Histoires d'inceste Histoires de sexe à l'école Histoires de sexe gratuites

Lisa l'étudiante – Chapitre 11

Voisine dominatrice - Chapitre 1



Soirée en discothèque

Nous sommes vendredi. Hier, j’ai vécu une journée délicate. Je me lève avec une sensation étrange.

Premièrement, la séparation avec Romain, mon premier compagnon. Deuxièmement, la suite de mon aventure avec Mathieu et troisièmement la partie de jambes en l’air avec Charles. J’ai l’impression que tous mes principes ont volé en éclats depuis que j’ai découvert le plaisir charnel. J’ai d’abord eu cette première sensation lorsque j’ai trompé Romain et voilà que je recommence à faire la même erreur avec Mathieu. J’espère, ne pas devenir une fille facile, mais j’ai beaucoup de mal à contenir mes pulsions sexuelles.

Comme tous les matins, je prends mon café, une douche, je m’habille puis je rejoins Sonia pour aller en cours. L’esprit évasif, je tente de mettre de côté les idées noires en me concentrant sur mes cours, mais cela est très difficile. À la pause déjeuner, je vois Mathieu, mais aussi Charles. Les deux jeunes hommes discutent. J’espère que leur conversation ne tourne pas autour de mes écarts de conduite. Je commence à rougir et à sentir des bouffées de chaleur. Sonia s’aperçoit de mon comportement, me pose des questions, mais je reste muette et concentrée. Je me sens vraiment honteuse. Je me demande même si je ne ferai pas mieux d’aller voir un psychologue afin de comprendre pourquoi je n’arrive pas à contenir mes pulsions.

Mathieu me sort de mes pensées. Je sursaute, puis me demande de venir à l’écart de la foule. Nous discutons ensemble, il me dit que Charles lui à avouer les événements d’hier soir. Je m’attends à subir les foudres de mon compagnon, dans le même temps, je lui dis que je n’arrive pas à contenir mes envies, j’en ai honte, et j’aimerai aussi voir quelqu’un afin de soigner ce mal-être. D’un ton rassurant, il me dit qu’il ne m’en veut pas, il est d’accord pour que je me fasse suivre. Il finit en me disant que de toute manière tant que ce mal ne sera pas guéri, il faudra dans tous les cas calmer les ardeurs et qu’il veut être mon partenaire pour m’aider dans ma démarche. Je me sens un peu mieux, puis je retourne en classe.

La sonnerie résonne dans les classes, c’est la fin des cours, je rejoins ma chambre et invite Sonia à me rejoindre. Je lui apporte des réponses suite au comportement que j’ai eu lors de cette journée. Celle-ci ne m’en veut pas, elle comprend très bien mon ressenti, puis nous nous quittons. Je me prends une bonne douche bien chaude, je m’habille avec un tee-shirt long simple puis je regarde un peu la télévision.

Au bout d’une heure, j’entends toquer à ma porte. Je me lève, je vais ouvrir, c’est Mathieu qui est venu me rejoindre. Il s’est concerté avec la petite bande et me propose de sortir dans une boite de nuit de la ville. À vrai dire, je n’ai jamais mis les pieds dans ce genre de lieu. J’accepte son choix, après tout le fait de sortir me permettra de me détendre. Il est presque vingt-trois heures, je suis habillée avec une robe qui me tombe en dessous du genou. Je rejoins la petite bande dans le hall de la résidence universitaire. Tout le monde est présent, Sonia, Florine, Valentin, Maeva, Johanna, Mathieu, Charles, Loïc, Sabrina et Charlène.

Nous partons en direction de l’arrêt de tram le plus proche. Au bout de quelque temps, nous arrivons à proximité de la gare. Derrière celle-ci, une rue est entièrement composée de discothèques. Nous voilà devant le lieu choisit par la bande. Nous entrons sans difficulté, nous nous installons à une table libre, les garçons commandent deux bouteilles d’alcool, pour ma part, je vais commencer par une petite bière. J’aimerai ne pas finir complètement ivre afin de profiter au maximum de cette soirée. Nous trinquons tous ensemble. Les musiques sont variées. Sonia est déjà partie au milieu de la piste avec Loïc, de mon côté, je fais en sorte de rester proche de Mathieu. Valentin et Florine ne manquent jamais un moment pour se bécoter.

Le disc-jockey assure vraiment, les musiques sont variées. Des sons hispaniques sortent des enceintes, je me lève avec le groupe pour aller danser. Au bout d’une demi-heure, le moment zouk de la soirée arrive. Je me colle à Mathieu, la danse est enivrante, sensuelle et à la fois énergique, je prends beaucoup de plaisir. Après une heure d’activité intense, nous retournons nous asseoir. Je me sers un puis deux verres d’alcool, j’ai très soif après tant d’efforts.

L’ambiance est vraiment bonne, puis vient la séance des slows. Mathieu m’invite à le rejoindre, je ne peux pas refuser. Le regard de Charles est un peu noir, mais il finit par se retrouver en compagnie de Sabrina. La série de danses est sensuelle, les mains de mon cavalier se baladent sur mon dos, descendent parfois sur mes fesses ce qui ne manque pas de me faire réagir.

Je recommence à sentir des picotements dans le bas de mon ventre, j’espère que je vais pouvoir résister le plus que je peux, au moins jusqu’à notre retour à la résidence universitaire. Seul souci, c’est qu’il est trois heures du matin, que le premier tramway commence à circuler à partir de six heures, il va falloir faire preuve de patience. Sonia de son côté, continue de danser avec Loïc, Florine, Valentin, Charles et Sabrina font de même.

Après ces quelques instants de sensualité, nous rejoignons le reste du groupe. Je bois un autre verre d’alcool, mes camarades font de même, certains commencent à ressentir les effets indésirables de l’alcool, moi aussi, j’ai un peu la tête dans les nuages, puis entendant des musiques des années quatre-vingt, je ne peux pas m’empêcher de me lever pour aller sur la piste de danse. Je m’amuse comme une folle. Sonia et Charlène m’ont rejoint, il est vrai que ce n’est pas prudent de rester seule dans un lieu inconnu.

Mais je sens deux mains se poser sur mes hanches qui suivent le mouvement de la musique. Surprise, je pousse un petit cri et me retourne. Je vois un charmant jeune homme. Il se rapproche de mon oreille, il me dit qu’il s’appelle Teddy, qu’il a vingt-cinq ans. Je me présente auprès de lui. J’essaye de retrouver mes deux copines, mais elles ne sont plus là. Le style de musique n’ayant pas changé, je continue de danser avec le garçon. Il m’invite à boire un verre au bar, il m’a l’air sympathique donc pourquoi pas.

Nous continuons de discuter, j’apprends qu’il est photographe, il m’explique qu’il est venu vers moi, car il trouve que j’ai un certain charme et que je pourrai être l’une de ses modèles. Je rougis suite à cette déclaration, je le remercie. Il me propose de venir avec lui à l’étage de la discothèque, pour prendre quelques clichés. Je me dis que c’est peut-être une chance pour moi de gagner un peu d’argent de poche.

Je le suis, en effet une grande pièce se trouve à l’étage. Il y a des canapés, une grande toile blanche et un pare-vent d’intérieur certainement pour changer de tenue. Teddy m’invite à me positionner de façon normale dans un premier temps, les premiers crépitements se font entendre, ensuite, je prends des positions un peu plus sensuelles, je fais semblant de descendre une bretelle, puis je remonte un peu ma robe.

Je me mets dos à l’objectif et lance des regards charmeurs. Le photographe se rapproche de moi, me demande d’enlever mes chaussures, prends en photo mes pieds, il fait de même avec mes mains et mes yeux. Il retourne à sa place initiale, et me propose d’enlever ma robe. Un peu gênée, je refuse dans un premier temps, puis il m’explique que c’est pour faire une séance complète afin de faire d’éventuels essais de sous-vêtements. Finalement, j’accepte.

Après tout si je veux un peu d’argent de poche, il faut bien faire quelques sacrifices. Une fois de plus je me fais mitrailler par les flashs. Au bout de quelques minutes, Teddy m’invite à le rejoindre sur un canapé, il transfère les photos sur son ordinateur portable. Je me rhabille, je m’assois, puis il fait défiler les images. Il est vrai que sur certaines, je me trouve sexy. Le photographe ne manque pas de me faire des compliments. Je rougis un peu suite à ses remarques.

Il me demande de patienter quelques instants, il redescend dans la discothèque, puis je le vois remonter rapidement avec une bouteille de champagne. Il me propose de boire une coupe afin de fêter la réussite de nos photos. J’adore cette boisson, mais à chaque fois, je ressens des picotements dans le bas de mon ventre, peut être l’effet des bulles, mais je ne peux pas refuser cette proposition.

Teddy fait sauter le bouchon, puis me sert. Nous entamons une discussion, il me dit que je pourrai être modèle pour les bijoux, pour présenter du maquillage, mais aussi pour des maillots de bain lors des collections printemps-été. Petit à petit, je prends de plus en plus confiance, l’alcool aide aussi à briser certaines barrières. Je lui indique malgré tout que je suis étudiante en médecine, et que mon emploi du temps est un peu chargé en semaine. Il demande juste d’être disponible au moins deux heures par semaine. J’accepte. Plus nous bavardons et plus je le sens se rapprocher de moi.

Il pose une main sur mon épaule, je le sens même descendre petit à petit sur mon bras pour finir sur ma cuisse. Je sursaute légèrement, mais je me sens bien, je ne suis pas inquiète. Ses doigts montent et descendent légèrement sur ma jambe, je ressens des petits arcs électriques dans le bas de mon ventre. Cette fois-ci, je crois que je ne vais pas pouvoir résister longtemps. Je le laisse faire, il joue avec la bretelle de ma robe, celle-ci tombe et laisse paraître l’un de mes seins à travers mon soutien-gorge.

La chaleur augmente dans la pièce. Il passe la paume de sa main sur le bout de mes seins qui pointent joyeusement de désir. La deuxième bretelle de ma tenue suit le même chemin, je le vois se mettre à genoux devant moi, il remonte petit à petit le bas de ma robe. Il atteint mon puits d’amour, caresse ma fente à travers mon string, puis je le sens saisir les élastiques de mon sous-vêtement qu’il descend le long de mes jambes. Je le vois plonger sous ma tenue, et je sens sa langue parcourir ma vulve.

Je suis tout émoustillée, il me relève, se positionne derrière moi pour défaire la fermeture éclair de ma robe. Elle tombe sur mes pieds, puis je me rassois sur le canapé. Il m’écarte les jambes et me continue de me faire un cunnilingus. J’en profite pour enlever mon soutien-gorge. Je suis complètement nue. Teddy me procure beaucoup de plaisir, mes fesses se contractent, je sens que je vais jouir. En effet, j’envoie plusieurs jets de mouille dans la bouche de mon partenaire. J’entends le bruit de sa ceinture, il enlève son pantalon, et je vois devant moi une verge de taille normale. Il met un préservatif, puis me pénètre. Je suis contre le dossier du canapé, les jambes écartées. Il varie les allers-retours, à la fois lents et rapides. Puis me retourne, j’ai les fesses tendues en sa direction. Il me prend en levrette, position qui a tendance à me faire jouir plus rapidement. Après dix minutes d’actions, je gémis de plaisir. Je viens de jouir.

Teddy se positionne en face de ma poitrine, se masturbe, je vois les premières gouttes de liquide séminal arrivées puis s’en suis un déluge de sperme. Nous restons dans cette position pendant un moment, puis il me donne une serviette humide afin que je puisse me remettre dans un état présentable.

Le temps passe, ça fait une heure que je suis avec Teddy, la bande doit s’inquiéter de mon absence. Je le signale à mon charmant photographe. Nous échangeons nos numéros de téléphone, puis je descends dans la discothèque. Je rejoins mon groupe d’amis. Les garçons sont ivres et les filles sont toutes plus ou moins accompagnées. Il est presque six heures du matin, il est l’heure de rentrer.

Après une demi-heure de trajet, nous retrouvons nos appartements respectifs. Les murs raisonnent de plaisir. De mon côté, je suis heureuse, je viens de trouver un travail, mais je n’ai pas réussi à canaliser mon désir sexuel, mais cette fois-ci, je me dis que c’était pour la bonne cause.

A propos de l'auteur

HistoiresDeSexe

Laissez un commentaire