon Maître, Vous me faisiez mouiller, Vous m’excitiez, me troubliez alors que j’essayais de boire. Mon Maître, mmmmmmm comme c’était bon. J’ai carrément fini par être incapable de continuer de boire tellement Vous me faisiez du bien. Ne pouvant donc pas faire cette punition, vu que boire dans ma gamelle s’avère plus dur que ce que l’on pensait tous les deux, elle sera donc remplacée par une autre légère prochainement.

Vous avez tenté de mettre les pinces à poids sur mes seins mais je ne les ai pas supportés du tout en ce jour, Vous les avez retirés de suite, merci Maître.

Mais Vous ne Vous êtes pas arrêté là Mon Maître. Vous avez décidé de me mettre des pinces en bois à la place. Je me suis donc retrouvée avec 3 pinces en bois sur chaque sein, une sur chaque téton et une de chaque côté du téton. Cela était douloureux Mon Maître mais je le supportais. Vous touchiez par moments délicatement mes seins, Vous y passiez Votre langue dessus mmmmm.

Nous sommes ensuite allés dans Votre chambre. Nous Nous sommes à nouveau caressés, embrassés, je profitais d’avoir encore les mains libres car je savais ce qui m’attendait d’ici quelques minutes. Mmmmmmm j’en profitais pour toucher Votre torse, parcourir Votre corps de mes mains tant que je le pouvais.

En effet, quelques minutes plus tard après m’avoir enlevé les pinces aux seins et les avoir soulagés, Vous me demandiez de me mettre à 4 pattes sur Votre lit, Vous passiez les menottes à Votre chienne puis les chevillères et ensuite la barre d’écartement aux jambes. Et puis, Vous avez également attaché mes mains à la barre d’écartement, avec des chaînes reliant mes mains à la barre car mes bras n’allaient pas jusqu’en bas.

Ainsi attachée, Vous pouviez abuser de Votre chienne, j’avais toujours ma mini-jupe (relevée), mon soutien-gorge, j’étais à Votre disposition Maître. Vous m’avez doigté, fait encore plus mouiller, Vous m’avez également mis le vibromasseur dans la chatte, allumé bien sûr, je m’offrais à Vous ainsi Mon Maître, n’est-ce pas ?

Je ne sais pas combien de temps je suis restée ainsi, quelques minutes, maximum 1/4 d’heure je dirais, au niveau du dos, ça allait mais j’avais mal au cou, je Vous en ai fait part et au bout d’un instant, Vous avez détaché Votre salope.

Nous Nous sommes mis dans une position plus simple, l’un à côté de l’autre, Nous Nous sommes caressés, embrassés. Vous avez commencé à Vous occuper de ma chatte, à me la lécher. Vous me léchiez la chatte par moments, pour me faire mouiller encore plus. Vous avez émis le souhait que je Vous suce Mon Maître mmmmmmm j’allais avoir ma sucette en bouche. Je me suis positionnée sur Vous, j’ai baissé Votre caleçon et là, nouvelle surprise pour Votre chienne, en plus du fait que Vous bandiez Mon Maître. Vous aviez en effet un cockring sur Votre queue. Je Vous ai pris en bouche, je Vous ai sucé Maître, léché, j’ai aussi léché Vos couilles mmmmmmm un délice tout cela, surtout que pendant ce temps, Vous Vous occupiez de ma chatte Maître, Vous m’avez également un peu titillé l’anus, je ne Vous ai rien dit, ainsi ça allait à cet endroit-là. Je sentais Votre langue sur ma chatte tout en Vous suçant, je gémissais, je haletais il me semble aussi par moments. Mmmmmmmm

— Tu as envie que Ton Maître te baise ?

— Oui Maître mmmmmmmm, j’ai envie que Vous me preniez.

— Alors je vais te baiser salope.

Je me suis couchée sur le dos Maître et Vous avez commencé de me baiser, je sentais Votre queue en moi mmmmmmmm. Vous faisiez des va-et-vient dans ma chatte de salope Maître, je Vous sentais bien mmmmmmm. Parfois, Vous accélériez, parfois un peu plus calme. Que c’était bon mmmmmmmmmm.

— Vous baisez Votre chienne Maître.

— Oui, je te baise.

Nous avons continué ainsi un moment, j’étais très excitée même si je n’ai pas joui ou alors je ne m’en suis pas aperçue, ce qui est possible. Nous avons changé de position Maître, Vous êtes passé dessous et je me suis empalé sur Votre queue, ma chatte toujours en chaleur, Vous m’avez de nouveau baisé ainsi, que c’est bon quand Mon Maître me baise mmmmmmm.

Tout est bon avec Mon Maître, Il prend soin de moi, Il prend soin de sa femelle Mon Maître.

Mmmmmmmmmm, Vous avez continué de me baiser un moment encore Maître puis Nous avons arrêté, Nous Nous sommes câlinés, embrassés, caressés et il a été temps de manger.

Une fois à table, après avoir enlevé Votre cockring, Vous avez attaché Votre chienne à sa chaise, au niveau de la poitrine. Cette fois, j’allais pouvoir manger assise mais avec cette contrainte-là, bien sûr, toujours dans ma tenue de salope et avec mon collier. C’était une première pour Vous cela aussi.

Au menu il y avait du melon et de la pizza.

Je me sentais humiliée mais à l’aise de manger ainsi devant Mon Maître.

Un peu avant la fin du repas, Vous m’avez détaché car la corde me grattait et il aurait pas fallu que je fasse une allergie, on ne sait jamais, ce n’était heureusement pas le cas, j’avais juste la marque de la corde mais c’était tout.

Une fois le repas terminé, Nous sommes retournés dans Votre chambre Mon Maître et là, je suis partie….au bout d’un moment et durant quelques minutes. Pas physiquement mais mentalement dirais-je. J’étais couchée sur le dos, Vous à mes côtés, Vous me titillez la chatte avec Vos doigts, Vous me caressiez, touchiez mes mamelles par moments, ma chatte s’ouvrait, je mouillais, j’ai crié, haleté aussi peut-être mais crié c’est certain. Première fois que je crie Mon Maître, j’étais bien, comme dans un état second et ça a été encore plus ensuite car quelques minutes plus tard, je planais complètement, je ne bougeais plus, j’étais comme ailleurs, le silence complet, j’étais partie…Je crois bien que je ne pensais plus à rien tellement j’étais ailleurs mentalement. Mon Maître mmmmmmmm, je ne sais pas combien de temps je suis restée ainsi, aucune idée, Vous m’avez parlé au bout d’un moment, j’avais du mal à trouver mes mots pour répondre, je redescendais sur Terre petit à petit malgré tout, je revenais parmi Vous Mon Maître, je retrouvais mes esprits.

Maître, Nous avons été un peu plus calmes ensuite, des câlins, bisous, caresses et j’ai commencé de Vous branler, afin de Vous faire jouir, j’ai repris aussi Votre queue en bouche mmmmmmmm ma sucette. J’alternais Votre queue dans ma bouche et Votre queue dans ma main, Vous bandiez Mon Maître. Au bout d’un certain temps, Vous m’avez dit d’arrêter de Vous sucer, Vous avez joui sur Votre ventre quelques instants plus tard. Mmmmmmm Maître.

Vous êtes allé sous la douche.

Nous avons pris un peu de temps pour Nous câliner de nouveau et il a été temps de Nous quitter pour mieux Nous retrouver la prochaine fois.

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire