Histoires d'inceste Histoires de sexe travesti Histoires gays

la directrice – Chapitre 3

la directrice - Chapitre 3



Je pris le métro, toujours habillée aussi court et transparent. Les hommes me déshabillaient du regard, ils regardaient surtout ma chatte car je n’avais pas de culotte et mes seins à travers mon chemisier transparent. Je commençait à avoir chaud et être dans tous mes états. Je reçus un texto disant: «  sort du métro et continue à pieds ». Je me demandais pourquoi, mais je compris en sortant du métro. Il s’était mis à pleuvoir à verse, je fus directement trempée, mon chemisier déjà transparent le devint encore plus et se colla à mes seins. Je courus tant que je pus pour arriver à la piscine. À peine arrivée, je me rendis chez le caissier, qui me dit d’aller dans les vestiaires prendre une douche, et que les instructions suivraient.

Je fus contente, car j’avais très froid au point que mes tétons pointaient sous mon chemisier sous l’effet du froid. Je me déshabillais et pris ma douche. J’ entendis la porte s’ouvrir, et quand je revins, mes vêtements avaient disparu. À la place il y avait un mot disant de retourner chez le caissier, toute nue. Celui-ci me remis un gode en glaçon. Il me dit: «  la clef du casier 12 ou se trouve ton maillot est dans ce gode. Vas dans le vestiaire des hommes et masturbes toi avec jusqu’à ce que tu puisse la récupérer ». Je pris ce glaçon et repartis dans le vestiaire indiqué. Je n’ arrivais presque pas à tenir le gode en main, alors comment le mettre dans ma chatte. En chemin, le désir commençait à monter, et j’insérais déjà le gode dans ma chatte. Je m’ arrêtais dans le couloir, et me masturbais contre le mur aux vus et au sus de tout le monde. Je passais le gode glaçon sur mes nichons, et émis un cris tellement c’ était froid mais bon. J’étais tellement chaude, que le gode glaçon avait déjà bien fondu, il me vint alors l’idée de me le mettre dans le cul. Un homme passa et me vit, il commença à se masturber, je vins vers lui et je lui demandais de me baiser. Il me prit par le cheveux et me donna une baffe, et dit: «  une salope ne demande rien mais subit ce que l’ homme veut. »

Il attrapa mes seins et commença à tirer les tétons. C’était douloureux, mais en même temps très bon. Il me fit me mettre à 4 pattes le cul en l’air, il me pénétra à sec. Ou bout de quelques minutes, je jouis. Il me prit par les cheveux et m’ amena devant son casier, il dit: « tu mérites une correction, car une chienne, ne jouit jamais avant l’homme et jamais sans demander l’autorisation ».

Il ouvrit son casier et sortit une cravache et commença à me frapper. Je dus compter le nombre de coups qu’il me donnait en disant: «  un, merci Monsieur, puis-je en avoir un autre ».

Au bout de 10 coups il remit sa cravache en place, et dit: « que ça te serves de leçon ».

Il partit me laissant par terre. Je repartis dans le couloir pour chercher la clef car le gode glaçon avait fondu. Je pris la clef et ouvrit le casier 12 comme exigé.

À suivre

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire